Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...V. – Installations artisanalesV. C1. – Autres installations art...Lorgues (Var). Les Jardins 1 & 2

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
V. – Installations artisanales
V. C1. – Autres installations artisanales : opérations de terrain

Lorgues (Var). Les Jardins 1 & 2

Responsable d’opération : Florence Parent
p. 367-368

Texte intégral

1Deux projets immobiliers émis par le Logement familial varois, en périphérie immédiate du noyau urbain de Lorgues (Centre Var), ont entrainé la prescription d’une fouille préventive sur les 10 000 m² concernés par ces projets. Une équipe de six agents de l’Inrap a donc été mobilisée pendant quatre mois dans le courant de l’année 2018. Les résultats présentés ici ne sont que provisoires, la compréhension des vestiges et les études spécialisées étant toujours en cours.

2Le site, en bordure de la plaine de l’Argens, immédiatement surplombé par le village et sa collégiale, est soumis à une forte érosion à toutes les époques. Le lessivage permanent des sols a largement atténué les reliefs du terrain, avec pour principal résultat un fort dérasement des structures : seuls les aménagements profondément ancrés sont conservés. La gestion des eaux de ruissellement et de source est d’ailleurs une préoccupation majeure sur le site, cela depuis la fin de l’Antiquité comme en témoignent un réseau de fossés, remplacés au Moyen Âge par des caniveaux (fig. 1). De nos jours, deux canaux souterrains constamment en activité traversent encore le site. Ces aménagements hydrauliques, essentiellement concentrés au nord, s’accompagnent d’une mise en culture des terres dont plus d’une centaine de fosses et petites tranchées sont le témoignage.

3À la fin de l’Antiquité, d’après leur typologie, deux sépultures en coffre quadrangulaire de tegulae sont aménagées au NO. Une dizaine de petites fosses, concentrées sur une trentaine de mètres alentour, sont sans doute à mettre en relation avec ces sépultures, elles sont remplies de charbons mêlés de fragments d’os carbonisés (faune) recouverts de tegula. À 75 m de là, vers l’est, une troisième tombe en coffre de tuiles posées en bâtière pourrait être plus ancienne. Des datations 14C sont en cours afin de préciser la chronologie de ces trois inhumations.

4L’essentiel des constructions est concentré à l’est du site, dont les premières interviennent dans le courant du ve s. Un bâtiment de plan rectangulaire est implanté au NE. Composé de deux pièces dans un premier temps, il est ensuite étendu à l’ouest par une troisième. L’angle d’un deuxième corps de bâtiment se dessine quelques mètres au sud, vraisemblablement contemporain du premier. La petite cuve carrée installée dans un angle atteste de la vocation agricole de celui-ci. Ces bâtiments sont abandonnés au cours du vie s. au plus tard.

5Dans la seconde moitié du xive s. est mis en place un vaste édifice dont ne sont plus conservés que les substructions et les aménagements excavés (fig. 1, fig. 2). Cet ensemble s’étale sur près de 600 m² et se développe encore vers l’est hors emprise. Il s’agit sans nul doute d’un grand complexe artisanal : pas moins d’une trentaine de bassins en pierre sont enterrés dans la partie méridionale, regroupés dans un périmètre de 185 m². Le bâtiment se poursuit vers le nord mais, ne comporte pas d’aménagements enterrés, seules les fondations des murs y sont conservées : un espace d’environ 130 m² – qui pourrait être une cour – jouxte l’ensemble des bassins au NE, espace où sont accolées encore plus au nord six pièces de taille variable. Au sud, un grand corps de bâtiment renferme la batterie de bassins rectangulaires, tous construits et dallés en pierre calcaire. De dimensions et de profondeurs variables, certains sont enduits de béton hydraulique, d’autres non. Ces derniers présentent une très forte usure sur leurs parois aussi bien que sur leur pavage, usure évoquant à la fois le battement d’un liquide et un brassage circulaire à l’horizontale, de plus, ils portent presque tous des empreintes de couleur brune sur leurs parois. Les murs périphériques de cet ensemble sont ceinturés par un réseau de caniveaux qui mettent le bâtiment hors d’eau, tandis qu’à l’intérieur un réseau secondaire (très arasé) évacue les eaux de deux bassins dans ce réseau périphérique. Aucune arrivée d’eau n’est conservée et, si elles existaient, elles devaient se trouver à un niveau supérieur. Dans l’état actuel de la réflexion, tout pousse à croire que cette batterie de bassins servait au tannage des peaux : la quantité de bassins et la densité de leur implantation, la chaux contenue dans certains, l’usure particulière évoquant le brassage ou le foulonnage dans d’autres, les traces brunes sur les mêmes qu’on associe volontiers à des résidus de tan, le fait que seuls deux bassins possèdent des évacuations… Des analyses doivent être réalisées pour confirmer ou non cette hypothèse.

6Le complexe artisanal est entièrement détruit au cours du xvie s. Quelques tranchées, dont le tracé « en chicane » évoque des tranchées de redoute, sillonnent le site. Elles semblent s’échelonner entre le xvie et le xviiie s. et seraient le témoignage des nombreux sièges qu’a subi la ville dans cette période.

7Dès lors, ces terres, naturellement et abondamment irriguées, sont aménagées en trois restanques et entièrement consacrées à la culture.

Lorgues - Les Jardins 1 & 2, relevé photogrammétrique du complexe artisanal.

Lorgues - Les Jardins 1 & 2, relevé photogrammétrique du complexe artisanal.

Cl. et DAO N. Bourgarel, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lorgues - Les Jardins 1 & 2, relevé photogrammétrique du complexe artisanal.
Crédits Cl. et DAO N. Bourgarel, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24673/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Parent, « Lorgues (Var). Les Jardins 1 & 2 »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 367-368.

Référence électronique

Florence Parent, « Lorgues (Var). Les Jardins 1 & 2 » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24673 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.24673

Haut de page

Auteur

Florence Parent

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florence Parent

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search