Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainPort-Louis (Morbihan). Bastion De...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Port-Louis (Morbihan). Bastion Desmouriers, citadelle de Port-Louis

Responsable d’opération : Nicolas Morelle
p. 327

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Drac Bretagne

Texte intégral

1Du 28 août au 3 septembre 2017, une fouille archéologique a été réalisée sur le bastion Desmouriers à la citadelle de Port-Louis en prévision du projet de restauration de la citadelle, monument historique. Ces travaux ont été menés suite à une prescription du service régional d’archéologie de Bretagne et avec l’autorisation des Monuments historiques de Bretagne et du ministère des Armées, ainsi qu’avec l’accord du musée national de la Marine et avec le soutien du Service archéologique départemental du Morbihan. S’inscrivant dans la continuité d’une étude du bâti sur le bastion de la Brèche en 2016 à la demande du musée national de la Marine, l’opération avait pour objectif de renseigner archéologiquement l’évolution des bastions d’entrées de la citadelle, dont les phases d’origine remontent à l’occupation espagnole lors de la guerre de la Ligue en 1591.

2Dans le cadre de cette opération archéologique, deux sondages ont été implantés (16 m² au total). Leur fouille a permis d’étudier partiellement la stratigraphie du bastion et de mieux appréhender sa chronologie. Les résultats laissent présager un grand potentiel archéologique avec un mobilier important en contexte étudié par Clément Le Guédard (céramologie), Aurélien Creuzieux (archéozoologie) et Jean Soulat (étude du petit mobilier métallique). Les niveaux de sols détectés illustrent l’évolution de la plateforme du bastion et sa surélévation au cours du xviie s., puis du xixe s.

3Le mobilier archéologique apporte des informations importantes sur la vie dans la citadelle du xvie s au xixe s. Ces études contribuent aux connaissances sur la céramique et les pipes des contextes bretons des xvie-xviiie s. Concernant la céramique et la faune, le site de Port-Louis constitue l’une des rares fouilles récentes à avoir livré du mobilier moderne en quantité dans le Morbihan.

4La fouille archéologique s’accompagne d’une pré-étude du bâti du bastion afin de contextualiser l’ensemble. L’opération n’a pas précisé le tracé du bastion espagnol d’origine ou sa hauteur d’apparition, étant donné qu’il n’a pas été possible de sonder plus profondément pour des raisons de sécurité ou d’étendre les sondages. Pourtant, une phase de surélévation complète du bastion d’environ 3 m a été détectée par l’étude du bâti.

5Ce niveau d’origine correspond au niveau du crénelage fossilisé conservé dans le flanc sud, interprété initialement comme espagnol. Mais il semble que ce niveau plus bas du bastion soit plus récent, probablement de 1621, date de la reconstruction du bastion. En effet, les sondages archéologiques révèlent des remblais contenant des monnaies datées de 1638 et 1642 à un niveau plus haut que le sol estimé lié au crénelage fossilisé. Ces monnaies se trouvent dans les remblais liés à la surélévation du bastion visible en bâti et indiquent donc un terminus post quem de 1642 à un niveau de 2,50 m environ sous la plateforme du bastion actuel.

6Pourtant, les sources historiques ne mentionnent pas précisément de travaux importants à cette époque. Le niveau de la plateforme du bastion a pu être rehaussé entre la construction de 1620 et l’installation de la rampe nécessaire à l’accès d’un espace rehaussé dans les années 1640-1650 (un plan de 1636 ne mentionne pas encore la rampe d’accès depuis la cour).

7Il semble pourtant curieux que de tels travaux de reprise de maçonnerie pour surélever un bastion (et probablement aussi. celui de Groix) soient engagés 20 ans seulement après la construction de la citadelle.

8Or, nous savons que la construction de la demi-lune avec son pont dormant en pierre, le fossé, la contrescarpe et le glacis renforçant le front de terre est décidée en 1636 par Charles II de la Porte de la Meilleraye en réaction aux craintes d’un débarquement espagnol sur les côtes bretonnes et probablement suite à l’attaque du duc de la Soubise en 1625. La grande coupe du site indique que le parapet de la demi-lune se situe à 10 m NGF. Elle modifie alors l’échelonnement vertical de la défense rendant les deux bastions d’entrée de 1620 (Desmouriers et Groix), inutiles car trop bas par rapport à la demi-lune. Il est donc nécessaire de rehausser de quelques mètres ces deux bastions dans les années qui suivent (après 1642 selon la monnaie la plus tardive) afin de redonner le commandement sur la demi-lune.

9À l’issue de cette première opération archéologique, la connaissance de ce bastion est renouvelée, notamment pour sa construction dans les années 1620, reprenant très probablement en partie le tracé des bastions espagnols préexistants et le même niveau de sa plateforme. En parallèle des travaux de restauration des maçonneries du bastion, une étude archéologique du bâti est en cours (2018-2019).

Port-Louis, bastion Desmouriers, citadelle de Port-Louis, vue du bastion Desmouriers.

Port-Louis, bastion Desmouriers, citadelle de Port-Louis, vue du bastion Desmouriers.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Port-Louis, bastion Desmouriers, citadelle de Port-Louis, vue du bastion Desmouriers.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/23739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Morelle, « Port-Louis (Morbihan). Bastion Desmouriers, citadelle de Port-Louis »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 327.

Référence électronique

Nicolas Morelle, « Port-Louis (Morbihan). Bastion Desmouriers, citadelle de Port-Louis » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 23 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23739 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.23739

Haut de page

Auteur

Nicolas Morelle

Aix Marseille Université, CNRS, LA3M

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Morelle

Aix Marseille Université, CNRS, LA3M

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search