Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
IV. – Sépultures et nécropoles
IV. 1. – Opérations de terrain

Marseille (Bouches-du-Rhône). Lycée du Rempart

Responsable d’opération : Philippe Mellinand
Notice rédigée avec Diana Montaru et Catherine Rigeade
p. 353-354

Texte intégral

1La reconstruction de bâtiments au sein du lycée du Rempart à Marseille a motivé la prescription d’une fouille préventive qui s’est déroulée du 15 mai au 31 juillet 2018 sur une surface de 630 m2 présentant un fort dénivelé de 3,50 m d’est en ouest.

2L’Antiquité grecque n’est représentée que par quelques niveaux de colluvions ayant piégé des fragments de céramique et aucune occupation sur l’emprise même du site ne peut être attestée. Ces contextes sont directement scellés par des séquences rattachées aux ve et vie s. En partie centrale de la fouille, des tranchées d’épierrement comblées à la fin du vie s ou au viie s., témoignent d’un bâtiment disparu dont peu d’éléments sont connus. Celui-ci se développe sur une longueur de 10,10 m d’est en ouest et n’a été reconnu que sur une largeur de 1,20 m du nord au sud. Ses tranchées larges et profondes permettent de restituer un bâtiment d’une certaine ampleur dont la date de construction demeure inconnue.

3Une occupation funéraire de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge a été mise au jour, confirmant les résultats du diagnostic préalable réalisé sur la parcelle. Cet ensemble sépulcral s’inscrit dans la vaste nécropole qui se développe autour de l’abbaye Saint-Victor dont l’actuelle façade méridionale se situe à quelques dizaines de mètres du site.

4Trente-trois sépultures ont été découvertes. Dans leur grande majorité, il s’agit d’inhumations en fosse, avec ou sans aménagement de parois. Une dizaine ont révélé des indices de couvertures, soit en pierre, soit réalisées à l’aide de planches de bois, et une unique sépulture en amphore a été retrouvée. Enfin, trois coffrages quadrangulaires de pierres n’ont pas révélé d’ossements.

5La plupart des tombes sont de types primaires individuelles. Une seule a révélé la présence d’un dépôt secondaire de type réduction et une dernière correspond à un ossuaire partiellement conservé. Les creusements sont rectangulaires ou oblongs, majoritairement étroits, induisant aux squelettes des positions contraintes. Les parois sont globalement verticales et les fonds sont plats. Une seule sépulture, de type rupestre, comporte un emplacement céphalique creusé dans le rocher calcaire. Le port de linceul et la présence de soutien sous la tête du défunt ont également pu être mis en évidence dans plusieurs cas.

6Les sujets sont déposés en décubitus dorsal, orientés selon un axe globalement OE (tête à l’ouest). De manière systématique, les membres supérieurs sont fléchis et les jambes en extension. Les squelettes sont moyennement conservés et plus ou moins bien représentés. Au total, 24 individus ont été dénombrés (20 sujets adultes et 4 immatures). L’analyse préliminaire anthropobiologique en laboratoire fait apparaître un sex-ratio en faveur des sujets masculins. Les adultes sont majoritairement des sujets âgés. Parmi les immatures, on dénombre deux sujets périnatals et deux grands adolescents entre 15 et 19 ans.

7Les recoupements et les changements d’orientation observés au sein de l’espace funéraire permettent d’envisager plusieurs phases distinctes d’inhumation. Une seule sépulture est attribuée à l’Antiquité tardive, tandis que les autres se répartissent entre le xie et le xiie s. Aucun mobilier n’est présent dans les tombes, à l’exception d’une boucle de ceinture retrouvée en position fonctionnelle. L’encaissant, selon les secteurs, contient du mobilier s’étageant du ive au xiiie s., mêlé à des tessons antiques résiduels.

8Un autre apport de cette opération de fouille est la découverte de bâtiments médiévaux qui se succèdent durant un laps de temps assez court, entre la fin du xiiie et la fin du xive s. Même si leur plan est largement incomplet, la qualité de leur construction et leur proximité avec l’abbaye Saint-Victor incitent à les mettre en relation avec cette dernière.

9Des premières constructions, seul l’angle d’un bâtiment se développant vers le sud et l’ouest a pu être identifié ; aucun niveau de sol n’est conservé à son contact.

10La seconde phase est mieux identifiée, même si nous ne connaissons encore que l’angle d’un bâtiment, se poursuivant, cette fois-ci, en direction du sud et de l’est. Les caractéristiques de cette construction (fondations très puissantes, présence de contreforts) autorisent à envisager une structure imposante, se développant sur une longueur observée de 26 m. Les rares surfaces de sols intérieurs, construites en terre et cailloutis compactés, ainsi qu’une fosse fouillée à son contact, permettent de dater son utilisation à la fin du xiiie s et au xive s. Cette fosse a livré un lot de mobiliers archéologiques variés, dominés toutefois par les rejets issus des cuisines (céramique et faune), permettant de dater assez précisément son comblement dans le dernier tiers du xiiie s. Ils éclairent par ailleurs sur la variété des espèces animales consommées durant cette période, largement dominées par les caprinés, mais composées également de bœuf, porc, poulet, lapin, canard, perdrix, pigeon, ainsi que de nombreuses espèces marines, parmi lesquelles le thon.

11Enfin, dans un dernier temps, le long mur EO est partiellement repris pour former la limite méridionale d’un espace qui se développe, encore une fois hors emprise, vers le N.-O. Ce dernier état médiéval est abandonné à la fin du xive s.

12La fin de l’occupation médiévale dans la seconde moitié du xive s. semble marquer la désaffection de la zone, tout au moins en termes de bâti, durant quelques siècles. La construction de l’enceinte urbaine, à la fin du xviie s., enclot le périmètre de fouille, mais ne bouleverse pas immédiatement ce secteur de la ville que l’urbanisation ne gagnera que lentement, dans le courant du xixe s. Sur l’emprise même du site, les constructions d’époque moderne sont localisées à ses deux extrémités est et ouest, tandis que la partie centrale demeure en jardins.

13Enfin, dans les premières années du xxe s., la construction de l’école technique de garçons est réalisée le long du « prolongement du boulevard de la Corderie ». Les puissantes fondations de cet établissement divisent le terrain en sept espaces successifs, la partie centrale du site conservant les vestiges d’un foyer et de structures associées, bassin et canalisation en briques, interprétés comme les vestiges de la centrale à vapeur du lycée.

Marseille, lycée du Rempart, plan général phasé des vestiges.

Marseille, lycée du Rempart, plan général phasé des vestiges.

DAO G. Frommherz, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Marseille, lycée du Rempart, plan général phasé des vestiges.
Crédits DAO G. Frommherz, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24568/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Mellinand, Diana Montaru et Catherine Rigeade, « Marseille (Bouches-du-Rhône). Lycée du Rempart »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 353-354.

Référence électronique

Philippe Mellinand, Diana Montaru et Catherine Rigeade, « Marseille (Bouches-du-Rhône). Lycée du Rempart » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24568

Haut de page

Auteurs

Philippe Mellinand

Inrap

Diana Montaru

Inrap

Catherine Rigeade

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Mellinand

Inrap

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals