Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Toul (Meurthe-et-Moselle). Rue Qui Qu’en Grogne, Quai de la Glacière

Responsable d’opération : Jean-Denis Laffite
p. 335-336

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Texte intégral

1Le diagnostic a été réalisé par l’Inrap dans l’emprise du Lycée professionnel régional N. J. Cugnot, mitoyen du quartier classé MH du palais épiscopal et de la cathédrale de Toul, sur 2 100 m². Il a permis la découverte, d’une part, de vestiges bâtis révélés dans une partie de la cour de service du lycée, et d’autre part, sur le reste du terrain en friche immobilière, de remblais de fossés médiévaux, comblés lors de l’extension de la ville réalisée après les travaux de fortifications de Vauban vers 1700. L’emprise se situe dans un quartier extra-muros qui s’est développé pour l’habitat, tardivement, le long de la rue Qui Qu’en Grogne, en relation avec la transformation de l’îlot du palais épiscopal, entre 1737 et 1744. Les fondations de bâtiments redécouverts correspondent aux annexes de l’évêché, reconnues comme des écuries, une bergerie, des remises et hangars, ainsi que des logements, et organisées autour d’une « première cour » et d’une « basse cour à fumiers », d’après les plans d’archives. Ils sont associés, à l’arrière, à des parcelles encloses de jardins et prairies, installées sur les terrains drainés et remblayés sur les fossés de l’enceinte médiévale, détruite vers 1700. Les biens nationaux furent vendus durant la Révolution et au xixe s., les bâtiments furent repris par l’armée pour les transformer en arsenal d’artillerie de la place forte. Les derniers bâtiments encore debout après 1945 furent détruits vers 1950. Des indices ténus de la présence gallo-romaine ont été identifiés dans le comblement inférieur du fossé médiéval, ainsi que quelques rares indices médiévaux. Le fossé est comblé de sédiments argileux d’origine hydromorphe sur environ 2 m d’épaisseur ; ce niveau est recouvert par une couche de pierre déposée après drainage de la zone humide, lors des travaux de fortifications de l’extrême fin du xviie s. (dendrochronologie). Le terrain, encore déprimé par rapport à la topographie environnante, a ensuite été remblayé progressivement durant le début du xviiie s. par l’apport volontaire de terres. Ce n’est que vers 1737-1739 que le terrain devient constructible, avec l’établissement de cours et écuries annexées au nouveau palais épiscopal. Une partie reste cependant occupée par des jardins et prairies qui servent également de zones dépotoir, où sont enfouis dans de vastes fosses, des déchets domestiques contenant de la vaisselle abondante, des artefacts usagés, ainsi que des déchets de boucherie et d’atelier métallurgique non ferreux. Ce comblement supérieur a atteint 2 m de puissance, en un siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Denis Laffite, « Toul (Meurthe-et-Moselle). Rue Qui Qu’en Grogne, Quai de la Glacière »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 335-336.

Référence électronique

Jean-Denis Laffite, « Toul (Meurthe-et-Moselle). Rue Qui Qu’en Grogne, Quai de la Glacière » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23806

Haut de page

Auteur

Jean-Denis Laffite

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Denis Laffite

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals