Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
V. – Installations artisanales
V. B1. – Carrières, mines et métallurgie : opérations de terrain

Cernay-lès-Reims (Marne). Cernay-lès-Reims « le Bas de la Noue Saint Rémy » zone 9

Responsable d’opération : Yoann Rabasté
Notice rédigée avec Vincent Marchaisseau
p. 363-364

Texte intégral

1Localisée en limite SE de l’agglomération rémoise, sur la commune de Cernay-les-Reims, l’emprise de l’opération porte sur une surface de 11 300 m2. Cette neuvième concentration de vestiges, fouillée sur un parc d’activité, correspond à un établissement rural de l’Antiquité tardive, prolongé à l’époque médiévale par une zone d’activité artisanale. Ces deux occupations se développent le long d’un axe de circulation qui perdure vraisemblablement de l’Antiquité à la première guerre mondiale.

2Situés entre la fin du ve-première moitié du vie s. et la seconde moitié du viie s., trois états caractérisent l’occupation médiévale. Celle-ci est principalement marquée par un grand nombre de cabanes excavées, de celliers et de fosses.

3D’un point de vue spatial, ces structures sont implantées selon une organisation orthogonale prédéfinie, qui s’appuie sur celle de l’établissement rural d’origine antique. Cet agencement témoigne probablement d’un système parcellaire constant sur le secteur, qui a perduré malgré la discontinuité des occupations.

4L’occupation du premier état médiéval, fin ve-première moitié vie s., semble la plus étendue spatialement puisque l’on peut compter trois ou quatre noyaux de structures distincts. On dénombre, de l’ouest vers l’est : une construction sur poteaux, munie de deux fosses, qui pourrait être assimilée à un bâtiment d’habitation (110 m²), deux cabanes et une fosse qui forment un petit groupe, et enfin, un autre groupe marqué par trois fosses et quatre cabanes excavées qui semblent s’aligner le long d’un fossé antique. La création de cette occupation domestique, ex nihilo, puisque le secteur paraît abandonné (sans doute encore fréquenté, parcouru, etc.) pendant une centaine d’années, va perdurer durant 200/225 ans d’après les données céramiques et ce sont à peu près les mêmes secteurs qui sont encore investis par la suite. Quelques recoupements ont été perçus entre des vestiges des trois états, mais c’est plutôt à une juxtaposition que l’on assiste. En effet, au cours de l’état suivant, fin du vie-première moitié du viie s., le secteur à l’est de l’emprise est toujours densément occupé.

5Si quelques fosses de cet état paraissaient implantées juste en limite de la bande de roulement de la voie de circulation, au moins deux cabanes viennent désormais clairement empiéter sur celle-ci. Plusieurs vestiges semblent constituer un alignement sur plus de 100 mètres de long et reprennent en partie l’alignement formé par les vestiges de la phase précédente. Faut-il y voir l’indice d’un changement dans le réseau viaire, avec l’existence d’un axe SO/NE qui pourrait être localisé hors emprise ? En l’absence de connaissance archéologique des terrains situés à l’est de l’emprise, il est impossible de répondre à ce jour à cette interrogation.

6Enfin, au cours du dernier état, durant la seconde moitié du viie s., les vestiges se répartissent à nouveau dans les mêmes secteurs. Un nouvel alignement semble pouvoir être défini : un petit regroupement existe et deux fosses viennent encore gagner sur la bande de roulement du chemin d’origine antique.

7Deux structures proches ont livré deux culots de forge dénotant d’une petite activité métallurgique sur le site. D’un point de vue plus général, il convient de souligner la persistance de grandes lignes directrices dans l’organisation de l’occupation, orientées SSO/NNE. L’absence de certains types de vestiges fait l’originalité de cette occupation, aucun silo ni aucun puits n’ont été appréhendés. Comme l’on peut légitimement s’interroger sur la datation de la construction sur poteaux, il est également probable qu’il n’existe pas de véritable bâtiment pour cette période. Nous serions alors face à ce qu’il est convenu d’appeler une « zone à vocation spécifique ». L’occupation découverte ici ne correspond pas exactement à cette définition en l’absence de silos. Mais la rareté du mobilier (peu de céramique, les outils métalliques sont absents, même les couteaux) et des données paléoenvironnementales (les restes fauniques et carpologiques sont très peu nombreux) ne renvoient pas l’image d’une occupation domestique à vocation agro-pastorale.

8Une autre hypothèse peut être avancée : la présence à plusieurs reprises de blocs de pierres dans les comblements des structures du haut Moyen Âge illustre le démantèlement de l’aqueduc, situé à 200 mètres vers l’ouest. Pourrions-nous être en présence d’une zone dédiée à cette activité (saisonnière ?), s’étalant sur environ deux siècles (vie et viie s.) ? Cette hypothèse pourrait expliquer le hiatus perçu par l’étude céramique entre le premier et le deuxième état, puisqu’il semble exister une interruption entre le milieu et la fin du vie s. Les données actuellement disponibles suggèrent un chantier de récupération systématique des matériaux de l’aqueduc dans le courant de l’Antiquité tardive, sans doute en lien avec l’érection de l’enceinte tardive de la ville de Reims ; toutefois, il est envisageable que cette récupération se soit poursuivie sur le long terme. Seule l’appréhension des secteurs environnants permettra de valider cette suggestion.

Cernay-lès-Reims « le Bas de la Noue Saint Rémy » zone 9, plan d’ensemble.

Cernay-lès-Reims « le Bas de la Noue Saint Rémy » zone 9, plan d’ensemble.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Cernay-lès-Reims « le Bas de la Noue Saint Rémy » zone 9, plan d’ensemble.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yoann Rabasté et Vincent Marchaisseau, « Cernay-lès-Reims (Marne). Cernay-lès-Reims « le Bas de la Noue Saint Rémy » zone 9 »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 363-364.

Référence électronique

Yoann Rabasté, Vincent Marchaisseau, « Cernay-lès-Reims (Marne). Cernay-lès-Reims « le Bas de la Noue Saint Rémy » zone 9 » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24641

Haut de page

Auteurs

Yoann Rabasté

Inrap

Articles du même auteur

Vincent Marchaisseau

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Yoann Rabasté

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals