Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Bulletin critiqueLise Saussus, avec la collaborati...

Bulletin critique

Lise Saussus, avec la collaboration de Nicolas Thomas, Marisa Pirson et Benjamin Jagou, Travailler le cuivre à Douai au xiiie siècle : histoire et archéologie d’un atelier de proximité

Luc Bourgeois
p. 379-380
Référence(s) :

Lise Saussus, avec la collaboration de Nicolas Thomas, Marisa Pirson et Benjamin Jagou, Travailler le cuivre à Douai au xiiie siècle : histoire et archéologie d’un atelier de proximité, Douai, Association Les Amis d’Arkeos et Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 2019, 277 p. (Archaeologia Duacensis, 31 – Collection d’archéologie Joseph Mertens, XVII), ISBN : 989-2-9567195-0-2. Prix : 30 €.

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat consacrée à la métallurgie du cuivre dans les villes de Flandre médiévale (xiiie-xve siècles), soutenue à Louvain-la-Neuve en 2017, cet ouvrage permet la diffusion rapide de la monographie qui constituait l’un des atouts de cette large synthèse régionale. Fouillé de 1983 à 1987 sous la direction d’Étienne Louis, le long de la rue Saint-Julien de Douai, l’atelier était localisé dans un quartier établi sur la rive gauche de la Scarpe mais qui fut intégré dès le courant du xiiie siècle à l’enceinte de réunion.

2Malgré la qualité des observations alors réalisées sur le terrain, il s’agit d’une fouille déjà ancienne et on sait les multiples difficultés qu’engendre la réalisation d’une telle monographie, qui s’accroissent encore quand on n’a pas participé à l’opération. Lise Saussus s’est donc longuement attachée à l’analyse de la documentation issue du terrain, pour en tirer l’essentiel. Contrairement à d’autres études consacrées au travail du cuivre dans les villes européennes, ce ne sont pas ici les techniques et les objets qui dominent seuls le discours, mais également l’atelier avec ses structures et son environnement urbain, que l’auteure confronte aux autres informations archéologiques et historiques sur cette catégorie de production recueillies dans les riches archives de la ville. L’exposé, très progressif, est d’ailleurs assorti d’un florilège de sources médiévales, dispersé dans les différentes parties du développement.

3Après une présentation de la place du site dans la morphogenèse urbaine (chapitre I), le chapitre III rétrécit la focale pour aborder le quartier où fut implanté l’atelier, entre un axe passant et une dérivation de la Scarpe. La présentation de la fouille (chapitres IV et V) révèle que l’urbanisation de l’îlot, découpé en étroites lanières, s’est opérée au cours de la seconde moitié du xiie siècle. Quatre parcelles occupent alors l’emprise de l’atelier métallurgique qui se développa dans la seconde moitié du xiiie siècle et peut-être au début du siècle suivant, conjointement à des étuves implantées au bord du canal. Les artisans disposent d’une surface d’un millier de mètres carrés, espace fort ample par rapport à l’emprise d’autres ateliers contemporains. Au moins quatre phases d’occupation ont été identifiées, qui voient évoluer trois bâtiments environnés de zones de rejet et d’aires de circulation. Ces structures sur solins, sablières basses ou poteaux plantés sont conservées de manière fragmentaire et on peut discuter des hypothèses de restitution proposées (en particulier pour le bâtiment 1, qui pourrait à l’origine constituer un volume unique accosté de deux appentis plutôt qu’un bâtiment à trois nefs). Les structures liées à la production sont médiocrement conservées et seul un four à ventilation naturelle a pu faire l’objet d’une étude détaillée.

4Revenons en arrière : les sources écrites mentionnant les travailleurs du métal à Douai font l’objet du second chapitre, qui révèle à la fois une modeste présence de ces activités dans les textes et de fréquentes ambiguïtés dans la désignation des métiers, celle-ci pouvant varier pour un même artisan, tel ce bourgeois du xve siècle tour à tour qualifié de fabricant de canons, de fondeur de cloches et de chaudronnier. Cette polyvalence semble s’opposer à la spécialisation étroite des corps des métiers qui a été popularisée de manière assez abusive à partir du Livre des métiers d’Étienne Boileau. Mais ce célèbre tableau parisien n’est en rien généralisable et il doit même être largement nuancé pour cette ville. Si les fluctuations quantitatives de la documentation peuvent influer fortement sur une statistique des artisans du métal présents dans la ville pour chaque décennie (fig. 9), les proportions relatives des spécialistes de chaque métal peuvent toutefois être approchées : on relève ainsi quatre fois plus de travailleurs du fer que d’artisans du cuivre et de ses alliages, le nombre de ces derniers étant équivalent à l’ensemble des artisans élaborant les métaux précieux, l’étain et le plomb. Ces proportions classent dès l’abord Douai parmi les villes qui n’ont pas vu naître une production de masse spécialisée mais ont développé des artisanats de proximité. Les travailleurs du métal y sont en conséquence établis dans des artères commerçantes ou à proximité des portes urbaines, au plus près d’une clientèle essentiellement locale (fig. 12).

5Les chapitres VI à VIII confirment cette vocation « d’atelier de proximité » en analysant systématiquement près de 5 000 témoignages liés à la métallurgie. Parmi ces vestiges, les plus nombreux ont trait à la mise en forme des tôles et à leur martelage. Les chutes de découpe dominent le lot, suivies des objets finis redécoupés, dont subsistent les parties inexploitables, et des déchets liés à la production de rivets de réparation. Les nombreux fragments de vaisselle suggèrent plus un stock de mobilier à recycler que la seule consommation quotidienne du personnel de l’atelier, mais une ambiguïté d’usage subsiste pour quelques éléments liés à la parure et au vêtement. Plus modestement représentée, la mise en forme par fonderie procure une petite série de fragments de creusets, des débris de matrices et de chutes de fonderie. Cet ensemble demeure évidemment modeste pour une activité d’un demi-siècle mais les chutes comme les éléments en terre cuite ont pu faire l’objet d’un recyclage régulier.

6Ces différentes catégories impliquent une diversité des modes de mise en forme du métal : le travail de la tôle occupe une place prépondérante, complété par une petite et moyenne fonderie plus épisodique. Cette dernière peut avoir donné naissance à des objets finis mais aussi des à ébauches coulées puis amincies par un martelage dont les différentes étapes sont restituées par l’observation des vestiges et par l’expérimentation. La réparation des récipients, au moyen de rivets et de pièces de tôle, prend également une place essentielle et le site de la rue Saint-Julien constitue le premier atelier médiéval où cette activité ait été perçue avec une telle intensité. Les analyses (PIXE et ICP-AES) réalisées en collaboration avec Nicolas Thomas (chapitre IX) permettent de définir la gamme des alliages utilisés : il s’agit principalement de cuivre et d’alliages propres au martelage et de bonne qualité, avec une faible teneur en impuretés, peu de plomb et une quasi-absence du zinc. À la marge, quelques fragments plus riches en plomb et quelques éléments en bronze à cloche, riche en étain, suggèrent des activités de fonderie secondaires, comme les vestiges découverts dans l’atelier. Le travail du fer (chapitre X, dû à Benjamin Jagou) occupe une place discrète. Il est caractérisé par des culots et des scories de forge. Cette activité utilise le charbon de terre comme combustible, spécificité encore peu étudiée en France mais qui a fait l’objet de recherches plus étendues outre-Manche (voir à ce sujet la synthèse récemment fournie par David Parsons dans l’Oxford Handbook of Later Medieval Archaeology in Britain).

7Le vaisselier en terre cuite, qui a largement contribué à la mise en place de la chronologie du site, fait l’objet d’une synthèse (Marisa Pirson, chapitre XI). Il témoigne du mobilier courant dans la ville de Douai à cette époque. Tout au plus constate-t-on une certaine diversification des formes lors de la phase d’activité de l’atelier, concomitante d'une forte régression des pots à cuire, mieux représentés dans les occupations antérieures.

8Dans le chapitre XII, Lise Saussus analyse la répartition du mobilier dans l’atelier. L’exercice montre une fois de plus l’intérêt d’un prélèvement par carroyage, pratique devenue peu courante aujourd’hui. La majorité des déchets liés à l’activité métallurgique provient sans surprise de la cour séparant les deux principaux bâtiments. L’analyse fine de l’organisation spatiale du travail du cuivre demeure difficile à effectuer. Il en est de même pour l’activité de forge, culots et scories ne fournissant pas une information aussi directe que les battitures, qui n’ont pas été prélevées.

9Une courte conclusion, précédant une présentation détaillée des unités stratigraphiques, de la chronologie relative et des résultats d’analyses, permet de replacer l’atelier de Douai dans la hiérarchie des lieux de production du cuivre et de ses alliages. Le site de la rue Saint-Julien, où dominent les objets obtenus par martelage et la réparation, s’inscrit parmi les ateliers modestes, encore peu étudiés. Ils satisfont des besoins locaux que les grands centres exportateurs comme Dinan-Bouvignes ou Verdun, produisant en masse et à moindre coût des objets de fonderie, ne peuvent assurer. Dans une logique qui trouve de nombreux échos aujourd’hui, ces activités impossibles à délocaliser peuvent se maintenir et rester compétitives dans le cadre urbain.

10Cette belle monographie a su tirer le meilleur parti possible de témoignages relativement modestes. Comme ailleurs, ni les sources écrites, ni le terrain ne permettent d’aborder certains aspects essentiels pour caractériser un artisanat : comment par exemple évaluer l’intensité de la production ou définir le nombre des travailleurs et leur place dans la chaîne opératoire ? Le résultat de cette étude rétrospective rassure néanmoins sur la possibilité d’étudier des sites urbains plusieurs décennies après leur fouille, avec une importante valeur ajoutée procurée par le croisement des sources, la restitution des chaînes opératoires et les analyses de composition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Bourgeois, « Lise Saussus, avec la collaboration de Nicolas Thomas, Marisa Pirson et Benjamin Jagou, Travailler le cuivre à Douai au xiiie siècle : histoire et archéologie d’un atelier de proximité »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 379-380.

Référence électronique

Luc Bourgeois, « Lise Saussus, avec la collaboration de Nicolas Thomas, Marisa Pirson et Benjamin Jagou, Travailler le cuivre à Douai au xiiie siècle : histoire et archéologie d’un atelier de proximité »Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24739 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.24739

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search