Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...IV. – Sépultures et nécropolesIV. 1. – Opérations de terrainBourges (Cher). Monin, 33 rue Émi...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
IV. – Sépultures et nécropoles
IV. 1. – Opérations de terrain

Bourges (Cher). Monin, 33 rue Émile Martin

Responsable d’opération : Raphaël Durand
p. 346-347

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique réalisé préalablement à des travaux de construction a porté sur une surface de 8 407 m² au cœur du centre historique de Bourges. Ce secteur a été l’objet de nombreuses investigations archéologiques décrivant de façon très morcelée une zone située entre deux axes majeurs de l’organisation des tissus urbains antiques et médiévaux, actuellement matérialisés par les rues de Sarrebourg et Jean Baffie, aux abords desquelles les vestiges décrivent des espaces fortement urbanisés ou au contraire faiblement investis.

2Les vestiges identifiés lors de cette intervention appartiennent à plusieurs phases d’occupation, inégalement représentées, de la protohistoire à l’époque moderne. La période médiévale comprend deux séquences principales.

3Le haut Moyen Âge apparaît de manière diffuse au travers d’un mobilier sporadique récupéré dans des accumulations sédimentaires principalement perçues en coupe. Successions de sols ou d’occupations extérieures, elles contiennent peu de mobilier mais n’en sont pas pour autant vides d’informations sur le devenir de ce secteur après l’abandon de la nécropole antique.

4Le Moyen Âge classique est matérialisé par un espace funéraire occupant la moitié occidentale de l’emprise diagnostiquée. Plusieurs niveaux de sépultures y ont été identifiés ; ils correspondent aux périodes successives d’utilisation de cet espace connu sous le vocable de « Grand Cimetière ». Réparties en plusieurs sondages, 83 sépultures ont été mises au jour pour 275 m² ouverts. Elles révèlent quatre à cinq phases principales d’inhumation. Six d’entre elles ont fait l’objet d’une datation 14C pour les séquences d’inhumation a priori les plus anciennes et les plus récentes. Les résultats, relativement homogènes, situent l’occupation funéraire principalement durant les xiiie et xive s.

5Les données anthropologiques concernent un échantillon réduit de la population inhumée et ne permettent pas en l’état d’exploiter des indicateurs biologiques, paléodémographiques ou paléopathologiques. On relèvera néanmoins un contingent très faible d’immatures, notamment pour les classes d’âge les plus jeunes. Ces absences peuvent s’expliquer par des dégradations récentes et/ou afférentes à la gestion du cimetière, affectant ces sépultures fréquemment aménagées moins profondément que celles des adultes. Quelques perturbations observées durant le diagnostic confirment la fragilité de ces tombes.

6La vocation funéraire de ce secteur est abandonnée en 1560, peu de temps avant la fondation du couvent des Capucins en 1587. Connu uniquement par de la documentation ancienne, cet établissement a pour la première fois été vu directement. Les maçonneries dégagées livrent un plan plus complexe que celui défini à partir des archives de la fin du xviiie s. Les fonctions des différents bâtiments ou des pièces reconnues sont difficiles à déterminer suite aux remplois d’une partie des élévations, voire des fondations, et des travaux d’aménagements postérieurs. Il semble que la totalité de l’édifice n’a pas été mise au jour lors du diagnostic. La réputation de cet établissement d’assurer la prise en charge des malades de la peste à la fin du xvie s. est confirmée par le dégagement d’un ensemble de six sépultures de catastrophe, caractéristiques d’un épisode de mortalité particulièrement intense. Il s’agit vraisemblablement d’un des épisodes de peste ayant touché Bourges entre la fin du xvie s. et le xviie s. Stratigraphiquement, ces sépultures sont installées dans un exhaussement de la terre de cimetière obtenu par un ajout de remblai. Leur orientation NS, en rupture complète avec la pratique générale du « Grand Cimetière », confirme la dichotomie entre les deux gestions funéraires qui répondent à des impératifs distincts. Deux modules ont été fouillés. Ils ont chacun livré quatre dépouilles : deux adultes, un jeune enfant et un enfant décédé avant un an. Si ces sépultures de catastrophe se différencient de celles découvertes jusqu’à présent dans les sites environnants, il est possible d’évoquer une rémanence des dépôts de catastrophes dans ce secteur.

7Les occupations suivantes consistent principalement en une succession de maçonneries et de niveaux de sol datant des xviiie et xixe s. dont certaines coïncident avec les plans de bâtiments reportés sur le cadastre napoléonien.

Bourges, Monin, 33 rue Émile Martin, la sépulture multiple F 6-14, probablement liée à un épisode de peste.

Bourges, Monin, 33 rue Émile Martin, la sépulture multiple F 6-14, probablement liée à un épisode de peste.

Cl. R. Durand, service d’archéologie préventive Bourges Plus

Haut de page

Table des illustrations

Titre Bourges, Monin, 33 rue Émile Martin, la sépulture multiple F 6-14, probablement liée à un épisode de peste.
Crédits Cl. R. Durand, service d’archéologie préventive Bourges Plus
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24514/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 997k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaël Durand, « Bourges (Cher). Monin, 33 rue Émile Martin »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 346-347.

Référence électronique

Raphaël Durand, « Bourges (Cher). Monin, 33 rue Émile Martin » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24514 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.24514

Haut de page

Auteur

Raphaël Durand

service d’archéologie préventive Bourges Plus

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Raphaël Durand

service d’archéologie préventive Bourges Plus

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search