Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Lapradelle-Puilaurens (Aude). Le château

Responsable d’opération : Adeline Barbe
p. 318

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Acter Archéologie

Texte intégral

1Le château de Puilaurens appartient au groupe dit des « cinq fils de Carcassonne », au même titre que les forteresses de Quéribus, Thermes, Aguillar et Peyrepertuse. Il est édifié sur le mont Ardu, un piton rocheux qui culmine à 750 m d’altitude. Cette position lui permet de dominer le carrefour de voies de circulation qu’est la vallée de la Boulzane, qui relie d’est en ouest Perpignan à Quillan et Foix, ainsi que le Fenouillèdes et le Roussillon. Le château verrouille ainsi l’accès à Fenouillet et son plateau et lui confère une position stratégique lors du rattachement du Fenouillèdes au royaume de France et un rôle de sentinelle face au royaume d’Aragon.

2La première mention du château remonte à 968 où il est indiqué, dans une bulle de Jean XIII, comme possession de l’abbaye de Saint-Michel-de-Cuxa. L’occupation militaire du château de montagne se poursuit selon des effectifs variables jusqu’à la Révolution, date à laquelle la forteresse est abandonnée.

3L’accès au château s’effectue par une rampe fortifiée de chicanes. Le château se compose principalement de deux enceintes accolées. La première, la plus grande, est limitée par une courtine crénelée, scandée de deux tours circulaires, percée d’une porte-assommoir principale et de deux poternes. Le tracé de l’enceinte suit la topographie du mont. À l’intérieur, plusieurs bâtiments sont conservés partiellement ; l’un est identifié comme un logis et localisé contre la courtine nord. Ce logis, desservi par un couloir anciennement voûté, est précédé d’une citerne quadrangulaire semi-enterrée. La deuxième enceinte, plus petite est fermée d’une courtine qui unit deux tours semi-circulaires. À l’instar de la première, l’enceinte est percée d’une porte-assommoir, précédée d’une terrasse fortifiée d’un ancien haha. Au centre s’établit une tour habitable de plan carrée, accolée à une citerne. L’accès à la deuxième enceinte s’effectue au moyen d’une rampe en escalier, juxtaposée à la courtine de la première enceinte, puis par le franchissement d’une passerelle métallique contemporaine.

4Considérant les campagnes de sondages opérées de 1992 à 1996 par Lucien Bayrou dans le château, l’opération de 2018 vient en appui d’une étude architecturale préalable à un important programme de consolidation du site. Elle visait à répondre à une série de questionnements relatifs aux modalités d’accès à l’enceinte supérieure ainsi qu’à la poterne nord de la première cour. Cinq sondages ont été réalisés, ainsi que des observations du bâti au printemps 2018.

5L’opération a mis en évidence plusieurs phases de remaniement des principaux points passage. En effet, trois états de la rampe d’accès ont été révélés. On observe en premier lieu la séquence d’installation d’une rampe dont le système d’emmarchement n’est pas identifié. L’emprise complète de la rampe n’a pas été appréhendée puisque son mur d’ados a été arraché, probablement à l’époque moderne. Cet accès est associé à une passerelle primitive certainement en bois, qui suit une légère pente, dont les corbeaux sont encore en place en dessous du niveau de la passerelle actuelle. Le sol de circulation de la terrasse, correspondant à l’arrivée de la passerelle, a été mis au jour lors de l’opération. Ces aménagements sont probablement à rattacher à la première campagne de construction du château, datée d’une large deuxième moitié du xiiiᵉ s. La rampe a ensuite été aménagée de marches en pas d’ânes puis modifiée par l’installation d’une volée droite de marches. Les deux dernières séquences sont à mettre en relation avec les différentes campagnes de restauration modernes du château, dont celle amorcée par le duc de Joyeuse en 1595.

6La chronologie du couloir d’accès au logis et à la poterne nord de la première enceinte a également été affinée lors de ces investigations, avec l’identification de quatre séquences de construction ou d’utilisation. La mise en place d’un mur transversal d’orientation NS, appuyé contre la courtine nord marque une première phase. Elle est suivie de l’installation de la citerne, puis le démantèlement partiel du mur transversal et de la citerne pour l’insertion du couloir vouté en berceau qui dessert l’accès à la poterne nord. À l’intérieur du couloir, un niveau de circulation associé à son niveau d’utilisation ont été découverts et sont datés du xive-xviᵉ s. Il s’ensuit une phase de remblaiement, suivie de l’aménagement d’un sol de mortier de chaux dans le couloir, mis en place à des fins d’assainissement-drainage des eaux de la citerne. Le sol de mortier est ensuite couvert par une succession de remblais qui marque l’abandon progressif du couloir à partir du xviiiᵉ s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adeline Barbe, « Lapradelle-Puilaurens (Aude). Le château »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 318.

Référence électronique

Adeline Barbe, « Lapradelle-Puilaurens (Aude). Le château » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23677

Haut de page

Auteur

Adeline Barbe

Acter Archéologie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Adeline Barbe

Acter Archéologie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals