Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Chevreaux (Jura). Château

Responsable d’opération : Stéphane Guyot
p. 312

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Éveha, SG Investigations Archéologiques UMR7044

Texte intégral

1L’intervention archéologique menée en 2018 au château de Chevreaux (Jura), conventionnée avec l’université de Strasbourg, concerne l’emprise programmée déjà investie en 2017, à savoir la rampe d’accès entre la basse cour au sud et la haute cour au nord. Le chantier a accueilli douze étudiants en archéologie provenant de Strasbourg, de Dijon, de Grenoble et de Lyon, ainsi que de Louvain (Belgique), de Salonique (Grèce) et de Padoue (Italie).

2La fouille a mis au jour sept niveaux de circulation successifs et épandus sur la rampe d’accès à la haute cour. Ils complètent les deux premiers et plus récents niveaux dégagés en 2017. Tous sols confondus, l’intervalle chronologique des occupations perceptibles s’étend de la seconde moitié du xiiie s. à l’époque contemporaine, le xviiie s. étant le terminus post quem du mobilier mis au jour.

3Les sept sols mis en évidence prennent essentiellement place dans la moitié nord de la rampe. La moitié sud comporte seulement les vestiges des sols primitifs (libérés des niveaux modernes et contemporains, Sol 394 et Sol 383) comme l’a confirmé le sondage méridional en 2017. Aucun sol construit n’est décelé. Si des négatifs de pierres sont visibles à la surface de certaines circulations, notamment celles pourvues de mortier de chaux ou de nodules de chaux, il ne s’agit que de cailloutis et non de dalles ou de pavés. Seule la partie de la haute cour se situant devant les logis reste une aire ouverte pavée. Dans le cas présent, la surface des sols est constituée de cailloutis de taille très variable. Les plus petits, de 10 à 30 mm de long maximum, sont systématiquement associés à la finition de la chaussée. Les cailloutis de 30 à 50 mm sont perceptibles. Notons que plusieurs circulations comportent des pierres nettement plus conséquentes qui avoisinent les 150 mm et se rapprochent de celle plus fréquemment utilisée pour les couches de préparation. Certaines de ces dernières ont pu avoir une fonction drainante si l’on considère les cotes altimétriques. Ces drains rudimentaires sont perceptibles dans un axe relativement longiligne et central, limité par des petits cailloutis de la bande de roulement.

4Cette succession septentrionale est à mettre en relation avec l’installation d’un mur et de trois portes consécutives. Cette maçonnerie est en effet contemporaine de l’épandage du sol le plus ancien, découvert en 2018. La première porte inscrite dans le mur sera en fonction durant l’installation et l’utilisation de plusieurs niveaux. L’abandon d’un des sols entraîne un épandage et un changement de porte. La porte charretière est remplacée par une autre dotée d’un seuil plus haut et en retrait. Les découvertes établies en 2018 s’arrêtent ici. La fouille 2017 avait permis d’identifier l’usage de la porte 398 pendant la pose de deux niveaux de circulation. La construction de la chapelle, et plus globalement le réaménagement des logis à la fin du xve s., constitue l’arrêt de l’ascension des voitures à roue sur la rampe marquée par le remplacement de la porte charretière par une porte piétonnière. Le sol est alors épandu sur la totalité de la rampe, lui-même recouvert par un sol moderne succédant à un niveau de circulation mis en place pour la récupération des matériaux après le démantèlement du château.

5La fouille de 2018 livre des informations non négligeables pour la compréhension des accès au château. La mise au jour des sols successifs de la rampe permet de comprendre son mode constructif et l’évolution de son usage au courant du Moyen Âge et de l’époque moderne. Les origines de la rampe d’accès à la haute cour devraient quant à elles être abordées en 2019 afin de tenter de répondre aux questions de l’accès à l’édifice primitif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Guyot, « Chevreaux (Jura). Château »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 312.

Référence électronique

Stéphane Guyot, « Chevreaux (Jura). Château » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23631

Haut de page

Auteur

Stéphane Guyot

Éveha, SG Investigations Archéologiques UMR 7044

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Guyot

Éveha, SG Investigations Archéologiques UMR 7044

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals