Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49L’ouvrage à cornes de Saint-Jean ...

L’ouvrage à cornes de Saint-Jean à Soissons : vestiges archéologiques et essai de contexte historique

Saint-Jean’s hornwork in Soissons: archaeological remains and historical context
Das St. Johann-Hornwerk in Soissons – archäologische Überreste und historischer Zusammenhang
Vincent Buccio
p. 177-203
Traduction(s) :
The Saint-Jean hornwork in Soissons: archaeological remains and historical context [abridged version] [en]
Das Hornwerk von Saint-Jean in Soissons: archäologische Hinterlassenschaften und Versuch einer historischen Einordnung [Gekürzte Fassung] [de]
El hornabeque de Saint-Jean, en Soissons : vestigios arqueológicos e intento de contextualización histórica [artículo resumido] [es]

Résumés

La fouille partielle d’un ouvrage avancé de la fortification urbaine de Soissons (Aisne), construit et démantelé au cours du xixe siècle, a donné l’occasion de mettre en parallèle l’abondante documentation archivistique relative à cet ouvrage et les observations de terrain. L’archéologie permet de vérifier la fiabilité des sources écrites et d’éclairer les pans de l’histoire de la fortification qui ne sont pas renseignés par les textes. Cette étude permet donc de suivre l’évolution d’un ouvrage depuis l’avant-projet jusqu’à son démantèlement, en passant par sa construction et par les aléas de son fonctionnement. À l’issue de cette étude, on mesure la pertinence de la fouille d’une structure récente, malgré le nombre élevé de documents d’archive conservés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Toutes les altitudes sont exprimées en mètres NGF (nivellement général de la France).

1La ville de Soissons est assise sur un méandre de la vallée de l’Aisne, dont elle occupe essentiellement la rive gauche (fig. 1). Elle se développe à la fois sur la terrasse inférieure de la vallée et sur la terrasse moyenne qui forme un promontoire délimité par la vallée de la Crise au sud. L’altitude de la commune est comprise entre 42 m au bord de l’Aisne et 55 m à Saint-Jean-des-Vignes1. Elle occupe une position stratégique au carrefour de plusieurs routes importantes et de la vallée de l’Aisne. Sa situation sur la route nationale (royale ou impériale, selon les périodes) no 2, axe important de circulation entre la Flandre, les Ardennes et Paris, lui confère une position de premier plan dans la défense de la capitale.

  • 2 Pommerol 1983.

2L’emplacement de la caserne Gouraud correspond à une éminence naturelle dans la ville, désignée dans la documentation du xixe siècle comme « Mont-Saint-Jean ». Il s’agit d’une butte-témoin formée par les niveaux sparnaciens à argiles et lignites, qui doit son nom à la présence de l’abbaye Saint-Jean-des-Vignes sur cette même butte. Des niveaux indurés à coquilles d’huîtres ont également été observés. Ces niveaux sparnaciens sont couverts par des sables cuisiens jaunâtres, proches du « Niveau de Pierrefonds » bien que très faiblement fossilifères2. Ces sables apparaissent très superficiellement, sous la terre végétale (à parfois moins de 0,30 m de la surface actuelle) avec peu de perturbations superficielles (coins de gel par exemple).

Fig. 1 Carte de localisation.

Fig. 1 Carte de localisation.

Données OpenStreetMap

  • 3 Desenne, Flucher et Pinard 2003.

3La caserne Gouraud a accueilli jusqu’en 1993 le 67e régiment d’infanterie. Elle a alors été transférée à la communauté d’agglomération du Soissonnais et fait aujourd’hui l’objet d’un important programme de réhabilitation et d’aménagement désigné comme Parc Gouraud. C’est dans ce projet que s’est inscrite la construction de la Cité de la musique et de la danse, dans la parcelle AP 130, à l’emplacement de l’ancien terrain de sport de la caserne. La construction de cet édifice a fait l’objet d’une prescription de fouille qui fait suite à un diagnostic réalisé par l’Inrap en 2003, sous la responsabilité de S. Desenne3.

  • 4 Sous la responsabilité de Vincent Buccio, alors responsable d’opérations au sein de ce service.
  • 5 Gissinger et al. 2010.
  • 6 Bonde et Maines 2003.
  • 7 UnivArcheo, rapport 2017, non accessible ; Augé 2015.

4Ce diagnostic avait mis en évidence une partie du système défensif du xixe siècle de la ville, en particulier l’escarpe, le fossé et le réduit défensif d’un ouvrage avancé. L’une des maçonneries alors mises au jour comprenait de nombreux graffitis réalisés par les soldats au cours du xixe siècle ; aux abords du boulevard Jeanne d’Arc, la pointe de l’un des bastions de l’enceinte urbaine avait par ailleurs été mis au jour. C’est donc la présence de ce système défensif dans l’emprise de l’aménagement qui a motivé la prescription d’une fouille archéologique préventive, attribuée au pôle archéologique du département de l’Aisne et conduite du 6 juin au 6 juillet 20114. La prescription de fouille portait à la fois sur l’étude des structures défensives et sur celle des graffitis. La présence de traces d’une occupation antérieure ne pouvait être exclue, l’emprise de fouille se trouvant à la fois à peu de distance d’une nécropole à incinération antique5 et de l’abbaye Saint-Jean-des-Vignes6. La fouille n’a cependant révélé aucun indice en place d’une activité ancienne. L’ampleur du projet d’aménagement, qui déterminait l’emprise de la fouille, correspondait à une partie limitée de l’ouvrage défensif, c’est-à-dire à l’angle septentrional du bastion sud de cette fortification. La dernière étape de la fouille a consisté en un suivi du démantèlement de l’ouvrage, qui a permis d’en observer finement les modalités de construction et les matériaux. Au nord de l’emprise de la fouille de 2011, une autre fouille a été réalisée au printemps 2014, sous la direction de Pauline Augé7.

5La prescription d’une fouille sur une fortification édifiée au xixe siècle pouvait sembler étonnante a priori : en effet, l’abondante documentation archivistique liée au projet de construction, à sa réalisation, à son fonctionnement et à son démantèlement pouvait laisser imaginer que les connaissances nouvelles acquises par la fouille seraient limitées, sinon anecdotiques. À l’inverse, la fouille étant prescrite préalablement à la démolition partielle de l’ouvrage, il était légitime de s’interroger sur la valeur patrimoniale de la fortification de la ville et sur l’opportunité de sa préservation au détriment du projet d’aménagement. Pour proposer une réponse à ces interrogations, une vue d’ensemble du dossier est nécessaire : après une présentation générale des données historiques disponibles avant la fouille, on présentera les résultats de la fouille proprement dits avant de revenir, en conclusion, sur la part respective des sources et des données de la fouille à la connaissance globale de la fortification de la hauteur Saint-Jean et à sa place dans l’histoire de la fortification du xixe siècle.

1. Étude historique

  • 8 Laprairie 1847, p. 102.
  • 9 Idem.
  • 10 Ancien et Tuffreau-Libre 1980.
  • 11 Gissinger 2010.

6Si le « Mont-Saint-Jean » est périphérique à l’agglomération antique proprement dite, il est pleinement intégré à son développement. C’est ainsi qu’une importante nécropole romaine s’étend au pied de cette éminence, à l’ouest. La construction de l’ouvrage à cornes et la déviation de la route qu’elle a induite ont entraîné la découverte de nombreuses sépultures romaines. L’une d’elles a ainsi été publiée en 18478 et concerne « une urne cinéraire qui vient d’être trouvée sur le revers du fossé de la grande route de Soissons à Paris, vis-à-vis de l’ouvrage à corne nouvellement élevé par le génie militaire ». Le suivi des découvertes archéologiques lors du chantier de restauration des défenses de Soissons par l’officier du Génie Leroux a permis l’enregistrement de nombreuses observations archéologiques, dont plusieurs centaines de sépultures citées sans beaucoup de précisions9. Une synthèse des découvertes funéraires dans les environs de la caserne Gouraud a été proposée par B. Ancien et M. Tuffreau-Libre10 et complétée par B. Gissinger11. Selon ces auteurs, c’est pratiquement l’ensemble de la colline qui aurait pu constituer une zone de nécropole, que l’on ne peut associer à une voie antique du secteur.

  • 12 Bonde et Maines 1994 et 2003.

7Pour les époques médiévale et moderne, l’abbaye Saint-Jean-des-Vignes, fondée vers 1076, constitue un pôle majeur d’activité économique et spirituelle dans ce secteur du territoire soissonnais, d’abord hors des murs de la ville puis intégrée à l’enceinte lors du développement de la fortification moderne. Cette abbaye augustinienne était d’une grande importance à l’échelle régionale ; les structures conservées en font un marqueur de premier plan pour l’architecture gothique, tant par l’état de conservation que par la qualité des études menées sur le site12. L’abbaye est aussi un point de repère fort dans le paysage soissonnais et elle l’est déjà au xixe siècle : les projets de construction militaire lui portant atteinte soulèvent alors systématiquement des protestations des Soissonnais. En dehors de l’abbaye et de l’enceinte, le secteur de la colline Saint-Jean est mal documenté pour l’époque médiévale. La construction de l’enceinte médiévale au xiiie siècle puis la fortification de Saint-Jean-des-Vignes au xive siècle laissent la hauteur Saint-Jean hors de l’enceinte urbaine et de l’enclos abbatial.

1.1. Les fortifications de Soissons

  • 13 Pour les derniers en date, voir Fronty 2017.

8L’étude historique des fortifications de la ville de Soissons est à faire, mais plusieurs opérations archéologiques récentes ont enrichi la documentation en ce qui la concerne13. Il n’est pas le lieu ici d’établir cette histoire, dont on donnera toutefois quelques jalons.

  • 14 Ancien et Tuffreau-Libre 1980, p. 15.
  • 15 Hacquet 1990.

9Soissons est dotée d’une enceinte depuis l’Antiquité (fig. 2) ; son tracé a été identifié grâce à l’accumulation d’observations archéologiques anciennes ou récentes, et il en est de même pour l’enceinte médiévale, qui connaît vraisemblablement deux tracés successifs distincts. Les plans de 1851 et 1853 figurent le tracé des enceintes protohistorique, romaine et médiévale telles qu’elles étaient envisagées à cette date, mais nombre d’approximations ont été mises en évidence. Le plan de l’enceinte antique proposé par B. Ancien14, qui s’appuie sur de nombreux travaux (y compris des observations de A.-P. Cabaret au xviiie siècle), complété par celui de J. Hacquet15, est plus fiable pour cette période.

Fig. 2 Superposition des tracés des enceintes urbaines sur le plan de 1842 (état des connaissances de 1842), SHD, 1 VH 2102.

Fig. 2 Superposition des tracés des enceintes urbaines sur le plan de 1842 (état des connaissances de 1842), SHD, 1 VH 2102.

Le tracé supposé des enceintes gauloises (en brun), romaine (en bleu), médiévale (en noir et en rouge fin). Le premier ouvrage à cornes est figuré en pointillé.

Cl. V. Buccio

10La fortification moderne est connue à partir de sa mise en œuvre au xvie siècle, grâce à une série de plans : elle a en effet été représentée à de nombreuses reprises. Le tracé général de cette enceinte à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle, figuré sur plusieurs plans, est conservé après le réarmement de la place forte de Soissons après 1836 : à l’ouest et au sud de la ville, aux environs de la hauteur Saint-Jean, le tracé de l’enceinte et le dessin des bastions ne sont pas modifiés, à l’exception de la porte Saint-Christophe dont la morphologie est transformée. Le dessin précis de son tracé et de ses bastions est donc connu grâce entre autres à des plans du Génie dressés au xixe siècle.

  • 16 Pérouse de Montclos 1972 p. 493.

11À Soissons, le Mont-Saint-Jean, dont l’abbaye Saint-Jean-des-Vignes occupe la partie orientale, domine nettement la ville. Avec le développement de l’artillerie, sa mise en défense devient donc une question stratégique cruciale puisque l’on peut, de sa hauteur, dominer et attaquer la ville. Le principe de l’ouvrage à cornes apparaît dans les principes défensifs de l’époque moderne pour répondre entre autres à ce type de situation. Il permet en effet de projeter un élément défensif en avant de la fortification, pour protéger un point fragile ou sensible des fortifications, ou encore, comme c’est le cas ici, pour assurer la défense d’un point sensible immédiatement à l’extérieur de l’enceinte principale. Si le principe de la fortification bastionnée, dont il n’est pas le lieu d’écrire ici l’histoire, tire son origine de différentes influences européennes, il semble que les différents types d’ouvrages avancés se multiplient, entre autres, sous l’influence de Dürer en Allemagne et de l’ingénieur Vauban au xviie siècle. Parmi ceux-ci, il faut citer les demi-lunes ou lunettes, placées en avant d’une courtine ou d’une porte et destinées à protéger celle-ci ; la demi-lune est indépendante de la fortification principale et ne comporte aucune maçonnerie du côté de cette dernière. Quant aux ouvrages à cornes, ils sont « formé[s] d’un front bastionné entre deux ailes [qui relient] ces ouvrages extérieurs à l’arrière16 ». Ces différents types d’ouvrages ne sont pas protégés du côté des fortifications principales de la place.

12Comme la plupart des ouvrages défensifs de cette période, l’enceinte de Soissons est destinée à résister aux développements de l’armement offensif. Elle comporte une courtine dont le parement forme un glacis plus ou moins marqué et qui a été modifié par endroits au xixe siècle pour répondre aux évolutions de l’artillerie. Cette courtine domine un large fossé (25 m au minimum, beaucoup plus par endroits) creusé parfois jusque dans le substrat géologique. Certains tronçons de ce fossé sont en eau, en particulier lorsqu’ils sont alimentés par l’Aisne ou la Crise. Des rampes d’accès permettent de descendre dans le fossé depuis la contrescarpe. Une voie longe le fossé par l’extérieur tout au long de son tracé. À intervalles irréguliers, la courtine laisse place à un bastion, dont la forme et l’importance dépendent de différents critères stratégiques (distance aux autres bastions, visibilité des voies de communication, fragilité de l’enceinte ou relief, par exemple) : la morphologie de ces bastions varie donc de bastions simples à des bastions à orillons, plus élaborés ; des solutions mixtes existent également.

  • 17 Pécheur 1897 p. X.
  • 18 AD Aisne, 3J 741.

13Malgré cette constance du tracé général de l’enceinte entre les xvie et xixe siècles, les défenses de Soissons ont connu des transformations, surtout entre les xviiie et xixe siècles : les merlons de terre qui couronnaient l’enceinte avaient disparu avant la Révolution, des promenades y avaient été aménagées et le fossé était en partie obstrué par endroit. En 1791, Soissons n’est plus considérée comme place de guerre17 : les finances exsangues de la France avaient en effet conduit à réduire le nombre de places. En 1814 cependant, Soissons ne résiste pas aux troupes russes. Aussi, à partir de 1817, une série de rapports évalue la pertinence d’un nouveau classement de la ville au rang de place forte18 ; cette hypothèse est validée en 1821 et la fortification est donc rénovée et modernisée à partir de cette date.

  • 19 Brialmont 1869, p. 2, Faucherre 2011, p. 69.

14Au milieu du xixe siècle, un certain nombre de progrès techniques, en particulier le développement de l’artillerie rayée qui permet d’améliorer notablement la précision et la portée du tir, rendent obsolètes les fortifications bastionnées19. L’abandon de ces dernières est cependant progressif et elles ne sont pas démantelées de façon systématique. Le système des fortifications polygonales, composées d’ouvrages indépendants destinés à protéger des points stratégiques, voit alors le jour. Pour autant, nombre de fortifications urbaines ne sont pas démantelées à cette date : c’est le cas de celles de Soissons.

  • 20 Il s’agit du seul épisode militaire qui touche directement Soissons au xixe siècle après l’Empire. (...)

15Lors de la guerre de 1870, la ville résiste mal aux troupes prussiennes ; en particulier, celles-ci ouvrent une brèche importante dans le rempart de la ville, au sud de l’abbaye Saint-Jean-des-Vignes. Les conséquences de la guerre de 187020 sont telles que, dès le mois de décembre 1871, la ville demande le déclassement de la place-forte ; un accord de principe est donné le 11 novembre 1884 à la condition que la ville reverse au ministère de la Guerre la somme de 430 000 F pour les terrains récupérés et pour participer au coût des démolitions. La loi de déclassement de la place-forte est votée le 20 juillet 1885, et l’ensemble de la défense est détruite avant 1899, à l’exception d’un tronçon au nord.

16À l’heure actuelle, il reste peu d’éléments visibles des fortifications de la ville de l’Antiquité au xixe siècle, ce qui justifie la sensibilité des acteurs du patrimoine locaux aux éléments défensifs conservés.

1.2. La hauteur Saint-Jean : une faiblesse dans la stratégie défensive de la ville

17L’ouvrage à cornes de la hauteur Saint-Jean au xixe siècle est connu au travers d’une documentation foisonnante, sans commune mesure avec les volumes d’archives que l’on rencontre habituellement dans le cadre de l’étude d’un site archéologique médiéval ou moderne. L’étude de l’ouvrage s’appuie sur 21 cartes et plans, dont treize datent du seul xixe siècle ; on peut ainsi suivre l’évolution topographique du Mont-Saint-Jean, les différents projets de fortification de la hauteur et le démantèlement de cette dernière. De même, le fonds des archives du Génie militaire, réparti entre les archives départementales de l’Aisne (AD Aisne) et le service historique de l’Armée de terre (aujourd’hui service historique de la Défense, SHD), comporte de très nombreux documents sur cette fortification : mémoires, projets, mémoires techniques qui donnent par exemple un chiffrage précis du coût de la réalisation du projet et de son état d’avancement par année. Enfin, un ensemble de photographies et de cartes postales anciennes illustre à la fois le fonctionnement et la destruction des défenses de Soissons.

1.2.1. L’ouvrage à cornes moderne

  • 21 Dormay 1664 p. 441.
  • 22 Laprairie 1853 p. 234.
  • 23 Roussel 2002.

18En 1544, alors qu’il assiège Soissons, Charles Quint « vint à l’abbaye de Saint-Jean des Vignes, qui n’était pas encore dans la ville21 ». Le Mont-Saint-Jean, à l’ouest de l’abbaye, ne peut pas avoir été intégré à l’enceinte urbaine si l’abbaye ne l’est pas. Le projet d’inscrire cette dernière dans l’enceinte urbaine est formalisé en 1550, sous l’impulsion du roi de France Henri II. M. Leclerq de Laprairie le confirme et précise que les travaux de 1551 ont enclos « de murailles tout le quartier Saint-Martin et la colline de Saint-Jean22 ». L’ouest de la colline, peu urbanisé, n’est pas intégré dans l’enceinte proprement dite à ce moment, ni plus tard. Lorsque Dormay décrit la prise de Soissons par les Huguenots en 1564, il ne fait aucune référence à la hauteur Saint-Jean, qui n’est pas défendue. En 1585, Soissons est concédée aux Guise comme « place forte de sureté23 », et il n’est pas non plus fait référence alors à un ouvrage sur la colline Saint-Jean hors de l’enceinte elle-même.

19S’il n’est pas pertinent d’intégrer ce secteur à la fois vaste et peu densément occupé dans l’enceinte urbaine, sa protection apparaît rapidement indispensable. Dès lors, l’idée d’un ouvrage avancé, structurellement indépendant des fortifications de la ville, se fait jour. Sa réalisation prend la forme d’un ouvrage à cornes.

  • 24 Dormay 1664.
  • 25 Id. p. 543.

20La présence d’un ouvrage à cornes sur la hauteur de Saint-Jean est attestée au xviie siècle : il est en effet figuré sur plusieurs vues cavalières de la ville (fig. 3) et mentionné par C. Dormay comme déjà construit lors du siège de Soissons de 161724. Le comte d’Auvergne assiège alors la ville gouvernée par le duc de Mayenne. Le duc « craignait que de ce logement de Presles on ne vint aysement gagner un Ouvrage à cornes qui estoit devant le Bastion de Mion, d’où l’on eust pû attaquer la Ville25 ».

Fig. 3 Plan manuscrit de Soissons en 1617, anonyme.

Fig. 3 Plan manuscrit de Soissons en 1617, anonyme.

BnF, coll. Lallemant de Betz, VX 18, M 73663

  • 26 SHD, 1 VH 2102.

21C’est sans doute sur cette référence que s’appuie le mémoire sur la place-forte rédigé en 184726, qui donne une description utile de l’ouvrage à cornes d’époque moderne : « en 1617, sous les guerres de la Fronde, la ville fut assiégée par l’armée royale, le Duc de Mayenne, qui la défendait, fit faire quelques travaux de terrassements à un ouvrage à cornes avec une demi-lune sur la hauteur Saint-Jean. Ces travaux auraient été bien peu importants si on en doit juger par des fossés de 3 à 4 m de largeur et profondeur dont on a trouvé les traces dans les fouilles faites dernièrement et même ils doivent se borner à la demi-lune, puisqu’on trouve déjà l’ouvrage à cornes simple sur un plan de 1600. »

  • 27 Dormay 1664.

22Le plan réalisé par C. Dormay pour le second tome de son livre27 montre la hauteur Saint-Jean libre de tout ouvrage, comme le « Plan de la ville et des faubourgs de Soissons » établi en 1675 mais connu seulement par une copie du xixe siècle. On peut vraisemblablement y voir un terminus ante quem pour sa destruction.

  • 28 Faucherre 2011, p. 33. Il n’existe cependant aucun indice de participation d’Errard à la fortifica (...)
  • 29 Desenne, Flucher et Pinard 2003, p. 27.
  • 30 Faucherre 2011, p. 58.

23L’ouvrage à cornes d’époque moderne est donc construit entre 1544 et 1617 ; la date la plus ancienne paraît extrêmement précoce, sinon anachronique, pour ce type d’ouvrage en France. La réalisation de l’ouvrage pourrait donc être contemporaine des travaux de Jean Errard (1554-1610), qui fixe en 1600 les règles de la fortification bastionnée28. L’absence de l’ouvrage à cornes sur les plans de 1663 et 1675 indique un probable démantèlement avant la première de ces dates, et de toute façon avant le milieu du xviiie siècle. Il semble intéressant de rapprocher ce désarmement du déclassement de Soissons du rang de place forte sous le règne de Louis XIV29. Si Vauban fait du développement des places fortes par des ouvrages avancés un principe majeur30, c’est sans doute pendant qu’il exerce que celui de Soissons est abandonné. La durée d’existence de cette construction serait donc de peu supérieure à un demi-siècle.

  • 31 SHD, 1 VH 2102.

24Dans la mesure où toutes les vues de cet ouvrage sont cavalières, il est très hasardeux d’en restituer les dimensions. Un « plan historique de la place de Soissons annexé au mémoire militaire » de 185131 montre différents éléments historiques de Soissons de l’Antiquité à l’époque moderne. La précision de ce document doit par ailleurs être discutée pour les époques anciennes, en particulier pour leurs enceintes. L’ouvrage à cornes moderne y est figuré en pointillé, précédé d’une demi-lune triangulaire entre ses cornes. Le tracé proposé sur ce plan suit assez scrupuleusement les courbes de niveau qui matérialisent le sommet de la hauteur Saint-Jean. Cette correspondance peut être interprétée de deux façons divergentes : soit l’ouvrage moderne a été en partie touché lors des travaux de fortification du xixe siècle et l’auteur a pu en restituer le tracé (auquel cas les courbes de niveau auraient fossilisé le tracé ancien), soit l’auteur s’est lui-même appuyé sur ces courbes pour proposer un tracé de l’ouvrage. On mesure bien que ces deux hypothèses ont des implications radicalement contraires sur l’état de conservation de l’ouvrage au xixe siècle, et rien ne permet en l’état des connaissances de trancher entre elles. Le tracé retenu dans ce mémoire de 1851 définit un ouvrage qui s’inscrit dans un carré de 190 m de côté hors demi-lune, mais ces dimensions doivent être considérées comme un ordre de grandeur plutôt que comme une valeur réelle. Le mémoire de 1847 insiste par ailleurs sur la probable légèreté de cet ouvrage, ce que confirme implicitement Dormay en évoquant l’éventualité d’une prise facile de la hauteur Saint-Jean. Il est toutefois construit en maçonnerie, au moins en partie, puisque le Génie réemploie explicitement les matériaux de ces structures antérieures lors de l’édification de la fortification du xixe siècle.

  • 32 Desenne, Flucher et Pinard 2003 ; Gissinger 2006.
  • 33 Gissinger 2006, structure 35.

25Les différents diagnostics32 et la fouille n’ont pas fourni de structures clairement interprétées comme constitutives de l’ouvrage à corne moderne. Un fossé très endommagé a été aperçu et attribué à cet ouvrage33. On propose ici, à la lumière des résultats de la fouille et de l’étude documentaire, une interprétation un peu différente de cette structure, qui pourrait correspondre au tracé de la route de Paris, dont les archives du Génie mentionnent qu’elle est dans une ornière et qu’elle pourrait donc fournir un abri à d’éventuels assiégeants. Les pavés de cette route ayant fait l’objet d’une récupération et d’un remploi systématiques, mentionnés par les sources lorsque la route est déviée au xixe siècle, la tranchée observée pourrait correspondre au tracé de cette voie.

26L’absence de vestiges clairs de l’ouvrage à cornes moderne implique que son démantèlement a été systématique ou que les travaux du xixe siècle ont détruit les vestiges antérieurs, ce que semblent indiquer les sources (voir infra).

1.2.2. L’ouvrage à cornes du xixe siècle

27La documentation tant graphique qu’écrite montre pourtant qu’entre 1746 et 1842 au moins, la hauteur Saint-Jean est vierge de tout ouvrage défensif. De même, aucune des sources militaires relatives à l’ouvrage du xixe siècle ne mentionne une contrainte issue de structures anciennes à exploiter dans la construction. Il semble donc raisonnable, au vu de cette documentation, de considérer qu’il s’agit bien de deux constructions indépendantes l’une de l’autre. Un grand nombre de documents sont enregistrés par le service du Génie concernant la mise en défense de la ville et ses corollaires (zones d’interdiction, canevas de tir, constructions, etc.).

  • 34 SHD, Vincennes, 1 VH 1733.
  • 35 En 1820, 1821 et 1824, SHD, 1 VK 567, article 2 pièce 68.

28En 1821, Soissons est réhabilitée dans son rang de place forte. Dès 1817 cependant, les premiers projets d’aménagement de la hauteur Saint-Jean sont proposés34. Trois projets successifs de lunettes pour occuper la « Montagne de Saint-Jean »35 ont été rejetés avant l’adoption du principe d’un ouvrage à cornes par le Comité des fortifications le 16 janvier 1834. Cet ouvrage, trop coûteux, est révisé en 1837 et un ouvrage plus petit est alors proposé. Si la construction de l’ouvrage à cornes s’impose du fait de la présence de la hauteur naturelle, sa morphologie est décidée en fonction de critères stratégiques, en particulier du tracé de l’enceinte.

29En ce qui concerne la hauteur Saint-Jean, de nombreux projets d’aménagement voient le jour : il s’agit d’abord, en 1822 et 1824, d’y construire deux demi-lunes, puis le projet évolue vers la construction d’un ouvrage à cornes (fig. 4) ; en 1833, on propose, pour limiter les coûts, un projet à trois lunettes, mais il est rejeté en 1834 du fait de l’absence de communication entre les lunettes. C’est la solution de l’ouvrage à cornes qui est finalement retenue pour des raisons stratégiques. Ce type d’ouvrage impose en effet que l’éventuel assiégeant mène un premier assaut contre la hauteur Saint-Jean pour pouvoir y prendre position avant d’attaquer la ville, alors qu’une lunette peut être contournée. Les différents plans et mémoires réalisés montrent précisément cette évolution.

Fig. 4 Désignation des différents éléments de l’ouvrage sur le plan du projet de 1842, AD Aisne, 3 J 680.

Fig. 4 Désignation des différents éléments de l’ouvrage sur le plan du projet de 1842, AD Aisne, 3 J 680.

DAO V. Buccio

  • 36 SHD, 1 VH 1731, article 8 section 1, carton 10.

30Dans le projet de 1837, les escarpes de l’ouvrage ont une hauteur de 8 m, le saillant du demi-bastion de droite est un mètre plus haut que celui de gauche. Le mur de gorge mesure 4 m de hauteur, dont 0,50 m en parapet au-dessus du terre-plein. Sa faible épaisseur (0,50 m) ne permettrait pas à l’ennemi de s’en servir de défense en cas de prise de l’ouvrage. Ce projet correspond à un ouvrage de grandes dimensions, particulièrement onéreux (le coût estimé est de 630 000 F), qui est révisé ensuite pour en diminuer les coûts36.

  • 37 SHD, 1 VH 1733.

31En 184037, on calcule les volumes des terrassements à réaliser, en particulier autour de l’ouvrage à cornes. L’excavation est estimée à 86 670 m³ auxquels s’ajoutent 4 334 m³ pour le foisonnement des terres. Les remblais représentent 86 254 m³. Les 4 750 m³ de terres en excédent sont reversés à d’autres parties de l’aménagement (les fronts entre les bastions 4, 5 et 6 en particulier). L’estimation des dépenses est alors nettement plus faible qu’en 1837 (325 960 F, soit 52 % de la première évaluation), grâce à une réduction de la taille de l’ouvrage.

  • 38 SHD, 1 VH 1733.

32En 184138, l’estimation des coûts change encore. Pour cette année, la somme demandée pour l’ouvrage à cornes est de 36 000 F. L’apostille du chef du Génie de la direction explique que le directeur avait ordonné en 1840 « de proposer l’exécution immédiate d’un ouvrage à cornes en terre qu’on revêtirait plus tard en maçonnerie ». À cette date, un dessin proposant un terrassement qui limite autant que possible les transferts de déblais pour la mise en place des maçonneries est proposé. L’apostille du directeur des fortifications montre que celui-ci est favorable à une construction en maçonnerie sans le préalable de la construction de terre. Il approuve les modifications apportées au tracé de l’ouvrage par le chef du Génie. C’est à ce moment qu’est supprimé le projet d’un petit bastion à la gorge de l’ouvrage. Le déplacement de la route, déjà admis par le comité, est validé par le directeur. « Il propose d’accorder la somme demandée pour commencer immédiatement le bastion de gauche et d’autoriser le chef du génie à entrer en conférence avec l’ingénieur des ponts et chaussées relativement à la nouvelle direction à donner à la route ». Au compte-rendu des travaux exécutés en 1841, on ne porte finalement pour l’ouvrage Saint-Jean que 479 F de dépense, correspondant à « quelques déblais pour occuper et entretenir les ouvriers », sans conséquence sur d’éventuelles modifications à venir de l’ouvrage.

  • 39 SHD, 1 VH 733.

33L’essentiel des financements est demandé pour l’année 184239. L’estimation, très détaillée, implique une augmentation des coûts de 25 % par rapport à celle de 1840. L’apostille du chef du Génie pour cette année signale que le comité a décidé de donner 5 m au lieu de 4 à la hauteur de la gorge, ce qui impose un terrassement de 15 000 m³ supplémentaires. Il observe également que le terrain est assez instable, ce qui a entraîné le renversement à trois reprises de la face du bastion 4 : « on n’avait pas eu égard à la nature argileuse du terrain, à leur poids qui est de 1 680 kg par mètre cube quand elles sont mouillées et de 1 500 kg par mètre cube quand elles sont sèches, à l’angle de leur talus naturel avec l’horizon qui est de 36°, enfin au poids de la maçonnerie qui est de 1 850 kg par mètre cube. » Fort de ces données, il propose de donner 4,26 m d’épaisseur au bas du mur d’escarpe, qui peuvent être réduits à 4 m grâce aux contreforts « placés de 8 en 8 mètres d’axe en axe ». L’inclinaison proposée pour les talus est de 1/20, mais une économie de 5 000 F pourrait être faite en la réduisant à 1/10. La semelle de fondation doit dépasser de 0,5 m en avant de la maçonnerie et être profonde de 1,2 m sous le fond du fossé. Une augmentation de la profondeur de fondation prévue (de 0,8 à 1,2 m) et l’augmentation des prix en 1842 justifient la différence de l’estimation par rapport à 1841 (les prix de 1841 ne tenant par ailleurs pas compte de la route à dévier). Le mémoire de cette année est accompagné d’un plan des parcelles à acheter pour le tracé de la nouvelle route, avec les surfaces concernées et les noms des propriétaires. On observe la présence d’un muret de protection extérieur entre les cornes de l’ouvrage dans le projet de 1842 qui n’apparaît plus par la suite. Pour autant, cet état du projet semble être celui qui a fait l’objet du dessin le plus précis, les modifications ultérieures n’ayant fait l’objet que de dessins des détails modifiés. Il s’agit véritablement de l’état le plus abouti du plan du projet.

34Dans l’état du projet de 1842, aucun réduit n’est projeté dans l’ouvrage, et l’on passe des cornes au fossé de l’enceinte urbaine par deux tranchées divergentes. Les dessins ultérieurs et les mémoires du Génie confirmés par le diagnostic archéologique montrent un ouvrage barré, côté ville, par un mur de gorge surmonté d’un parapet ; un réduit, pour lequel trois plans furent proposés, occupe le centre de l’ouvrage et est équipé d’une galerie souterraine de communication avec l’enceinte de la ville (fig. 5). La structure peut donc être décrite, de l’extérieur vers l’intérieur, comme un talus naturel dans lequel est taillé un fossé doté d’une contrescarpe à la pente abrupte et surmonté d’un chemin couvert. L’escarpe, dont le fruit est représenté, est surmontée d’un parapet et d’un talus massif derrière lequel est placé un terre-plein lui-même surmonté d’un chemin de ronde et vraisemblablement de plateformes de tir dans les angles.

Fig. 5 Projet de réduit défensif, 1846, Vincennes, SHD 1 VH 1734.

Fig. 5 Projet de réduit défensif, 1846, Vincennes, SHD 1 VH 1734.

Cl. V. Buccio

35Le dessin du projet de 1842 comporte également cinq coupes et un plan de détail. Il s’agit de deux coupes en long depuis les cornes jusqu’au-delà de la route de Paris, du plan de détail de l’angle entre le saillant sud et le mur de gorge (avec deux coupes de détail sur les élévations de l’escarpe et de la gorge aux environs de cet angle), et de la coupe de « l’égout de la chaussée de la route de Paris ». Ces coupes renseignent sur le profil du talus et du fossé, sur le massif de terre à l’intérieur de l’ouvrage à cornes et sur la construction, pourvue de massif de contrebutement ou contreforts internes à espace régulier.

  • 40 SHD, 1 VH 1734.

36L’apostille du chef du Génie de 184340 estime la dépense totale à 143 000 F pour cette année, dont 41 000 ont été dépensés en 1842 pour acheter et amener les matériaux à pied d’œuvre pour le demi-bastion de gauche. Il demande pour 1843 la somme de 42 000 F qui permettrait « d’élever l’escarpe jusqu’au niveau du sol (environ 4 mètres au-dessus des fondations) et en 1844 on pourra achever ce travail ». L’aménagement de la gorge est proposé pour 1844 pour la meilleure gestion des terrassements. Il est aussi proposé de commencer le chantier à l’hiver 1843 afin d’assurer à l’entrepreneur une main-d’œuvre abondante. Le coût de la route, estimé à 34 000 F dès lors qu’il a été décidé de la paver, a été en partie pris en charge en 1842 à hauteur de 26 000 F.

37En 1844, il reste à « achever les escarpes, les terrasses et faire les parapets », construire la gorge dont les terrassements ont été réalisés en 1843, achever les chemins couverts et glacis. Le réduit, qui n’a pas encore été réalisé, est de nouveau projeté (avec plan, coupe et élévations du projet). Le chef du Génie rappelle que le projet de 1842 avait été estimé à 405 000 F mais que les modifications du projet l’ont porté à 483 000 F, dont 179 750 ont été dépensés en 1842 et 1843. Il écrit par ailleurs : « Mais comme sur une grande partie du développement de l’ouvrage, on a rencontré le terrain ferme plus haut que ne l’indiquaient les sondes, ce qui a permis de diminuer notablement la profondeur des fondations, et qu’on a employé dans l’exécution des escarpes des matériaux provenant d’anciennes maçonneries qu’on a démolies, il y a en définitive sur les prévisions du projet présenté pour 1843, une économie de 33 250 F ». « Avec les 154 000 F alloués sur les fonds de 1843, on a achevé la route commencée en 1842 à la queue des glacis, on a fondé les escarpes sur tout le pourtour de l’ouvrage, élevé leur nette maçonnerie d’environ 3,60 m au-dessus des fondations, fait les remblais derrière cette maçonnerie et massé en partie les glacis ».

38L’estimation des travaux en 1845 concerne les « terrassements des parapets, règlements des rampes de l’intérieur, rigoles pavées pour écouler les eaux », le tout estimé à 8 000 F. Elle tient également compte de la construction du réduit qui n’est toujours pas initiée à cette date, ainsi que de l’achèvement de la gorge et l’établissement de la porte d’entrée, et de « l’achèvement des déblais des fossés et règlement des glacis ». Le chef du Génie indique en apostille que la dépense à faire pour terminer l’ouvrage était de 270 000 F en 1844 dont 186 700 ont été accordés cette année-là. Des économies de matériaux provenant d’autres chantiers devaient permettre selon lui de ramener cette somme à 70 300 F. La mise en suspens de la construction du réduit est liée à la fois à des problèmes techniques et à des restrictions budgétaires, qui amènent à proposer un nouveau projet. Il est par ailleurs signalé que de l’eau était présente dans les fossés, mais en stagnation, « principalement à la branche gauche où leur cote est à 0,5 m au-dessous du reste, on a ouvert une cunette pour les recevoir ; on se propose de la continuer partout en la faisant aboutir à un ancien puits qui servirait ainsi de puisard ». L’apostille du directeur pour cette année établit que 363 660 F ont été dépensés pour l’ouvrage de 1842 à 1844 ; selon ses calculs, il resterait à dépenser 70 300 F, ce qui impliquerait une économie totale de 49 040 F par rapport au projet de 1843. Le projet de réduit est de nouveau ajourné pour étude.

39Pour l’année 1846, 51 000 F sont de nouveau demandés pour l’ouvrage à cornes, dont 23 000 F pour le réduit, 17 000 F pour une communication souterraine, 6 000 pour l’achèvement du mur de gorge et 5 000 pour les terrassements en cours d’exécution. Tous ces travaux sont liés à l’ajournement du réduit, seule partie des travaux encore à réaliser en 1846. Il s’agit ici de la première proposition d’une communication souterraine entre le réduit et la place-forte, qui semble préférable à un chemin-couvert. La galerie est destinée à mesurer 2,20 m par 1,40 m. Finalement, la minute d’avis de fonds du général affirme la construction du réduit tel que prévue cette année, à quelques réserves près.

40L’ouvrage et son réduit sont terminés en 1847 puisqu’il ne reste pour cette dernière année que les terrassements du réduit de l’ouvrage, pour une somme estimée à 1 000 F.

41Les travaux sur l’ensemble des fortifications de Soissons du début du xixe siècle à 1852 ont coûté la somme de 4 912 196 F ; l’ouvrage à cornes correspond à environ 10 % de cette somme. Les mémoires techniques, en particulier celui de 1842, fournissent des informations chiffrées extrêmement détaillées sur les types de maçonnerie (pierre et mortier), les terrassements, leur coût, etc.

42Le prix des terrassements pour l’ouvrage à corne varie en fonction de la distance à parcourir pour l’évacuation de la terre et du type de terre. La terre dite « grasse » est sans doute constituée des argiles sparnaciennes par opposition à la terre simple, qui pourrait correspondre aux sables cuisiens. L’aménagement des talus est également intégré au chiffrage.

  • 41 Maçonnerie de blocs grossièrement équarris.

43L’estimation des prix des maçonneries comprend sept items (fig. 6). On distingue ainsi la fondation (maçonnerie de libage41 et mortier ordinaire hydraulique) de la fourrure de l’élévation (moellons durs et mortier ordinaire de grève), du parement (pierre tendre et mortier fin de grève) lui-même distingué du parement des assises inférieures et des tablettes (pierre de taille dure et mortier fin hydraulique). Enfin, trois prix différents sont prévus pour finaliser les parements selon le type de pierre mis en œuvre (moellons, pierre dure ou pierre tendre).

Fig. 6 Tableau des prix estimés en 1842, SHD, 1 VH 1733.

Estimation de 1842, 1VH 1733

Ouvrage

Type

Nature

Unité

Quantité

Unité (F)

Total

1/2 bastion de gauche

Terrassements

Fort-manœuvre

jours

890

1,75

1557,5

1/2 bastion de gauche

Terrassements

Terre à 3h et 4,5 relais

m3

7900

0,9

7110

1/2 bastion de gauche

Terrassements

Terre grasse à 2,5 h et 5,5 relais

m3

17000

0,99

16830

1/2 bastion de gauche

Terrassements

Terre grasse à 2,5 h et 13 relais

m3

1900

1

1900

1/2 bastion de gauche

Maçonneries fondations

maçonnerie de libage et mortier ordinaire hydraulique

m3

1100

14,16

15576

1/2 bastion de gauche

Maçonneries remplissage

maçonnerie de moellons durs et mortier ordinaire de grève

m3

5800

10,63

61654

1/2 bastion de gauche

Maçonneries parement escarpe

maçonnerie de pierre de taille tendre et mortier fin de grève

m3

680

16,64

11315,2

1/2 bastion de gauche

Maçonneries, 2 assises de soubassement et tablettes

maçonnerie de pierre de taille dure et mortier fin hydraulique

m3

80

56,56

4524,8

1/2 bastion de gauche

Maçonneries, parements (joints?)

Parement nu de moellons rejointoyé en mortier hydraulique

2560

0,62

1587,2

1/2 bastion de gauche

Maçonneries, parements (joints?)

Parement nu droit de pierre de taille tendre

1370

0,85

1164,5

1/2 bastion de gauche

Maçonneries, parements (joints?)

Parement nu droit de pierre de taille dure

300

4,1

1230

1/2 bastion de gauche

Talus en terre

Règlement des talus moins inclinés que le 1/4

550

0,06

33

1/2 bastion de gauche

Talus en terre

Talus en terre battus et dressés à la dame plate

420

0,16

67,2

1/2 bastion de gauche

Talus en terre

Talus en terre avec couche de gazon, battus et dressés à la dame plate

680

0,25

170

44Sur le plan topographique, on dispose avec cette documentation d’une représentation en courbes de niveau du relief avant la construction de l’ouvrage. Chaque plan du projet de fortification comporte en outre un tracé, plus géométrique, des courbes de niveau projetées après terrassement (essentiellement à l’emplacement des fossés). Les valeurs d’altitude portées sur les relevés indiquent qu’entre le point le plus haut de la corne sud et le fond du fossé, une dénivellation de 10,80 m est prévue. La hauteur prévue pour le mur lui-même est de 8 m exactement.

  • 42 SHD, 1 VH 2102, article 8, section 3, carton 22.

45Un mémoire militaire de 184742 décrit la place-forte de Soissons dans son chapitre 5. La hauteur Saint-Jean est présentée comme haute de 18 à 20 m au-dessus de l’Aisne et défendue par un ouvrage à cornes « qu’on vient d’achever ». Surtout, à la page 35 du mémoire sont énumérées les parties souterraines de cet ouvrage, dont le « souterrain du ½ bastion de gauche de l’ouvrage à cornes », qui comprend trois éléments :

  • superficie des parties servant de passage : 14 [m²],
  • superficie des parties servant à la défense : 42 [m²],
  • superficie des parties servant de magasin ou dépôts : 84 [m²].

46Ce souterrain est en outre considéré comme humide.

47À la page 47 de ce mémoire, on précise que le service journalier de l’ouvrage à cornes est assuré par un homme positionné tous les deux mètres, représentant donc 95 hommes en tout, alors que « le réduit défensif est supposé pour 50 ». Sur le plan de l’armement, il est équipé de deux canons (de calibre 8 et 12) et un obusier (de 0.16).

  • 43 SHD, 1 VH 2102.

48Le mémoire de 185143 indique par ailleurs que la gorge est bien revêtue et crénelée, que les fossés sont secs et larges de 20 m.

49Il faut rappeler que la morphologie de l’ouvrage, ainsi que sa désignation, évoluent entre les premiers projets et la réalisation. D’abord désigné comme « lunettes », il devient un « ouvrage à cornes » à partir de 1841. Dans les faits, l’ouvrage réalisé est une solution intermédiaire entre ces deux types d’ouvrages : les deux demi-bastions et le réduit construits ne sont pas reliés à l’escarpe de la ville par deux ailes, mais par un simple fossé.

1.2.3. Destruction des fortifications de Soissons : l’apport de l’iconographie ancienne

  • 44 AD Aisne, 3 J 715 article 6, pièce no 374.

50La loi de déclassement est signée en 1885, répondant à des demandes déjà anciennes de la commune ; l’installation du dispositif Séré de Rivières achève par ailleurs de rendre obsolète ce type de fortification urbaine. On établit alors un « Procès-verbal constatant la remise par le service du Génie au service du domaine des terrains des fortifications cédé à la ville de Soissons en vertu de la loi du 20 juillet 1885 et sur lesquels ne doivent pas être exécutés de travaux d’arasement »44. Le plan joint à ce procès-verbal maintient dans le domaine militaire l’emplacement de l’ouvrage à cornes et des bastions 4 et 5 de l’enceinte, qui constituent l’emprise de la future caserne. Les sources relatives à la destruction de l’ouvrage, en particulier le rapport enregistré sous le numéro 689 de l’article 2 traitant des « mesures préparatoires à prendre » pour le démantèlement et les pièces 154 et 155 de l’article 4 (enregistrées comme procès-verbal et mémoire de démantèlement), ne sont pas conservées. La destruction des défenses de la ville est donc très mal documentée par les sources mais elle est illustrée par une série de cartes postales anciennes (fig. 7). On peut envisager que les modalités pratiques de démolition de l’ouvrage sont similaires à celles des autres fortifications, même si rien ne permet de l’attester a priori.

Fig. 7 Démolition de l’escarpe ; au premier plan, récupération des blocs de parements et wagonnets pour l’évacuation, collection particulière.

Fig. 7 Démolition de l’escarpe ; au premier plan, récupération des blocs de parements et wagonnets pour l’évacuation, collection particulière.

51Après un comblement du fossé qui oblitère les parements de la partie basse de l’escarpe, les blocs de parement qui émergent de ce comblement sont récupérés ; la fourrure du mur est ensuite déversée totalement ou partiellement sur le premier comblement du fossé. Le terrain est alors plus ou moins régulièrement nivelé. Les chantiers sont très organisés : on distingue sur certaines cartes postales des dépôts structurés de blocs réguliers prêts à être emportés. Des wagonnets sur rails tirés par des chevaux sont mis en œuvre pour le dépôt et l’enlèvement des matériaux.

  • 45 Collet 1899, p. 31.

52La date précise de la démolition de l’ouvrage à cornes n’est pas connue. La construction de la caserne Gouraud commence en 1913, mais il semble que dès avant 1899 aucun élément ne subsiste de la défense de la ville45 ; les photographies prises avant-guerre montrent le terrain nivelé et libéré de toute construction, à l’exception du réduit défensif.

2. Observations archéologiques

53L’enregistrement des données de la fouille a conduit à l’individualisation de quatre structures, numérotées de 1 à 4 : le fossé en avant de l’ouvrage (structure 1), l’escarpe (structure 2) et un bâtiment excavé à l’arrière (structure 3) ; la structure 4, associée au fonctionnement de la caserne et sans lien stratigraphique établi avec l’ouvrage à cornes, n’est pas traitée ici. La fouille a livré très peu de mobilier archéologique, et celui-ci apporte peu d’éléments de compréhension ou de datation du site. La quasi-absence des mobiliers archéologiques anciens, malgré la proximité de la nécropole antique et de l’abbaye médiévale, est également remarquable.

2.1. L’ouvrage à cornes

54Une définition d’un ouvrage à cornes est celle d’un « ouvrage détaché formé de deux demi-bastions reliés par une courtine, constituant un front bastionné projeté en avant d’une enceinte sur un front dominé et relié par deux ailes plus ou moins longues au fossé du corps de place46 ». Dans le cas de Soissons, à l’extérieur de l’ouvrage, un profond fossé était creusé, lui-même délimité par une contre-escarpe et un chemin couvert.

  • 47 Desenne, Flucher et Pinard 2003.

55Le mur de gorge sert à la fois de soutien pour le talus des bastions et de défense légère dans le cas où l’assiégeant prendrait pied entre l’ouvrage et l’enceinte de la ville. Comme le réduit défensif, il a été partiellement étudié lors du diagnostic47, mais n’est pas dans l’emprise de la fouille.

2.1.1. Les terrassements

56Les plans produits par le Génie militaire portent des courbes de niveau mesurées avant l’élaboration de l’ouvrage et des courbes du projet (fig. 8). La mise en relation de ces données avec les altitudes mesurées sur le terrain permet d’évaluer précisément la répartition des terrassements (dont le volume a été calculé dès les années 1840). Surtout, en considérant que le fond du fossé correspond à quelques décimètres près à celui qui a été mis au jour, on peut ainsi établir la hauteur des différentes structures observées et surtout mesurer l’importance de l’arasement de la hauteur Saint-Jean pour l’édification de l’ouvrage à cornes. Les volumes de terre déplacés pour construire l’ouvrage à cornes représentent près de 130 000 m³, dont 26 800 pour le demi-bastion de gauche. L’essentiel de ce volume provient du creusement des fossés et va alimenter les terre-pleins mais la préparation des talus a également entraîné nombre de surcreusements.

Fig. 8 Topographie du terrain avant et après la réalisation de l’ouvrage, d’après AD Aisne, 3 J 680.

Fig. 8 Topographie du terrain avant et après la réalisation de l’ouvrage, d’après AD Aisne, 3 J 680.

Cl. et DAO V. Buccio

57La courbe de niveau supérieure de la hauteur avant l’aménagement est cotée à 84 m (sans doute équivalente à 61,70 m NGF), le point haut de la corne à 80,08 m (soit 65,32 m NGF). Il semble que la plateforme de l’ouvrage ait été plus haute que le terrain naturel de l’époque (jusqu’à 1,50 m plus haut, voire près de 3 m au haut des talutages des maçonneries).

58L’altitude du terrain avant la fouille était inférieure ici à 59 m NGF, soit plus de deux mètres plus bas que la butte avant l’aménagement de l’ouvrage. Ces terrassements pourraient expliquer en partie l’absence de vestiges archéologiques anciens sur l’ouvrage, mais le démantèlement de l’enceinte a vraisemblablement été très destructeur dans la mesure où il a été nécessaire de niveler l’ensemble de l’emplacement de l’ouvrage à cornes pour la construction de la caserne, y compris les espaces qui avaient été remblayés quelques décennies plus tôt.

2.1.2. Le fossé (structure 1)

  • 48 AD Aisne, 3 J 680.

59Le fond du fossé se trouvait dans l’emprise de la fouille, au contraire de la contrescarpe et de ses aménagements (fig. 9). Le creusement du fossé (US négative 74) a une profondeur conservée de 4,90 m depuis la surface actuelle du terrain. Si l’on se réfère au plan du projet d’aménagement pour 1842, la profondeur maximale du creusement devait à l’origine avoisiner 6,70 m par rapport au terrain environnant48. Il est en grande partie creusé dans le substrat géologique constitué ici d’un litage de sables jaunes et beiges et de niveaux de coquilles d’huîtres fossilisées et amalgamées. Un niveau géologique de coquilles amalgamées, assez compact, formait le fond du fossé. Le niveau d’ouverture originel du fossé n’est pas conservé. La datation du creusement s’appuie sur l’étude d’archives : il a été réalisé entre 1842 et 1843, principales années de fonctionnement du chantier et de réalisation de l’essentiel du terrassement. L’altitude du fond du fossé est de 55 m NGF en moyenne.

Fig. 9 Coupe stratigraphique du comblement du fossé.

Fig. 9 Coupe stratigraphique du comblement du fossé.

DAO V. Buccio

60Au fond du fossé, un niveau de limon brun compact avec un abondant cailloutis calcaire épais de 0,10 m (US 14) matérialise la circulation dans le fossé pendant la période de fonctionnement de l’ouvrage ; cette couche se déposerait donc entre 1842-1843 et le vote de la loi de démantèlement de la place-forte de Soissons en juin 1885. On ne peut exclure que des curages intermédiaires du fond du fossé aient eu lieu, mais aucun indice archéologique n’en atteste l’existence.

61Comme on l’a évoqué, le comblement du fossé est composé de sables sans éléments exogènes ; on observe toutefois ponctuellement des dépôts de blocs qui marquent la démolition des niveaux supérieurs de l’ouvrage.

2.1.3. L’escarpe (structure 2)

62Le diagnostic archéologique de 2003 avait permis la localisation précise du mur d’escarpe de l’ouvrage à cornes. Lors de la fouille, celui-ci a été observé en plan sur une longueur totale de près de 75 m et son élévation a été mise au jour sur une grande partie de cette longueur (fig. 10 à 12).

Fig. 10 Vue générale de l’élévation de l’escarpe.

Fig. 10 Vue générale de l’élévation de l’escarpe.

Cl. CG Aisne

Fig. 11 Vue planimétrique du mur d’escarpe.

Fig. 11 Vue planimétrique du mur d’escarpe.

Cl. CG Aisne

Fig. 12 Plan général de la fouille.

Fig. 12 Plan général de la fouille.

DAO V. Buccio

2.1.3.1. Terrassements préalables

63La tranchée de fondation du mur d’escarpe est creusée dans le substrat. Son tracé n’est pas rectiligne mais s’adapte à la morphologie prévue de l’ouvrage : il présente en effet en plan une série d’échancrures qui ont la forme de trapèzes isocèles larges de 3 à 3,30 m environ à la base et de 2 à 2,50 m en leur petite base pour une longueur de 1,50 à 2 m. Ces encoches dans le terrain correspondent à l’emplacement prévu pour des massifs de contrebutement. Le creusement de cette tranchée de fondation est vraisemblablement concomitant de celui du fossé.

64Au fond de la tranchée de fondation (US 15) et du fossé (US 74), un creusement plus étroit (US 13) a été aménagé. Il est large de 4 m pour une profondeur de 0,75 m. Il s’agit d’une tranchée étroite destinée à recevoir la semelle de fondation du mur d’escarpe. Ses parois sont globalement verticales et creusées dans le substrat sparnacien.

2.1.3.2. La fondation

65Dans la tranchée 13, le massif de maçonnerie US 21, correspondant à la fondation du mur d’escarpe, a été observé. Large de quatre mètres, il est formé en parement de deux assises de moellons calcaires de 0,30 m de hauteur moyenne liés au mortier rose dur ; une épaisse couche de mortier sépare les deux assises (fig. 13). Dans l’épaisseur de la maçonnerie, un mortier similaire lie des blocs très irréguliers. Le mortier déborde de la maçonnerie contre les parois de la tranchée, confirmant qu’il a été coulé dans une tranchée très étroite. L’ensemble de la maçonnerie est haut de 0,70 m et repose sur le substrat en fond de tranchée (altitude : 53,30 m). Les moellons du parement sont assez grossièrement taillés.

Fig. 13 Le massif de fondation de l’escarpe.

Fig. 13 Le massif de fondation de l’escarpe.

Cl. CG Aisne

66À l’ouest, c’est-à-dire en avant du parement, la fondation forme un ressaut large de 0,60 m, sauf dans la partie nord de l’emprise où il se réduit à 0,40 m, à une altitude supérieure (54,05 m NGF). Les blocs de parement qui constituent l’arase supérieure de ce ressaut sont réguliers en plan et sont jointoyés avec le même mortier rose, qui forme des joints larges de deux à cinq centimètres. Il n’y a pas de ressaut de fondation du côté du substrat, où la tranchée de fondation est à l’aplomb du nu du mur.

2.1.3.3. L’élévation de l’escarpe

67La fondation US 21 portait l’escarpe de l’ouvrage à cornes proprement dite. L’emprise de la fouille a permis d’en observer une face sur 44 m de longueur (à l’ouest), un angle et une partie de l’autre face sur 30 m de longueur (au nord). La face nord était en limite d’emprise et son parement extérieur n’a pu être dégagé en plan que sur quelques mètres.

68En plan, l’escarpe se compose d’un mur large de 3,60 m en haut et 4 m à la base (US 12) renforcé à intervalle régulier par des contrebutements ou contreforts maçonnés présents sur la face interne de l’ouvrage (US 25 à 27 et 40 à 46), à laquelle ils sont chaînés (fig. 14). Ces contreforts sont trapézoïdaux en plan. Leur grande base mesure en moyenne 1,60 m pour 1,20 m à leur extrémité et une hauteur du trapèze de 2,40 m. Leur espacement moyen d’axe en axe est de 5 m sur la face ouest, 5,60 m au nord. Les décrochements décrits plus hauts dans la tranchée US 15 correspondent aux emplacements des contrebutements dont ils épousent précisément le tracé.

Fig. 14 L’un des massifs de contrebutement à l’arrière de l’escarpe ; la tranchée de fondation est visible au premier plan.

Fig. 14 L’un des massifs de contrebutement à l’arrière de l’escarpe ; la tranchée de fondation est visible au premier plan.

Cl. CG Aisne

69Le mur et ses contreforts sont formés de deux parements entre lesquels une fourrure a été montée : la fourrure est en effet plaquée contre la face interne des pierres de parement. L’organisation par assises des pierres de la fourrure s’explique par un montage synchrone des parements et du blocage.

70Le parement interne (destiné à ne pas être visible puisqu’il est dans la tranchée de fondation) est composé de moellons dont la face externe est plane, les autres faces étant plus inégales. Ils sont disposés en assises irrégulières et de hauteur variables (0,20 m au plus). Les chaînes des angles arrières des contreforts sont plus soignées ; les blocs qui les composent sont plus régulièrement taillés et leur hauteur est plus importante (entre 0,25 et 0,30 m). Ce parement est monté avec un mortier de chaux blanc très dur.

71Le parement externe, destiné à être visible depuis le fossé et l’extérieur de l’ouvrage à cornes, est beaucoup plus régulier : ses assises présentent une horizontalité parfaite (fig. 15). La plupart des pierres sont panneresses, avec quelques blocs disposés en boutisse à intervalle irrégulier. Les blocs qui forment les deux assises inférieures et la chaîne d’angle sont de grandes dimensions : leur longueur maximale est de 2,04 m, la hauteur de chacune de ces deux assises est de 0,35 m et la profondeur des blocs est de 0,50 m en moyenne. La hauteur moyenne des assises supérieures est de 0,32 m (0,29 à 0,35 m) et le calibre des blocs est de 0,80 m de longueur moyenne pour une profondeur de 0,30 à 0,40 m.

Fig. 15 Élévation de l’escarpe.

Fig. 15 Élévation de l’escarpe.

DAO V. Buccio

72Au total, onze assises d’élévation ont été mises au jour et désignées, de bas en haut, par les lettres C à M, les assises A et B étant celles de la fondation. Les joints du parement sont très minces et réguliers, d’une épaisseur maximale de 5 mm et tirés au fer.

  • 49 SHD, 1 VH 1733.

73Le mortier qui lie les pierres de parement est le même pour les assises inférieures et le reste de l’élévation. Il s’agit d’un mortier de chaux rose assez tendre et friable. La coloration rose vient sans doute de la présence de terre cuite architecturale concassée pour former un mortier de tuileau, comme prévu dans le projet du Génie militaire qui commande un mortier hydraulique pour ces parties49. Il présente une grande finesse, sans inclusion de cailloutis ou de graviers observée. La majorité des blocs de parement présente une face externe très lisse, indiquant un polissage des blocs après la taille. Certains portent cependant des traces d’érosion plus ou moins marquées, en particulier sur les assises E et F qui pourraient provenir d’une stagnation d’eau dans le fossé (après son remplissage partiel) ou plus probablement d’une érosion due à l’exposition aux intempéries ou à la circulation dans le fossé. Les deux assises inférieures portent également une trace d’oxydation de dix à vingt centimètres en moyenne du fond du fossé. Il s’agit sans doute de traces hydromorphes provenant du battement de la nappe ou de l’eau présente au fond du fossé.

74Le parement de l’US 12 est en léger glacis, perceptible à l’œil nu. Il présente un fruit constant de 5 centimètres par mètre soit une inclinaison de 1 pour 20.

75La fourrure est constituée de blocs calcaires coulés dans un mortier de chaux blanc à légèrement jaunâtre, très dur et contenant un cailloutis assez rare. Les deux types de calcaire (calcaire tendre et calcaire dur) sont présents mais le calcaire tendre semble plus abondant. De nombreux blocs ne portent pas de trace d’usure et semblent provenir directement d’une carrière : sans doute s’agit-il pour partie de déchets de taille. Des blocs en remploi ont été découverts lors de la démolition du mur (voir infra).

2.1.3.4. Les aménagements drainants

76La construction de l’ouvrage à cornes a impliqué une gestion des eaux d’infiltration et de ruissellement envisagée dès les phases de projet de construction ; en effet, la présence d’eau dans le Mont-Saint-Jean, sous la forme d’une nappe perchée, était connue antérieurement à la construction et matérialisée par des puits en surface. De ce fait, un système composé de deux parties distinctes a été prévu pour évacuer l’eau depuis l’arrière de l’escarpe. Contre le parement interne du mur d’escarpe, approximativement au milieu de l’intervalle entre les contreforts, des drains verticaux ont été construits dans la tranchée de fondation (US 28 à 30, 47 à 51, 76, 77 et 80). Ils sont formés de gros blocs calcaires sans liant et disposés de sorte que de nombreux vides soient présents entre les blocs (fig. 16 et 17). Ces drains guident l’eau ainsi collectée vers des chantepleures aménagées dans la deuxième assise de l’élévation (assise D). Celles-ci sont maçonnées dans toute l’épaisseur du mur avec des pierres disposées en linteau. Dans le parement externe, elles prennent la forme d’ouvertures de la hauteur de l’assise et de 0,12 m de largeur.

Fig. 16 Vue en plan de l’un des drains entre deux contreforts.

Fig. 16 Vue en plan de l’un des drains entre deux contreforts.

Cl. CG Aisne

Fig. 17 Démantèlement de l’escarpe : section de l’un des drains entre deux contreforts. Au premier plan, la chantepleure associée.

Fig. 17 Démantèlement de l’escarpe : section de l’un des drains entre deux contreforts. Au premier plan, la chantepleure associée.

Cl. CG Aisne

77Les chantepleures sont visiblement ménagées dans le mur dès sa construction et sont donc contemporaines. De même, les drains verticaux sont disposés le long du parement interne de l’escarpe et maintenus par le comblement de la tranchée de fondation. Ils ont visiblement été élaborés immédiatement après la construction et avant le comblement de la tranchée de fondation. Ce système de drainage est donc entièrement prévu dès la construction de l’ouvrage.

78Il faut noter toutefois que leur disposition est irrégulière : le premier est à 6,20 m de l’angle, les suivants sont espacés respectivement de 5,70 ; 4,20 ; 5,50 ; 5,10 ; 5,10 et 5,90 m. Cette disparité dans leur répartition peut s’expliquer par les variations de la longueur des blocs de parement. Ils sont disposés en général au milieu de l’intervalle entre deux massifs de contrebutement et leur écartement est donc contraint par ces derniers. Il se peut également que cette disposition réponde à des impératifs techniques : les chantepleures pourraient par exemple avoir été disposées aux endroits où des résurgences auraient été repérées ou sous des dispositifs de collecte des eaux de pluie.

2.1.4. Matériaux

2.1.4.1. Choix et provenance des matériaux

79Les blocs de grandes dimensions qui forment les deux assises à la base de l’élévation et la chaîne d’angle ont été taillés dans un calcaire à cérithes très dur, comparable à celui qui est extrait aujourd’hui des carrières voisines de Saint-Pierre-Aigle.

80Le reste de l’élévation est construit avec un calcaire plus tendre et moins dense, sans fossiles visibles ; ce calcaire semble proche de celui des carrières de Belleu et de Bucy. Plus facile à tailler, il présente un caractère gélif qui peut expliquer l’érosion marquée de certaines assises.

81Les deux types de calcaire (calcaire tendre et calcaire dur) sont présents dans le blocage mais le calcaire tendre semble plus abondant.

82Le choix des différents matériaux renvoie explicitement aux termes des mémoires techniques du Génie, en particulier à celui de 1842 ; celui-ci fournit la description détaillée des maçonneries mises en œuvre avec leur prix et les volumes concernés ; pour l’ensemble de l’escarpe du demi-bastion de gauche les volumes de maçonnerie sont les suivants :

  • la fondation est construite en « maçonnerie de libage et mortier ordinaire hydraulique », elle représente 1 100 m³ de maçonnerie à 14,16 F/m³.
  • Les « deux assises de soubassement et tablettes » sont en « maçonnerie de pierre de taille dure et mortier fin hydraulique », pour un total de 80 m³ à 56,56 F/m³.
  • Le parement de l’escarpe est composé d’une « maçonnerie de pierre de taille tendre et mortier fin de grève » de 680 m³ à 16,64 F/m³.
  • Le remplissage, enfin, est une « maçonnerie de moellons durs et mortier ordinaire de grève » de 5 800 m³ à 10,63 F/m³.
  • À cela s’ajoutent trois tarifs différents pour le rejointoiement des parements, en fonction de la position et de la nature des joints.
  • La différence de tarif entre les types de maçonnerie explique sans équivoque le choix de matériaux différents pour le bas des murs et l’élévation.

2.1.4.2. Les remplois

83De nombreux blocs en remploi ont été observés dans les structures 2 et 3. Dans le mur d’escarpe, ces blocs de remploi étaient localisés exclusivement à la base de l’US 12 ; dans la structure 3 (voir plus loin), les US 18, 22, 52 et 72 contenaient de tels blocs.

84Dans les maçonneries, tous servaient d’éléments de fourrure et jamais de parement : les blocs de parement semblent être tous extraits de carrière pour la construction de l’ouvrage à cornes. Il faut préciser que les conditions d’observation n’ont permis de localiser que des blocs moulurés ou présentant un décor : la plupart des blocs ont été repérés durant la démolition mécanique des structures. Il est probable que d’autres éléments en remploi n’ont pas été repérés à ce moment du chantier : c’est bien sûr le cas des éléments provenant de la fourrure de maçonneries antérieures, mais peut-être aussi de blocs taillés voire sculptés. Le nombre de blocs étudiés ici n’a donc aucune valeur statistique.

85La mention de « matériaux provenant d’anciennes maçonneries qu’on a démolies » dans le mémoire d’avancement de travaux de 1843 correspond selon toute vraisemblance à ces blocs parmi d’autres. Elle ne nous apporte cependant aucun éclairage sur la provenance de ces matériaux, qui pourraient être issus de l’ouvrage à cornes précédent, de l’abbaye Saint-Jean-des-Vignes ou de tout autre édifice de la ville. Il n’est pas exclu que l’on ait employé des matériaux de remploi pour le premier ouvrage à cornes et que ceux-ci aient de nouveau été utilisés dans la construction du xixe siècle.

  • 50 Kasarska 2008, p. 48.
  • 51 Bonde et Maines 2003, fig 45a.

86Parmi ces remplois, il faut signaler la présence d’un élément de statue en ronde-bosse figurant un drapé très dégradé (bloc 1, US 12) (fig. 18). La structure du drapé est verticale, mais un pli est vraisemblablement ramené de la gauche vers la droite. Sur le côté droit, un autre repli représente un tissu remonté. Il pourrait s’agir du tiers central d’une statue en pied, correspondant approximativement à la partie du corps comprise entre le ventre et les genoux. La face arrière est plate, ce qui indique que la statue était adossée à un autre élément (probablement une maçonnerie). La partie inférieure du bloc est brisée et il est scié sur le haut, sans doute lors du remploi en bloc de construction. L’état de conservation médiocre du bloc et l’absence de parties anatomiques conservées (main, pied ou visage en particulier) en rendent la datation malaisée. On peut à titre d’hypothèse le rapprocher de certains drapés du portail sud de la cathédrale de Laon, attribués aux années 119050 et d’une statue-colonne de la façade de Saint-Jean-des-Vignes, datée du xiiie siècle51.

Fig. 18 Bloc en remploi : drapé, élément de statuaire.

Fig. 18 Bloc en remploi : drapé, élément de statuaire.

Cl. CG Aisne

Fig. 19 Bloc en remploi : élément de corniche à décor de feuilles.

Fig. 19 Bloc en remploi : élément de corniche à décor de feuilles.

Cl. CG Aisne

  • 52 Bonde et Maines 1994, p. 620

87Autre élément remarquable, un bloc parallélépipédique sculpté sur une face (Bloc 2, US 18) ; il présente en boutisse un abreuvoir (marque incisée en forme de patte de coq destinée à faciliter la cohésion des blocs par la pénétration du mortier) qui pourrait indiquer que ce bloc était, dans sa position originelle, soumis à des contraintes mécaniques (élément de linteau ou de corniche par exemple). La face sculptée porte deux feuilles opposées surmontées d’un bandeau et séparées par une incision (fig. 19). L’identification naturaliste permet de rapprocher la feuille figurée de la chélidoine mais aussi de la vigne, sans qu’il soit possible d’associer sûrement le motif à l’une de ces figurations. Les dimensions du bloc et le méplat présent sous les feuilles le rapprochent de la corniche qui surplombe les arcades du cloître de Saint-Jean-des-Vignes, bien que le dessin des feuilles ne semble pas correspondre aux éléments en place dans ce cloître. La datation de ce bloc est malaisée ; il se rapproche de certains chapiteaux végétaux de Saint-Jean-des-Vignes attribués à la deuxième moitié du xiiie siècle52.

  • 53 Galmiche 2009.
  • 54 Bonde et Maines 1994, p. 604-605.
  • 55 Mesqui 1988 p. 137.
  • 56 Id., p. 68-69.

88Les autres remplois identifiés sont des blocs architectoniques ; parmi ceux-ci, il faut signaler des fragments de fûts de colonnettes cylindriques, des claveaux d’arcs à tores en amande, sans listel, comportant souvent un faux-appareil tracé en blanc sur une couche picturale jaune assez épaisse. Des claveaux présentant des profils et un décor similaires ont été observés lors de la fouille de l’abbaye de Prémontré53, sont visibles à l’abbaye Saint-Martin de Laon ou encore dans le réfectoire de Saint-Jean-des-Vignes. Ils peuvent être attribués à la fin du xiie ou au premier quart du xiiie siècle54. On a également mis au jour un fragment de meneau octogonal qui présente deux feuillures, sans doute destinées à recevoir des vitres (Bloc 6, US 22). Il est couvert d’enduit blanc sur un côté, qui présente aussi un scellement métallique à 15 cm d’une extrémité. Le côté enduit pourrait être celui qui a le moins subi les intempéries, c’est-à-dire l’intérieur de la baie ; dans ce cas, le scellement pourrait correspondre à un aménagement intérieur comme un volet. La datation de ce meneau est large : des exemples similaires apparaissent dans le courant du xiiie siècle, par exemple à la porte de Laon de Coucy-le-Château55, mais ils perdurent jusque dans le courant du xve siècle au moins56.

  • 57 Laprairie 1860, p. 179.
  • 58 Hypothèse proposée par C. Maines, communication personnelle.

89Il est particulièrement tentant d’associer une partie au moins de ces blocs à l’abbaye Saint-Jean-des-Vignes : la proximité de l’édifice et sa vocation militaire au xixe siècle auraient pu en faire une carrière extrêmement commode ; en l’absence d’élément probant issu des sources ou des données de terrain, il ne peut cependant s’agir là que d’une hypothèse. L’église Saint-Rémi, au nord de la hauteur Saint-Jean, détruite en 1414, reconstruite un peu plus loin mais dans la même rue et détruite de nouveau en 179357, pourrait aussi être à l’origine de ces blocs58. Comme on l’a dit, il est raisonnable de voir dans ces blocs la matérialisation des remplois signalés en 1843.

  • 59 Bonde et Maines 1994, p. 597.

90La datation des blocs étudiés, lorsque l’on peut l’établir, indique qu’ils ne sont pas tous contemporains. Les plus anciens pourraient être associés à la seconde moitié du xiie - premier quart du xiiie siècle, et d’autres représentent bien le xiiie siècle ; quelques-uns correspondent à des types peu caractéristiques chronologiquement. C’est sans conteste le xiiie siècle qui est le mieux représenté ici, en particulier son premier tiers. S’il faut insister sur le fait que le lien entre ces blocs et Saint-Jean-des-Vignes est très hypothétique, leur proximité chronologique avec la phase de travaux observée pour cette abbaye entre 1200 et 1270, à laquelle se rattachent entre autres la salle capitulaire et le réfectoire59, est à signaler.

2.1.5. Les traces d’utilisation militaire : taphonomie des combats

91En un point de l’escarpe, des reprises de maçonneries sont associées à un épisode militaire. Le parement externe de l’escarpe présente deux reprises (US 58 au sud, 59 au nord) visibles à la fois en élévation et en plan au niveau d’arasement du mur. Ces deux reprises se détachent nettement du parement de l’US 12 : leurs joints sont constitués de mortier de chaux blanc (blanc clair dans l’US 58, légèrement plus grisé dans l’US 59) très distinct du mortier rosé environnant, et les traces de taille sur les blocs n’ont pas fait l’objet d’un polissage. Les deux reprises respectent la hauteur des assises du mur. Elles ont pu être observées sur quatre assises de hauteur représentant 1,30 m (assises I, J, K et L) et une largeur respective de 3,70 et 1,90 m. Les blocs qui composent ces deux reprises ont une profondeur très inférieure à celle des pierres du parement, variant entre 0,10 et 0,20 m (fig. 20).

Fig. 20 Placage de parement en reprise.

Fig. 20 Placage de parement en reprise.

Cl. CG Aisne

Fig. 21 Le parement dégradé et bûché, après démontage de la reprise.

Fig. 21 Le parement dégradé et bûché, après démontage de la reprise.

Cl. CG Aisne

92La démolition du mur à l’issue de la fouille a représenté l’opportunité de démonter les blocs de ces reprises et d’en percevoir l’origine et l’aménagement. Dans les deux cas, il s’agit de restauration suite à l’impact de projectiles (un pour l’US 59, deux pour l’US 58) qui ont détérioré le parement d’origine, formant des cratères verticaux dans le parement (fig. 21). La profondeur maximale de l’impact par rapport au parement est de 0,57 m dans l’US 59 et de 0,47 m dans l’US 58. Les pierres de parement endommagées ont été bûchées afin de régulariser la surface à réparer et de fournir une surface d’accroche au mortier de la restauration. Enfin, des pierres ont été disposées en plaquage dans ces restaurations. Il est difficile de déterminer l’ampleur totale des impacts sur le mur d’escarpe, faute de préservation du couvrement du mur. Leur profil général et la présence dans les impacts d’un point plus profond donnent cependant à penser que le centre des impacts est conservé.

  • 60 Barros 1993.

93Ces trois impacts sont bien évidemment antérieurs à la démolition de la structure, sans quoi ils n’auraient pas fait l’objet d’une réparation. Le seul épisode militaire auquel a été confrontée la défense de Soissons au xixe siècle est la guerre de 1870, et c’est donc à cet événement qu’il faut en toute vraisemblance rattacher ces dégradations. La principale brèche documentée pour ce siège, au sud de Saint-Jean-des-Vignes, apparaît sur des cartes postales anciennes. Elle a un aspect similaire à celui des US 58 et 59, quoique de bien plus grande ampleur60.

94Ces reprises sont la marque d’une activité militaire peu documentée par les sources. L’étude balistique des impacts aurait pu éventuellement fournir des informations sur les pièces d’artillerie qui les ont causées ou encore sur la distance entre ces dernières et l’ouvrage, apportant ainsi des précisions sur l’organisation de l’assaut (qu’il s’agisse ou non de celui de 1870). Dans tous les cas, il s’agit des seules traces observées que l’on peut associer à un épisode militaire, dans la mesure où l’on ignore si des destructions et des réparations ont pu être menées dans les parties supérieures de l’escarpe. Les dimensions modestes de ces impacts sont sans commune mesure avec la brèche ouverte en 1870 au sud de Saint-Jean-des-Vignes. L’importance de ces impacts dans l’histoire militaire de Soissons est modeste, sinon nulle. Dans l’hypothèse, non vérifiable, où ils seraient en lien avec le siège de la ville en 1870, aucune archive répertoriée ne fait mention du rôle de l’ouvrage à cornes lors de cet épisode, qui doit donc être considéré par défaut comme secondaire.

2.1.6. Le réduit défensif

95Le petit bâtiment qui assure la dernière défense de l’ouvrage à cornes et qui se trouve entre ses deux cornes est désigné comme réduit défensif sur les plans du Génie du xixe siècle. Il a été étudié lors du diagnostic. Il prend la forme d’un bâtiment de plan rectangulaire de 12 par 15 m, après différents projets proposant des plans différents. Ce réduit n’a pas été détruit en même temps que les escarpes de l’ouvrage, aussi apparaît-il encore sur les premières photographies de la caserne Gouraud.

2.2. Le bâtiment excavé : un magasin à poudre ?

96En retrait de l’angle de l’ouvrage à corne, soit au sud-est de l’angle proprement dit, un bâtiment excavé a été mis au jour (structure 3) (fig. 22 et 12). Son axe est proche de la bissectrice de l’angle de la corne.

97Le bâtiment 3 est entaillé dans le terrain naturel. Un creusement a donc été nécessaire préalablement à sa construction (US négative 36). Ce creusement recoupe au nord et à l’ouest le comblement de la tranchée de fondation du mur d’escarpe et lui est donc postérieur. Qui plus est, son angle NO prend appui contre l’un des contreforts internes de l’escarpe (fig. 23). La largeur de l’excavation est de 9,50 m, sa longueur de 15 m auxquels s’ajoute une petite annexe orientale de 3 m dans le sens de la longueur par 3,80 m de large. La profondeur observée pour ce creusement est de 2,30 m par rapport à la surface conservée du terrain (56,37 m pour 58,65 m NGF). Le niveau d’ouverture de la tranchée n’a pas été observé, mais l’état d’arasement général des structures laisse supposer qu’il était nettement plus haut que le sol conservé. Son creusement correspond précisément au bâtiment, dont les maçonneries sont plaquées contre les parois de l’excavation. À l’extérieur du bâtiment, côté ouest, un niveau de sable jaune (US 19) observé ponctuellement semble constituer le remplissage de la tranchée de fondation entre l’escarpe et la structure 3.

Fig. 22 Le bâtiment excavé (structure 3) ; le mur d’escarpe est à l’arrière-plan.

Fig. 22 Le bâtiment excavé (structure 3) ; le mur d’escarpe est à l’arrière-plan.

Cl. CG Aisne

Fig. 23 Extrémité ouest du bâtiment excavé ; le sol est mixte (substrat et mortier) ; les deux blocs de grand appareil à l’arrière marquent le départ d’une voûte, contre le contrefort d’angle de l’escarpe dans l’angle supérieur du cliché.

Fig. 23 Extrémité ouest du bâtiment excavé ; le sol est mixte (substrat et mortier) ; les deux blocs de grand appareil à l’arrière marquent le départ d’une voûte, contre le contrefort d’angle de l’escarpe dans l’angle supérieur du cliché.

Cl. CG Aisne

  • 61 Desenne, Flucher et Pinard 2003.

98Lors du diagnostic, l’angle maçonné d’une structure excavée (structure 4 du diagnostic) avait été mis au jour dans la tranchée 3. La superposition de cet angle avec le plan de la fouille permet d’assurer qu’il s’agit de l’angle sud-est de la structure 3 de la fouille. Le premier pilier du mur sud avait également été aperçu à cette occasion61.

99La structure 3 est un bâtiment à deux vaisseaux séparés communiquant par une ouverture. La largeur hors œuvre de cette structure est de 9,50 m pour une longueur de 18 m. Il présente deux appendices, l’un à l’extrémité est, l’autre à l’ouest. Ses murs périmétraux sont construits en blocs calcaires liés à l’argile (murs US 22 au nord, US 52 au sud, US 53 à l’est et US 18 à l’ouest) avec des reprises parfois liées au mortier de chaux. Si les parements internes de la structure sont relativement soignés, les parements externes des maçonneries, construits contre les parois de l’excavation, ne le sont pas. Le refend interne (US 23) est étroit, il est construit sans blocage puisque les queues de ses deux parements se touchent. Il comporte de chaque côté quatre piliers engagés qui font face à des piliers identiques dans les murs nord et sud ; ils sont larges de 0,60 m et espacés de 2 m. À l’extérieur du mur nord, trois contreforts sont implantés. Ils ne font pas face aux piliers de ce même mur.

100L’annexe occidentale de la structure est un petit espace (1,70 par 1,20 m) accessible par une porte ménagée dans le mur US 18 et bouchée dans un second temps. Avant son abandon, elle a été comblée par de gros blocs calcaires.

101À l’est, un autre espace en exèdre de 3,60 m par 3,62 m est construit dans le prolongement de la nef nord du bâtiment. Un massif d’argile sparnacienne en place, sur laquelle repose une maçonnerie très arasée, sépare cependant cet édicule du reste de la structure. Cet ensemble matérialise peut-être un accès à la structure excavée, éventuellement via un escalier qui se serait trouvé dans cette annexe.

102Le niveau de circulation dans la structure 3 est formé par l’argile sparnacienne qui prend ici une coloration grise foncée à noire par endroit, peut-être du fait de l’apport de matière organique (fig. 23). Dans le vaisseau nord, le sable cuisien fossilifère sert également de niveau de circulation par endroit (altitude : 56,37 m). Dans la moitié sud, une bande de mortier blanc mêlé de graviers de 7,95 m par 1,30 m a été rapportée sur cette argile (US 38, altitude maximale 56,24 m NGF). Cet aménagement de faible épaisseur (6 cm au maximum) constitue un renforcement du sol à cet endroit. Il pourrait indiquer l’endroit le plus fréquenté du bâtiment, dont le sol aurait été plus dégradé et qui aurait donc fait l’objet d’une reprise, ou plus généralement une zone avec une fonction spécifique.

103À l’intérieur de la structure 3, le sol (US 38 et substrat) est recouvert de façon homogène d’un niveau limoneux gris foncé à noir, très organique (US 37), d’une épaisseur maximale de 0,07 m environ. Il a été interprété comme un niveau de fonctionnement de la structure, issu à la fois du piétinement dans le bâtiment et de la décomposition de matière organique (paillage au sol, par exemple). Aucune matière organique n’y était cependant conservée.

104La structure 3 présente des éléments de chronologie relative. Si l’essentiel de ses composantes forment un tout cohérent et homogène, le mur ouest (US 18) montre l’existence d’un état antérieur du fait de la présence d’une porte bouchée et reprise en maçonnerie (fig. 24). La petite annexe occidentale, détruite probablement lors du bouchage de la porte, correspond vraisemblablement à ce même premier état, auquel il est tentant de rattacher aussi les maçonneries US 64 et 65. Ces éléments définiraient donc un premier état de bâtiment excavé, très étroit si l’on considère qu’il se limite aux murs US 18 et 64-65 (sa largeur intérieure serait de 1,95 m) ou un bâtiment plus vaste mais de dimensions indéterminées. Cette première construction serait munie d’un petit avant-corps à l’ouest, dont la fonction est indéterminée (il pourrait s’agir d’un accès). Ce premier état semble être antérieur à l’édification de l’escarpe puisque le mur US 72 est endommagé par sa tranchée de fondation ou lors du comblement de cette dernière. Sur le plan de la chronologie absolue et de l’identification, cette première phase pose problème. En effet, dans la mesure où la datation de la structure 2 est extrêmement précise, elle donne un terminus ante quem pour cet état, sans plus d’information. L’hypothèse qui semble la plus vraisemblable est celle d’une construction initiée lors du creusement du fossé et ouverte sur ce creusement. Le creusement lié à cet état n’a pas été différencié, sur le terrain, du creusement pour le second état.

Fig. 24 L’annexe occidentale de la structure 3, et le bouchage de la porte vers cette dernière.

Fig. 24 L’annexe occidentale de la structure 3, et le bouchage de la porte vers cette dernière.

Cl. CG Aisne

Fig. 25 Le massif d’escalier à l’est de la structure 3.

Fig. 25 Le massif d’escalier à l’est de la structure 3.

Cl. CG Aisne

105Le second état illustre le plein développement de la structure 3 et correspond à une cave voûtée à deux vaisseaux de cinq travées communiquant par l’intérieur par une porte large de 0,79 m. La voûte reposant sur des piliers peu espacés constitue sans doute la solution qui offre la meilleure résistance à un impact d’artillerie dans ce contexte défensif. L’accès se fait alors par un escalier oriental aménagé entre deux murs et reposant sur le substrat (fig. 25). La qualité médiocre de la construction orientale (US 55) plaide pour le support d’un palier ou d’un espace d’accès à l’escalier mais non destiné à être apparent.

106Ce second état est postérieur à la construction de l’ouvrage à cornes proprement dit puisqu’il prend appui sur ses contreforts. Les mortiers employés pour l’édification des murs (US 18, 22, 23, 52, 53 et 55) de la cave (prise ici dans l’acceptation la plus large de ce terme) sont similaires. Si cela n’indique pas une construction d’un seul tenant (la chronologie relative des maçonneries prouve qu’elles ne sont pas synchrones), on peut néanmoins envisager que l’ensemble des murs, y compris l’annexe occidentale antérieure au mur d’escarpe, sont construits dans un laps de temps assez court. Les modifications bien lisibles de la structure 3 (bouchage US 67, remplissage US 69, transformation US 73 de l’angle NO) sont toutes liées avec des mortiers de chaux très durs ; là encore, il est séduisant d’envisager une série de transformations assez proches dans le temps.

107L’état d’arasement du site implique que l’on n’a pas de certitude quant à la hauteur sous voûte de la structure 3 ni à sa profondeur sous l’ouvrage. On peut toutefois établir quelques rapprochements : le fond du fossé a une altitude de 54,87 m NGF, qui permet de placer le haut du mur à 62,87 m et le gazon dans l’ouvrage entre 64 et 65 m. Le sol de la structure 3 est à 56,37 m ; on peut donc estimer que l’extrados de sa voûte est compris entre 59 et 60 m.

108Le creusement de la structure 3 a pu être réalisé à ciel ouvert ou en souterrain, en profitant du front de taille nécessaire à la mise en place de l’ouvrage à cornes (afin de limiter les volumes de terrassement). Dans cette seconde hypothèse, on pourrait imaginer que l’on a dans un premier temps réalisé des aménagements (un couloir d’accès à l’ouest et une partie des murs) que l’on aurait ensuite modifiés pour les lier à la structure 2, en créant un accès oriental et en murant la porte ouest.

109Dans cette hypothèse, le premier état de la structure 3 serait bel et bien antérieur à l’escarpe, mais compris dans une même phase de chantier. Son aménagement définitif aurait impliqué, entre autres, l’abandon de la porte occidentale devenue inutile.

110Le comblement de la structure 3 est formé d’une seule couche (US 39) de sable beige très épaisse (1,50 m en moyenne) qui reposait sur le niveau de piétinement US 37. Cette couche recouvrait également les niveaux d’arasement des murs de la structure, indiquant que leur démolition est antérieure au comblement de l’édifice. Cela explique sans doute la rareté des matériaux de démolition dans la structure. La qualité des blocs de parement des murs de la structure justifie une récupération quasi systématique de ces maçonneries. Le sédiment qui compose cette US pourrait provenir du sable cuisien légèrement oxydé.

  • 62 SHD, 1 VH 2102, article 8, section 3, carton 22.
  • 63 Nicolas Faucherre (Faucherre 2011, p. 90.) publie un plan très proche, avec des contreforts simila (...)

111Le mémoire militaire de 184762 décrit le « souterrain du demi-bastion de gauche de l’ouvrage à cornes », qui correspond vraisemblablement à la structure 3. Celle-ci serait donc en place peu après l’achèvement de l’ouvrage à cornes. L’ensemble de la documentation du Génie militaire semble indiquer que chaque bastion de l’enceinte dispose d’un magasin à poudre ; dans l’hypothèse où cette observation vaudrait aussi pour l’ouvrage à cornes, on pourrait voir dans la structure 3 un tel magasin. Son plan est du reste très proche de celui des magasins à poudre-type de Vauban63. Il est certain dans tous les cas que cette structure ne correspond pas au hangar mentionné en 1875 et démoli en 1879, dans la mesure où celui-ci est localisé contre le mur de gorge de l’ouvrage. Le document porté à l’inventaire des archives du Génie sous le numéro 333 de l’article 3 est décrit comme un « tableau détaillé des bâtiments militaires » en 1845. Ce document, manquant, aurait pu apporter des informations utiles pour l’identification de cette structure. Un tracé au crayon figurant vraisemblablement ce bâtiment sur un plan de 1862 pose cependant problème (fig. 26) : il est difficile de déterminer s’il s’agit de la représentation d’un ouvrage absent du plan, ou de l’esquisse d’un projet.

112La description du souterrain dans les archives indique qu’il sert à la défense mais aussi de magasin ou dépôt. La relative légèreté des maçonneries (liées à l’argile et de moins d’un mètre d’épaisseur) paraît étonnante pour une structure avec de telles fonctions mais pourrait s’expliquer par la relative importance de la profondeur de cette structure.

Fig. 26 Extrait du plan de l’ouvrage à cornes en 1862, figurant au crayon un bâtiment dans l’angle de la corne, AD Aisne, 3J720.

Fig. 26 Extrait du plan de l’ouvrage à cornes en 1862, figurant au crayon un bâtiment dans l’angle de la corne, AD Aisne, 3J720.

Cl. CG Aisne

113Pour synthétiser, on propose donc que l’édification de la structure 3 soit antérieure à la structure 2 (mais sans doute dans le même projet) ; ses dimensions originelles sont mal définies mais elle prend assez rapidement un aspect voisin de sa forme définitive, peu après la construction de la structure 2 et sans doute avant 1847. Une série de modifications (condamnation de l’ouverture US 67 et ouverture US 73 en particulier) interviendraient dans un second temps.

2.3. Les graffitis

  • 64 Desenne, Flucher et Pinard 2003.
  • 65 Buccio 2011.
  • 66 Une publication portant spécifiquement sur l’étude typologique et historique de l’ensemble des gra (...)
  • 67 Un chiffre 5 de grande taille peint en noir à la base du mur pourrait correspondre plutôt à une su (...)

114Lors de l’étude de l’angle entre le mur de gorge et le saillant sud64 puis lors de la fouille de l’angle du demi-bastion sud de l’ouvrage65, des graffitis portés sur le parement de l’ouvrage ont pu être observés (fig. 14). Seuls sont présentés ici les 62 graffitis mis au jour dans le cadre de la fouille66. Presque tous les graffitis observés correspondent à des incisions dans la pierre tendre du parement (la pierre plus dure des deux assises inférieures n’en porte qu’un), réalisées sans doute à l’aide d’un outil (couteau, par exemple)67. Leur profondeur et le soin apporté à leur exécution varient notablement. Aucun de ces graffitis ne semble avoir été mis en couleur.

2.3.1. Répartition

115Les graffitis sont présents tout au long du parement externe du mur d’escarpe dans l’emprise fouillée. Ils ont été tracés, pour la plupart, entre la troisième et la sixième assise depuis la base de l’élévation : il s’agit bien entendu des assises accessibles à un individu de taille moyenne depuis la base du fossé.

2.3.2. Types

116Dans l’emprise de la fouille, les graffitis observés peuvent être groupés en trois types : les notations musicales, les inscriptions et les figurations.

2.3.2.1. Épigraphies

  • 68 Une première lecture des registres matricules aux Archives départementales par Guy Flucher (Inrap) (...)
  • 69 La graphie est respectée ici.
  • 70 Lecer 1912, p. 91.

117Les mentions écrites représentent majoritairement des graffitis (44 sur 62). Il s’agit pour l’essentiel de noms, associés à des désignations de régiments, à des classes ou à des dates (fig. 27). Il s’agit vraisemblablement de la signature de soldats dans la plupart des cas. La qualité de la graphie est très variable, sans que l’on puisse établir si elle est le reflet du soin apporté à l’écriture ou du niveau d’alphabétisation de leur auteur68. Deux mentions méritent d’être signalées : la première indique que « LE 67e EST ARIVÉ » ; la seconde « LE 15e L. est aRRIVE a SOISSONS LE 3 7bre 186769 » (fig. 28). La première célèbre l’arrivée à Soissons du 67e régiment d’infanterie de ligne en octobre 1873, la seconde fait peut-être référence à la présence du 15e régiment d’Infanterie de ligne à Reims de 1868 à 1870 et surtout à son rôle dans la défense de Soissons durant la guerre de 187070. Cette mention est sans doute la plus explicite de toutes celles qui ont été dénombrées sur le mur.

Fig. 27 Graffitis sur l’escarpe : mentions épigraphiques.

Fig. 27 Graffitis sur l’escarpe : mentions épigraphiques.

Cl. CG Aisne

Fig. 28 Graffiti : référence à un mouvement de troupes.

Fig. 28 Graffiti : référence à un mouvement de troupes.

Cl. CG Aisne

Fig. 29 Graffiti : compte.

Fig. 29 Graffiti : compte.

Cl. CG Aisne

118Plusieurs graffitis sont formés de traits parallèles, 48 dans la plupart des cas (fig. 29). Il est séduisant d’y voir les comptes des mois de service tenus par des soldats, représentant quatre ans en tout. On pourrait ainsi voir dans le graffiti 73, qui groupe les traits par ensembles de 12, un comptage par année. La durée du service militaire varie notablement au cours du xixe siècle. Les comptes à 48 barres pourraient correspondre à des conscrits soumis à la loi Cissey et être datés entre 1872 et 1889.

2.3.2.2. Figurations

119Trois graffitis représentent des profils humains regardant tous vers la gauche (vers le nord). L’un représente une tête complète avec l’occiput et le cou alors que les deux autres ne comprennent que le visage. Un autre comporte la figuration d’une coque de bateau à la fois très sommaire et naïve.

2.3.2.3. Notations musicales

  • 71 Il faut signaler le parallèle plaisant, bien qu’évidemment fortuit, entre ces dernières et la Cité (...)

120Sept des graffitis mis au jour lors de la fouille correspondent à des notations musicales71 (fig. 30). La plupart sont très simples, et figurent des portées sans notes ou, dans un cas, un arpège précédé d’une clef de sol.

Fig. 30 Report des différentes notations musicales observées.

Fig. 30 Report des différentes notations musicales observées.

Cl. CG Aisne

Fig. 31 Graffiti : partition.

Fig. 31 Graffiti : partition.

Cl. CG Aisne

  • 72 Lecer 1912, p. 142.

121Le graffiti 6 est plus complexe (fig. 31) ; il associe une mention textuelle précise (« Pierre Bourdin 67 Classe 1868 ») assez bien calligraphiée à une notation musicale comportant 32 notes (10 rondes et 22 blanches ou noires). Les lignes de portée ne sont pas toutes lisibles, ce qui rend l’identification musicale difficile. Il pourrait s’agir d’un arpège et deux sonneries par exemple. Il faut noter qu’un certain Émile Bourdin, servant la 3e pièce d’artillerie en 1870, est cité parmi les blessés72 ; si le prénom change, une erreur lors de l’édition de la liste des blessés est envisageable, qui permettrait de faire correspondre ces deux personnes.

122L’ensemble musical le plus caractéristique est cependant le graffiti 18. Tracé sur un unique bloc de parement, il comporte quatre portées de cinq mesures chacune, sur deux lignes. Chaque portée commence par une clef de sol et comporte plusieurs notes ; l’ensemble de la notation est très soigné et régulier. Les quatre portées de la partition correspondent à un même air, avec un rythme variable.

  • 73 AD Aisne 3 J 720, article 6, 3e section, no224.
  • 74 Richou 1992.

123La présence de notations musicales s’explique assez aisément dans ce contexte. En effet, le bail de location des fossés de l’ouvrage à cornes (lot no 80 des affermages), loués pour l’herbage, est résilié entre octobre et décembre 185173 pour y installer l’école des tambours. On lit ainsi dans le courrier de demande de résiliation du 7 octobre 1851 que « jusqu’à présent les tambours de la garnison allaient à l’école sur le terre-plein du chemin couvert du front 2-3, très voisin de la porte de Reims et du marché aux bestiaux. Des plaintes venant d’avoir lieu par suite d’accidents occasionnés par le bruit, M. le Commandant de la place demande qu’on cherche un endroit plus convenable pour y envoyer les tambours ; on pense qu’on ne peut en trouver un meilleur que les fossés de l’ouvrage à cornes, dans lesquels il ne pousse rien et qui sont loués très bon marché ». Par la suite, les fossés sont déclarés « Réservés pour l’école des tambours » et mentionnés comme tels sur les plans par décision ministérielle du 1er décembre 1851. Chaque compagnie est dotée d’un tambour74 et il faut donc imaginer une école destinée à une vingtaine de tambours.

  • 75 Richou 1992.
  • 76 Corvisier 1997, t. 2, p. 441.
  • 77 Richou 1992.

124Si les partitions gravées sur l’escarpe ne correspondent pas de toute évidence à des partitions de tambour (un tambour joue une note unique et les partitions de cet instrument ne comportent donc qu’une ligne destinée à renseigner le rythme), on peut envisager que les élèves de l’école de tambour étaient musiciens par ailleurs, ou que les tambours étaient accompagnés d’autres instruments (notamment le fifre ou le piccolo), auxquels ces partitions étaient destinées. Les manœuvres du 67e R.I. étaient accompagnées d’un tambour-major, de tambours, clairons et d’une musique militaire75 ; une ordonnance de Louis-Philippe de 1845 fixe la composition des musiques de régiments d’infanterie à 50 musiciens dirigés par un chef d’orchestre ; elles furent réduites à 40 musiciens sous le Second Empire76. Une carte postale de la fin du xixe siècle montre le régiment au retour d’un exercice, précédé d’une ligne de tambours suivis de cuivres77.

2.4. Le démantèlement de l’ouvrage

125Le comblement du fossé est très éclairant par rapport aux stratégies mises en œuvre pour le démantèlement de l’ouvrage, et vraisemblablement des fortifications de Soissons. Le fond du fossé est comblé par un apport de sables très purs, sans inclusions anthropiques observées (US 7, US 8, US 10 et US 34) ; certaines couches (US 6, US 11) contiennent un très léger cailloutis et quelques rares charbons. L’ensemble représente une épaisseur de plusieurs mètres. Le pendage de surface de ces couches montre que ces remblais ont été déversés depuis la courtine dans un premier temps, puis depuis le toit de ces premiers remblais ou depuis la contre-escarpe. Au-dessus de ces premiers niveaux de comblement, l’US 9 est composée de mortier, de sable, de graviers et surtout de blocs calcaires décimétriques. Elle a été observée sur une épaisseur maximale de 2,5 m. Elle repose sur le pendage en talus de l’US 7 et coupe l’US 10. L’US 9 a été interprétée comme le résidu de la démolition de la fourrure de l’escarpe rejetée dans le fossé à des fins de nivellement et d’assainissement, similaire à ce que l’on observe sur les cartes postales anciennes.

126La provenance des matériaux de comblement du fossé pose un problème auquel les sources écrites conservées ne répondent pas. Nous avons considéré d’abord qu’il pouvait s’agir de matériaux tirés des parties hautes du site et rejetés dans le fossé mais cette hypothèse se heurte à la grande homogénéité de ces matériaux et à la rareté des inclusions anthropiques. Il faut donc envisager que le comblement du fossé ait été réalisé, pour l’essentiel de son volume, par des sables provenant du substrat, soit localement, soit issu de sablières de la vallée de l’Aisne dont la localisation précise reste inconnue.

127Postérieurement à la loi de démantèlement de la place-forte de 1885 mais avant la construction de la caserne Gouraud initiée en 1913, l’ouvrage à cornes est détruit et son fossé est comblé. L’arasement du mur d’escarpe (US négative 75) correspond également à un arasement des niveaux de comblement US 6 et US 7 du fossé. Son altitude est comprise entre 57,09 et 58,55 m NGF. Cette US 75 a été interprétée comme un nivellement général de la maçonnerie et des niveaux de comblement, préalablement à l’aménagement de la caserne. Rien n’indique s’il s’agit du premier niveau d’arasement du mur postérieurement à l’abandon défensif du site ou si l’ouvrage a subi une démolition antérieure, à un niveau indéterminé mais qui serait supérieur à l’altitude de l’US 75.

  • 78 Pas-de-Calais : Desfossés, Jaques et Prilaux 2008, p. 46.

128Dans l’US 3, une importante lentille de contenants métalliques écrasés a été observée sur plus de 3 m de longueur et 0,15 m d’épaisseur. Il s’agit de récipients en fer émaillé équipés d’un anneau sur le côté et interprétés comme des gargoussiers (fig. 32). Ces récipients métalliques enveloppant une charge de poudre étaient destinés à un usage unique, et leur dépôt en grande quantité s’explique aisément, puisqu’ils deviennent un déchet après leur utilisation. Il faut noter qu’un tel niveau a déjà été observé en contexte archéologique à Roclincourt78. L’identification précise et la datation des gargoussiers de la caserne Gouraud n’ont pu être établies.

Fig 32 État des gargoussiers observés.

Fig 32 État des gargoussiers observés.

Cl. A. Geneau, CG Aisne

Conclusion

129À l’issue de cette étude, il apparaît que l’on peut répondre par l’affirmative à la question initiale de la pertinence même de cet objet d’étude.

130D’abord, du strict point de vue patrimonial, on peut estimer que la sauvegarde par l’étude a utilement suppléé ici à la stricte conservation d’un ouvrage dont on a estimé que la préservation matérielle ne s’imposait pas. Sur cet aspect, il faut toutefois rappeler l’intérêt réel d’un élément de fortification qui témoigne d’une période intermédiaire entre les fortifications bastionnées modernes et l’essor de la fortification polygonale. Ces deux modes de fortification ont acquis une valeur historique qui a conduit à intégrer leur préservation et leur valorisation : les ouvrages qui s’insèrent entre ces deux époques constituent autant d’entre-deux dont l’intérêt historique n’est pas moindre.

131Sur le plan de la méthode, ensuite, l’étude de cet ouvrage fait pleinement appel aux techniques de l’archéologie, par exemple par l’importance d’une analyse stratigraphique et d’une lecture technique et technologique des structures. L’ampleur du dossier historique aurait justifié la participation à l’étude d’un historien spécialisé, dans une démarche qui se serait alors révélée pleinement pluridisciplinaire.

  • 79 Buccio 2012 ; Fronty 2017.

132L’apport de cette étude en termes de connaissance est à envisager à deux niveaux. À l’échelle locale, d’abord, elle participe pleinement de la connaissance du développement urbain de Soissons et donne une occasion, peut-être triviale, de rouvrir le dossier très riche mais négligé des fortifications de cette place. D’autres chantiers engagés par la suite79 ont donné de nouvelles perspectives à cette étude, en se concentrant cette fois sur les fortifications modernes de la ville elle-même. Plus anecdotique, les sources mentionnent des économies réalisées lors de la construction par des réemplois de matériaux : la présence des blocs sculptés précise quelque peu la provenance de ces réemplois. Ces éléments lapidaires médiévaux prolongent le corpus de la statuaire et de la sculpture gothiques locales et sont donc à intégrer aux études sur ce sujet.

133Envisagée à un niveau plus large, la fouille s’inscrit pleinement dans une démarche encore jeune d’archéologie contemporaine, tout en portant sur un objet assez peu étudié sous cet angle. Elle permet une relecture critique des sources, dont elle valide les données dans leur ensemble, tout en donnant à mesurer les écarts dans la mise en œuvre de la construction. Sur le fonctionnement de l’ouvrage en revanche, la fouille est beaucoup plus éclairante que les sources, de par la présence de graffitis ou les traces des travaux de réparations. Si ces éléments sont secondaires dans la compréhension de l’histoire de la fortification de la place de Soissons, et plus encore à une échelle plus vaste, ils sont autant de sources d’histoire sociale et militaire paradoxalement mieux qualifiés par la fouille que par l’étude d’archives. Le démantèlement de la fortification est lui aussi peu documenté, et ses modalités sont mieux appréhendées par le truchement de l’iconographie et de la fouille que par les sources écrites. La découverte et l’identification d’une probable poudrière montrent que, sur un élément aussi important de l’organisation militaire, la fouille peut s’avérer plus prolixe que les sources.

134Plus globalement, c’est donc la conformité de la réalisation d’un ouvrage aux grands principes défensifs et à un projet particulier que l’on lit ici. Pour cette période, pendant laquelle on prolonge les techniques de la fortification bastionnée, mais avant le plein développement de la fortification polygonale, la réflexion et l’étude pourraient être étendues à plusieurs échelles interdépendantes : celles de la place, de la ligne de défense nationale et des grands principes de fortification. Dès la première de ces échelles, la mise en place d’un réel dialogue pluridisciplinaire, liant archéologues et historiens, sera le gage d’une bien meilleure compréhension de ce système. Cette pluridisciplinarité est par ailleurs nécessaire pour suppléer à la trop rare formation des archéologues aux spécificités de cette période. Quant à la nature même des prescriptions d’archéologie préventive portant sur ce type d’ouvrages, elle se confronte à des conceptions difficilement conciliables, mais également valables. La préservation d’un patrimoine encore trop négligé limiterait les possibilités d’étude puisque, on l’a dit, c’est sa démolition qui a permis d’en observer en détail les modalités. Inversement, la simple sauvegarde par l’étude, qui permet ces observations, n’est possible que parce que la valeur patrimoniale de ces ouvrages est encore discutée. Pour conclure, la prescription d’une méthodologie pluridisciplinaire pour ce type de fouille, seule à même d’imposer des moyens adaptés en termes de composition d’équipes de recherche, passe par une reconnaissance de la pleine légitimité de cette archéologie des périodes récentes, encore en construction.

Haut de page

Bibliographie

Ancien B. et Tufreau-Libre M.

1980, Soissons Gallo-romain, découvertes anciennes et récentes, Soissons, Musée de Soissons.

Augé P.

2015, « Soissons (Aisne). Parc Gouraud », Archéologie médiévale, no 45, p. 256-257.

Barde Y.

1996, Histoire de la fortification en France, Paris, Presses Universitaires de France.

Barros M.

1993, 200 ans de présence militaire à Soissons, Soissons, service du Patrimoine (dactylographié).

Bonde S. et Maines C.

1994, « L’abbaye augustinienne de Saint-Jean-des-Vignes à Soissons », Actes du 148e Congrès archéologique de France, Aisne méridionale, 1990, Paris, Société française d’archéologie, vol. 2, p. 589-632.

2003, Saint-Jean-des-Vignes in Soissons, Approaches to its Architecture, Archaeology and History, Turnhout, Brepols.

Brialmont A.-H.

1869, Traité de fortification polygonale, Paris, Dumaine, 2 vol.

Brunel G. et Defente D.

1992, Histoire de Soissons et des villages du Soissonnais, Soissons, ADMS.

Buccio V.

2011, Soissons (Aisne), ancienne caserne Gouraud, rapport final d’opération de fouille archéologique préventive, déposé à la Drac Hauts-de-France (SRA).

2012, Soissons, requalification du boulevard Jeanne-d’Arc, étude d’évaluation du potentiel archéologique, Laon, CG Aisne.

Collectif

sd, Les Herbes de Saint-Jean : Abbaye de Saint-Jean-des-Vignes à Soissons, Soissons, Ville de Soissons.

Corvisier A.

1997, Histoire militaire de la France, t. 2, De 1715 à 1871, et t. 3, De 1871 à 1940, Paris, Presses Universitaires de France, collection Quadrige, no 252 et 253.

Defente D.

1997, Saint-Médard, trésors d’une abbaye royale, Paris, Somogy.

Delair P.-É.

1882, Cours de fortification permanente, t. 2, De Vauban à l’artillerie rayée, Thionville, Klopp, rééd. 2004.

Desenne S., Flucher G. et Pinard E.

2003, Soissons « Caserne Gouraud », rapport de diagnostic, déposé au service archéologique d’Amiens (Inrap).

Dormay C. de

1663, Histoire de Soissons et de ses rois, ducs, comtes et gouverneurs, avec une suite des évêques…, et plusieurs recherches sur les vicomtes et maisons illustres du Soissonnais, Soissons, Nicolas Asseline, 2 vol.

Duffy C.

1985, The Fortress in the Age of Vauban and Frederick the Great, 1660-1789, Londres, Routledge.

1996, Fire and stone: The Science of Fortress Warfare, 1660-1860, Mechanicsburg, Stackpole.

Faucherre N. et François S.

2011, Places fortes, bastions du pouvoir, Paris, Rempart.

Fronty R.

2017, Soissons (Aisne), Boulevard Jeanne-d’Arc, rapport de diagnostic archéologique Inrap, déposé à la Drac Hauts-de-France.

Galmiche T.

2009, Prémontré, abbaye de Prémontré, rapport de diagnostic archéologique, Laon, CG Aisne.

Gissinger B.

2010, Soissons (Aisne), Ancienne caserne Gouraud, rapport de fouille archéologique, Laon, CG Aisne.

Hughes Q.

1975, Military Architecture, Londres, Hugh Evelyn.

Kasarska I.

2008, La sculpture de la façade de la cathédrale de Laon, eschatologie et humanisme, Paris, Picard.

Laprairie L. de

1853, « Les fortifications de Soissons aux différentes époques de son histoire », Bulletin de la société historique et archéologique de Soissons, 1re série, t. VII, p. 199-248.

Lecer

1912, « Documents relatifs à la défense de Soissons en 1870 », Bulletin de la société historique et archéologique de Soissons, 3e série, t. XIX, p. 89-155.

Le Hallé G.

2001, Le système Séré de Rivières ou le témoignage des pierres, Louviers, YSEC.

Mesqui J.

1988, Île-de-France gothique, t. 2, Les demeures seigneuriales, Paris, Picard.

Pécheur L.-V.

1897, « Les rues, boulevards et avenues de Soissons », Bulletin de la société archéologique, historique et scientifique de Soissons, 3e série, t. VII, 2e partie, p. 1-121.

Pérouse de Montclos J.-M.

1972, Architecture, méthode et vocabulaire, Paris, Imprimerie nationale, 1ère édition.

Pomerol C.

1984, Carte géologique de la France à 1/50 000, feuille de Soissons, Paris, BRGM.

Richou Col.

1992, Du Régiment de Languedoc au 67e R.I. (1672-1992), Saint-Maixent-l’École, Atelier d’impression de l’armée de terre no 2.

Roussel D. (dir.)

2002, Soissons : documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France, Joué-les-Tours, Éditions du Patrimoine.

Truttmann P.

1993, Les derniers châteaux forts. Le prolongement de la fortification médiévale en France (1634-1914), Thionville, Klopp.

Urbain N.

2007, « Soissons et la guerre de 1870-1871 », L’Aisne envahie, dans Mémoires - Fédération des sociétés d’Histoire et d’Archéologie de l’Aisne, t. LII, p. 137-168.

Zastrow A. von

1866, Histoire de la fortification permanente : ou, Manuel des meilleurs systèmes et manières de fortification, Paris, Ch. Tanera, 2 vol.

Haut de page

Notes

1 Toutes les altitudes sont exprimées en mètres NGF (nivellement général de la France).

2 Pommerol 1983.

3 Desenne, Flucher et Pinard 2003.

4 Sous la responsabilité de Vincent Buccio, alors responsable d’opérations au sein de ce service.

5 Gissinger et al. 2010.

6 Bonde et Maines 2003.

7 UnivArcheo, rapport 2017, non accessible ; Augé 2015.

8 Laprairie 1847, p. 102.

9 Idem.

10 Ancien et Tuffreau-Libre 1980.

11 Gissinger 2010.

12 Bonde et Maines 1994 et 2003.

13 Pour les derniers en date, voir Fronty 2017.

14 Ancien et Tuffreau-Libre 1980, p. 15.

15 Hacquet 1990.

16 Pérouse de Montclos 1972 p. 493.

17 Pécheur 1897 p. X.

18 AD Aisne, 3J 741.

19 Brialmont 1869, p. 2, Faucherre 2011, p. 69.

20 Il s’agit du seul épisode militaire qui touche directement Soissons au xixe siècle après l’Empire. La ville est surtout marquée par l’entrée des troupes prussiennes dans Soissons le 12 octobre 1870, par une brèche au sud de Saint-Jean-des-Vignes, « l’ouvrage à cornes est durement touché et perd le sous-officier qui le commandait » (Urbain 2007 p. 158).

21 Dormay 1664 p. 441.

22 Laprairie 1853 p. 234.

23 Roussel 2002.

24 Dormay 1664.

25 Id. p. 543.

26 SHD, 1 VH 2102.

27 Dormay 1664.

28 Faucherre 2011, p. 33. Il n’existe cependant aucun indice de participation d’Errard à la fortification de Soissons.

29 Desenne, Flucher et Pinard 2003, p. 27.

30 Faucherre 2011, p. 58.

31 SHD, 1 VH 2102.

32 Desenne, Flucher et Pinard 2003 ; Gissinger 2006.

33 Gissinger 2006, structure 35.

34 SHD, Vincennes, 1 VH 1733.

35 En 1820, 1821 et 1824, SHD, 1 VK 567, article 2 pièce 68.

36 SHD, 1 VH 1731, article 8 section 1, carton 10.

37 SHD, 1 VH 1733.

38 SHD, 1 VH 1733.

39 SHD, 1 VH 733.

40 SHD, 1 VH 1734.

41 Maçonnerie de blocs grossièrement équarris.

42 SHD, 1 VH 2102, article 8, section 3, carton 22.

43 SHD, 1 VH 2102.

44 AD Aisne, 3 J 715 article 6, pièce no 374.

45 Collet 1899, p. 31.

46 Définition issue de http://sites-vauban.org/Glossaire-illustre, consulté le 3 mai 2019.

47 Desenne, Flucher et Pinard 2003.

48 AD Aisne, 3 J 680.

49 SHD, 1 VH 1733.

50 Kasarska 2008, p. 48.

51 Bonde et Maines 2003, fig 45a.

52 Bonde et Maines 1994, p. 620

53 Galmiche 2009.

54 Bonde et Maines 1994, p. 604-605.

55 Mesqui 1988 p. 137.

56 Id., p. 68-69.

57 Laprairie 1860, p. 179.

58 Hypothèse proposée par C. Maines, communication personnelle.

59 Bonde et Maines 1994, p. 597.

60 Barros 1993.

61 Desenne, Flucher et Pinard 2003.

62 SHD, 1 VH 2102, article 8, section 3, carton 22.

63 Nicolas Faucherre (Faucherre 2011, p. 90.) publie un plan très proche, avec des contreforts similaires mais en un seul vaisseau, bien que son plan varie « selon la capacité recherchée ».

64 Desenne, Flucher et Pinard 2003.

65 Buccio 2011.

66 Une publication portant spécifiquement sur l’étude typologique et historique de l’ensemble des graffitis est en cours, aussi n’en est-il fait ici qu’une présentation sommaire.

67 Un chiffre 5 de grande taille peint en noir à la base du mur pourrait correspondre plutôt à une subdivision de l’espace, éventuellement à un lotissement du fossé ou du mur.

68 Une première lecture des registres matricules aux Archives départementales par Guy Flucher (Inrap) a prouvé qu’il était très difficile d’identifier les individus mentionnés du fait du volume de ces archives ; les dates sont d’un secours relatif puisqu’elles peuvent correspondre à une classe, à une date d’intégration des soldats ou au contraire à leur libération.

69 La graphie est respectée ici.

70 Lecer 1912, p. 91.

71 Il faut signaler le parallèle plaisant, bien qu’évidemment fortuit, entre ces dernières et la Cité de la musique et de la danse construite à cet emplacement à la suite de la fouille.

72 Lecer 1912, p. 142.

73 AD Aisne 3 J 720, article 6, 3e section, no224.

74 Richou 1992.

75 Richou 1992.

76 Corvisier 1997, t. 2, p. 441.

77 Richou 1992.

78 Pas-de-Calais : Desfossés, Jaques et Prilaux 2008, p. 46.

79 Buccio 2012 ; Fronty 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Carte de localisation.
Crédits Données OpenStreetMap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Titre Fig. 2 Superposition des tracés des enceintes urbaines sur le plan de 1842 (état des connaissances de 1842), SHD, 1 VH 2102.
Légende Le tracé supposé des enceintes gauloises (en brun), romaine (en bleu), médiévale (en noir et en rouge fin). Le premier ouvrage à cornes est figuré en pointillé.
Crédits Cl. V. Buccio
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Titre Fig. 3 Plan manuscrit de Soissons en 1617, anonyme.
Crédits BnF, coll. Lallemant de Betz, VX 18, M 73663
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Titre Fig. 4 Désignation des différents éléments de l’ouvrage sur le plan du projet de 1842, AD Aisne, 3 J 680.
Crédits DAO V. Buccio
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 5 Projet de réduit défensif, 1846, Vincennes, SHD 1 VH 1734.
Crédits Cl. V. Buccio
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Titre Fig. 7 Démolition de l’escarpe ; au premier plan, récupération des blocs de parements et wagonnets pour l’évacuation, collection particulière.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 8 Topographie du terrain avant et après la réalisation de l’ouvrage, d’après AD Aisne, 3 J 680.
Crédits Cl. et DAO V. Buccio
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 9 Coupe stratigraphique du comblement du fossé.
Crédits DAO V. Buccio
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Fig. 10 Vue générale de l’élévation de l’escarpe.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Titre Fig. 11 Vue planimétrique du mur d’escarpe.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 12 Plan général de la fouille.
Crédits DAO V. Buccio
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Titre Fig. 13 Le massif de fondation de l’escarpe.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 14 L’un des massifs de contrebutement à l’arrière de l’escarpe ; la tranchée de fondation est visible au premier plan.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Titre Fig. 15 Élévation de l’escarpe.
Crédits DAO V. Buccio
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Fig. 16 Vue en plan de l’un des drains entre deux contreforts.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Fig. 17 Démantèlement de l’escarpe : section de l’un des drains entre deux contreforts. Au premier plan, la chantepleure associée.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 18 Bloc en remploi : drapé, élément de statuaire.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Titre Fig. 19 Bloc en remploi : élément de corniche à décor de feuilles.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre Fig. 20 Placage de parement en reprise.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Titre Fig. 21 Le parement dégradé et bûché, après démontage de la reprise.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 22 Le bâtiment excavé (structure 3) ; le mur d’escarpe est à l’arrière-plan.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Fig. 23 Extrémité ouest du bâtiment excavé ; le sol est mixte (substrat et mortier) ; les deux blocs de grand appareil à l’arrière marquent le départ d’une voûte, contre le contrefort d’angle de l’escarpe dans l’angle supérieur du cliché.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 24 L’annexe occidentale de la structure 3, et le bouchage de la porte vers cette dernière.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 25 Le massif d’escalier à l’est de la structure 3.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Titre Fig. 26 Extrait du plan de l’ouvrage à cornes en 1862, figurant au crayon un bâtiment dans l’angle de la corne, AD Aisne, 3J720.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 27 Graffitis sur l’escarpe : mentions épigraphiques.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 28 Graffiti : référence à un mouvement de troupes.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Titre Fig. 29 Graffiti : compte.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 30 Report des différentes notations musicales observées.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 31 Graffiti : partition.
Crédits Cl. CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Titre Fig 32 État des gargoussiers observés.
Crédits Cl. A. Geneau, CG Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24749/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Buccio, « L’ouvrage à cornes de Saint-Jean à Soissons : vestiges archéologiques et essai de contexte historique »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 177-203.

Référence électronique

Vincent Buccio, « L’ouvrage à cornes de Saint-Jean à Soissons : vestiges archéologiques et essai de contexte historique »Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24749 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.24749

Haut de page

Auteur

Vincent Buccio

Service départemental d’archéologie des Alpes de Haute-Provence, membre associé au Ciham-UMR 5648.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search