Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Eaucourt-sur-Somme (Somme). Les Aires du Château

Responsable d’opération : Sandrine Mouny
p. 315-316

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Université de Picardie, Laboratoire TRAME EA 4284

Texte intégral

1Localisé à 7 km en amont d’Abbeville, le site fortifié d’Eaucourt-sur-Somme est une maison forte, bâtie en marge du village et installée en fond de vallée alluviale, sur la rive droite de l’artère fluviale, la Somme.

2Depuis 2015, le château d’Eaucourt-sur-Somme fait l’objet d’un programme de recherche. Les fouilles réalisées ont un double enjeu : scientifique, pour la connaissance et la compréhension de la place forte, et patrimonial, par la mise en valeur des vestiges dans le cadre d’un projet de réhabilitation et de valorisation.

3D’un point de vue scientifique, la fouille des précédentes années a montré la potentialité du site en mettant en relief la densité des vestiges construits et la préservation des sols d’occupation. Après quatre campagnes de fouille (2015–2018) et une étude documentaire poussée, notre connaissance de l’histoire générale du site, est relativement approfondie. Le plan général d’occupation de l’aile orientale de la plateforme est maintenant bien documenté par la mise au jour de plusieurs structures bâties (cuisines, puits, cheminées, tours d’escalier, galerie couverte…). La découverte du rez-de-chaussée d’un grand bâtiment résidentiel du bas Moyen Âge, ainsi que les diverses phases d’aménagements qui se sont succédé jusqu’à l’abandon de cette occupation, permettent d’appréhender l’organisation spatiale du site sur une surface de plus de 400 m2. Cette aire ouverte se caractérise par une permanence de la structuration interne de l’espace malgré de multiples dévastations incessantes et de nombreuses appropriations du site pendant trois siècles. Les données rassemblées ont donné lieu à des restitutions de plan des bâtiments selon leurs états de construction et de fonctionnement. Le mobilier recueilli a permis d’affiner les datations des structures et de documenter la vie quotidienne. L’ensemble des constructions se matérialise par un logis, formant un « U » adossé aux courtines et faisant face à la porte fortifiée. Ce lieu, tout en conservant l’aspect d’un château féodal avec son fossé défensif et son châtelet d’entrée, prend la forme à la fois d’une demeure de plaisance, et en cas de conflit, d’une forteresse.

4La campagne de l’été 2018 s’est inscrite dans la continuité des précédentes, avec des extensions à chacune des extrémités de la zone déjà sondée, afin de mettre en évidence l’emprise totale des trois corps de bâtiment accolés et desservis par les deux élégantes tours d’escalier d’angle édifiées en saillie sur la façade. Cette intervention a mis en évidence l’existence de la grosse tour d’angle de l’enceinte, défendant le côté NE.

5L’opération avait un second objectif : celui d’atteindre, par des sondages profonds, l’occupation primitive du site et d’apporter un phasage global de l’origine jusqu’à nos jours. Des avancées importantes ont été faites dans la connaissance de l’état le plus ancien, que l’on peut maintenant attribuer sans trop de risques au courant du xiie s. Observées uniquement sur une faible surface, les premières phases d’aménagement du site se matérialisent par une puissance stratigraphique de deux couches servant à supporter des constructions imposantes et à assainir les zones d’occupation. Ces argiles proviennent certainement des zones marécageuses environnantes et du creusement du fossé. S’ensuit une succession de remblais argileux et sableux entrecoupés de rares sols rubéfiés et cendreux, marquant les plus anciennes occupations du château. Cependant, les interrogations demeurent à propos des structures associées à ces microcouches, car la fouille a décelé peu d’éléments construits sur le pourtour de la plateforme, laissant entrevoir une installation de l’habitat plus au centre de la haute cour pour le début de son occupation.

6D’autres tranchées de reconnaissance au sud de la zone de fouille ont permis des découvertes marquantes et exceptionnelles. À seulement 40 cm des niveaux de craie indurés d’une pièce d’habitat du xve s., ont été mis au jour deux sols dallés de carreaux en terre cuite vernissés, encore en place. De forme carrée, ces pavés sont presque tous vernissés, jaunes ou verts, sauf quelques exemplaires bicolores et historiés placés en bordure des constructions.

7Cette campagne est donc venue conforter les conclusions exposées l’an passé, à savoir que la majorité des découvertes dénote une demeure de prestige. Ces vestiges mis au jour montrent l’existence d’un ensemble résidentiel noble et de qualité, qui reflète un symbole de pouvoir. D’ailleurs, certains objets recueillis, tels que des ampoules de pèlerinage, marquent le caractère privilégié des occupants.

8Pour garantir la pérennité de ce patrimoine, un programme de conservation préventive et de restauration des vestiges a été lancé en fin d’année 2018 sous le contrôle des monuments historiques.

Eaucourt-sur-Somme, les Aires du Château, la zone en cours de fouille, le bâtiment résidentiel.

Eaucourt-sur-Somme, les Aires du Château, la zone en cours de fouille, le bâtiment résidentiel.

S. Charrier, 2018

Haut de page

Table des illustrations

Titre Eaucourt-sur-Somme, les Aires du Château, la zone en cours de fouille, le bâtiment résidentiel.
Crédits S. Charrier, 2018
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/23662/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 990k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Mouny, « Eaucourt-sur-Somme (Somme). Les Aires du Château »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 315-316.

Référence électronique

Sandrine Mouny, « Eaucourt-sur-Somme (Somme). Les Aires du Château » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23662

Haut de page

Auteur

Sandrine Mouny

université de Picardie Jules Verne, Amiens

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sandrine Mouny

université de Picardie Jules Verne, Amiens

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals