Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainCaen (Calvados). Le Château, le V...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Caen (Calvados). Le Château, le Vieux Palais

Responsable d’opération : Bénédicte Guillot
p. 308-309

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Texte intégral

1En 1998, la ville de Caen a lancé un programme de conservation et de mise en valeur du château. Le schéma directeur est entré dans une deuxième phase en 2016, avec un programme d’aménagement patrimonial, culturel et paysager, qui a entraîné un diagnostic archéologique, effectué en octobre 2016, et la réalisation de missions d’évaluation et d’archéologie du bâti par l’Inrap, d’abord sur le donjon en 2016 et en 2018 sur le Vieux Palais, secteur situé entre la salle de l’Échiquier et le donjon.

2Entre 1961 et 1967, ce secteur a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouille par M. de Boüard. Cette mission d’évaluation sur le donjon comprenait plusieurs parties, avec, tout d’abord une étude documentaire des données déjà existantes sur le Vieux Palais (plans anciens, documents issus des fouilles, archives, publications, etc.). Les éléments céramiques encore présents au musée de Normandie ont fait l’objet d’un recensement, d’une datation et d’une étude plus détaillée en ce qui concerne un lot du début du xvie s. À la suite de l’étude complémentaire, vingt sondages ou tranchées ont été réalisés afin de compléter les renseignements déjà connus. L’objectif principal de ces sondages étant de préciser les secteurs contenant encore des niveaux archéologiques, la fouille s’est arrêtée sur la partie supérieure de la stratigraphie lorsque cette dernière se composait de niveaux de sol ou de travail encore bien conservé. Une étude de bâti sur l’ensemble des maçonneries encore visibles dans le Vieux Palais a été réalisée à partir de photogrammétries faites sur toutes les maçonneries (plan et élévation). Enfin, une prospection géoradar a été mise en place à l’issue de la phase terrain. Neuf profils espacés de 0,40 cm, se recouvrant partiellement, ont été obtenus avec une profondeur atteinte de 1,80 m.

3Une première synthèse peut être entreprise à l’issue de ces travaux, avec une proposition de phasage des occupations médiévales et modernes qui reprend les conclusions de M. de Boüard, en les complétant avec les nouvelles données acquises. En l’état de nos connaissances, chaque phase est associée à un siècle mais il s’agit d’une simplification de la chronologie et non d’une datation absolue.

4La phase I (xie s.) regroupe les bâtiments qui font partie, selon M. de Boüard et en l’absence de toute nouvelle datation, du palais de Guillaume le Conquérant, soit la grande salle dallée identifiée comme l’« aula » A, mesurant à l’intérieur environ 125 m², avec un dallage en calcaire ; la pièce à l’est dite « camera » B, couvrant au sol une surface interne de 73 m²  et la « chapelle » C, d’environ 100 m², dallée elle aussi en calcaire. Le seul élément nouveau est la présence de la possible inscription « Redemptio animarum » sur des blocs du mur oriental de la « chapelle », avec une graphie du « R » laissant penser à une écriture du xie s. Il faudrait peut-être ajouter à ces éléments deux pièces situées à l’ouest (I et K), car il s’agit de deux espaces qui semblent détruits lors de la construction de la salle de l’Échiquier au tournant des xie et xiie s.

5La phase II couvre tout le xiie s. avec, au NE, une stratigraphie plus fine grâce aux nouvelles données issues des sondages archéologiques et de l’étude de bâti. La phase IIa comprend de nouveaux bâtiments qui viennent se greffer sur l’ensemble A/B (D, L identifié comme une citerne et un mur en glacis à l’est), sans que l’on puisse dater précisément leur mise en place (durant la première moitié du xiie s. ?, en même temps que la construction de la salle de l’Échiquier à l’ouest et/ou de la tour maîtresse à l’est ?). La seule précision connue est qu’ils sont construits avant des maçonneries installées au cours de la seconde moitié du xiie s. (phase IIb), datation de plusieurs dépotoirs présents dans ce qui devait être une cour à l’est du bâtiment D.

6La phase III commence au début du xiiie s., avec la construction de la chemise entourant la tour maîtresse et le percement de fossés, isolant le donjon du reste du château. En l’absence de renseignements plus précis sur les relations stratigraphiques et le mobilier présent dans les niveaux fouillés par M. de Boüard, la durée de cette phase est très grande et couvre tout le bas Moyen Âge. Le creusement des fossés a détruit une partie des murs composant le Vieux Palais, en particulier de grands murs talutés, mais rien ne dit qu’ils ne subsistent pas encore en élévation. Une mise en terrasse des terres situées au nord du Vieux Palais est réalisée, avec l’apport de gravats permettant de rehausser le terrain. De nouvelles maçonneries viennent compléter le bâti à l’est du bâtiment D, après creusement d’une grande fosse dont la nature reste encore sujette à question.

7Le secteur sud voit également apparaître de nouvelles constructions, avec tout d’abord l’édification d’une cuisine au SE de l’Échiquier au xiiie s., plus un possible bâtiment un peu plus au nord. Ce bâtiment est déduit de la présence d’une grande cheminée murale qui s’installe dans le mur gouttereau oriental de l’Échiquier. Un bâtiment (M) vient s’accoler à la nouvelle cuisine alors que la « chapelle » C subit également de grandes transformations à l’intérieur avec la mise en place de deux, voire trois structures au centre du bâtiment, dont la nature reste inexpliquée. Le pavage est détruit avec l’installation de ces maçonneries semi-circulaires, ouvertes vers le nord et fonctionnant avec un nouveau pavage situé une quarantaine de centimètres plus bas que le premier, qui existe toujours dans la moitié sud de l’édifice.

8Lors de la phase IV (xvie-xviiie s.), la plupart des bâtiments présents dans le secteur semblent disparaître, même s’il reste difficile de dater précisément leur destruction, à deux exceptions près. La probable citerne L jouxtant le bâtiment D au nord est comblée avec un niveau très détritique daté du premier quart du xvie s. Un plan du milieu du xviie s. montre que ce qui est appelé le « Palais » est alors composé du bâtiment M, de la « chapelle » C, amputée peut-être dès cette période d’une partie au nord, et d’une troisième construction pouvant être identifiée au bâtiment D. Ce dernier semble détruit à la fin du siècle puisqu’il n’apparaît plus sur un plan de 1699.

9La dernière phase V (xixe-xxe s.) peut être divisée en plusieurs parties, grâce aux nombreux plans représentant la caserne Lefebvre et s’échelonnant entre le début du xixe et la première moitié du xxe s. De nouveaux bâtiments sont construits aux abords de la salle de l’Échiquier, mais le fait le plus significatif est le comblement des fossés et la construction de plusieurs bâtiments de caserne ouvrants sur une place d’armes située à l’emplacement de l’ancien donjon définitivement remblayé. Ceci a nécessité la destruction d’une partie de la courtine au nord du site pour l’installation des écuries de la nouvelle caserne.

Caen, le Château, le Vieux Palais, plan général.

Caen, le Château, le Vieux Palais, plan général.

B. Guillot, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Caen, le Château, le Vieux Palais, plan général.
Crédits B. Guillot, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/23597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Guillot, « Caen (Calvados). Le Château, le Vieux Palais »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 308-309.

Référence électronique

Bénédicte Guillot, « Caen (Calvados). Le Château, le Vieux Palais » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23597 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.23597

Haut de page

Auteur

Bénédicte Guillot

Inrap, Craham

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bénédicte Guillot

Inrap, Craham

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search