Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Lyon (Rhône). Reconversion du château de la Motte et du magasin d’armes

Responsable d’opération : Cyrille Ducourthial
p. 319-320

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Service archéologique de la Ville de Lyon

Texte intégral

1La reconversion prochaine du château de la Motte et de ses abords en lieux de réception a déclenché la prescription d’un diagnostic archéologique réalisé au cours de l’été 2018. L’opération confirme, tout en les précisant, les hypothèses formulées au terme du précédent diagnostic conduit par E. Bernot, en 2009, avant le réaménagement du parc Blandan.

2Le site est installé sur le rebord de la terrasse fluvioglaciaire de la Guillotière, à l’origine plus développée vers le nord que ne le suggère son tracé remanié actuel. Cette position dominante a favorisé son occupation depuis le Bas-Empire au moins. Des murs antiques très arasés et des niveaux d’occupation faiblement marqués sont apparus à la fouille. Ils s’ajoutent au denier de Septime Sévère recueilli en 2009 et au sarcophage épigraphié du iiie s. que Claude Bellièvre avait vu au château, au milieu du xvie s.

3Une sépulture datée par radiocarbone des xiie-xiiie s. a également été mise au jour et semble pouvoir se rattacher à la série d’inhumations en pleine terre découvertes à l’occasion du terrassement des fortifications du xixe s.

4Le château lui-même n’est pas aussi homogène que la large diffusion d’éléments architecturaux spécifiques, comme les croisées gothiques ou les archères-canonnières, et l’omniprésence du pisé pourraient le laisser penser. Un noyau ancien, peut-être chronologiquement proche de la sépulture découverte, a pu être identifié. Il n’en subsiste que deux murs en angle, caractérisés par leurs solins de moellons de granit, possiblement récupérés sur les maçonneries antiques. Le monticule qu’ont pu former ces maçonneries effondrées, au sommet du relief, est d’ailleurs peut-être à l’origine du toponyme qui n’est en tout cas pas lié à l’existence d’une motte castrale.

5Après le remblaiement général du site, l’habitat s’y densifie rapidement. Le pavillon rectangulaire, qui fait aujourd’hui saillie dans la cour, a probablement été bâti à la fin du Moyen Âge ; son soubassement de petits galets supporte une élévation de pisé. Dans les premières décennies du xvie s., le grand corps de logis occidental visible depuis la rue du Repos, est abouté aux vestiges du bâtiment primitif, qu’il prolonge en partie. Le portail, la courtine, et les tours qui cantonnent ce logis et lui donnent à dessein l’aspect extérieur d’une forteresse, sont bâtis dans la foulée. Côté cour, les éléments modernes sont plus marqués. Entre les grandes croisées gothiques du logis, l’escalier demi-hors œuvre est typiquement Renaissance. En 1539 (?), les deux logis sont reliés par une galerie Renaissance ouverte, où se concentre toute la richesse ornementale de l’édifice. Elle débouche à l’est sur une tour carrée qui abritait, au premier étage, une petite chapelle voûtée, aux murs peints, qui a fait place, au xixe s., à l’actuel escalier.

6Les transformations subies par l’édifice achevé au xvie s. sont nombreuses, surtout après sa reconversion en pavillon pour officiers en 1833. Il n’en demeure pas moins un intéressant témoin architectural de la charnière entre le Moyen Âge et la Renaissance, et un édifice remarquable par l’ancienneté et la bonne conservation de son architecture de pisé.

Lyon, Le château de la Motte en 1831.

Lyon, Le château de la Motte en 1831.

D’après le plan « Projet d’un fort au château de la Motte » levé par Daigremont, 1831 : SHD Vincennes, 1 VH 1005 no 31

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lyon, Le château de la Motte en 1831.
Crédits D’après le plan « Projet d’un fort au château de la Motte » levé par Daigremont, 1831 : SHD Vincennes, 1 VH 1005 no 31
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/23687/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 999k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrille Ducourthial, « Lyon (Rhône). Reconversion du château de la Motte et du magasin d’armes »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 319-320.

Référence électronique

Cyrille Ducourthial, « Lyon (Rhône). Reconversion du château de la Motte et du magasin d’armes » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23687

Haut de page

Auteur

Cyrille Ducourthial

service archéologique de la Ville de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cyrille Ducourthial

service archéologique de la Ville de Lyon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals