Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Compiègne (Oise). Terrasse du château de Compiègne

Responsable d’opération : Hélène Dulauroy-Lynch
p. 314

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : SDAO

Texte intégral

1Au château de Compiègne, les services de la Culture ont entrepris de restaurer et étanchéifier la couverture du tunnel qui permet d’accéder au parc du château en passant sous ce dernier et sous la grande terrasse. En effet, ce tunnel présente des fissures visibles à l’intérieur qui engendrent des désordres et des fuites. L’extrados de la voûte du tunnel est recouvert de tuiles plates. L’objectif des travaux est de reprendre cette couverture en remplaçant les éléments cassés et en bouchant les fissures et autres désordres constatés. Des drains doivent en outre être posés de part et d’autre de la couverture pour canaliser les eaux pluviales vers l’extérieur de la terrasse et loin du corps du château. Enfin, une géomembrane devrait couvrir l’ensemble afin que l’étanchéité soit totale et pérenne.

2La terrasse du château a été construite en deux temps : elle s’étend d’abord jusqu’à l’emplacement de l’ancienne enceinte médiévale dont le tracé a été conservé, puis elle est élargie vers le parc après 1748. Aussi, outre l’observation du tunnel lui-même, l’objectif du suivi était de vérifier si l’enceinte était encore visible.

3Le suivi archéologique a consisté à suivre l’ouverture de la tranchée qui a permis de dégager l’ensemble de l’extrados du tunnel. Toutes les anomalies ont été relevées, notamment les réparations anciennes et les différents réseaux qui passent sur ou à travers la voûte. On a ainsi relevé la présence de câbles électriques anciens (fin xixe-xxe s.) protégés par du tissu et de nombreuses canalisations en plomb dont une avec un système de vanne inséré dans un regard en brique.

4Le dégagement de la toiture du tunnel a permis d'observer cette dernière : elle mesure 22,30 m et présente deux pans symétriques mesurant 2,80 m de large chacun. La pente de chaque pan est douce avec une valeur de 19 % soit 10,8°. Elle est réalisée en tuiles plates de 30 cm × 27 cm pour une épaisseur variant sur une même tuile de 1 cm à 1,95 cm. Les tuiles sont rose clair avec de petites inclusions de chamotte et d’autres de nature organique noirâtres. Elles présentent un ergot sur un des côtés courts et sont jointoyées par un mortier rose qui étanchéifie l'ensemble. Le tunnel a été construit entre 1742 et 1782.

5La tranchée a aussi permis de relever les fondations du château et celle d’un ancien escalier du xviiie s. aujourd’hui disparu, situé en face d'une porte-fenêtre aujourd'hui transformée en simple fenêtre. Deux bases en pierre et ciment semblent correspondre à des supports de poteau qui soutenaient une tente qu'on peut observer sur les gravures du Second Empire, dressée pour abriter du soleil les salons du palais Impérial.

6Enfin, l’ouverture de la tranchée a mis au jour l’enceinte médiévale du château de Charles V, probablement remaniée à l’époque moderne, qui présentait une épaisseur de 6,16 m. Étant donné la nature des travaux et l'ouverture de la tranchée, il ne reste que le blocage interne du mur, blocs noyés dans un mortier très dur, les parements ayant été démantelés. On a pu déterminer avec précision que le différentiel de portance entre la maçonnerie de la courtine et le terrain du parc, où se situaient les anciens fossés, est à l’origine de la fissure observée dans le tunnel.

Compiègne, terrasse du château de Compiègne, toiture en brique du tunnel (1742-1782).

Compiègne, terrasse du château de Compiègne, toiture en brique du tunnel (1742-1782).

Cl. H. Dulauroy-Lynch, SDAO

Haut de page

Table des illustrations

Titre Compiègne, terrasse du château de Compiègne, toiture en brique du tunnel (1742-1782).
Crédits Cl. H. Dulauroy-Lynch, SDAO
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/23647/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Dulauroy-Lynch, « Compiègne (Oise). Terrasse du château de Compiègne »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 314.

Référence électronique

Hélène Dulauroy-Lynch, « Compiègne (Oise). Terrasse du château de Compiègne » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23647

Haut de page

Auteur

Hélène Dulauroy-Lynch

service départemental d'archéologie de l'Oise [SDAO]

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hélène Dulauroy-Lynch

service départemental d'archéologie de l'Oise [SDAO]

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals