Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
IV. – Sépultures et nécropoles
IV. 1. – Opérations de terrain

Rouen (Seine-Maritime). Aître Saint-Maclou

Responsable d’opération : Aminte Thomann
Notice rédigée avec Cécile Chapelain de Seréville-Niel
p. 356

Texte intégral

1Chantier-école de l’université de Caen-Normandie, la fouille programmée de l’aître Saint-Maclou a été menée en deux campagnes en 2017 et 2018. Une zone d’environ 10 m de long et de 4 m de large a été ouverte chaque année dans la cour de l’aître, juste au sud du calvaire. Ce projet fait suite à un diagnostic archéologique réalisé en 2016 dans le cadre de la restauration de l’aître Saint-Maclou, notamment dans le but de développer la connaissance de son cimetière. Celui-ci a été aménagé, à partir de la deuxième partie du xive s., à distance de l’espace de l’église déjà saturé, pour faire face, selon les textes, à la surmortalité liée à la grande peste noire qui a touché Rouen en 1348.

2Cette intervention programmée a permis la découverte et l’étude d’environ 500 sépultures. La densité funéraire est telle que le sol géologique (situé entre 4 et 6 m de profondeur par un précédent sondage géotechnique) n’a pu être atteint, même dans un petit sondage effectué jusqu’à 3,5 m. La fouille de cet espace a mis en évidence une partie du cimetière paroissial utilisé jusqu’à la fin du xviiie s., mais aussi des fosses communes, accueillant jusqu’à six individus déposés simultanément. Des traces de fondation d’un bâtiment en bois inédit, probablement postérieur à l’occupation sépulcrale, ont également pu être observées directement au sud du calvaire.

3L’étude en cours de cette collection ostéo-archéologique se fait grâce à une approche pluridisciplinaire impliquant plusieurs approches biologiques : analyses paléopathologiques macroscopiques, menées en partie dans le cadre d’une recherche doctorale, pour appréhender l’état sanitaire de la population, analyses isotopiques, particulièrement informatives sur le régime alimentaire des défunts, analyses paléoparasitologiques, renseignant notamment sur les conditions de vie et analyses paléomicrobiologiques, détectant la présence de l’ADN ancien de certains pathogènes dans le matériel dentaire et osseux, tels que la tuberculose, la syphilis ou la peste. Des analyses préliminaires, menées sur le corpus provenant du diagnostic de 2016, ont déjà permis de détecter la présence très probable du bacille de la peste chez un individu daté du début du xve s.

4Les résultats archéologiques et anthropologiques issus de cette fouille vont permettre de développer significativement les connaissances concernant la population rouennaise et la gestion de ce cimetière de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aminte Thomann et Cécile Chapelain de Seréville-Niel, « Rouen (Seine-Maritime). Aître Saint-Maclou »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 356.

Référence électronique

Aminte Thomann, Cécile Chapelain de Seréville-Niel, « Rouen (Seine-Maritime). Aître Saint-Maclou » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24586

Haut de page

Auteurs

Aminte Thomann

Inrap

Articles du même auteur

Cécile Chapelain de Seréville-Niel

Craham UMR 6273

Haut de page

Responsable d’opération

Aminte Thomann

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals