Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
IV. – Sépultures et nécropoles
IV. 1. – Opérations de terrain

Reims (Marne). 5 à 11 rue Marie-Stuart, 12 rue Diderot et 8, 12, 14 rue des Filles-Dieu

Responsable d’opération : Pascal Neaud et Christèle Baillif-Ducros
Notice rédigée avec Isabelle Le Goff
p. 355-356

Texte intégral

1Une fouille archéologique a été prescrite suite à un diagnostic réalisé en 2016 sur des parcelles localisées à environ 350 m à l’est de la cathédrale Notre-Dame de Reims. Outre les problématiques liées à la protohistoire et à l’Antiquité, le principal objectif pour le premier Moyen Âge était l’étude des « terres noires » observées lors du diagnostic. Concernant le second Moyen Âge, les parcelles se situant dans les jardins de l’ancienne abbaye de Saint-Pierre-les-Dames, les seuls vestiges envisagés étaient des fosses ou des puits.

2La fouille programmée a débuté en juillet 2018 et, dès la première journée de décapage, un épais niveau de sédiment brun-gris comportant de nombreux ossements humains épars a été mis au jour à l’ouest de l’emprise. Cette couche est caractéristique de la « terre cimétériale », c’est-à-dire de la terre appartenant à l’espace consacré, le cimetière. Les cimetières paroissiaux en contexte urbain étant circonscrits dans un espace donné, la concentration des sépultures est assez dense et leurs nombreux remaniements se traduisent par le recoupement des inhumations antérieures, mais également par la présence de nombreux ossements libres de toutes connexions anatomiques.

3Dans l’emprise de fouille, ce cimetière devait se développer à l’origine sur une surface approximative de 350 m², mais il a été complètement arasé sur la moitié de sa superficie par un parking souterrain. Ainsi, ce sont donc seulement 170 m² répartis en deux secteurs distincts - un à l’ouest de 150 m² et un à l’est de 20 m² - qui ont pu être fouillés, dont 85 m² intégralement, compte tenu des limites techniques de sécurité.

4Au total, 126 sépultures individuelles primaires ont été découvertes. Les défunts sont tous orientés EO, la tête à l’ouest, sauf un cas exceptionnel inversé. Les tombes, dont les limites de fosses se confondent avec le comblement, sont alignées et disposées en rangées selon un axe NS, et espacées d’environ 1 m. Sur une couche stratigraphique de 0,85 m d’épaisseur, quatre niveaux successifs de dépôt à inhumation ont pu être attestés. Par ailleurs, une soixantaine d’ensembles osseux traduisent l’importance des déplacements et manipulations volontaires des os issus des sépultures. Elles conduisent à leur regroupement en ossuaire et à leur dépôt contre, dans et/ou sur les contenants en matière périssable des inhumations postérieures.

5L’indigence du mobilier céramique, dont l’étude n’a pas encore débuté, est un écueil pour la datation de ce cimetière ; néanmoins, les deux patènes et les trois calices en plomb accompagnant trois défunts sont attribuables aux xiiie-xve s.

6Le contexte urbain de cet espace funéraire, insoupçonné jusqu’à la fouille, et les premières observations biologiques plaident en faveur d’un cimetière paroissial. Toutefois, sa localisation dans les jardins de l’ancienne abbaye de Saint-Pierre-les-Dames – détruite durant la période révolutionnaire – ainsi que le mobilier liturgique associé à certaines tombes permettent d’émettre l’hypothèse d’un cimetière paroissial, mais probablement aussi abbatial.

Reims, 5 à 11 rue Marie-Stuart, 12 rue Diderot et 8, 12, 14 rue des Filles-Dieu, exemple d’ossuaire, vu de l’est.

Reims, 5 à 11 rue Marie-Stuart, 12 rue Diderot et 8, 12, 14 rue des Filles-Dieu, exemple d’ossuaire, vu de l’est.

Cl. I. Le Goff, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Reims, 5 à 11 rue Marie-Stuart, 12 rue Diderot et 8, 12, 14 rue des Filles-Dieu, exemple d’ossuaire, vu de l’est.
Crédits Cl. I. Le Goff, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24580/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Neaud, Christèle Baillif-Ducros et Isabelle Le Goff, « Reims (Marne). 5 à 11 rue Marie-Stuart, 12 rue Diderot et 8, 12, 14 rue des Filles-Dieu »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 355-356.

Référence électronique

Pascal Neaud, Christèle Baillif-Ducros, Isabelle Le Goff, « Reims (Marne). 5 à 11 rue Marie-Stuart, 12 rue Diderot et 8, 12, 14 rue des Filles-Dieu » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24580

Haut de page

Auteurs

Pascal Neaud

UMR 7041

Articles du même auteur

Christèle Baillif-Ducros

UMR 6273

Isabelle Le Goff

UMR 7206

Haut de page

Responsables d'opération

Pascal Neaud

UMR 7041

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Christèle Baillif-Ducros

UMR 6273

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals