Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
IV. – Sépultures et nécropoles
IV. 1. – Opérations de terrain

Bavans (Doubs). Bavans, rue des Fleurs

Responsable d’opération : Amandine Mauduit
p. 343-344

Texte intégral

1La fouille menée sur la commune de Bavans entre septembre et décembre 2018 a mis au jour près de 90 sépultures à inhumation du haut Moyen Âge. Celles-ci s’ajoutent à une quinzaine de sépultures découvertes dans les années 1920 et 1960, portant le nombre total de tombes à plus d’une centaine sur ce secteur. L’étude de cet ensemble n’est pas encore commencée, les résultats préliminaires présentés ici émanent essentiellement d’observations de terrain.

2Si ses limites nord et ouest semblent appréhendées, la nécropole s’étend encore probablement vers le sud et l’est. Certaines tombes entaillent les vestiges d’un chemin probablement antique, tandis que d’autres semblent être implantées le long de son axe. Il est possible que ce chemin ait été encore perceptible, voire emprunté au début de l’utilisation de l’ensemble funéraire avant que sa mémoire ne soit perdue, pour être finalement recoupé par les sépultures les plus récentes. Une partie de l’aire funéraire présente une organisation en rangées assez régulières de tombes orientées EO, au sein desquelles viennent s’intercaler des sépultures, parfois orientées NS, de manière apparemment plus aléatoire. Le phasage chronologique de l’ensemble permettra peut-être de définir si l’implantation de ces sépultures, opportuniste en apparence, résulte d’une organisation secondaire, voire d’une évolution topochronologique et, pour les inhumations les plus anciennes, une éventuelle relation avec le chemin évoqué plus haut. L’implantation des sépultures témoigne de zones denses qui s’opposent à des secteurs vides de structures. Au sein de certains groupes de tombes, de probables marqueurs de surface (poteaux?) ont été détectés. Ces zones de densité, caractérisées notamment par des cas de recoupements et de remplois (plusieurs cas de réductions, une superposition) témoignent d’une utilisation intensive de l’ensemble et de zones d’attractivité. À l’ouest de la zone fouillée, plus d’une vingtaine de sépultures sont implantées selon une orientation NS. Ce groupe de tombes est presque exclusivement situé à l’ouest du chemin supposé antique ou le recoupe.

3La nécropole présente une importante diversité d’architectures funéraires, au premier rang desquelles de nombreux coffrages en pierre. Ces derniers sont construits en murettes sur les quatre côtés ou en dalles calcaires sur chant sur les quatre côtés. Une très grande majorité des structures possède un fond aménagé de dalles calcaires et un système de couverture en dalles parfois imposant. À ces architectures s’ajoutent de probables coffrages en bois calés dans les fosses par des blocs calcaires, ainsi que des fosses anthropomorphes, à fond plat ou concave, dotées d’un ressaut pour poser des dalles de couverture en pierres.

4Un grand nombre d’inhumations n’a pas livré de mobilier. Les objets découverts dans les sépultures masculines, féminines et infantiles sont uniquement des éléments d’habillement, de parure et d’armement : une épée longue, des scramasaxes, des couteaux, des fibules et chaînettes en bronze, des bagues, plusieurs garnitures de ceintures, deux colliers de perles en pâte de verre et ambre, un fragment de tabletterie (bois de cerf gravé de décors figuratifs).

5Ce mobilier place l’utilisation d’une partie de la nécropole entre le dernier tiers du vie s. et le début du viiie s., mais il est possible que celle-ci se poursuive au-delà du viiie s. À ce titre, parmi les inhumations orientées NS, un petit groupe de fosses sépulcrales anthropomorphes dotées d’une logette céphalique se distingue particulièrement. Ce type de fosse n’est pas fréquent dans la région. Dans d’autres régions où elles sont plus fréquemment mises en évidence, les fosses anthropomorphes sont volontiers rattachées aux périodes postérieures au xe s. Cette hypothèse peut d’ores et déjà être étayée par l’absence de mobilier dans ces sépultures, indigence caractéristique des inhumations postérieures au viie s. (et supposées chrétiennes). Des analyses 14C sont prévues afin de vérifier cette datation et déterminer si l’occupation de la nécropole est continue entre le vie s. et les périodes plus récentes.

Bavans, rue des Fleurs, vue aérienne présentant divers aménagements et orientations.

Bavans, rue des Fleurs, vue aérienne présentant divers aménagements et orientations.

Cl. A. Cassanis, Antea-Archéologie

Haut de page

Table des illustrations

Titre Bavans, rue des Fleurs, vue aérienne présentant divers aménagements et orientations.
Crédits Cl. A. Cassanis, Antea-Archéologie
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24489/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1001k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amandine Mauduit, « Bavans (Doubs). Bavans, rue des Fleurs »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 343-344.

Référence électronique

Amandine Mauduit, « Bavans (Doubs). Bavans, rue des Fleurs » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24489

Haut de page

Auteur

Amandine Mauduit

Antea-Archéologie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Amandine Mauduit

Antea-Archéologie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals