Navigation – Plan du site

Livres reçus

p. 339-346

Plan

Haut de page

De nombreux ouvrages nous ont été adressés. Faute de rédacteurs, tous, malheureusement, ne peuvent faire l’objet d’un compte rendu détaillé ; il nous paraît cependant utile de les signaler et d’en indiquer les caractéristiques principales. Cette présentation tient compte de tous les volumes que nous avons reçus, à l’exception toutefois de ceux qui sont entre les mains des collaborateurs du bulletin critique pour une future recension.

Anne-Marie Flambard Héricher

Revue archéologique de Narbonnaise, n° 38-39, 2005-2006, 508 p., ISSN : 0557-7705, ISBN : 2-84269-737-5, prix : 50 €

Ce numéro double de la Revue archéologique de Narbonnaise est constitué d’un imposant dossier de onze articles sur les agglomérations urbaines de la cité antique de Vienne et d’un ensemble plus composite de quatorze autres contributions.

Après une présentation de la problématique par P. Leveau et B. Rémy, on trouve, sous la plume de J.-C. Béal, un bilan concernant les agglomérations secondaires du sud-ouest de la cité antique de Vienne, et, sous celle de F. Bertrandy, une mise au point concernant les stations routières dans cette cité. Diverses agglomérations sont ensuite évoquées : Gilly (par H. Barthélémy), Turedonnum (Revel-Tourdan par N. Drouvot), de Vicus Augusti (Aoste) et de Cularo (Grenoble) par J.-P. Jospin, d’Aix-les-Bains (par A. Canal, P. Leveau, B. Rémy, M. Segard), de Casuaria (Viuz-Faverges) dans la cluse d’Annecy par A. Piccamiglio et M. Segard, du vicus de Boutae par F. Gabayet, et enfin d’Optevoz par R. Royer et C. Coquidé. P. Leveau referme l’enquête en montrant qu’il s’agit d’un dossier en devenir.

Dans la seconde partie, J.-C. Béal propose une relecture du sanctuaire antique du Châtelet à Saint-Désirat (Ardèche). Les installations hydrauliques de Château-Bas dans la vallée de l’Ariège sont évoquées par S. Agusta-Boularot et G. Fabre tandis que L. Buffat, H. Petitot et L. Vidal s’intéressent à un centre domanial de la vallée de la Tave : la villa de Mayran (Gard). Enfin, M. Pasqualini, P. Excoffon, J.-M. Michel, E. Botte se penchent sur Fréjus. Les autres contributions sont consacrées au mobilier archéologique ou à des éléments décoratifs : travail de l’os et du bois de cerf pour Y. Lemoine et I. Rodet-Belarbi qui étudie également les restes de mammifères et d’oiseaux de l’espace Mangin à Fréjus. C. Carrier évoque les sculptures augustéennes du théâtre d’Arles tandis que R. Gaday et V. Gaggadis-Robin relatent la découverte à Orange d’une tête portrait. Les mortiers de la ville d’Arles au Haut-Empire sont étudiés par A. Coutelas et M. Heijmans. Une nouvelle dédicace de praetor Volcarum est présentée par M. Christol, J.-L. Fiches, Y. Gasco et A. Michelozzi. M. Christol réexamine une inscription de Narbonne qui fait apparaître un praetor Aquis Sextis. M. Feugère et S. Mauné s’intéressent à des cachets de bronze à la fonction encore énigmatique, tandis que les lingots de cuivre font l’objet d’une contribution collective. Dans le domaine funéraire, L. Rivet présente une plaque de sarcophage provenant de Saint-Raphaël et C. Bonnet conclut le volume par une étude de la céramique de la Drôme du iie au ve siècle.

Revue archéologique de Narbonnaise, n° 40, 2007, 454 p., ISSN : 0557-7705, ISBN : 978-2-9528491-0-4, prix : 40 €

Ce numéro se compose d’un dossier consacré aux sanctuaires et lieux de culte en Narbonnaise occidentale : la topographie religieuse et les faits de culte sont envisagés ici comme éléments de réflexion et d’orientation. Parmi les six contributions présentées, on soulignera particulièrement celle de M.-G. Colin, L. Schneider et L. Vidal consacrée à « Roujan-Medilianum (?) de l’Antiquité au Moyen Âge. De la fouille du quartier des sanctuaires à l’identification d’une nouvelle agglomération de la cité de Béziers ».

La seconde partie est constituée d’un ensemble de varia portant sur la période antique et traitant d’épaves, du commerce du verre, d’une villa et d’une collection de marbres.

Revue archéologique de Picardie, n° 3-4, 2006, 210 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 0752-5656, prix : 29 €

Ce numéro de la Revue archéologique de Picardie comprend sept articles d’épaisseur très variable qui se répartissent chronologiquement de la protohistoire jusqu’au début de l’époque moderne. C’est naturellement sur le Moyen Âge et les trois derniers articles que nous nous appesantirons. Le premier d’entre eux, sous la plume de S. Ziegler, est consacré aux origines de la ville de Bohain-en-Vermandois. Il évoque l’occupation antérieure à la romanisation, la création de la communauté villageoise, de la résidence seigneuriale, de l’enceinte urbaine, de l’église et de la maladrerie.

Le second article – 97 pages dûes à F. Ravoire – a l’ambition de nous livrer une typologie raisonnée des céramiques de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne provenant du Beauvaisis, de Paris et d’ailleurs, retrouvées sur les sites de consommation parisiens et franciliens. Il présente de façon résumée le bilan d’un travail de classification réalisé dans le cadre d’une thèse de doctorat, en se fondant sur le mobilier mis au jour sur les fouilles parisiennes du Grand Louvre, de l’hôtel de Cluny, du château de Vincennes, de l’abbaye de Chelles et du château de la Madeleine à Chevreuse. Son objectif est la présentation d’une méthode de classement morpho-fonctionnel.

Le dernier article, beaucoup plus bref (7 pages), réalisé par S. Bonde, C. Locatelli, C. Maines et D. Pousset est l’étude dendrochronologique et historique d’une porte médiévale de l’abbaye cistercienne de Notre-Dame d’Ourscamp.

Revue archéologique de Picardie, n° 1-2, 2007, 336 p., 1 cédérom, nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 0752-5656, prix : 35 €

Contrairement au numéro précédent, celui-ci présente une grande unité chronologique et thématique. Il s’organise en quatre articles présentant des sites ou du mobilier funéraire du haut Moyen Âge.

Dans le premier article, H. W. Böhme nous livre ses observations sur les fibules germaniques des ive et ve siècles découvertes à Vron, dans la Somme, tandis que dans le second, M. G. Welch présente la parure de la sépulture féminine 43 de la même nécropole. Le troisième article et le quatrième, qui le conclut, constituent l’essentiel du volume, ils sont consacrés à la nécropole mérovingienne de Saint-Sauveur dans la Somme. Il s’agit d’une fouille de sauvetage réalisée aux abords d’un pavillon. Le troisième, dû à T. Ben Redjeb, est la publication de cette fouille : organisation de la nécropole, rites funéraires, signalisation des tombes, modes d’inhumation, évolution de la nécropole sont d’abord étudiés ; les dépôts funéraires sont évoqués ensuite : armes (épées longues, haches, fers de lance, fers de flèche, scramasaxes) puis objets de parure (boucles d’oreilles, bagues, perles), boucles, plaques-boucles et accessoires de buffleterie (chaînes et châtelaines, accessoires de toilette, pyxides), enfin les objets usuels sont abordés, notamment la céramique. La seconde partie de l’article est un catalogue des sépultures. Le quatrième article clôt l’étude par une chronologie de la nécropole réalisée par R. Legoux. Le cédérom joint au volume est consacré à cette nécropole, il présente essentiellement des photos des sépultures et du matériel qui y a été découvert. Le volume s’achève avec la liste des ouvrages reçus.

Revue archéologique de Picardie, n° 3-4, 2007, 164 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 0752-5656, prix : 23 €

Ce numéro comporte huit contributions. Nous nous attarderons sur celles qui concernent le Moyen Âge. J. Soulat, notamment, publie le mobilier de type anglo-saxon (fin ive-fin vie siècle) découvert dans un pôle de concentration de ce mobilier, entre le Ponthieu et la basse vallée de la Seine, et S. Suzuki, les button brooches de Picardie et du Pas-de-Calais, après avoir recensé le matériel comparable (26 exemplaires) découvert en France.

B. Clavel et S. Sicard, avec l’étude des hypoplasies linéaires de l’émail, tentent de caractériser l’élevage porcin sur les sites castraux de Boves (Somme) et de Vincennes (Val-de-Marne). P. Racinet rend brièvement compte d’un sondage archéologique sur la butte de Fontaine-lès-Vervins (Aisne) et B. Desachy d’un « atelier d’archéologie urbaine » à l’université Jules Verne, en Picardie.

Fasciculi Archaeologiae historicae. Archéologie et nature, céréales, arbres, animaux, fasciculus XVIII, 2006, Institut d’archéologie et d’ethnologie de l’académie polonaise des sciences, Département de Łódź, 79 p., PL ISSN : 0860-0007, illustrations noir et blanc dans le texte, prix non communiqué.

Trois thèmes sont abordés dans ce fascicule : les céréales, les arbres et les animaux, plus particulièrement le chien. Deux articles sont consacrés aux premières : J. Koszałka et J. E. Strzelczyk évoquent le grenier de la forteresse de Józefów, près de Kalisz, et M. Zemigała, la boulangerie du château de Kalisz entre 1343 et 1537, comparée à celles d’autres châteaux et d’autres villages de la même époque. T. Poklewski-Koziełł et T. Wazny présentent ensuite les traces d’une plantation industrielle de la forêt de Łęczyca aux environs de 1590. Les trois communications qui suivent sont consacrées aux chiens. À l’aide des manuscrits enluminés, D. Alexandre-Bidon dévoile la vie quotidienne des canidés au Moyen Âge, puis M.-A. Polo de Beaulieu s’attache au cas du chien tel qu’on le voit dans la littérature didactique médiévale. Enfin D. Makowiecki se livre à quelques remarques sur la race des chiens en Pologne (époques romaine, médiévale et post-médiévale) à la lumière des recherches archéozoologiques. T. Poklewski-Koziełł conclut ce livret en se penchant sur l’environnement humain de l’archéologue sur le chantier de fouilles.

Fasciculi Archaeologiae historicae. Envahisseurs et leurs armes, Antiquité et haut Moyen Âge, fasciculus XIX, 2007, Institut d’archéologie et d’ethnologie de l’académie polonaise des sciences, Département de Łódź, 65 p., PL ISSN : 0860-0007, illustrations noir et blanc dans le texte, prix non communiqué.

Ce fascicule rassemble une partie des communications présentées lors du colloque de Łódź consacré aux armes et à l’armement. Il regroupe les textes relatifs à l’Antiquité et au haut Moyen Âge. À l’exception de la brève introduction de T. Poklevski-Koziełł, les six contributions sont publiées en anglais. Quatre d’entre elles concernent le Moyen Âge. S. G. Botalov évoque les épées et dagues de l’époque des Huns, puis Y. S. Khudyakov et L. A. Bobrov présentent la reconstitution d’armes de défense des nomades d’Asie centrale et A. K. Nefedkin, les armures des Goths du iiie au viie siècle. Enfin, W. Swietoslawski propose une confrontation entre deux mondes : les armes et armures de l’Europe centrale et des Mongols dans la première moitié du xiiie siècle.

Faenza. Bollettino del Museo Internazionale delle Ceramiche. Annata XCII, 2006, n° 4-6, 186 p., ISSN : 0014-679X, quelques illustrations dans le texte noir et blanc au trait et en couleur, prix non communiqué.

La revue Faenza est largement ouverte à tous les types de production céramique dans l’espace comme dans le temps. C’est ainsi que le n° XCII s’ouvre sur un article de C. Orsini et M. Porcedda consacré à la céramique de l’horizon péruvien moyen (600-1000 apr. J.-C. env.) du site de Tayapucru. Dans une note, F. D’Angelo présente ensuite un bassin andalou à décor lustré du xiie siècle découvert dans les fouilles du nouvel archevêché de Palerme, vase qui confirme les rapports commerciaux étroits entre la Sicile et l’Espagne du sud à cette époque. R. Paciaroni évoque ensuite la couverture en céramique du dôme de Santa Maria del Glorioso à San Severino Marche au xviiie siècle. Les terres, les pâtes, les émaux et les couleurs de la manufacture Ginori depuis sa fondation au début du xviiie siècle jusqu’au début du xixe siècle sont longuement présentés par A. Biancalana. Puis c’est la production de la manufacture napolitaine des frères Mosca (début xixe siècle), illustrée de nombreux dessins et photos en couleur, qui est exposée pour conclure la série des articles.

Quatre contributions illustrent ensuite la vie du musée : la réouverture de la salle des céramiques populaires (C. Ravanelli Guidotti) ; les sculptures et céramiques des années 30 et de l’après-guerre ; trois nouvelles sections consacrées à la céramique du Novecento et enfin la donation Liliana Mosca (F. Bertoni).

On soulignera la recension (par E. D’Amico), concluant le volume, de l’ouvrage de J. Vroom, Byzantine to modern pottery in the Aegean. An introduction and field guide, Utrecht, 2005.

Faenza. Bollettino del Museo Internazionale delle Ceramiche. Annata XCIII, 2007, n° 1-3. 189 p., ISSN : 0014-679X, quelques illustrations noir et blanc, au trait et en couleur, prix non communiqué.

Ce volume comporte onze articles. Le premier (M. Angelini) traite d’une céramique chinoise, glaçurée au plomb, d’époque Han : les Liuli. Le second présente des majoliques de Montelupo destinées à l’exportation vers Constantinople (1493) et le suivant (M. Moratinos Garcia, O. Villanueva Zubizarreta) porte sur des décors muraux en céramique de la vallée du Duero au xvie siècle. La contribution de C. Seccaroni est un nouvel apport au dossier de la céramique lustrée. Il s’agit en effet d’une recette vénitienne de la première moitié du xvie siècle complétée de ses transcriptions successives.

Les autres articles concernent des périodes plus tardives, notamment le xviiie siècle : ainsi l’étude du service de table du cardinal Portocarrero, celle de la majolique de Doccia, du moulin de Nove destiné à broyer les pierres pour réaliser la fritte, ou d’une nouvelle marque de la manufacture Aldobrandi de Bologne ; les derniers portent sur la charnière du xixe au xxe siècle.

La traditionnelle partie consacrée à la vie du musée est suivie de la recension de l’ouvrage de M. Spallanzani paru en 2006, consacré à la majolique hispano-mauresque à Florence durant la Renaissance. Enfin, G. Berti rend un vibrant hommage au regretté Riccardo Francovich.

Aymat Catafau (travaux réunis par), Activités, échanges et peuplement entre Antiquité et Moyen Âge en Pyrénées orientales et Aude (Domitia. Revue du Centre Historiques sur les Sociétés Méditerranéennes, n° 8-9), 2007, 253 p., quelques illustrations couleur, ISSN : 1631-2678, ISBN : 978-2-35412-001-6, prix : 25 €

Domitia, revue du CRHiSM de l’université de Perpignan, regroupe, comme le centre de recherches qui l’a créée, des contributions d’historiens, d’historiens de l’art et d’archéologues. Le présent numéro rassemble une douzaine de contributions, des comptes rendus d’ouvrages et une liste des maîtrises, DEA et thèses assorties de résumés.

Parmi les contributions présentes, nous retiendrons celles qui portent sur le Moyen Âge, ainsi l’évocation de la lente mise en place du réseau routier de l’Antiquité à nos jours qui nous est proposée par J.-P. Comps, une présentation par J. Kotarba des sites wisigothiques découverts dans la plaine du Roussillon, et une étude des sites ruraux médiévaux des Vignes de l’Espérance (à Banyuls-dels-Aspres) par C. Jandot. Les mines forges et charbonnières du massif du Canigou font l’objet de l’article de V. Izard et G. Mut, tandis que le projet collectif de recherche dirigé par C. Rendu présente les premiers résultats de l’étude d’un atelier de traitement du fer sur le site du haut Moyen Âge de la Coume Païrounell. Les recherches sur le versant sud de la Montagne Noire dans l’Antiquité tardive sont ensuite abordées par A. Despratx, M.-E. Gardel et C. Jeanjean. Dans un tout autre domaine, G. Dalmau propose l’étude du capbreu de Montferrer, livre de reconnaissances d’une seigneurie laïque du Haut-Vallespir en 1339 et L. Sanchez, l’étude de l’inscription de Pézilla-la-Rivière dans les Pyrénées-Orientales. Enfin R. Tréton dresse l’état des sources et dessine les perspectives de recherche sur les crues et inondations dans les Pyrénées méditerranéennes aux xive et xve siècles.

Outre la liste des travaux universitaires mentionnée plus haut, le volume est complété de deux brefs comptes rendus des ouvrages de J.-L. Abbé, À la conquête des étangs, l’aménagement de l’espace en Languedoc méditerranéen (xiie-xve siècle), Toulouse, 2006 et L. Verdon, La terre et les hommes au Moyen Âge, Ellipses, Paris.

Vincent Juhel (dir.), Archéologie et prospection en Basse-Normandie, Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XXXVIII, 2006, Recueil de textes publiés par Archéo 125 et la Société des antiquaires de Normandie, 255 p., ISSN : 1279-6662, ISBN : 2-9510558-0-3 nombreuses illustrations noir et blanc dans le texte (photos et dessins au trait), prix : 27 €

Les dix-huit contributions rassemblées dans cet ouvrage s’organisent en trois parties. La première aborde des questions de méthode. D. Fournier évoque en premier lieu les relations entre la toponymie et l’archéologie, puis O. Salles présente les découvertes préhistoriques de la partie normande du département de l’Orne. C. Marcigny, E. Ghesquière, D. Flotté et V. Renault illustrent ensuite les prospections mécaniques et l’archéologie préventive avec l’exemple de la déviation de Saint-Lô (Manche) tandis que E. Allart interroge l’association « prospection et parcellaire » à l’aide du futur tracé autoroutier Falaise-Sées. S. Foucher, utilisant des exemples normands, se penche sur le décor sculpté cistercien d’inspiration végétale. Enfin J. McCormack tente, à partir des îles de la Manche, une interprétation des terroirs vernaculaires.

La seconde partie est consacrée aux apports récents de la prospection à l’histoire et à l’archéologie. Tour à tour sont évoqués les premiers peuplements de Basse-Normandie (D. Cliquet), deux ensembles tardiglaciaires à Curcy-sur-Orne (E. Ghesquière et J.-J. Dédouit), le Mésolithique ancien dans le Calvados (E. Ghesquière, J.-J. Dédouit et Y. Thomas), l’inventaire des mégalithes de Basse-Normandie (C. Marcigny, E. Ghesquière et H. Lepaumier), l’inventaire des bracelets de pierre (H. Lepaumier et A. Chancerel), les fortifications protohistoriques de relief (P. Bernouis et G. San Juan), le peuplement antique de l’Orne (G. Leclerc), les ateliers de potiers (B. Fajal) et enfin un outil de prospection magnétique : le gradiomètre à saturation (A. Bocquet).

La dernière partie, intitulée « Mélanges », réunit la présentation d’une prospection diachronique dans la vallée du Laizon (C. Dupuis, D. et S. Giazzon), celle d’un souterrain laténien à Cormelles-le-Royal (V. Carpentier, L. Le Gaillard, C. Marcigny) et celle des charpentes des xiie et xiiie siècles de la cathédrale de Lisieux (F. Épaud).

Claude Arrignon, Marie-Hélène Debiès, Claudio Galderisi et Éric Palazzo (textes rassemblés et publiés par), Cinquante années d’études médiévales. À la confluence de nos disciplines, Actes du colloque organisé à l’occasion du cinquantenaire du CESCM, Poitiers, 1er-4 septembre 2003, Brepols, Turnhout, 2006, 819 p., quelques illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, prix : 90 €

Après une note des éditeurs et un avant-propos, ce volume réunit 44 communications – rédigées en français et en anglais – qui s’organisent en sept parties, illustrées pour plusieurs d’entre elles par une table ronde. La première partie porte sur le monde Plantagenêt. Après la présentation par J.-P. Genêt de la position des médiévistes français face au Moyen Âge britannique, N. Vincent évoque des biographies royales en France et en Angleterre : il oppose Henri II et Louis VII, Henri III et Louis IX. La table ronde illustrant ce thème aborde la fresque de Sainte-Radegonde de Chinon que trois interventions (N. Kenaan-Kedar, D. Kleinmann et U. Nilgen) tentent de replacer dans son contexte historique.

La seconde partie (120 p.) est dévolue à la castellologie. Elle traite des fortifications et châteaux plantagenêts (fin xiie-début xiiie siècle) de France et d’Angleterre avec une approche archéologique et historique. Elle comprend un article portant sur les premières tours à archères dans les châteaux plantagenêts (1160-1190) et trois contributions de C. Corvisier, D. Power et M. Billoré à la table ronde consacrée aux fortifications des Plantagenêt en Normandie.

La troisième partie est dédiée au « monument religieux et à son décor » ; l’objectif affiché est de définir le chœur liturgique. Trois contributions s’inscrivent dans cette thématique. E. C. Fernie évoque le chœur dans les édifices de l’Angleterre normande, puis S. de Blaauw s’intéresse à la disposition des autels de Vatican et de Latran dans les églises romanes et C. Treffort aux monuments funéraires, inscriptions mémorielles et cérémonies commémoratives qui se déroulent dans l’espace du chœur à l’époque romane. La table ronde est consacrée à la lecture du chœur liturgique à travers les monographies, elle rassemble cinq contributions de M.-T. Camus, P. Martin, E. Sparhubert, D. Richard et C. Andrault-Schmidt.

Les peintures murales sont le thème de la quatrième partie introduite par quatre contributions générales de M. Kupfer, H. L. Kessler, P. Skubizewski, G. Iversen suivies d’une table ronde consacrée aux travaux de l’équipe « Peintures murales » présentés par M. Angheben, C. Fernandez-Maloigne, J. Dombre et N. Richard.

La cinquième partie : « Vivre aux villages » se veut une approche comparée de la France et de l’Espagne entre le viiie et le xie siècle. Contrairement aux précédents, ce dossier ne fait pas l’objet d’une table ronde mais s’organise selon quatre thèmes : l’historiographie du village médiéval (G. Démians d’Archimbaud), la communauté, la cellule familiale et les unités d’exploitation (M.-C. Delaigue, E. Peytremann, P. Cressier, L. Pecqueur), les réseaux et relais du pouvoir en milieu rural (P. Sénac, L. Bourgeois), la gestion individuelle et collective des réserves, silos et greniers (A. Bazzana, S. Gilotte, B. Cursente).

Une courte sixième partie est consacrée à l’épigraphie comme moyen de communication, de publicité et de propagande. Elle est illustrée par des interventions de R. Favreau et C. M. M. Bayer.

Enfin, la septième et dernière partie aborde la littérature médiévale. Parmi les sept contributions présentes (C. Pignatelli-Rizzini, P. Bourgoin, C. Méla, Y. Foehr-Janssens, C. Galderisi, J.-J. Vincensini), on soulignera particulièrement celle de J. Gillingham sur la culture française, les historiens anglais du xiie siècle et le processus de civilisation.

Les remarques finales de M. Zink concluent cet imposant volume.

Marie-Christine Bailly-Maître et Jean-Michel Poisson (dir.), Mines et pouvoir au Moyen Âge, actes de la table ronde de Lyon, 15 mai 2002, Collection d’histoire et d’archéologie médiévales 20, Presses universitaires de Lyon, Lyon, 2007, ISBN : 978-2-7297-0793-4, ISSN : 1255-2380, illustrations noir et blanc dans le texte, 213 p., prix : 25 €

Cet ouvrage constitue l’édition des actes d’une rencontre tenue à Lyon en 2002 sous le titre « Pouvoir châtelain et exploitation minière au Moyen Âge », qui avait permis à des chercheurs travaillant sur la France, l’Italie, l’Espagne et la République tchèque de confronter leurs données. Après une introduction conjointe de M.-C. Bailly-Maître et J.-M. Poisson, le volume s’organise en sept grandes contributions. D’abord M.-C. Bailly-Maître évoque les relations entre pouvoir et mines d’argent au Moyen Âge, mettant en évidence la mainmise politique à partir des évidences archéologiques. Puis N. Garioud s’intéresse à la maison de Savoie et à ses mines d’argent, tentant d’analyser la politique minière depuis la fin du xiiie siècle jusqu’à la première moitié du xvie siècle. C’est aux relations entre pouvoir et industrie minière en Provence que M.-P. Berthet consacre sa contribution tandis que G. Di Gangi aborde le même thème à propos du Piémont médiéval.

A. Casini évoque l’extraction du cuivre et de l’argent dans les Monts de Campiglia Marittima (Toscane), de l’époque étrusque au xvie siècle, et A. Bazzana, pour l’Espagne, traite des districts miniers de l’arrière-pays de Huelva à partir des châteaux, routes et mines de l’époque almohade. Enfin, P. Rous, L. Vilimek et K. Maly présentent les positions fortifiées des aires minières dans les régions de Jihlava et de Havlickuv Brod, en République tchèque.

Une bibliographie et un index des noms de lieux concluent ce volume.

Christian Sapin (dir.), Stucs et décors de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge (ve-xiie siècles), Actes du colloque international tenu à Poitiers du 16 au 19 septembre 2004, Bibliothèque de l’Antiquité tardive publiée par l’association pour l’Antiquité tardive, 10, Brepols, Turnhout, 2007, 350 p., nombreuses illustrations dont quelques-unes en couleur, ISBN : 978-2-503-52515-0, prix : 95 €

L’importance du stuc a été longtemps ignorée. Les diverses contributions à ce colloque permettent d’en saisir l’importance sur une longue durée, d’en confirmer la permanence entre le ve et le xiie siècle, d’en connaître la fabrication grâce à de nombreuses analyses en laboratoire. Les vingt-six contributions de ce volume, organisées en trois dossiers, permettent de mieux prendre la mesure de cet art du relief sans cesse renouvelé depuis l’Antiquité tardive.

Les deux contributions initiales rappellent l’importance du stuc ; C. Sapin les présente comme un art à part entière tandis que B. Palazzo-Bertholon analyse leur composition et la confronte, dans l’Europe médiévale, aux contextes de production : géologique, technique et artistique.

Le premier dossier est consacré aux stucs de Vouneuil que C. Sapin oppose aux stucs de l’Antiquité tardive et que A. Flammin intègre à une étude de la sculpture en Poitou depuis l’Antiquité tardive jusqu’au Moyen Âge. C’est aux édifices religieux de Poitiers entre le ive et le xiie siècle que B. Boissavit-Camus consacre sa participation tandis que D. Cazes s’attache aux sarcophages paléochrétiens sculptés en marbre de Toulouse.

Le second dossier porte sur la tradition et les diversités du stuc en Europe. À la suite de Vouneuil (C. Allag et N. Blanc), de nombreuses régions (Istrie : I. Matejcic ; Catalogne : C. Mancho ; Gênes et Vintimille : A. Frondoni) et de nombreux édifices (groupe épiscopal de Genève : I. Plan ; Disentis : W. Studer ; Germigny-des-Prés : F. Heber-Suffrin) sont évoqués.

Le dernier dossier, à propos d’une possible filiation entre stuc et sculpture médiévale, rassemble onze contributions portant sur des exemples européens de décor. Les stucs de Vouneuil sont opposés à la sculpture romane de la région de Poitiers (M.-T. Camus) ; P. Chevalier présente les stucs préromans et romans d’Auvergne et du Velay ; la clef pendante en stuc de N.-D. du Puy-en-Velay est étudiée par B. Galland, les stucs de la vallée de l’Aude et du Roussillon par G. Mallet, ceux de Saint-Sernin de Tavèrnoles par X. Barral i Altet ; C. Nenci, A. Peroni et S. Lomartire évoquent les différents stucs italiens et M. Exner et E. Rüber-Schütte ceux des pays germaniques.

Aline Durand (éd.), Plantes exploitées, plantes cultivées. Cultures, techniques et discours. Études offertes à Georges Comet, (Collection Cahier d’Histoires des Techniques, 6), Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 2007, 177 p., quelques illustrations noir et blanc. ISBN : 978-2-85399-682-2, prix : 20 €

Ce petit volume est destiné, comme l’indique le sous-titre, à rendre hommage à Georges Comet dont les travaux sur le monde rural sont bien connus. Sous la férule d’Aline Durand, qui introduit l’ouvrage et signe une contribution sur le regard porté par les agronomes sur l’olivier, dix de ses collègues ont participé à ce volume. Après la bibliographie de G. Comet, P. Bernardi évoque l’influence de la lune sur l’abattage des arbres à la fin du Moyen Âge, puis A. Cortonesi se penche sur les jardins de Rome aux xiiie et xive siècles. C’est la question de l’amendement des sols en France du nord qu’aborde R. Fossier tandis que B. Laurioux s’attache aux épices consommées au Moyen Âge et plus particulièrement à l’emploi du safran. L’oléiculture provençale est abordée par P. Moustier et l’essartage, tel qu’il transparaît dans les sources écrites, par F. Mouton. F. Piponnier présente la production et la transformation du chanvre dans la Bourgogne rurale du xive siècle et B. Romagnan rappelle l’exploitation de la feuille d’arbousier, destinée à la tannerie, au début du xviie siècle. M.-P. Ruas s’intéresse à l’engrain (Triticum monococcum L.) et, pour conclure, F. Sigaut, au tournesol.

James Graham-Campbell et Magdalena Valor (éd.), The Archaeology of Medieval Europe, vol. 1 : Eighth to Twelfth Centuries AD, [Acta Jutlandica LXXXIII : 1 Humanities Series 79] Aarhus University Press, Aarhus, 2007, ISBN : 978-877934290-3, 479 p., nombreuses illustrations en couleur et noir et blanc dans le texte, prix : 75 €

Issu des discussions des rencontres de l’ESTMA (European Symposium for Teachers of Medieval Archaeology), cet ouvrage est le premier de deux volumes dont l’ambition est de synthétiser les principaux apports de la recherche archéologique européenne. Il est le fruit de la collaboration d’enseignants en archéologie de quinze pays, qui ont œuvré aux quinze chapitres de ce livre sous la direction de James Graham-Campbell et de Magdalena Valor. Le premier chapitre dresse le tableau de l’archéologie médiévale à l’aube du iiie millénaire, tant du point de vue de la recherche que du point de vue de l’enseignement. Puis, sont abordés successivement : les populations et l’environnement, les installations rurales et urbaines, l’habitat, l’alimentation, la technologie (artisanat et industrie), la culture matérielle et le mode de vie, le voyage et le transport, le commerce et les échanges, les fortifications, la manifestation du pouvoir séculier, les religions, les édifices religieux et, enfin, la vie, la mort et la mémoire.

Magnus Wintergerst, Franconofurd, t. I, Die Befunde der karolingisch-ottonischen Pfalz aus den Frankfurter Altstadtgrabungen 1953-1993, Schriften des Archäologischen Museums Frankfurt 22/1, Francfort-sur-le-Main, 2007, illustrations en couleur et en noir et blanc, 176 p., 19 plans à part, ISBN : 978-3-88270-501-0, prix non communiqué.

Quarante années de fouilles archéologiques à Francfort-sur-le-Main, de 1953 à 1993, ont permis de renouveler les connaissances relatives à l’histoire de la ville dont la première mention dans les sources écrites en 794, Franconofurd, a inspiré le titre de l’ouvrage. Ce premier volume, à l’aide d’illustrations soignées, photos, reconstitutions et dessins, s’intéresse en particulier au complexe palatial et au mobilier découvert au cours des fouilles.

Vincent Carpentier, Emmanuel Ghesquière et Cyril Marcigny, Archéologie en Normandie, Éditions Ouest-France/Inrap, 2007, 127 p., très nombreuses illustrations couleur, ISBN : 978-2-7373-4164-9, prix : 15,90 €

Ouvrage de vulgarisation avant tout, cet ouvrage abondamment illustré présente les grandes découvertes archéologiques de Normandie depuis la Préhistoire jusqu’à l’époque contemporaine. Chacune des parties est illustrée d’encarts présentant des sites ­caractéristiques ou des objets remarquables ainsi la villa de Touffréville dans le Calvados, le site du village de Trainecourt dans la plaine de Caen, les épaves de La Hougue ou les fouilles réalisées sur le carreau de la mine du Molay-Littry.

Samuel Leturcq, Un village, la terre et ses hommes. Toury en Beauce (xiie-xviie siècle), CTHS, Paris, 2007, 565 p., quelques illustrations au trait, noir et blanc dans le texte, ISBN : 978-2-7355-0631-6, prix : 35 €

Issu d’une thèse, le volume que nous propose S. Leturcq en a quelque peu conservé la forme, notamment par la présentation méthodologique initiale qui constitue la première partie (définition du concept d’openfield, orientations de la recherche vers des préoccupations ethnographiques et géographiques, étude régressive).

La seconde partie présente les derniers siècles d’existence d’une structure agraire collective, celle de Toury en Beauce entre le xviie et le xixe siècle. Sont successivement abordées : les structures de la propriété foncière et de l’exploitation en 1696, la gestion difficile d’un territoire agraire et la question de l’assolement entre pratiques collectives et individualisme agraire.

La troisième partie porte sur l’élaboration, du xiie au xviie siècle, d’une structure agraire communautaire. Après une étude du prélèvement seigneurial foncier du bas Moyen Âge, S. Leturcq présente l’organisation complexe d’un territoire agraire communautaire aux xive et xve siècles, puis les structures de l’exploitation agricole au xve siècle à partir du cas de Rouvray-Saint-Denis et enfin l’implantation des fondements de la structure agraire tourysienne du bas Moyen Âge entre le xiie et le xive siècle.

78 pages d’annexes et pièces justificatives complètent les 448 pages de l’ouvrage proprement dit. Le volume comporte en outre une liste des sources, une bibliographie et un index des matières.

Marie-Pierre Terrien, La christianisation de la région rhénane du ive au milieu du viiie siècle, Presses universitaires de Franche-Comté, Université de Franche-Comté, 2007, 2 vol. Un volume appelé : Corpus, Archéologie de la Rhénanie chrétienne (inventaire des vestiges), 220 p., nombreuses illustrations noir et blanc dans le texte. L’autre volume, Synthèse, 214 p., ISBN : 978-2-84867-199-4 ; ISSN : 1625-0443, prix : 45 € les deux volumes.

Les deux petits volumes qui nous sont proposés par M.-P. Terrien sont issus de sa thèse dirigée par N. Gauthier. Leur objet est l’observation de la christianisation de la région rhénane à partir des traces archéologiques et documentaires. Les matériaux rassemblés sont présentés dans le volume intitulé Corpus qui est conçu comme une série de notices élaborées pour 37 sites (et non pour 78 comme le laisserait supposer la liste de la page 9 qui fait office de table des matières). Chacune de ces notices respecte un plan stéréotypé : cadre historique (Haut-Empire, Bas-Empire, haut Moyen Âge), édifices chrétiens, inscriptions et objets chrétiens, cimetières du haut Moyen Âge, bibliographie.

Le second volume est la synthèse des informations rassemblées. Après une présentation du sujet et du corpus des données, la datation des tombes mérovingiennes et une réflexion sur les limites du propos sont évoquées. L’étude de M.-P. Terrien s’appuie en effet sur le mobilier funéraire, les inscriptions et les édifices religieux conservés. Elle s’organise en trois temps : l’implantation du christianisme dans la région rhénane au ive siècle, la rencontre des mondes romain et germanique (ve-vie siècle) et enfin christianisation et germanisation (viie siècle-1re moitié du viiie siècle). Une liste des sources et une bibliographie générale complètent l’ouvrage.

Réginald Auger (dir.) avec Judith Letarte, Robert Nadeau, Frank Rochefort, Site du palais de l’intendant, Chantier école de l’an 2003, Cahiers d’archéologie du CELAT, n° 20, 2007, 324 p., illustrations noir et blanc dans le texte, ISBN : 2-920576,90-9, prix non communiqué.

Il s’agit de trois rapports de recherche produits par les étudiants inscrits au programme de 2nd cycle en archéologie de l’université de Laval. Les auteurs y décrivent les fouilles qui se sont déroulées sur le site du palais de l’intendant à Québec durant l’été 2003, dans le cadre du chantier-école de l’université.

Ce volume, qui s’apparente à un rapport de fouilles, présente donc trois recherches distinctes. La première due à Judith Letartre s’intitule « à la recherche de la cuisine du second palais de l’intendant », la seconde présentée par Robert Nadeau porte sur le plancher du palais et le bassin, enfin la dernière, réalisée par Frank Rochefort, est consacrée à la fouille de la rue des prairies, îlot du palais. Toutes les trois concernent les xviie et xviiie siècles.

  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals