Navigation – Sitemap

HauptseiteNuméros49Bulletin critiqueHenriette Baron, Quasi Liber et P...

Bulletin critique

Henriette Baron, Quasi Liber et Pictura. Die Tierknochenfunde aus dem Gräberfeld an der Wiener Csokorgasse – eine anthrozoologische Studie zu den awarischen Bestattungssitten, Mayence : Verlag des Römisch-Germanischen Zentralmuseums

Ilona Bede
p. 380-383
Version(en):

Henriette Baron, Quasi Liber et Pictura. Die Tierknochenfunde aus dem Gräberfeld an der Wiener Csokorgasse – eine anthrozoologische Studie zu den awarischen Bestattungssitten, Mayence : Verlag des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, 2019, 640 p. (coll. « Monographien des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz », 143), ISBN : 978-3-88467- 303-4

Volltext

  • 1 Streinz et Daim 2019

1Cet imposant ouvrage de plus de 600 pages correspond à la publication de la thèse soutenue par Henriette Baron (anc. Kroll) à l’université Johannes Gutenberg de Mayence (Rhénanie-Palatinat, Allemagne) en 2013. Le développement de l’ouvrage suit à quelques différences près celui de la thèse, avec sept grands chapitres. Les 392 pages de textes sont assorties de 340 figures, un résumé en anglais, une bibliographie, quatre annexes, un index des noms de lieux et 30 planches en couleurs. Une courte contribution finale de Ludwig Streinz et Falko Daim complète le travail de l’autrice1.

2Plus qu’une analyse archéozoologique, cette recherche s’est donné comme objectif une véritable contribution à la connaissance et à la compréhension des pratiques funéraires, du sens conféré aux animaux dans ce contexte et par extension dans la culture et la société de l’Europe centrale au début du Moyen Âge. Ainsi l’étude des restes osseux non humains et de ce qu’il était d’usage de nommer sous un terme générique « dépôts alimentaires et sacrificiels » contribue désormais à l’étude des sépultures et de la société inhumée au même titre que le reste du mobilier. Cette approche, devenue courante pour les périodes protohistoriques et antiques, n’en est toutefois qu’à ses débuts pour les périodes médiévales.

3C’est cette idée que souhaite refléter le titre de l’ouvrage « Quasi liber & pictura » emprunté à Alain de Lille et que l’autrice place en exergue de son avant-propos.

  • 2 Traduction : Rouillé 2007, p. 9‑10
  • 3 Bartosiewicz, Mérai et Csippán 2011. Cette dernière publication est connue de l’autrice.
  • 4 Russell 2011 ; Russell 2014
  • 5 Elle explicite son utilisation de l’adjectif « awarisch », plutôt qu’ « awarenzeitlich », terme ado (...)

4Par cette citation2, Henriette Baron place d’emblée son propos et son analyse dans une perspective sémiologique des pratiques funéraires, insistant sur la dimension symbolique de ces dernières. Elle clarifie ce positionnement dans son chapitre introductif (p. 1-10). L’autrice dit s’inscrire « en dehors » de la majeure partie de la recherche sur les Avars, essentiellement due à la recherche hongroise, fortement marquée par une absence de théorisation et une approche historique de l’archéologie (historical archaeology). La faible part des méthodes analytiques issues des sciences naturelles de cette recherche doit néanmoins être relativisée en rappelant les importants travaux des archéozoologues et anthropologues hongrois, ainsi que l’adoption dès les années 1950 et 1960 de problématiques et méthodologies relativement proches de la New Archaeology3. Henriette Baron se positionne finalement dans une « archéozoologie sociale »4 et se reconnaît dans le courant « processual-plus » proposé par certains Anglo-saxons, définissant une approche problématique post-processuelle qui utilise les méthodes processuelles. Elle s’inscrit également par filiation dans l’« École de Vienne », qui prône une lecture sémiologique, considérant que les objets transformés par l’homme sont porteurs de sens, qu’ils relèvent d’un « code social », inscrit dans un contexte précis. Dans cette perspective, les problématiques de l’autrice abordent le rôle du dépôt animalier à travers sa distribution et son attribution aux différents groupes d’individus de la société inhumée. Dans cette perspective également, l’interprétation « ethnique » est contestée par l’autrice, qui comprend la société avare5 comme une construction politique (Regnum) et non comme un groupe d’origine commune (Gentes).

  • 6 C’est loin d’être le cas dans toutes les nécropoles de la période avare et l’autrice ne le souligne (...)
  • 7 L’autrice souligne dès l’introduction que l’un des objectifs de son travail est de proposer un inve (...)
  • 8 Streinz et Daim 2019
  • 9 Découpage chronologique : Baron 2019, p. 19, tab. 1

5Son travail repose sur l’étude archéozoologique des restes de faune de la nécropole de Csokorgasse (11e arrondissement de Vienne, Autriche), présentée dans le deuxième chapitre (p. 11-24). Elle a été permise grâce à l’importance des vestiges osseux sur le site (70 % des tombes en contiennent et c’est le type de dépôt le plus courant de l’ensemble funéraire6) et leur remarquable qualité de conservation due à d’excellentes conditions géologiques et à une attention particulière portée sur ces restes lors de la fouille7. Presque entièrement fouillé (705 tombes sur 14 000 m²), c’est l’un des sites les plus vastes de la période avare en Autriche, avec une occupation parmi les plus précoces, dès le deuxième quart du viie siècle et une importante longévité, puisqu’il a été utilisé jusqu’à la fin de la période tardive (fin du viiie siècle). Bien que la nécropole ne soit pas encore publiée, Ludwig Streinz, l’auteur des fouilles, et Falko Daim ont réuni les tombes en cinq groupes chronologiques, donnant à Henriette Baron un cadre à l’étude de l’évolution des pratiques funéraires sur le site. La présente publication est l’occasion de proposer au lecteur cette étude préliminaire inédite avec une contribution d’une dizaine de pages qui clôt l’ouvrage8. Une étude anthropologique avait fait l’objet de la thèse de Karl Grossschmidt à l’université de Vienne en 1990. L’autrice a pu mettre à profit ce travail inédit, complété d’études isotopiques, pour alimenter ses propres travaux. Le chapitre se conclut par une synthèse sur les découvertes de la période avare dans la région de Vienne et en Autriche, agrémentée fort utilement de cartes de répartition des sites pour chacune des périodes avares (ancienne : 570-650 ap. JC ; moyenne : 650-700 ap. JC ; tardive : 700-800 ap. JC)9.

  • 10 Baron 2019, p. 356, fig. 321, tab. 38. Quelques corrections discutées avec l’autrice doivent égalem (...)

6Un état de l’art en deux volets est proposé dans le troisième chapitre (p. 25-34) de ce travail. Le premier consiste en une synthèse sur les travaux archéozoologiques issus des nécropoles et sites d’habitat de la période avare. L’autrice constate la faible part du matériel zoologique publié comparé à l’ampleur des découvertes, ainsi que la grande variabilité de qualité des déterminations et des informations livrées dans les publications. Les études sont caractérisées par quatre types de publications reportées sur une cartographie des nécropoles (fig. 13). Ce document très utile doit être croisé avec la bibliographie de chaque site, mentionnée un peu trop loin dans l’ouvrage10. Cette historiographie n’en est pas moins originale et unique. Le deuxième volet aborde les interprétations proposées pour les restes animaliers : offrandes alimentaires, restes de banquet funéraire, sacrifices – parmi lesquels sont inclus les animaux complets et les restes présumés de peaux – et autres restes, notamment les amulettes.

  • 11 Cette acception en est une parmi tant d’autres. Comme le souligne l’autrice, le concept fait l’obje (...)
  • 12 Un « catalogue visuel » des restes osseux de poules est proposé en fin d’ouvrage (annexe 3). Les in (...)

7L’autrice consacre le quatrième et dernier chapitre de la partie liminaire (p. 35-51) à la taphonomie. Le concept est compris dans une acception orientée sur la conservation différentielle du matériel11. Son objet est d’identifier les pertes osseuses et de les attribuer à une phase chronologique historiquement pertinente (phase de transformation correspondant à la période avare) ou pas (postérieure : durant l’inhumation et suite à l’exhumation archéologique). Henriette Baron propose pour cela un modèle hypothétique de réduction du squelette en treize étapes, particulièrement novateur sur le plan méthodologique. Elle porte une attention spéciale sur le cas des poules. Cet animal de petite taille est davantage sujet à des pertes importantes. Découvert en grand nombre et « en connexion » dans la nécropole, cette approche est à la fois propice à ce cas de figure et nécessaire à son interprétation12. Les pertes relatives aux autres animaux sont évoquées en fin de chapitre.

  • 13 Les tableaux de mesures ostéométriques sont reportés en fin d’ouvrage (annexe 2).

8Le cœur de l’analyse zoologique est développé dans le cinquième chapitre (p. 53-289). Il est introduit par une description des méthodes archéozoologiques employées et une présentation générale du spectre faunique des restes et de leur degré de conservation. Chaque groupe (classe, ordre, genre ou espèce selon le nombre d’individus représentés et le degré de détermination) est ensuite étudié et présenté séparément selon une logique commune et classique aux examens ostéologiques : assemblages osseux représentés, âge d’abattage, distribution des sexes, taille et morphologie, traces de découpes, modifications anatomo-pathologiques, position dans la tombe13. Chaque paragraphe se conclut par une synthèse interprétative des résultats. Ce déroulé varie légèrement pour les groupes plus rares et/ou non domestiques. L’analyse archéologique des pratiques funéraires fait l’objet du sixième chapitre (p. 291-354). Après une mise au point sur l’identification des groupes sociaux, la périodisation, les types de mobilier et les pratiques funéraires observées sur le site, l’autrice propose d’analyser les différences entre les dépôts selon les groupes de défunts identifiés dans la nécropole. Ceux-ci sont distingués par classes d’âge, par genre, par type de mobilier au sein du genre masculin. Le chapitre se poursuit par les interprétations et significations possibles des dépôts de faune dans les tombes à partir des résultats de cette analyse détaillée et multifactorielle. Après s’être dotée d’un cadre théorique inspiré de l’anthropologie sociale et de la sémiologie, l’autrice émet l’hypothèse d’une polysémie des dépôts funéraires qu’elle justifie notamment par la multiplicité des destinataires du rite, le multiculturalisme de la société avare et sa structuration complexe. Elle évoque ensuite une à une ses interprétations.

9Les principaux résultats de ces deux chapitres qui constituent l’étude originale de la nécropole portent d’une part sur la caractérisation et la distribution des dépôts originaux et d’autre part sur leur corrélation avec les autres composantes du rituel funéraire et leur interprétation en tant que telle. Ainsi un dépôt très probablement alimentaire, compte tenu des données zoologiques, est envisagé sous son aspect économique, symbolique, voire allégorique. Nous proposons une synthèse sélective des résultats qui nous paraissent les plus pertinents.

10Les deux taxons les plus représentés sont les ovicaprins (avec une forte dominance du mouton) et le poulet. L’importance des ovicaprins dans les dépôts de la période avare est soulignée à travers les artefacts, par l’abondance des dépôts de fusaïole dans les tombes féminines. Les femmes sont d’ailleurs pourvues d’individus âgés, ce que l’autrice met en lien avec l’exploitation de lait et de laine. La dimension alimentaire du poulet ne fait pour l’autrice aucun doute mais n’est pas exclusive. Son abondance est expliquée par la dimension économique du sacrifice. D’après elle, le dépôt de l’animal complet à la période avare tardive (avec la tête et les pattes, viiie siècle) témoignerait de la volonté de reconnaître et afficher le sexe de l’animal au moment des funérailles. La présence récurrente de l’œuf dans les tombes de jeunes enfants, de la poule associée davantage aux femmes et le coq aux hommes matures rappellent notamment des représentations symboliques « populaires » de régénérescence, fertilité et combativité. Les mammifères domestiques les plus courants (mouton, bœuf et cochon), généralement abattus relativement jeunes, sont majoritairement représentés par les os de l’arrière-train, ce qui indique des pièces de boucherie de haute qualité. Certaines se retrouvent davantage chez les enfants et les jeunes comme les gigots de jeunes ovicaprins, les jambons et les jarrets de bœuf, tandis que les pièces de gîte, noix, culotte et tranche de bœuf (cuisse et fesse) sont davantage destinées aux adultes. Si les morceaux correspondent généralement à plus qu’une part individuelle, il y a néanmoins un rapport croissant entre la pièce de viande, la taille de l’animal et l’âge du défunt.

11Ainsi l’autrice note que les défunts les mieux pourvus qualitativement et quantitativement sont les adultes d’âge mûrs, alors que les dépôts sont totalement absents chez les périnataux et peu présents chez les jeunes enfants. Une plus grande variabilité est manifeste chez les adultes de sexe masculin, ce sont également eux qui sont dotés des taxons les plus rares. La qualité de l’assemblage faunique augmente encore pour ceux qui sont parés d’une ceinture ornée. La faune domestique exceptionnelle leur est associée puisque les rares équidés et canidés du site sont déposés ensemble, dans quatre tombes d’un petit groupe de défunts privilégiés appartenant au groupe le plus tardif, sur la frange méridionale de l’occupation. Les caractéristiques biologiques des équidés et canidés montrent une population d’individus sélectionnés, dans la force de l’âge et fortement sollicités.

12La faune sauvage complète ce panel avec les oies et plusieurs oiseaux sauvages, gibiers et oiseaux de proie, ainsi que des poissons d’eau douce. Cette faune non domestique est rarement identifiée dans les nécropoles de la période avare. La plupart de ces assemblages sont interprétés comme des restes de dépôts alimentaires, peut-être marqués par le prestige de la prise de chasse ou de pêche. L’autrice observe une forme de dépôt pouvant être associée à l’exploitation des plumes, notamment pour la fabrication des flèches. Dans l’une des tombes masculines privilégiées contenant le couple cheval-chien, un oiseau de proie et un coq à longs ergots figurent également dans l’assemblage faunique. Les derniers taxons évoqués sont les petits rongeurs, les batraciens et un serpent, qui sont tous intrusifs, à part des os de lièvre dont la présence peut être liée à un dépôt alimentaire.

  • 14 Un excursus méthodologique porte sur la temporalité de la croissance osseuse chez les poules de la (...)

13De façon générale, l’autrice souligne une décroissance des restes osseux d’animaux dans les tombes au cours de l’utilisation de la nécropole. Les ratios demeurent néanmoins les mêmes entre les espèces et selon les groupes sociaux. La part du cochon – animal sédentaire par excellence – présente par exemple une certaine continuité, ce qui est contraire à l’idée d’une sédentarisation progressive de la population avare. Dans une perspective similaire, le morphotype des ovicaprins ne diffère pas du matériel de l’époque, ce qui contredirait l’hypothèse d’un apport oriental. Enfin une quantité non négligeable de poules pondeuses a été mise en évidence grâce à la présence d’os médullaire14. Quelques résultats lui permettent ainsi de renouveler certaines idées sur l’économie de production de l’espace avar.

  • 15 Les guillemets sont d’origine.

14Ce qui ressort des huit « significations » que peuvent revêtir les différents dépôts animaliers dans les tombes est la multiplicité des interprétations qui peuvent être supposées pour un seul et même dépôt, sa polysémie. Selon que l’attention est portée sur le taxon et ses caractéristiques biologiques, sur sa charge symbolique, sur la partie de l’animal effectivement déposée, sur l’animal mis à mort au moment des funérailles ou sur la corrélation de ces différents éléments avec les autres données du fait funéraire (caractéristiques biologiques du défunt, artefacts déposés, phase chronologique d’utilisation, etc.), l’interprétation accentuera davantage tel ou tel aspect du sens dévolu au dépôt au moment du rituel funéraire. L’auteur n’exclut pas certaines formes jugées a priori inappropriées comme les os isolés jouant un rôle psychopompe. Notons que des rôles assez divers se retrouvent dans les groupes de signification proposés par l’autrice : parmi les dépôts « pour l’au-delà » sont cités les dépôts alimentaires, les amulettes et les animaux psychopompes. À l’inverse, des rôles semblables sont dispersés dans des « significations » distinctes. Mais ce découpage qui nous déstabilise a l’intérêt indéniable de souligner la multiplicité des facettes d’un même « objet ». En plus des interprétations classiques (alimentaire, banquet, potlatch, rang et statut social, protection des vivants et célébration mémorielle) et malgré l’absence de données sur le système de représentation des Avars, elle envisage également une dimension métaphorique voire allégorique des animaux, qui résume assez bien son approche. L’animal peut ainsi représenter le guerrier, le bétail ou la « tradition steppique »15. Cette imagerie est également évoquée pour des groupes sociaux plus restreints comme la représentation du rôle féminin au sein du foyer, à travers l’évocation de la production textile (mouton, fusaïole) et du rôle masculin à travers la chasse (cheval, chien, rapace, flèches). Les différentes interprétations se recoupent donc entre elles, ne s’excluent pas nécessairement et donnent finalement une épaisseur bien plus riche à ces assemblages fauniques déposés auprès des défunts.

15Une comparaison suprarégionale des ensembles de faune dans les nécropoles avares est proposée dans le septième et dernier chapitre (p. 354-381). La comparaison est proposée uniquement pour les vestiges qui ont fait l’objet d’analyses archéozoologiques, choix raisonnable qui comporte néanmoins un certain biais dans les conclusions que tire l’autrice. La faible quantité de données, en particulier sur le territoire situé à l’est de la Tisza, ne reflète pas toujours la réalité des pratiques funéraires. Ce chapitre n’en est pas moins une remarquable analyse comparative des données archéozoologiques disponibles. L’autrice a recensé les taxons et les parties anatomiques représentées ainsi que les assemblages de faune parmi les nécropoles et les sites d’habitat de la période avare. Une telle étude et une telle synthèse manquaient indéniablement, ce chapitre vient y remédier et ne peut désormais que faire référence. Parmi ses apports majeurs, l’autrice note une prépondérance des dépôts de parties charnues dans les nécropoles du nord-ouest du bassin des Carpates. Elle rappelle l’importance de ce type de dépôts dans les mondes romains et germaniques, dont l’héritage est prégnant dans ces régions. De la même façon, elle souligne l’inhumation conjointe des chevaux avec des chiens de grande taille. Cette pratique n’était pas courante à la période avare, mais se retrouve de manière récurrente dans ces mêmes espaces nord-ouest, non sans rappeler des similitudes avec les pratiques germaniques voire les tombes à char plus anciennes. L’autrice souligne ainsi en fin de chapitre la nécessité de se défaire du topos du cavalier nomade oriental et de l’origine trop systématiquement « steppique » de certaines pratiques funéraires.

Seitenanfang

Anmerkungen

1 Streinz et Daim 2019

2 Traduction : Rouillé 2007, p. 9‑10

3 Bartosiewicz, Mérai et Csippán 2011. Cette dernière publication est connue de l’autrice.

4 Russell 2011 ; Russell 2014

5 Elle explicite son utilisation de l’adjectif « awarisch », plutôt qu’ « awarenzeitlich », terme adopté par la communauté scientifique depuis la monographie d’Ilona Kovrig : L. Kovrig 1963.

6 C’est loin d’être le cas dans toutes les nécropoles de la période avare et l’autrice ne le souligne peut-être pas suffisamment. Dans son chapitre comparatif final (chap. 7), elle remarque l’absence de faune dans certaines nécropoles, mais ne cite que quelques exemples alors que cette absence est beaucoup plus répandue. C’est peut-être l’un des biais majeurs de cette étude.

7 L’autrice souligne dès l’introduction que l’un des objectifs de son travail est de proposer un inventaire le plus complet possible pour éviter, autant que faire se peut, un retour aux collections. Le catalogue complet des restes osseux non humains dans chaque tombe est reporté en fin d’ouvrage (annexe 1).

8 Streinz et Daim 2019

9 Découpage chronologique : Baron 2019, p. 19, tab. 1

10 Baron 2019, p. 356, fig. 321, tab. 38. Quelques corrections discutées avec l’autrice doivent également y être apportées. La bibliographie se retrouve également disséminée dans les notes associées au texte de ce chapitre.

11 Cette acception en est une parmi tant d’autres. Comme le souligne l’autrice, le concept fait l’objet de nombreuses discussions méthodologiques et théoriques que nous ne développerons pas ici. Remarquons simplement que l’analyse taphonomique des restes en place, au sens adopté par Henri Duday et consorts (Duday 2017 ; Blaizot 2017), n’est pas évoquée par l’auteur. Elle propose une étymologie du terme qui se trouve d’ailleurs à la croisée de la notion biologique initiale et de celle opportunément adoptée par les archéothanatologues : τάϕοσ, « tombe » (Grab) et non « enfouir » qui est la signification première et νομόσ, « loi » (et non « coutume », comme le propose H. Duday). La position des vestiges est toujours évoquée par rapport au squelette du défunt et non par rapport à eux-mêmes.

12 Un « catalogue visuel » des restes osseux de poules est proposé en fin d’ouvrage (annexe 3). Les individus sont regroupés en classes par type d’assemblage et degré de conservation.

13 Les tableaux de mesures ostéométriques sont reportés en fin d’ouvrage (annexe 2).

14 Un excursus méthodologique porte sur la temporalité de la croissance osseuse chez les poules de la période avare (annexe 4), grâce notamment à l’observation de l’os médullaire (stockage du calcium pour la fabrication de la coquille d’œuf chez la poule pondeuse). Cette discussion permet également de discuter l’orientation des techniques d’élevage, en particulier en direction d’un animal caractéristique de la sédentarité.

15 Les guillemets sont d’origine.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Ilona Bede, „Henriette Baron, Quasi Liber et Pictura. Die Tierknochenfunde aus dem Gräberfeld an der Wiener Csokorgasse – eine anthrozoologische Studie zu den awarischen Bestattungssitten, Mayence : Verlag des Römisch-Germanischen ZentralmuseumsArchéologie médiévale, 49 | 2019, 380-383.

Online-Version

Ilona Bede, „Henriette Baron, Quasi Liber et Pictura. Die Tierknochenfunde aus dem Gräberfeld an der Wiener Csokorgasse – eine anthrozoologische Studie zu den awarischen Bestattungssitten, Mayence : Verlag des Römisch-Germanischen ZentralmuseumsArchéologie médiévale [Online], 49 | 2019, Online erschienen am: 03 Februar 2020, abgerufen am 30 November 2021. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/24743; DOI: https://doi.org/10.4000/archeomed.24743

Seitenanfang

Autor

Ilona Bede

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8167 Orient et Méditerranée - Monde byzantin.

Seitenanfang

Urheberrechte

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Seitenanfang
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search