Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
IV. – Sépultures et nécropoles
IV. 1. – Opérations de terrain

Esnandes (Charente-Maritime). Rue de l’Église

Responsable d’opération : Catherine Vacher
p. 350

Texte intégral

1L’intervention archéologique est localisée contre le mur sud du cimetière d’Esnandes, dans lequel un ossuaire enterré constitue le vestige de la chapelle Saint-Eutrope, mentionnée dans des actes notariés dès le début du xvie s. et détruite au début du xixe s. Cet ossuaire, en activité jusqu’aux années 80, est maçonné et de plan octogonal. La fouille, d’une surface de 2 400 m², est jointive avec cette structure, uniquement séparée par un mur de clôture.

2Trois types d’occupation ont pu être mis en évidence : un vaste cimetière utilisé du xiie au début du xixe s., un secteur ayant abrité des bâtiments collectifs en lien avec la chapelle Saint-Eutrope et, enfin, un secteur d’habitat le long de la rue de l’Église.

3Le cimetière médiéval a été reconnu, dans l’emprise, sur une surface de 1 800 m², mais les découvertes anciennes et récentes montrent que l’on a enterré au Moyen Âge, à Esnandes, sur une superficie de plus d’un hectare, le cimetière se développant essentiellement au SE de l’église Saint-Martin. Les sépultures mises au jour sont en coffres de dalles de calcaire ou en pleine terre. Elles comportent parfois du mobilier funéraire, monnaies, vases et bouteilles en terre cuite. Les recoupements entre les sépultures sont quasi inexistants. Les datations hautes (stratigraphie, mobilier et 14C) indiquent les xie-xiie s.

4À la fin du xiiie s. ou au début du xive s., une partie de ce cimetière est aliénée et on y construit un vaste ensemble de bâtiments, probablement en lien avec la chapelle cimétériale Saint-Eutrope. L’ensemble forme un U ouvert vers l’ouest.

5La branche EO est un bâtiment de 19 x 7 m dont ne subsistent que les négatifs de murs. Néanmoins, pour les besoins de sa construction, le substrat calcaire a été excavé d’une vingtaine de centimètres sur l’ensemble de sa surface. À cette occasion, les constructeurs ont vidangé les tombes et comblé les creusements à l’aide de très gros blocs de calcaire lorsqu’ils se situaient à l’aplomb des futurs murs. Ainsi, les anciennes sépultures ont servi d’assise au bâtiment, dont l’accès, en raison du surcreusement du sol, se faisait par au moins un emmarchement localisé sur le mur nord. Les niveaux de sol intérieurs sont en partie conservés. Le calcaire décapé a été recouvert d’un épais niveau de marne puis de terre battue. Durant les deux siècles de son utilisation, ce sol a fait l’objet de multiples réfections destinées à combler les lacunes. Deux foyers ont été mis au jour dans cet espace. Le plus ancien est un âtre central ouvert qui se présente sous la forme d’une sole carrée de 1,45 m de côté constituée de fragments de tuiles canal posés de chant. Le second est une cheminée adossée au mur nord du bâtiment à 1,10 m du précédent. Là aussi, la sole est en tuiles encadrées de blocs de calcaire amorçant les jambages.

6Le deuxième bâtiment, orienté NS, est accolé au pignon est du premier. La stratigraphie a montré un léger décalage chronologique dans la construction mais une utilisation synchrone. L’édifice, non excavé, est divisé par moitiés en deux espaces. Au sud, une pièce de plain-pied de 46 m² possède un foyer adossé au mur ouest. Au nord, l’espace est occupé en sous-sol par une cave à laquelle on accède par un escalier en pierre à vingt degrés. Il donne accès à un espace voûté perpendiculaire à l’escalier d’une surface de 16 m². Cette construction (17 x 5,60 m) paraît s’adosser à un mur, très partiellement observé, qui pourrait être constitutif de la chapelle Saint-Eutrope.

7Cette dernière constitue alors la branche nord de l’ensemble en U, dont l’intérieur est occupé par une cour pavée de dalles de calcaire, dans laquelle a été mis au jour un vaste creusement circulaire aux bords droits et fond plat d’un diamètre de 2,60 m pour une profondeur de 1,30 m, ainsi que diverses autres fosses.

8Le cimetière médiéval quant à lui continue à être utilisé à l’est de cet ensemble et ce jusqu’au début du xixe s. Les quelques sondages effectués ont montré une occupation funéraire dense, notamment dans la moitié nord du décapage, au contact avec le cimetière actuel. Les inhumations modernes s’y font presque exclusivement en pleine terre. Le mobilier d’accompagnement se résume à quelques épingles de linceuls. Signalons la découverte de 26 sépultures de périnatals inhumés en linceul entre deux tuiles canal (datées par 14C du xvie s.) ainsi que celle d’un individu vêtu d’un vêtement militaire portant les insignes du 72e régiment d’infanterie (fin xviiie-début xixe s.).

9À l’ouest du décapage, à proximité de la rue de l’Église, une zone se caractérise par la présence de bâtiments se développant hors emprise. La fouille a néanmoins mis au jour une vaste cave, installée sous ces constructions et constituée de près de sept espaces différents séparés par des arches voûtées en ogive pour la partie la plus ancienne, puis en anse de panier pour les secteurs qui ont subi des réfections.

10Ces bâtiments collectifs, construits sur des terrains appartenant à l’église, auraient éventuellement abrité le prieuré d’Esnandes, fondé dès le xie s. Cependant, à la fin du xiiie et/ou au xive s., on sait que l’église Saint-Martin d’Esnandes a été fortifiée afin de pallier les troubles, majeurs dans la région, liés à la guerre de Cent Ans. À cette occasion, l’église est chemisée d’une importante muraille crénelée et de vastes douves sont creusées ; ces travaux ont abouti à la destruction d’une partie du cimetière médiéval. On peut émettre l’hypothèse qu’ils sont aussi à l’origine du déplacement du prieuré. En effet, la chronologie de la construction des bâtiments dans le cimetière indique une contemporanéité entre les deux événements.

11L’ensemble des informations collectées donne également un éclairage nouveau au développement du bourg d’Esnandes qui possède la particularité d’être implanté en limite SO du Marais poitevin. L’histoire de la commune est riche et le port d’Esnandes est mentionné dans les textes dès le xe s. Le colmatage progressif de la baie d’Esnandes a eu pour conséquence une difficulté croissante d’accès à la mer, un développement de l’habitat en direction du port et un isolement progressif de l’église à l’extrémité est du village.

Esnandes, rue de l’Église, sépulture de périnatal en tuile canal.

Esnandes, rue de l’Église, sépulture de périnatal en tuile canal.

Cl. J. Rouquet, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Esnandes, rue de l’Église, sépulture de périnatal en tuile canal.
Crédits Cl. J. Rouquet, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Vacher, « Esnandes (Charente-Maritime). Rue de l’Église »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 350.

Référence électronique

Catherine Vacher, « Esnandes (Charente-Maritime). Rue de l’Église » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24538

Haut de page

Auteur

Catherine Vacher

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Vacher

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals