Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
IV. – Sépultures et nécropoles
IV. 1. – Opérations de terrain

Troyes (Aube). 44 boulevard Danton

Responsable d’opération : Sylvain Canet
p. 358-359

Texte intégral

1Un diagnostic archéologique a été prescrit suite à une demande de permis de construire sur des terrains d’une surface d’environ 300 m² situés en limite NO de la tête du « Bouchon de Champagne », dans la pointe d’un petit îlot triangulaire compris entre le Boulevard Danton et le canal de Trévois. Les conditions techniques de réalisation de l’intervention (petite superficie, existence de bâtiments contigus, stockage des terres sur place) ont limité la profondeur d’exploration du sous-sol.

2Les indices d’occupation les plus anciens sont antiques. Il s’agit de mobilier céramique, presque intégralement collecté à une profondeur comprise entre 2,55 m et 3,05 m sous le sol actuel dans un horizon brun sombre, avec quelques rares éléments résiduels dans les niveaux de remblais postérieurs. Chronologiquement, le mobilier couvre une partie du ier s. ap. J.-C. jusqu’à la deuxième moitié du iie s. au plus tôt (étude : A. Delor-Ahü). Quelques indices peuvent être plus précoces (période augustéenne, premier quart du ier s. ap. J.-C.) ou plus tardifs (première moitié du iiie s.). Il est à noter l’absence d’éléments caractéristiques des contextes tardifs dans ce secteur où l’on situe traditionnellement les limites du castrum du Bas-Empire.

3Trois faits archéologiques ont été enregistrés dans les niveaux postérieurs : une inhumation de la fin de la période mérovingienne, une petite tranchée indéterminée et un mur postérieur, moderne à contemporain.

4Des éléments osseux humains appartenant à un seul individu apparaissent à 2,55 m sous le sol actuel, installés dans le niveau antique sous-jacent. Bien que sous-représenté – il s’agit principalement des os des membres inférieurs et supérieurs et de la ceinture pelvienne – le squelette est dans un bon état de conservation (étude : C. Baillif-Ducros). Le corps était orienté OSO/ENE, probablement tête à l’ouest. Aucun creusement n’a pu être observé et aucun indice significatif ne permet de conclure à la présence d’un cercueil. De la même façon, le seul fragment de verre collecté ne peut être associé directement à l’inhumation. Le défunt est probablement une femme de plus de trente ans ; une datation 14C situe son décès entre la fin de la première moitié du viie s. et le début de la deuxième moitié du viiie s.

5À ce stade, il n’est pas possible de conclure sérieusement à un rapprochement avec l’existence dans ce secteur de la ville d’un couvent de moniales dont la fondation supposée remonterait au milieu du viie s. L’église Saint-Quentin, qui lui succède, est en effet localisée à 100 m au S.-O. de l’inhumation mise au jour, ce qui semble un peu trop éloigné. S’agit-il d’une sépulture isolée, sépulture d’« exclu » ou d’une autre petite nécropole, en lien avec une voie ?

6Tous les horizons sus-jacents, vraisemblablement remaniés, sont interprétés comme des remblais. En effet, la datation du mobilier céramique issu de ces différentes couches ne respecte pas la chronologie stratigraphique relative. Considérés globalement, les éléments recensés s’étalent entre le xie s. au plus tôt et le xviiie s. au plus tard, avec une phase plus marquée au xive-xve s. (étude : P. Testard).

7Dans ces niveaux de remblais, des fragments de carreaux de sol simplement glaçurés ou d’autres à motif ornemental, réalisé à l’engobe sous glaçure, ont été identifiés. Ces matériaux se rencontrent fréquemment en contexte urbain, particulièrement à Châlons-en-Champagne, Reims et Troyes. Destinés à orner des salles d’apparat ou des lieux de cultes, ils proviennent vraisemblablement de rénovation ou de destruction d’édifices religieux ou laïcs de prestige. Un de ces carreaux est assez similaire à un petit ensemble découvert dans l’ancien cellier du chapitre de la cathédrale de Troyes, dont la construction est datée par dendrochronologie du milieu du xiiie s. Ils pourraient être issus du même atelier.

8Une « tranchée », suivie sur près de 4 m, orientée OSO/ENE et large de 30 cm, apparaît à 75 cm sous le sol actuel. Elle présente un profil en « U » à fond plat. Son comblement est un limon argileux brun assez meuble qui n’a livré qu’un seul fragment de panse daté au plus tôt du xive s. La fonction de cette structure reste indéterminée (drain, installation d’une palissade… ?).

9Un reste de mur ou de fondation de mur de 60 cm de largeur a été mis au jour. Orienté NO/SE, son arasement apparaît au plus bas à 42 cm sous le sol actuel. Constitué par un ensemble de blocs calcaires pris dans un mortier crayeux, il reprend peu ou prou l’alignement de certains murs encore en place de nos jours.

Troyes, 44 boulevard Danton, carreau de sol décoré à l’engobe rouge en creux sous glaçure plombifère jaune.

Troyes, 44 boulevard Danton, carreau de sol décoré à l’engobe rouge en creux sous glaçure plombifère jaune.

Cl. P. Testard, Inrap GE

Haut de page

Table des illustrations

Titre Troyes, 44 boulevard Danton, carreau de sol décoré à l’engobe rouge en creux sous glaçure plombifère jaune.
Crédits Cl. P. Testard, Inrap GE
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24603/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Canet, « Troyes (Aube). 44 boulevard Danton »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 358-359.

Référence électronique

Sylvain Canet, « Troyes (Aube). 44 boulevard Danton » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24603

Haut de page

Auteur

Sylvain Canet

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvain Canet

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals