Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainAllemagne-en-Provence (Alpes-de-H...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Notre-Dame

Responsable d’opération : Daniel Mouton
Notice rédigée avec Mariacristina Varano
p. 301-302

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : association AVR

Texte intégral

1À l’issue de deux opérations triennales, la campagne 2018 a mis un terme à l’exploration de l’habitat élitaire situé sur la plateforme sommitale, tandis que se poursuivent les investigations sur l’habitat paysan et l’église (fig.).

2En ce qui concerne l’habitat élitaire, l’occupation la plus ancienne (état 0), qui s’est déroulée entre le milieu du ixe s. et le milieu du xe s., a été entièrement mise au jour. Dans cette phase, le relief naturel a d’abord été isolé du plateau par le creusement, au sud de la plateforme, d’un fossé de 11,50 m de large. Le sol de la première occupation se trouvait à environ 5 m au-dessus du fond de ce fossé. Les édifices principaux sont visibles sous la forme de 105 trous de poteau dont les négatifs montrent des poutres carrées de 17 à 20 cm de côté. Les espaces entre ces poteaux étaient fermés par des planches horizontales de 4,5 cm d’épaisseur. Le bâtiment principal, implanté sur la partie la plus haute de la plateforme, présente un plan rectangulaire orienté NO-SE, de 12,30 m × 7,20 m, soit une surface d’environ 88 m2. La pièce était séparée en deux nefs par un alignement central de poteaux porteurs d’une poutre faîtière. À 3,50 m au sud de ce grand édifice, vingt poteaux forment un alignement de 11 m de longueur, légèrement courbe, paroi qui ferme l’espace de vie dans lequel le mobilier était abondant. Aux précédents s’ajoutent dix-neuf poteaux qui délimitent une sorte de couloir coudé large de 1,75 m et long de 16,50 m qui relie le bord NE de la plateforme à la limite sud du grand bâtiment. Nous interprétons ce double alignement de poteaux comme une palissade avec un chemin de ronde qui protégeait les flancs SO et SE, du côté du fossé, tandis qu’au NO et NE la protection devait être assurée par les murs aveugles du bâtiment principal.

3Au bord méridional de la plateforme, une construction de bois (du chêne caducifolié), terre et galets, a été fouillée. Elle était située à l’extérieur de l’ensemble précédent, en bordure du fossé. Il s’agit de deux parois parallèles d’une quarantaine de centimètres de large et longues d’au moins 11 m pour celle du nord et de 14 m pour l’autre, elles sont espacées entre elles d’environ 2,20 m. Leur mode de construction est particulier : une double rangée de poteaux non équarris (118 ont été relevés) de 10 à 15 cm de diamètre, espacés entre eux d’une quinzaine de centimètres, est ennoyée dans un massif d’argile et de galets. Aucun trou de poteau n’a été mis en évidence, de sorte que ces éléments de bois devaient avoir un simple rôle de raidisseurs du solin. Nous n’avons pas le plan complet de cette structure qui semble former un couloir et dont la position, entre la palissade et le fossé, porte à l’interpréter comme une partie d’un dispositif d’entrée ou de défense, sans doute les deux.

4Immédiatement au NO du tertre occupé par la résidence élitaire se trouve une église, seul vestige d’environ 250 m2 et qui épouse parfaitement la courbe de niveau. Il s’agit d’un bâtiment composite qui fut visiblement entretenu et reconstruit après le Moyen Âge, pérennisant le toponyme du site après l’abandon du sommet par l’élite aristocratique et des versants par les paysans. Dans son état actuel, l’église présente un plan rectangulaire de 10,30 m × 5,50 m hors œuvre. La petite nef unique est prolongée par une abside semi-circulaire dont le voûtement en cul-de-four fut sans doute reconstruit après le Moyen Âge. En partie montés en tuf, en calcaire et en galets, les murs présentent un double parement de moellons et de galets empli d’un blocage uni par du mortier de chaux. Un soin particulier est réservé aux chaînages d’angle réalisés en blocs équarris. L’épaisseur des murs varie entre 0,70 m et 1 m et leur mise en œuvre révèle plusieurs phases de reprise et peut-être de reconstruction.

5La pente occidentale du plateau, dominée par la résidence élitaire et l’église, est occupée par un habitat. En 2017, l’ensemble de cette occupation a été appréhendé par le croisement de l’étude microtopographique et des données issues d’une prospection LiDAR (acquisition avril 2016) financée par le ministère de la Culture. Au cours de la campagne 2018, la fouille du secteur H1, implanté à environ 90 m à vol d’oiseau de la résidence élitaire, s’est poursuivie. Le secteur a été agrandi vers le nord en doublant la surface fouillée les années précédentes, ses dimensions totales couvrent désormais une aire d’environ 257 m2. L’installation de l’habitat, qui suit la courbe de niveau orientée NO-SE, a été précédée par un aménagement important du substrat faisant partie de la formation du Plateau de Valensole (formation allant du Miocène supérieur au Pléistocène inférieur). Son façonnement a déterminé la création de replats de dimensions différentes, mais paraissant répéter un module régulier, défini par des retours aménagés dans le même sol géologique.

6Au SE du secteur, une série de pièces contiguës sont séparées par des poteaux en bois, dont seuls les trous en négatif ont été retrouvés. Le fractionnement des espaces est bien perceptible grâce aux niveaux de sol qui sont, par endroits, très riches en charbons (une datation radiocarbone après calibrage indique la séquence 689 à 893 apr. J.-C). Des aménagements plus réduits et moins nets, constitués de galets, semblent avoir remplacé, de façon ponctuelle, les structures en bois. Ces volumes comportaient des fonctions différentes : des zones de passage et de desserte, des pièces d’habitation et de cuisson (artisanat ?), des aires de stockage, notamment une petite pièce bien entretenue contenant, au centre, un silo piriforme. La fouille de cet espace vers le nord s’est achevée avec la campagne 2018. Un foyer a généré ici une importante couche de cendres dans laquelle un mobilier abondant a été retrouvé.

7Cette série de pièces se prolonge vers le NO par une vaste zone présentant une pente raide imposée par le sol géologique. Sur cette pente, une série de neuf fosses, dont deux détruites, ont été aménagées. Tandis qu’aucun niveau de sol ou de circulation n’était associé à ces cavités, un négatif fortement érodé situé entre la zone des fosses et la pièce de vie contiguë au sud est interprété comme un probable passage reliant les deux espaces. Les fosses comportaient toutes une ouverture subcirculaire approchant 1 m de diamètre. Leur profondeur, à une exception près, était comprise entre 40 et 80 cm, si bien que leur fonction de stockage paraissait peu probable. Toutefois, en aval de plusieurs fosses, sur le versant où les bords étaient moins hauts, une couche de terre granuleuse et compacte de couleur beige sans le moindre galet, dont l’origine ne semble pas naturelle, laisse envisager l’hypothèse d’une structure en terre crue. Elle pourrait avoir eu comme fonction d’augmenter la capacité des fosses dont l’usage, compte tenu du faible volume que la pente leur impose, semblerait autrement incompréhensible. Ce dispositif fait penser à des fosses-silos semi-enterrées dont peu d’exemples ont été reconnus sur les fouilles des zones de stockage mais qui, comme à Lunel-Viel, semblent associées à un ensilage temporaire. Après leur utilisation, plusieurs de ces fosses ont été comblées par un niveau de galets de module moyen et régulier. Seule une fosse, en revanche, accusait une profondeur importante de 1,50 m, ce qui a entraîné l’aménagement d’encoches pour les pieds sur la paroi sud. À la base de cette pente, une rampe subhorizontale orientée NO-SE pourrait correspondre à un espace d’accès qui était probablement abrité, comme tend à le prouver la présence de quatre trous de poteau alignés suivant le même axe que la rampe.

8Étagé en terrasses, l’habitat se développe sur une surface totale d’environ 1 ha. La détermination de ses limites ainsi que l’articulation entre les replats seront au cœur de la campagne 2019 et du dernier programme triennal sur le site.

Allemagne-en-Provence, Notre-Dame. Plan général du site.

Allemagne-en-Provence, Notre-Dame. Plan général du site.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Allemagne-en-Provence, Notre-Dame. Plan général du site.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/23524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1002k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Mouton et Mariacristina Varano, « Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Notre-Dame »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 301-302.

Référence électronique

Daniel Mouton, Mariacristina Varano, « Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Notre-Dame » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23524 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.23524

Haut de page

Auteurs

Daniel Mouton

LA3M UMR 7298

Articles du même auteur

Mariacristina Varano

LA3M, université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Mouton

LA3M UMR 7298

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search