Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Chaux-des-Crotenay et Vescles (Jura). Champ-des-Mottes et Oliferne

Responsable d’opération : Stéphane Guyot
p. 311-312

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Éveha, SG Investigations Archéologiques, Archimède UMR7044

Texte intégral

1Les fouilles archéologiques menées dans le cadre de la prospection thématique portant sur les édifices castraux de Chaux-des-Crotenay et de Vescles dans le Jura livrent des données nouvelles sur leur architecture mais renseignent également sur les occupations des espaces construits du bâtiment nord de la haute cour et de la tour occidentale.

2Dans la continuité de l’intervention 2017, la fouille 2018 permet de renseigner les niveaux de circulation de l’espace 8. Tous ont fait l’objet de datations radiocarbone (4 mesures). À l’exception du sol primitif (sol 41) daté de l’extrême fin du xiie s., voire du début du xiiie s., les trois autres sont maintenant renseignés. Deux planchers se succèdent avec des caractéristiques différentes, inhérentes aux aménagements connexes. Ainsi, le premier plancher (sol 42) assez bien conservé compte quatre solives sur lesquelles prennent place seize planches disposées perpendiculairement. Dans la première moitié du xive s., la salle est encore plus petite. Dès le début du xve s., de lourds travaux sont opérés dans cet espace. Le sous-sol est percé pour insérer une cave. La maçonnerie orientale mur 48 est arasée et une nouvelle construction est accolée contre son parement oriental (mur 49). La salle 8 est alors agrandie et la voûte est transformée. Le premier plancher est remplacé par un second (sol 43) qui scelle les travaux. Ce plancher, dont quelques bribes de bois sont conservées, comporte cinq solives orientées NS. À partir de 1485, des travaux très importants sont réalisés dans le château. Un avant-corps et une cage d’escalier sont plaqués contre la façade sud de l’aile nord. Les circulations sont ainsi totalement modifiées. La porterie et le fossé sont aussi touchés. Dans l’espace 8, les aménagements internes sont nombreux. La cave est modifiée par un changement de voûte qui contraint à reparementer les murs. Les raisons exactes de ces travaux ne sont pas connues, mais l’intrados est dorénavant plus haut, ce qui n’est pas le cas de la cave plus à l’est. Au niveau supérieur, le plancher (sol 43) est abandonné, remplacé par un dallage (sol 44). Les enduits muraux trahissent précisément la hauteur de ce nouveau sol qui coïncide avec ceux des espaces voisins. La porte primitive (ouv 54) est obturée et une ouverture est percée, en adéquation avec les nouvelles constructions contre la façade. L’attaque des troupes françaises en 1674, puis le démantèlement du château en 1691, entraînent la récupération des matériaux, en particulier des dalles de l’espace.

3À Oliferne, la fouille a mis en évidence la quatrième des tours flanquées de la basse cour. Ce petit édifice quadrangulaire s’intègre parfaitement à la défense, reprenant le plan de la tour flanquée plus au nord (viib). Elle contient deux occupations, dont l’une tardive peut être attribuée à un vacher ou un berger. L’autre correspond à l’activité castrale. Constitués de trois couches, les vestiges d’un sol (sol 731) sont, semble-t-il, contemporains de la construction. Cependant, les données recueillies depuis 2013, permettent pour la première fois d’envisager une installation assez tardive dans la basse cour. À l’exception de quelques éléments, le mobilier révèle essentiellement une activité à partir du xve s. L’étude des maçonneries prouve aussi que la construction de la basse cour débute au nord, à l’aval topographique, jusqu’au sud, à l’amont et sa haute cour. Les travaux sont segmentés mais les tours sont érigées en une seule phase de travaux, ce qui n’est pas le cas des courtines. Les segments atteignent au maximum une vingtaine de mètres. L’intervention 2018 permet ainsi de distinguer plusieurs éléments de construction de la basse cour qui reste cependant encore méconnue.

4Les deux opérations livrent des données nouvelles sur les aménagements et les constructions de la haute et de la basse cour. Dans les deux cas, les données recueillies complètent les connaissances sur le déroulement de leur implantation et de leur construction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Guyot, « Chaux-des-Crotenay et Vescles (Jura). Champ-des-Mottes et Oliferne »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 311-312.

Référence électronique

Stéphane Guyot, « Chaux-des-Crotenay et Vescles (Jura). Champ-des-Mottes et Oliferne » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23622

Haut de page

Auteur

Stéphane Guyot

Éveha, SG Investigations Archéologiques, Archimède UMR 7044

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Guyot

Éveha, SG Investigations Archéologiques, Archimède UMR 7044

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals