Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Saint-Dizier-Leyrenne (Creuse). Murat « Les Tours »

Responsable d’opération : Richard Jonvel
p. 331

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Cahmer

Texte intégral

1Murat « Les Tours », ancienne paroisse du diocèse de Limoges, est un petit hameau d’une cinquantaine d’âmes comportant à son extrémité occidentale un promontoire à la confluence du Thaurion et de la Leyrenne. D’après plusieurs datations radiocarbone, il aurait été barré au cours du viiie s. Le site se caractérise par une grande pauvreté matérielle, marquée par une forte proportion d’objets ferreux appartenant au domaine équestre en majorité. Depuis 2013, un programme archéologique de reconnaissance exhaustive se poursuit afin de déterminer la fonction du lieu mis en péril par l’ouverture d’une carrière d’extraction de pierres (micaschiste) dans les années 1970. Le site lui-même a été documenté uniquement à partir des années 2010.

2La campagne 2018 marque une étape importante dans la reconnaissance de tous les éléments structurants du site. Celui-ci dispose d’une défense fossoyée en demi-lune cernant de part et d’autre la plateforme sommitale. Le coteau occidental, en sus de sa forte déclivité, est renforcé de deux fossés aux parois asymétriques, non contemporains. À l’opposé, le grand fossé oriental barrant l’éperon, à rebours des relevés microtopographiques de 2015, révèle la dimension réfléchie de la mise en défense du site. Cette campagne a pu reconnaître le tracé de sa section nord, qui s’infléchit vers l’intérieur du site, butant contre une élévation du rocher qui signale l’emprise de l’entrée du site édifiée sur un talus de terre faisant saillie. Le flanc de la porte est donc battu par le dit fossé. À l’escarpe rocheuse du fossé s’additionne en effet une élévation de terre destinée à atténuer la supériorité altimétrique de la contrescarpe. Les destructions opérées par la carrière ne permettent pas, à l’heure actuelle, de connaître la nature des défenses en bois fichées sur le haut de l’escarpe. En vis-à-vis de la porte, le pied de la contrescarpe a été aplani sur une bonne dizaine de mètres dégageant une esplanade dont le passage ne pouvait s’effectuer que sur un pont en bois. Le caractère accidenté de son relief a pu être renforcé.

3La plateforme fait l’objet d’une fouille assidue depuis 2016. La campagne 2018 a confirmé l’existence de deux phases d’occupation, la seconde marquée par une accentuation de la valeur défensive du site. En effet, la phase 1 comporte un ensemble de bâtiments s’étendant largement vers l’extrémité ouest du promontoire, défendus par un premier fossé en V. La fouille prouve la présence d’au moins un édifice sur poteaux plantés sous la levée défensive occidentale dont la réalisation, durant la phase 2, conduit à une réduction notable de l’habitat de la plateforme. En effet, au cours de son occupation, la fortification sommitale est marquée par l’édification d’une large levée en demi-lune précédée d’un nouveau fossé en U. Ce rempart de pierre et de terre est consolidé par un système de poutrage interne non ferré dont la calcination volontaire a conduit à la vitrification des éléments rocheux centraux. Les datations radiocarbone et le mobilier archéologique divergent avec une activité humaine s’étendant entre la seconde moitié du viiie s. et le xe s. Le réemploi de poutres pourrait expliquer cet écart mais la typochronologie comparative des objets est tout aussi sujette à discussion. La caractéristique majeure de cet habitat demeure la présence de grands édifices de forme rectangulaire implantés sur sablières courant sur toute la largeur du promontoire ou de part et d’autre d’un chemin central occupant la crête de la plateforme. En 2017, à l’exception d’une fosse, la fouille n’a révélé que des avant-trous de poteau associés à une terre noire et des zones de foyers impactés par la bioturbation. Le mobilier se limite à moins de 300 tessons en six ans de campagne, nuancé par 200 pièces métalliques issues du domaine équestre et militaire, tous radiographiés et en cours d’étude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Jonvel, « Saint-Dizier-Leyrenne (Creuse). Murat « Les Tours » »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 331.

Référence électronique

Richard Jonvel, « Saint-Dizier-Leyrenne (Creuse). Murat « Les Tours » » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23773

Haut de page

Auteur

Richard Jonvel

Craham

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Richard Jonvel

Craham

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals