Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...IV. – Sépultures et nécropolesIV. 1. – Opérations de terrainIllfurth (Haut-Rhin). Illfurth, r...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
IV. – Sépultures et nécropoles
IV. 1. – Opérations de terrain

Illfurth (Haut-Rhin). Illfurth, rue des Mérovingiens

Responsable d’opération : Amandine Mauduit
p. 351-352

Texte intégral

1L’opération menée début 2018 à Illfurth a permis de poursuivre la fouille de la nécropole mérovingienne qui se développe sur les hauteurs du Buergelen, déjà bien connue depuis 2005, et d’appréhender le prolongement méridional de l’ensemble funéraire. Elle a montré que la densité d’implantation des tombes s’amenuise vers le sud. Les limites nord et est ont été atteintes au fil des différentes campagnes et cette faible densité de structures au sud suggère la proximité d’une autre limite dans cette direction. Seul le développement de la nécropole en aval, vers l’ouest, n’est pas connu à ce jour.

2La découverte en 2018 de cinq inhumations supplémentaires porte à 248 le nombre total de fosses sépulcrales, à 252 le nombre total d’individus et à 33 le nombre total de cercles funéraires fossoyés. Le site du Buergelen à Illfurth représente ainsi la seconde nécropole la plus importante d’Alsace, après celle d’Erstein située dans le Bas-Rhin.

3Les dernières phases d’étude découlant des opérations de 2016 et 2018, ainsi que certains travaux réalisés dans le cadre du PCR « Espaces et pratiques funéraires en Alsace aux époques mérovingiennes et carolingiennes » (Barrand-Emam, Chenal, Abert (dir.)) ont permis de réactualiser une partie des données anciennes et d’homogénéiser les informations issues des différentes fouilles. Bien que ce travail ne soit pas complètement achevé, un certain nombre de résultats peuvent être exposés et nous proposons ici un résumé synthétique des résultats concernant l’ensemble de la nécropole (fouilles 2005, 2015, 2016, 2018).

4Les diverses datations, obtenues grâce au mobilier ou aux analyses 14C, indiquent une utilisation de l’ensemble funéraire comprise entre le dernier tiers du vie s. et le ixe s. Les fouilles récentes ont toutefois livré deux inhumations susceptibles d’avoir été implantées dans le courant du ve s. (proto-mérovingien). Par ailleurs, une série de datations 14C sur des inhumations dénuées de mobilier ont permis d’en déduire un usage prolongé jusqu’à la fin du ixe s. Il semble néanmoins que la phase d’utilisation intensive de l’aire funéraire se situe entre le début du vie et la fin du viie s. : un peu plus des trois quarts des sépultures datées sont en effet comprises dans cette fourchette chronologique. En termes de topochronologie, l’ensemble de l’espace sépulcral semble avoir été investi indifféremment durant les deux principaux siècles d’utilisation.

5Les pratiques funéraires observées sont en adéquation avec ce qui est connu en Alsace pour la période, notamment en ce qui concerne les aménagements des fosses sépulcrales. Ces derniers correspondent en majeure partie à des coffrages en bois installés dans de très grandes fosses quadrangulaires, dont l’organisation interne est dite « bipartite ». Le défunt est alors placé dans un contenant installé dans la moitié nord de cette chambre funéraire et le mobilier d’accompagnement déposé dans la moitié sud (sépultures de type « Morken »). Des coffrages aux dimensions plus modestes (ou cercueils ?) peuvent également être installés dans des fosses plus étroites et au sein desquelles le défunt est inhumé avec son mobilier.

6Près de la moitié des sépultures d’Illfurth ont été pillées anciennement. Malgré ce taux important de pillage, les tombes épargnées ont livré un nombre conséquent d’objets reflétant également des pratiques habituelles. Les offrandes, généralement composées d’objets usuels (vaisselle en céramique et en verre, peignes, paires de forces…) ou de dépôts alimentaires, et d’éléments d’armement dans les sépultures masculines, sont généralement déposées dans la moitié sud de la fosse. Le mobilier lié au costume funéraire (pièces d’habillement, de parure ou d’armement) est généralement porté par le défunt ou déposé sur lui ou à ses côtés, à l’intérieur du contenant sépulcral. Les sépultures masculines comportent fréquemment l’assemblage épée longue/scramasaxe. Plusieurs fers de lance, pointes de flèches et éléments de bouclier ont également été découverts. L’éperon, bien que particulièrement rare, est présent dans six sépultures et associé soit à une épée ou un scramasaxe, soit à un bouclier, soit à des pointes de flèches. Cet objet reste l’apanage du cavalier et témoigne probablement d’un statut social particulier. Les sépultures féminines les plus privilégiées ont livré d’imposants colliers de perles, des éléments de chausse et des châtelaines suspendues. De nombreux défunts ont également été inhumés avec une aumônière contenant de petits objets.

7La nécropole a livré un nombre similaire d’hommes et de femmes ainsi que des enfants de toutes classes d’âge, hors le déficit classique des tout-petits. L’analyse démographique de l’ensemble de la population inhumée, actuellement en cours, ne semble pas a priori trahir de recrutement spécifique, comme c’est souvent le cas dans les nécropoles communautaires mérovingiennes.

8Certains objets présentent des caractéristiques typologiques exogènes, notamment des céramiques ou plaques-boucles dites « de type burgonde ». Ces objets, associés à la présence de matériaux tels que l’ambre, ou les spondyles, témoignent d’échanges et de transmissions et interrogent sur d’éventuelles relations culturelles, voire commerciales. Leur relative rareté interroge également sur le statut de leurs détenteurs.

Illfurth, rue des Mérovingiens, inhumation de cavalier (St.461).

Illfurth, rue des Mérovingiens, inhumation de cavalier (St.461).

ANTEA-Archéologie

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illfurth, rue des Mérovingiens, inhumation de cavalier (St.461).
Crédits ANTEA-Archéologie
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24544/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amandine Mauduit, « Illfurth (Haut-Rhin). Illfurth, rue des Mérovingiens »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 351-352.

Référence électronique

Amandine Mauduit, « Illfurth (Haut-Rhin). Illfurth, rue des Mérovingiens » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24544 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.24544

Haut de page

Auteur

Amandine Mauduit

Antea-Archéologie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Amandine Mauduit

Antea-Archéologie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search