Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Suze-la-Rousse (Drôme). Jeu de paume de Suze la Rousse

Responsable d’opération : Guillaume Roquefort
p. 333-334

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Association Patrimoniae

Texte intégral

1L’intervention menée sur le site de Suze-la-Rousse en juin 2018 constitue la suite d’opérations archéologiques conduites en 2015, 2016 et 2017.

2Un projet de restauration et de valorisation de la salle de Jeu de Paume de Suze-la-Rousse avait entraîné, en 2015, des sondages (galerie, sol) et des relevés du bâti des élévations de cet espace sportif. Afin de compléter ces investigations, une opération non destructrice a été programmée en 2017, à l’aide d’un géoradar, afin d’explorer la partie sud du Jeu de Paume, à proximité immédiate du principal mur du jeu, dit mur de « bricole » (intérieur et extérieur).

3Situé à 8 km de Bollène et 39 km de Montélimar, le site de la Garenne, où se trouvent le château et son Jeu de Paume, domine le village établi sur la rive gauche du Lez. Classé monument historique depuis 1947, le château a fait l’objet d’un vaste projet associant l’histoire du site et le patrimoine viti-vinicole de la Drôme, sous la forme d’un parcours muséographique, inauguré au printemps 2013. Depuis 1978, le site abrite également l’Université du vin, école de formation œnologique de renommée internationale.

4La consécration de la famille de La Baume-Suze s’est accompagnée au xvie s. d’importantes transformations du château médiéval de 1143, gommant quelque peu son austérité militaire, pour le transformer peu à peu en demeure de plaisance. L’évêque d’Orange – Rostaing de La Baume – se charge du suivi des travaux entrepris entre 1543 et 1556, notamment au niveau de la cour d’honneur, organisée autour de trois galeries à arcades voûtées d’arêtes, qui reçoit des façades suivant l’ordonnance classique de la Renaissance, composées de l’ordre toscan au rez-de-chaussée, ionique au premier étage et corinthien (colonnes) au second étage. C’est à cette époque d’effervescence architecturale que l’on situe la construction du Jeu de Paume, construit selon la légende locale « en trois jours » seulement (1564).

5De plan barlong (EO 33,76 m × NS 10,60 m × H 4,64 m), ce Jeu de Paume appartient à la catégorie des jeux de courte paume en raison de l’espace clos délimitant l’aire de jeu. Cette activité physique suscite un large engouement dans les milieux privilégiés européens. Son importance est telle que sous François Ier, châteaux et palais de la Renaissance tendent à s’adjoindre d’une aire de jeu, comme l’illustrent les exemples de Villers-Cotterêts, Fontainebleau, le Louvre, Saint-Germain-en-Laye… C’est également le cas du château primitif de Versailles édifié sous Louis XIII, à proximité duquel une salle de Jeu de Paume est édifiée. Cet espace de jeu, de 33 m × 14 m, datant de 1630 a fait l’objet de travaux récents (Dufour 2007).

6Aujourd’hui, l’aire de jeu semble presque inchangée avec ses quatre murs – même si les galeries ont disparu et que le sol a été remanié – le « mur de bricole » au sud, construit à l’aide d’un appareil très soigné ; le « mur de service » au nord ; le « mur de dedans » à l’ouest et le « mur de grille » à l’est. Chaque mur, hormis le mur sud, est divisé en deux parties distinctes. Au premier niveau (correspondant aux galeries couvertes), les bâtisseurs ont mis en œuvre un appareil grossier en molasse directement extrait du substrat environnant et recouvert d’enduit. Au-dessus se développe le même type d’appareil calcaire que celui observé sur le mur sud, provenant sans doute de la carrière toute proche de Saint-Restitut. L’accès au jeu s’effectue depuis l’est, par une porte plein cintre recevant une modénature richement sculptée au vocabulaire antiquisant, et au nord, par une autre ouverture dépourvue d’ornements, hormis deux phylactères aux deux extrémités du linteau orné un blason couvert d’une croix potencée.

7Les investigations menées au niveau des deux passages, des galeries et de l’aire de jeu ont permis de retrouver le type de dallage recouvrant les espaces ouverts (aire de jeu) et les espaces clos (galeries) et de déterminer l’aménagement qui a précédé leur réalisation. Hélas, très peu d’éléments significatifs ont permis de préciser le type d’escalier qui devait être aménagé sur le versant nord de l’ouvrage. Seules deux dalles en terre cuite ont pu être observées.

8Au cours de la seconde opération archéologique de mai 2017, les investigations réalisées à l’aide du géoradar ont permis de déterminer la présence de structures enfouies, notamment sur la partie sud (intérieur) du jeu de paume. Ces éléments n’avaient pu être décelés lors de la réalisation des sondages en 2015 (11). Cette prospection a été complétée par une étude des abords extérieurs du jeu et notamment par celle d’un espace votif voisin (oratoire moderne) et de bâtiments adjacents accolés sur le versant oriental du jeu de paume. Des hypothèses ont été émises sur l’aspect utilitaire de cet élément du bâti, qui devait vraisemblablement servir de vestiaire afin que les joueurs puissent se changer avant d’accéder à l’aire sportive et de rangement pour les éléments du jeu (filet, raquettes, balles, marques de chasse, etc.). Bref, une « dépouille » remontant au xvie s. venait d’être mise au jour.

9En 2018, les investigations ont permis de vérifier la nature des indices apparus au géoradar en 2017, qui se sont avérés être des comblements maçonnés liés à l’aménagement du jeu de paume, mais également un drain, situé au centre de la salle (axe NS) et destiné à récupérer les eaux de ruissellement dans cet espace de Jeu de Paume non couvert.

10D’un point de vue historiographique, les précédentes études ont pu être complétées par de nouvelles investigations prolongeant l’approche archéologique et historique, en élargissant le spectre de la recherche et en y intégrant les dimensions sociologique, économique, anthropologique et culturelle des usages sociaux de ces lieux sportifs. En particulier, l’espace de la « dépouille » est aujourd’hui mieux compris, dans ses liens avec l’activité ludique des joueurs, avec la présence des spectateurs de la cour et dans le cadre des activités de paris qui entouraient le « jeu des rois ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Roquefort, « Suze-la-Rousse (Drôme). Jeu de paume de Suze la Rousse »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 333-334.

Référence électronique

Guillaume Roquefort, « Suze-la-Rousse (Drôme). Jeu de paume de Suze la Rousse » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23799

Haut de page

Auteur

Guillaume Roquefort

Association Patrimoniae

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guillaume Roquefort

Association Patrimoniae

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals