Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainLouviers (Eure). Place Ernest-Thorel

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Louviers (Eure). Place Ernest-Thorel

Responsable d’opération : Bénédicte Guillot
p. 319

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017

Numéro d’opération :

172932
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Texte intégral

1Un diagnostic archéologique a été réalisé suite à un projet immobilier place Ernest-Thorel à Louviers. L’îlot concerné se trouve en limite de la ville close, en partie à l’emplacement des fossés creusés à partir de 1366 et aux abords d’une des portes principales de la ville, la Porte de Rouen.

2Deux des tranchées, dans la partie ouest du terrain, contiennent des aménagements en lien avec les fortifications de la ville. Les données existantes sur l’enceinte nord de Louviers sont issues d’abord de plans et textes d’époque moderne, et de découvertes de la fin du xixe s. D’autre part, un diagnostic archéologique, réalisé à l’ouest de la place Ernest-Thorel en 2009 (resp. B. Guillot), a mis en évidence une occupation des xiiie et xive s., détruite en partie lors du creusement du fossé dans la seconde moitié du xive s. Aucune fortification n’a été retrouvée et l’escarpe du fossé n’était pas maçonnée. L’enceinte devait passer plus au sud, au niveau de l’actuelle rue Saint-Louis, soit entre 7 et 10 m du départ du fossé. L’espace d’un tel terrain dégagé entre courtine et fossé pourrait s’expliquer par la présence d’un rempart de terre.

3C’est donc la première fois qu’un pan de la maçonnerie appartenant à l’enceinte est mis au jour depuis le xixe s. Découvert à 3 m de profondeur, il est construit en blocs calcaires liés au mortier orangé, avec un parement très légèrement taluté côté sud. Au nord, l’arase semble former un glacis mais il n’a pas été possible de confirmer ce fait. Si le glacis existe vraiment, le mur lui-même ne ferait que 1,40 m de large, alors que si l’ensemble de la maçonnerie découverte faisait partie du blocage, on atteindrait une largeur minimum de 2,20 m, mesure plus conforme à la nature du mur.

4L’orientation du mur, ONO/ESE, pose question sur l’appartenance du mur à l’enceinte même. En effet, il semble que la courtine se trouvait globalement le long de la rue au sud, avec une orientation plutôt OSO/ENE. Ceci est appuyé par le tracé d’une ravine, installée au fond du fossé, et qui garde globalement cette orientation sur tout le secteur concerné. De plus, si on prolonge la maçonnerie vers l’est, on aurait dû la retrouver dans une tranchée alors que seuls des remblais ont été observés sur le terrain naturel, apparu plus de 2,50 m plus bas que l’arase du mur fortifié.

5Cette absence de maçonnerie pourrait d’abord s’expliquer par sa récupération totale à cet endroit. Mais il faut signaler que les premiers remblais sur le terrain naturel ne contenaient pas de matériaux pouvant être issus de cette récupération, avec en particulier l’absence de tout fragment de mortier orangé. Une autre explication, qui pourrait intégrer également l’orientation de ce mur, serait de l’associer non pas à un pan de courtine, mais à un ouvrage avancé de type tour, comme il en existe sur les représentations des xviie et xviiie s.

6Les remblais observés au sud de ce mur ont livré du mobilier du xvie s. Ils sont pourtant contemporains de la récupération de cette maçonnerie, soit le début du xixe s., comme le montre la présence d’éclats calcaires et surtout de mortier orangé. Ce même constat peut être fait pour les premiers niveaux mis en évidence sur le terrain naturel à l’est. Il semble donc que, pour combler la grande dénivellation issue de la récupération de l’enceinte et du fossé, on soit allé chercher des terres datant du xvie s. La grande fragmentation des céramiques, leur faible nombre, et la nature très graveleuse des niveaux montrent qu’il ne s’agit pas de dépotoirs mais de remblais de proximité déjà très remaniés.

7Les apports suivants, avec un pendage SN, donc de l’intérieur de la ville vers l’extérieur, alternent gravats et limons non détritiques, avec du mobilier des xviiie et xixe s., donc en phase avec la période de restructuration du secteur. Les matériaux présents dans les gravats appartiennent soit à la grande récupération de l’enceinte, d’où les passages de mortier orangé, soit à la démolition de structures bâties avec plâtre, calcaire et mortier de couleur jaune, peut-être la Porte de Rouen, qui abritait l’hostel et la maison commune de la ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Guillot, « Louviers (Eure). Place Ernest-Thorel »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 319.

Référence électronique

Bénédicte Guillot, « Louviers (Eure). Place Ernest-Thorel » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23685 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.23685

Haut de page

Auteur

Bénédicte Guillot

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bénédicte Guillot

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search