Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainVal-Revermont Pressiat (Ain). Mon...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Val-Revermont Pressiat (Ain). Mont Châtel

Responsable d’opération : David Billoin
p. 336-337

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Alpara

Texte intégral

1La fouille pluriannuelle (2016-2018) réalisée au Mont Châtel à Val-Revermont-Pressiat (Ain) a révélé un établissement de hauteur fortifié du haut Moyen Âge. L’occupation s’étend sur 1,2 ha au sommet du Mont Châtel (alt. 609 m) dans le Revermont, à 18 km de Bourg-en-Bresse/Brou, agglomération héritée de l’Antiquité située au SO du massif du Jura. L’implantation surplombant la plaine de Bresse et notamment la grande voie reliant Lyon à Besançon, aux confins du territoire des deux anciennes cités antiques, entre plaine et moyenne montagne s’avère des plus stratégiques. L’intérêt de la position de ce mont a motivé la fortification des lieux dès la Protohistoire.

2L’établissement se caractérise par un système fortifié d’ampleur, constitué d’un rempart maçonné de 2,50 m d’épaisseur, muni d’une porte sur l’éperon sud, prolongé d’une courtine de 1 m de largeur et d’une palissade de bois, l’ensemble atteignant un développement avoisinant les 350 m de longueur. L’édification de cet ouvrage apparaît davantage liée à une fonction ostentatoire d’affichage du pouvoir, plutôt qu’à un rôle défensif et militaire et vient renouveler une documentation des plus maigres, puisque les fortifications du haut Moyen Âge demeurent largement méconnues avant le viiie s.

3Cette enceinte est doublée d’un axe de circulation sur une terrasse qui ceinture le mont, à l’exception du nord, marqué par des petites falaises, et offre ainsi d’emblée une dimension communautaire à l’occupation. Celle-ci s’étage avec une longue plateforme sommitale qui accueille deux églises, l’une funéraire au sud, l’autre à vocation liturgique au nord. Doté d’un autel au centre du chœur, ce vaste édifice est implanté en bordure de l’éperon selon une position remarquable, visible de très loin depuis la plaine. Les falaises rehaussent ainsi l’aspect monumental du bâtiment, muni d’une toiture de tuiles à la romaine, participant à une forme de mise en scène destinée à marquer symboliquement le pouvoir religieux. L’église est associée à un modeste bâtiment abritant des sépultures, interprété comme une memoria. Une petite aire funéraire, composée d’une vingtaine de tombes, accueille vraisemblablement des fondateurs et les membres de la familia. Le bâtiment mémoriel est reconstruit entre le début du vie s. et la fin du viie s. Intégralement étudié, ce petit ensemble de tombes révèle une population mixte (femmes, hommes et enfants) au sein de sépultures particulièrement soignées, telles que des coffres naviformes maçonnés, et une tombe peu fréquente, de surcroît peinte en rouge, selon une pratique rare au haut Moyen Âge. Quelques dépôts funéraires sont attestés, notamment le dépôt d’une garniture de ceinture sur un très jeune enfant, selon une pratique reconnue dans le domaine romano-burgonde et Austrasien. Hormis un cas de pillage, des réinterventions originales touchent les sépultures, par des « visites » avec repositionnement des dalles de couvertures et le prélèvement énigmatique d’os dans deux tombes, dont un crâne.

4Les sondages sur l’église funéraire sud révèlent des dispositifs funéraires originaux, tels qu’un sarcophage en grès placé dans l’épaisseur des murs, à la manière d’un arcosolium et deux tombes construites en même temps que le chœur, évoquant de vraisemblable formae. D’autres sarcophages provenant de la région mâconnaise apparaissent au sein de cet édifice, dont un portant un chrisme encadré de croix latines. Ils signalent des tombes privilégiées, à la fois par les matériaux utilisés et leur intégration dans l’église. Ces deux édifices renouvellent un corpus d’églises rurales encore très modeste sur le versant occidental du massif jurassien et offrent un potentiel d’étude du plus grand intérêt. En effet, la présence de deux édifices religieux et de deux pôles funéraires distincts, dont l’un associé à une memoria, témoigne d’un équipement ecclésial particulièrement important qui interroge et rejaillit sur l’interprétation générale de cet établissement perché.

5Bien que très partiellement fouillé, ces édifices apportent un lot de matériel des plus significatifs, touchant aussi bien le bâti, que la décoration, du fait de la présence de baies comportant des vitraux mosaïques.

6Plusieurs bâtiments étudiés sur le flanc occidental documentent peu à peu le domaine de l’habitat, avec des modes de constructions originales. Ils livrent un mobilier relativement abondant renseignant bien des aspects de la vie quotidienne et en particulier des activités artisanales : travail de l’os, métallurgie, traitement des céréales (meules). Un peu excentrée, une citerne de plus de 3,50 m de diamètre assure l’approvisionnement en eau des habitants.

7En définitive et malgré de nombreux acquis, bien des questions demeurent à l’issue de cette phase de fouille pluriannuelle en raison du caractère hors norme de cet établissement perché fortifié, dont l’ampleur des équipements justifie, à l’évidence, un second programme de fouilles.

Val-Revermont Pressiat, Mont Châtel, église de l’éperon nord et bâtiment mémoriel.

Val-Revermont Pressiat, Mont Châtel, église de l’éperon nord et bâtiment mémoriel.

Cl. D. Billoin

Haut de page

Table des illustrations

Titre Val-Revermont Pressiat, Mont Châtel, église de l’éperon nord et bâtiment mémoriel.
Crédits Cl. D. Billoin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/23810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Billoin, « Val-Revermont Pressiat (Ain). Mont Châtel »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 336-337.

Référence électronique

David Billoin, « Val-Revermont Pressiat (Ain). Mont Châtel » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23810 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.23810

Haut de page

Auteur

David Billoin

université Paul Valéry Montpellier 3, ASM UMR 5140

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Billoin

université Paul Valéry Montpellier 3, ASM UMR 5140

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search