Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 2. – ProspectionsMontfa (Tarn). Château de Montfa

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 2. – Prospections

Montfa (Tarn). Château de Montfa

Responsable d’opération : Camille Mathieu
p. 339

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Association Les Amis du Château de Montfa

Texte intégral

1Suite au rachat du château de Montfa (Tarn) par un particulier en juin 2017, l’association des Amis du Château de Montfa a été créée. Sa motivation première est de sauvegarder le château et son environnement. Autour de cette mission, un grand nombre de volontaires s’est très vite mobilisé. Ils ont effectué un important travail de défrichement et de « dégagement » des ruines, qui a rendu possible un travail de relevés dans de bonnes conditions. Au-delà de la valorisation et de la conservation de ce site à caractère patrimonial, le projet de l’association se veut pédagogique, par le biais d’un projet de château-école (pour les métiers concernant le patrimoine).

2Le bâti du château, encore visible en élévation, comprend plusieurs structures qui s’étendent du xvie au xviiie siècle. Cependant, le nettoyage superficiel du site laisse supposer une structure antérieure au xvie s. Au-delà du fait qu’il est un témoignage significatif de l’histoire de la région, l’intérêt de ce château réside dans son occupation permanente jusqu’au xviiie s. qui lui confère une continuité assez rare dans la région.

3Le Domanial de la vicomté de 1338 est la plus ancienne archive qui fasse mention du château, décrit à cette époque comme appartenant à la branche des Lautrec-Montfa. En 1569, durant les guerres de Religion, les Lautrec-Montfa perdent le château, dont une partie est démolie puis reconstruite vers 1570. Le château est à nouveau détruit partiellement en 1580 par l’attaque du vicomte de Turenne. En 1762, Joseph-Constantin de Montfa, qui se fait nommer comte de Toulouse-Lautrec, possède le château. Il est chassé en 1791 par les révolutionnaires. Au xixe s., une lettre de Alphonse de Toulouse-Lautrec affirme que le château est en état de ruine et qu’il sera vendu. Peu à peu, le château sera dépossédé de son mobilier et de nombre de ses éléments architecturaux.

4Implanté au sommet d’une colline, le château de Montfa est situé à environ 1 km du bourg du village de Montfa. Il s’inscrit dans un paysage rural, entouré de champs cultivés et de bosquets.

5Deux zones présentent des structures maçonnées encore en élévation. La première zone comprend un bâti dont seul le soubassement est visible. Des structures excavées dans la roche ont également été découvertes. Une hypothèse voudrait qu’elles soient les vestiges d’une ancienne zone d’habitation contemporaine du château en activité.

6La deuxième zone est un édifice rectangulaire proche du carré dont seule la base des murs est conservée en élévation ; les angles sont soigneusement harpés avec des pierres de taille, la maçonnerie présente des moellons de grande taille et l’épaisseur des murs laisse à croire à une hauteur sur plusieurs niveaux.

7Dans son état actuel, le château est entouré par un large fossé dont la profondeur est accentuée sur la partie nord par la topographie du terrain. Un pont en pierre composé d’une voûte en plein cintre donne accès à une entrée à l’ouest. Le château possède un mur d’enceinte continu aujourd’hui en partie éboulé. À l’intérieur de l’enceinte se trouve au nord la partie du logis, au sud des traces d’alignements de murs peuvent indiquer de possibles constructions (dépendances ?). Au centre, une cour avec la présence d’un puits proche de l’entrée. À l’ouest une zone de bâti, difficile à définir, semble correspondre à une extension tardive.

8Plusieurs éléments structurels composent l’édifice : deux tours carrées en symétrie opposée, dont l’une est prise dans la structure du logis et l’autre abrite des fours ; deux tours rondes également en symétrie opposée de dimensions notoirement différentes, ainsi qu’une échauguette à l’angle NE du logis.

9L’objet premier de cette prospection était de saisir dans sa globalité ce bâti ancien. Cependant, l’état de fragilité du bâtiment et la durée limitée du temps de la prospection nous ont engagés à nous focaliser sur les éléments structurels du bâti qui nécessitaient une intervention urgente de cristallisation et donc au préalable une analyse architecturale et historique (l’Association des Amis du Château de Montfa a déjà réalisé d’importants travaux durant le dernier hiver, des éboulements de murs se sont produits). Ces documents ont fourni un support scientifique dans le choix des interventions de cristallisation du bâti et sont le témoignage de l’état initial du bâti.

10Il est primordial qu’une analyse sur l’ensemble de l’édifice, à différentes échelles, puisse être réalisée pour comprendre la structure, l’évolution du bâti et la démarche de consolidation. Le château a été remanié et occupé de façon permanente jusqu’au xviiie s. C’est dans cette chronologie complexe que réside la problématique de recherche.

11L’association a une réelle intention d’investir le château et désire que l’intégrité du bâti soit respectée, pour cela elle souhaite être accompagnée et conseillée d’un point de vue scientifique. S’il est décidé de poursuivre les prospections au château, il semble nécessaire d’orienter les analyses en tenant compte de ce facteur, qui déterminera le renouvellement de ce lieu historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Mathieu, « Montfa (Tarn). Château de Montfa »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 339.

Référence électronique

Camille Mathieu, « Montfa (Tarn). Château de Montfa » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 29 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23844 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.23844

Haut de page

Auteur

Camille Mathieu

Architecte D.E. autonome

Haut de page

Responsable d’opération

Camille Mathieu

Architecte D.E. autonome

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search