Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Maulévrier-Sainte-Gertrude (Seine-Maritime). La Butte au Diable

Responsable d’opération : Aude Painchault
p. 322-323

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Association Recherche Sociabilité

Texte intégral

1Le château de « la Butte au Diable » se trouve sur la commune de Maulévrier-Sainte-Gertrude en Seine-Maritime. Il occupe un rebord de plateau de craie et d’argile à silex du pays de Caux situé en surplomb de la ville de Caudebec-en-Caux. La châtellenie de Maulévrier existe sans doute au xiie s., sous les comtes d’Évreux, et a connu une période faste entre le xive et le xvie s. Durant cette période, le domaine est élevé au rang de vicomté, d’abord au bénéfice des comtes de Savoie puis, à partir de 1445, à celui des Grands Chambellans de Normandie, la famille des de Brézé. À la fin du xvie s., les Dufay du Taillis font l’acquisition du domaine et le conservent jusqu’à la Révolution. À travers la trame historique des seigneurs de Maulévrier, quelques mentions du château apparaissent, principalement entre le xive s. et le xvie s., au-delà, il sert de zone d’approvisionnement en matière première pour la construction d’une partie des maisons alentour. Le site est constitué d’une enceinte ovalaire fossoyée avec un talus de contrescarpe et une basse cour attenante ; un troisième enclos borde l’est de l’ensemble. L’enceinte est pourvue d’un donjon quadrangulaire attribué à la période ducale et est bordée par une courtine périphérique interrompue au nord par un châtelet d’entrée avec deux tours circulaires qui correspondent à une période plus tardive. Dans la cour, un puits circulaire et des traces de bâtiments sont apparents. Depuis 2017, le château fait l’objet d’une étude archéologique qui s’est appuyée sur la réalisation d’une prospection électrique et d’une étude de bâti. En 2018, les premiers sondages ont été réalisés en vue d’une fouille plus étendue du château. La prospection électrique réalisée dans la basse cour a permis de distinguer des zones de remblais et d’éventuels bâtiments arasés ou zones de circulation indurées. L’étude de bâti a montré que les murs étaient faits de craie et de silex. La tour d’entrée ouest comporte un système d’évacuation des eaux et la courtine nord est pourvue d’ouvertures droites et à ébrasement, menant vers le fossé. Les contreforts ouest et le bâtiment au sud de l’enceinte sont composés de blocs de craie de même acabit, grossièrement équarris.

2Les données recueillies par l’ouverture de deux sondages situés de part et d’autre de la courtine ont permis d’observer sept phases d’activité différentes sous les dépôts humiques : les premières structures correspondent à une activité fossoyée installée sur un sol de mortier et de craie concassée. L’ensemble de ces structures repose sur un massif maçonné plus ancien fait de gros blocs et de moellons de craie. Ce massif correspond à un bâtiment appuyé contre la courtine et qui se développe vers l’ouest. Son mur est, interrompu par un passage, suggère également un lien avec les aménagements situés à l’est vers la tour. L’ouverture du sondage dans l’excarpe du fossé et son pendant interne ont permis de fixer l’épaisseur du mur de courtine à 2,70 m. Dans le sud de l’enceinte, les coupes d’un ancien sondage ont été redressées sur une hauteur d’un mètre cinquante et ont montré que l’enceinte avait été comblée par une succession de remblais faits de tout-venant. En dessous, des remblais de tuile et d’argile ont servi de surface de circulation. Au plus bas des coupes, les lambeaux d’un sol en mortier apparaissent et se font, semble-t-il, l’écho d’une occupation plus stable et mieux aménagée. Le relevé topographique d’un enclos attenant à la basse cour a été réalisé pour compléter le relevé global du site, il est de forme semi-ovalaire, se terminant au sud par un fossé et un talus parcellaire rectiligne. Le SE de l’enclos est occupé par une mare. L’ensemble se trouve en contrebas de la basse cour qui a sans doute bénéficié d’un léger remblaiement grâce aux terres extraites du fossé.

Maulévrier-Sainte-Gertrude, plan topographique du château de la Butte au Diable.

Maulévrier-Sainte-Gertrude, plan topographique du château de la Butte au Diable.

DAO Aude Painchault

Haut de page

Table des illustrations

Titre Maulévrier-Sainte-Gertrude, plan topographique du château de la Butte au Diable.
Crédits DAO Aude Painchault
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/23704/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aude Painchault, « Maulévrier-Sainte-Gertrude (Seine-Maritime). La Butte au Diable »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 322-323.

Référence électronique

Aude Painchault, « Maulévrier-Sainte-Gertrude (Seine-Maritime). La Butte au Diable » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23704

Haut de page

Responsable d’opération

Aude Painchault

université de Rouen

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals