Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
IV. – Sépultures et nécropoles
IV. 1. – Opérations de terrain

Vendôme (Eure-et-Loir). Le Grand Cimetière

Responsable d’opération : Sophie Liegard
p. 359-360

Texte intégral

1Un projet de construction d’immeubles d’habitation a nécessité la conduite d’une fouille préventive sur ce site durant l’été 2018 et l’hiver 2019. Elle fait suite à plusieurs diagnostics archéologiques successifs ayant confirmé la présence d’une vaste zone funéraire, d’au moins 1,5 ha, occupée depuis le Moyen Âge jusqu’au xixe s., l’arrêté de fermeture de ce cimetière datant de 1834. Situé extra-muros, à 500 m au nord de la ville médiévale, dans la plaine inondable du Loir, le grand cimetière de Vendôme est mentionné dans différents textes depuis la fin du Moyen Âge, sa date de création, bien plus ancienne, étant inconnue.

2La fouille préventive a concerné une surface totale de 400 m2 répartie en plusieurs secteurs correspondant aux zones menacées de destruction par les futurs travaux. Elle a mis au jour près de 450 inhumations dont les plus anciennes remontent à la période mérovingienne. Des zones d’extraction de matériaux alluviaux datant du Moyen Âge et/ou de la période moderne ont également été repérées au sein même du cimetière.

3Plusieurs cuves fragmentées de sarcophages trapézoïdaux en calcaire local ont été mises au jour dans la partie centrale du site. Celle-ci abrite également des fosses sépulcrales, creusées dans le substrat alluvial, qui sont attribuables au haut Moyen Âge et au Moyen Âge central. Quelques tombes accompagnées d’amas de tessons de vases à encens rejetés dans le comblement des fosses se rapportent au bas Moyen Âge. La découverte de nombreuses épingles de linceul en alliage cuivreux renseigne sur les pratiques funéraires de la fin du Moyen Âge. Certaines des sépultures des époques moderne et contemporaine recelaient des anneaux et bagues en alliage cuivreux, voire plus rarement en argent, quelques-unes conservant leurs chatons en verre. Le mobilier funéraire compte aussi trois boucles métalliques, un petit crucifix probablement porté en pendentif et une coquille Saint-Jacques miniature tous deux en alliage cuivreux, ainsi que quelques boucles d’oreilles en or mises au jour dans les niveaux sépulcraux les plus récents.

4Les observations réalisées dans les différents secteurs d’intervention conduisent à penser que, dans la partie centrale du site, le substrat alluvial formait une petite hauteur dominant la plaine du Loir. Cette éminence est comparable aux formations similaires, nombreuses dans la vallée de la Loire, qui sont couramment dénommées « montilles ». Ce promontoire pourrait avoir été occupé de longue date. En effet, la découverte, dans le comblement d’une zone d’extraction, d’un très gros bloc de calcaire meulière de Beauce (possible orthostate), totalement exogène, invite à penser qu’un dolmen pourrait avoir existé sur cette hauteur.

5Le lieu est fréquenté durant l’époque gallo-romaine comme en témoignent les tessons de céramique retrouvés en position secondaire dans les niveaux médiévaux. Ce mobilier de très bonne qualité pourrait être en rapport avec une nécropole ou un sanctuaire, hypothèse qui n’a pu être confirmée faute de découverte de vestiges immobiliers.

6La christianisation du site dès l’époque mérovingienne est, quant à elle, bien attestée par la présence de plusieurs inhumations en sarcophages trapézoïdaux, certains de ces vestiges ayant été rejetés dans le comblement de zones d’extraction, probablement à l’occasion d’un réaménagement de l’espace dans le courant du bas Moyen Âge. La mise au jour d’un vaste ossuaire constitué durant la période moderne témoigne également de phases de réorganisation de ce cimetière.

7Les investigations n’ont pas permis de découvrir de vestiges de constructions médiévales qui auraient pu renseigner sur la présence d’un lieu de culte. Une chapelle est pourtant mentionnée dans les textes, mais sa localisation reste inconnue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Liegard, « Vendôme (Eure-et-Loir). Le Grand Cimetière »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 359-360.

Référence électronique

Sophie Liegard, « Vendôme (Eure-et-Loir). Le Grand Cimetière » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24605

Haut de page

Auteur

Sophie Liegard

Société Hadès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sophie Liegard

Société Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals