Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
V. – Installations artisanales
V. C2. – Autres installations artisanales : prospections

Diverses communes (Haute-Savoie). Salève

Responsable d’opération : Alain Mélo
p. 370

Texte intégral

1Le chaînon du Salève est un petit relief (17 km N.-S. et 3 km E.-O.) qui émerge des plaines et collines de l’Avant-Pays savoyard et le domine en moyenne de ses 1 300 mètres (1 379 mètres au Grand Piton). Il constitue un domaine à part dans l’espace du Genevois savoyard, puisqu’il s’agit d’une montagne calcaire au cœur d’un territoire fondé sur les dépôts glaciaires et péri- ou post-glaciaires, eux-mêmes reposant sur la masse importante des niveaux molassiques essentiellement gréseux. Il tranche aussi d’avec les basses terres par son régime hydrologique karstique. La forêt couvre aujourd’hui environ les trois quarts de la surface du chaînon, surface augmentée récemment (année 1970 et suivantes) des reboisements naturels ou artificiels d’anciennes prairies.

2La campagne 2016 avait permis la mise en place d’une méthodologie opérationnelle pour aborder le sujet et prendre en compte l’importante surface à couvrir et le nombre élevé des sites potentiels. Les images LiDAR réalisées en 2014, traitées par Sébastien Perret, sont désormais à disposition et permettent une première détermination d’anomalies. Ces éléments géolocalisés sont ensuite recherchés sur le terrain et validés ou non comme plateformes de charbonnage (ou autre : four à chaux, structure, fosse, etc.). Dans le cadre de cette opération de terrain, d’autres plateformes non visibles sur l’image peuvent être repérées, sondées (carottage à la tarière) et validées (GPS). Chaque site fait l’objet d’une fiche complète ; les informations sont intégrées dans un tableau général. L’ensemble des données intègre un SIG, mis en place et géré par Sébastien Perret, dans lequel nous intégrons aussi désormais les données antérieures (prospections 1997-2003 ; 2013).

3Cette prospection thématique est rattachée au PCR « Écosystèmes montagnards du Moyen Âge à nos jours ». À l’intérieur de ce programme, l’étude de trois cas haut-savoyards : Salève, Glières et Sales, tente de répondre à la question de l’approvisionnement en combustible des ateliers de sidérurgie primaire qui ont exploité les ressources en minerai de fer du Salève entre le ve et le xiiie s. (Perret, Mélo et al. 2018). Mais la position géographique du Salève au cœur d’un espace densément peuplé depuis l’Antiquité (au moins), sa localisation entre deux agglomérations anciennes, Annecy au sud et, surtout, Genève au nord, le plaçait au cœur d’autres enjeux : approvisionnement des habitants des plaines et collines voisines en bois comme en charbon ; accroissement des espaces agro-pastoraux ; exploitation des ressources minérales autres que le minerai de fer : calcaires (chaux, construction, granulat) ; blocs erratiques de granite (meules de moulin, construction) ; sables (verrerie, construction). La recherche, bien que focalisée d’abord sur la question du charbonnage, notamment en liaison avec la sidérurgie (mais pas seulement), s’est donc élargie, au moins pour un état des lieux, aux autres formes d’exploitation de l’espace forestier (bois, défrichement).

4Après une pause circonstancielle en 2017, la prospection a repris en 2018. L’exploration du chaînon s’est poursuivie vers le nord sur le versant oriental dominant le plateau des Bornes, ainsi que le Petit Salève (communes de La Muraz et de Monnetier-Mornex) ; avec une incursion dans le quart SE, sans couverture LiDAR (Cruseilles et Vovray-en-Bornes). Environ 250 ha ont été parcourus. À cette heure, près de 2 800 ha ont été prospectés (depuis 2015, soit 60 % du territoire), essentiellement en milieu forestier (taillis, futaies irrégulières) et dans le gradient altitudinaire allant de 850 à 1 350 mètres.

5Aujourd’hui, 195 plateformes de charbonnage ont été repérées et ont fait l’objet d’une fiche de relevé. La multiplication des observations permet d’approcher plus finement la typologie et la répartition géographique. Quelques éléments de chronologie relative apparaissent également (sédimentation, mensuration, répartition géographique).

6Cette prospection fine en milieu forestier a également permis la découverte d’autres vestiges : rares nouveaux crassiers (aujourd’hui 83 sont connus) ; fours à chaux (innombrables, surtout dans ce secteur nord du chaînon) ; structures en pierres sèches (ruines d’anciens chalets, mais aussi structures circulaires, vastes enclos à murs en gros appareil…).

7La recherche documentaire a été moindre cette année car il a semblé plus pertinent de se concentrer sur le terrain. Cependant, les comptes médiévaux de la châtellenie de Mornex (1368-1399) – qui englobait le secteur principal exploré cette année – ont été dépouillés en intégralité (malgré l’état défectueux d’un certain nombre de rouleaux de parchemins). Ils restituent une lecture des modes de gestion des forêts « publiques » et privées en cette période de péjoration climatique (début du Petit âge glacière) et de récurrences de pestes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Mélo, « Diverses communes (Haute-Savoie). Salève »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 370.

Référence électronique

Alain Mélo, « Diverses communes (Haute-Savoie). Salève » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24690

Haut de page

Auteur

Alain Mélo

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Alain Mélo

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals