Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49De la forêt au bâtiment. Approche...

De la forêt au bâtiment. Approche pluridisciplinaire des couvertures de bois dans le sud-est de la France (xiie-xixe siècles)

From the Forest to the Building. A Cross-Disciplinary Study of Wooden Roofs in South-Eastern France (12th-19th centuries)
Vom Wald zum Bau. Pluridisziplinäre Untersuchungen zu den Holzdächern in Südostfrankreich (12.-19. Jh.)
Sylvain Burri, Vincent Labbas et Philippe Bernardi
p. 133-170
Traduction(s) :
Del bosque al edificio. Estudio pluridisciplinar de las cubiertas de madera en el Sureste de Francia (siglos XII-XIX) [artículo resumido] [es]
From the forest to the building. A cross-disciplinary study of wooden roofs in south-eastern France (12th-19th centuries) [abridged version] [en]
Vom Wald zum Gebäude. Multidisziplinäre Untersuchungen zu den Holzdächern in Südostfrankreich (12.-19. Jh.) [gekürzte Fassung] [de]

Résumés

Nonobstant une prise en compte accrue de la place du bois dans l’architecture médiévale et moderne, son usage comme matériau de couverture demeure encore méconnu. En Provence, longtemps perçue comme le pays de la tuile, le matériau bois a été considéré comme marginal et restreint à l’habitat montagnard. Cet article vise à situer ces matériaux de couverture à leur juste place dans l’économie et les techniques du bâtiment, au travers d’une recherche pluridisciplinaire, croisant les regards et les méthodes de l’histoire, de l’archéologie du bâti et de la dendrochronologie. Cette approche globale et intégrée contribue à l’histoire des techniques de construction par l’identification des différents matériaux bois utilisés et par la restitution de la chaîne opératoire de leur production, de l’acquisition de leur matière première en forêt jusqu’à leur mise en œuvre et leur vie (réfection, réemploi) sur les charpentes des bâtiments, en ville comme à la campagne, à la montagne comme en plaine. Enfin, elle participe au renouvellement des connaissances sur l’économie sud-alpine en analysant les marchés économiques et les milieux sociologiques dans lesquels s’intègrent ces produits.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Boüard 1965.
  • 2 Duperroy et Esmet (dir.) 2016 et voir le numéro 2016-1 de la revue Monumental, et en particulier A (...)
  • 3 Épaud 2007 ; Aumard 2008, p. 1 ; Alix et Épaud (dir.) 2013 ; Bouticourt 2016.
  • 4 Notamment Lambert et al. 1988 ; Lambert et Lavier 1992 ; Hoffsummer 1991, 1995 ; Orcel et Orcel 19 (...)
  • 5 Les fouilles archéologiques attestent l’existence des couvertures en bois au Moyen Âge dès les x-x (...)
  • 6 Par exemple, voir les nombreuses mentions de couverture de bois dans les châteaux et les édifices (...)

1Bien que leur intérêt ait été pointé dès les premières heures de l’archéologie médiévale1, les matériaux de couverture ne sont devenus que récemment des objets archéologiques2. Le développement de l'archéométrie des matériaux a largement contribué à la prise en compte des matériaux de couverture, tels que les terres cuites architecturales ou le plomb, en archéologie du bâti. Les investigations sur les couvertures de bois demeurent rares, et ce malgré le développement d’une archéologie des charpentes et du pan-de-bois3, soutenu par les avancées majeures de la dendrochronologie4. Leur faible conservation, à la fois en contexte archéologique sédimentaire et sur les couvertures des bâtiments qui nous sont parvenues, explique en majeure partie cet état de fait. Les rares études concernent essentiellement la France septentrionale et de l’Ouest5, or les sources écrites révèlent la large diffusion des couvertures de bois sur l’ensemble du territoire français6. Ainsi la recherche archéologique ne reflète pas l’importance de l’usage du bois dans la couverture des bâtiments, civils comme religieux, au Moyen Âge et à l’époque moderne.

  • 7 Nous pouvons encore lire en 2016 : « Le sud de la France demeure très lié au monde méditerranéen, (...)
  • 8 Avec peu d’attention portée aux couvertures, comme c’est le cas pour les cathédrales provençales d (...)
  • 9 Sclafert 1926 ; Falque-Vert 1997 ; Mouthon 2001, 2008, 2009 ; Carrier 2003 ; Carrier et Mouthon 20 (...)
  • 10 Sclafert 1959 ; Coulet 1973 ; Boyer 1990b.
  • 11 Bernardi et Nicolas 2003.
  • 12 Labbas 2016.

2En France méridionale, et particulièrement dans le quart sud-est, les matériaux de couverture en bois médiévaux et modernes et leur mise en œuvre s’avèrent être fort méconnus7. Ils sont encore peu considérés par une archéologie du bâti qui s’est longtemps concentrée sur les édifices religieux8 au détriment du bâti civil urbain, et plus encore, de celui rural. De même, la recherche historique et archéologique s’est longtemps focalisée sur le bas-pays, au détriment de la Haute-Provence. Contrairement au Dauphiné voisin9, les structures du peuplement et l’habitat de la Provence alpine demeurent méconnus, et son économie a été principalement perçue par le prisme des sources urbaines de Basse-Provence, à quelques exceptions près10. En 2003, Philippe Bernardi et Nathalie Nicolas rompaient avec l’image d’Épinal d’une Provence aux toits exclusivement couverts de tuiles, en attirant l’attention sur les matériaux de couvertures en bois qui, loin d’être restreints à l’habitat montagnard, s’exportent jusqu’en Basse-Provence avec leurs savoir-faire et modèles11. Par la suite, des recherches archéologiques et dendrochronologiques conduites dans le massif du Mercantour ont renouvelé les connaissances sur la construction agropastorale dans les Alpes du Sud, en examinant l’ancrage chronologique des édifices de montagne, leurs modes et techniques de construction et les interactions entre homme et forêt12. Elles révélaient également l’usage courant des couvertures de bois sur ces bâtiments, relançant ainsi les recherches sur le sujet.

3Le faible enregistrement écrit de ces matériaux et leur médiocre conservation archéologique nécessite d’entreprendre une véritable recherche pluridisciplinaire croisant les regards et les méthodes de l’histoire, de l’archéologie du bâti et de la dendrochronologie.

  • 13 Ce lot de bois a été analysé par Jean-Louis Édouard, voir Édouard 2010b, p. 169.
  • 14 Le débitage du bois traduit une perte de cernes, et par extension, de précision sur la date d’abat (...)

4Le corpus de bâtiments étudiés est majoritairement composé de granges agropastorales d’altitude, et secondairement de maisons de village et de hameau. À cela s’ajoute un lot provenant de l’église Saint-Romain13 à Puy-Saint-Vincent (Hautes-Alpes). Ces bâtiments se situent dans les départements des Alpes-Maritimes, des Alpes-de-Haute-Provence et des Hautes-Alpes et se répartissent dans les étages subalpin et montagnard, entre 1 000 et 2 000 m d’altitude (tab. 1 et fig. 1). Chaque édifice a fait l’objet d’une analyse stratigraphique pour établir une chronologie relative de l’édifice. La densité de la stratification (le nombre d’US) traduit souvent une multiplication des contextes, autrement dit du nombre de phases de construction, reconstruction, remaniement. Cependant, dans la plupart des cas, l’analyse stratigraphique des granges isolées, notamment en Haute-Tinée, met en évidence une unicité contextuelle. Son analyse fine restitue la chronologie des gestes constructifs. L’importante place du bois d’œuvre dans les constructions de montagne est favorable au développement d’une approche dendrochronologique. Dans des conditions optimales, le dendrochronologue date la mort de l’arbre ou de la branche à l’année près, voire à la saison près. Cependant, ces conditions sont peu fréquentes dans le cas d’un bois archéologique. Le degré de précision est plus fréquemment de l’ordre de quelques années14.

Tab. 1 Sites ayant fait l’objet d’études dendroarchéologiques.

Site Commune Latitude Longitude Altitude Chronologie du site
Bousieyas Saint-Dalmas-le-Selvage 44°19’44.56’’N 6°50’40.50’’E 2000 xiie-xxe
Salso-Moreno Saint-Étienne-de-Tinée 44°20’21.1’’N 6°52’36.9’’E 2070 xiiie-xixe
Fouani Saint-Dalmas-le-Selvage 44°18’11.32’’N 6°54’07.52’’E 1480 xvie-xixe
Blainon Saint-Étienne-de-Tinée 44°11’59.25’’N 6°56’02.74’’E 1800 xiiie-xixe
Champrichard Allos 44°15’4.94’’ N 6°40’36.01’’E 1750 xviie-xixe
Bouchier Allos 44°15’50,42’’N 6°38’33,08’’E 1650 xvie-xixe
Saint-Romain Puy-Saint-Vincent 44°50’3.27’’N 6°29’4.15’’E 1390 xiie
Colmars Colmars 44°10’55.3’’N 6°37’3759’’E 1250 xviie-xixe
La Roche Le Lauzet-Ubaye 44°27’47.12’’N 6°24’4.51’’E 1040 xve-xixe
  • 15 Les mesures des épaisseurs des cernes ont été réalisées sous loupe binoculaire Leica® avec la tabl (...)
  • 16 Édouard 2010b, p. 169.
  • 17 Labbas et Shindo 2016, p. 43.

5Le corpus de bois étudié est composé de 53 planches de couverture de mélèze (Larix Decidua Mill.). Sur l’ensemble des planches, 38 livrent des dates15. Les 13 planches issues de l’église de Puy-Saint-Vincent (Hautes-Alpes) sont datées du xiie siècle16. Les longueurs des séries des 13 bois datés vont de 50 à 216 cernes. Deux bois ont de l’aubier conservé, respectivement 15 et 23 cernes. L’ensemble des bois « synchronise » de manière significative et l’interdatation entre ces 13 séries individuelles forme une chronologie continue de 264 ans, comprise entre l’année 923 et 1186. Les planches des époques moderne et contemporaine sont issues de maisons et de granges situées dans le massif du Mercantour sur les communes de Colmars, d’Allos (Alpes-de-Haute-Provence), de Saint-Étienne-de-Tinée et de Saint-Dalmas-le-Selvage (Alpes-Maritimes). Elles ont été échantillonnées avec d’autres éléments structurels en bois, des poutres par exemple, prélevés au sein d’un même édifice afin de construire des chronologies moyennes. Ces chronologies ont ensuite été interdatées sur les chronologies de référence du mélèze, disponibles pour les Alpes du Sud et parfaitement datées. L’interdatation des 25 planches modernes a été effectuée par ensemble contextuellement cohérent. Les longueurs des séries des planches vont de 47 à 168 cernes. Les 25 dates livrées par l’analyse dendrochronologique, situées entre 1656 à 1904, sont confirmées par la qualité des synchronismes et par l’observation visuelle des séries entre elles. Dix-neuf des bois datés conservent de l’aubier, les séries d’aubier vont de 5 à 34 cernes. Deux planches, issues de l’étude d’une maison dans la vallée de l’Ubaye, complètent le corpus17. L’une de ces deux planches est datée de 1770, la seconde n’est pas datée.

  • 18 Fonds déposés aux archives départementales des Alpes-Maritimes et des Alpes-de-Haute-Provence.
  • 19 Archives communales de Daluis, de Guillaumes, de Sauze, de Péone, de Beuil, de Villeneuve d’Entrau (...)
  • 20 Boyer 1990a ; 1990b.
  • 21 Lacroix 2006a ; 2006b ; 2007.
  • 22 Les deux registres conservés pour la fin du xve siècle ont été dépouillés sans succès. AD Alpes-Ma (...)

6En regard et en complément des données dendroarchéologiques, les sources écrites ont été mobilisées. Aux données déjà collectées par le dépouillement de centaines de registres de notaires et de comptabilités par P. Bernardi en Provence occidentale, et plus particulièrement à Aix-en-Provence, de nouvelles investigations ont été menées afin de documenter le secteur du parc national du Mercantour et ainsi de pouvoir croiser sur un même espace les données historiques et archéologiques18. Ce secteur géographique est particulièrement sinistré en termes de conservation d’archives de la fin du Moyen Âge (y compris pour le xvie siècle). Le dépouillement a porté sur les archives communales des hautes vallées du Verdon, du Var et de la Tinée19 ; les archives médiévales de la vallée voisine de la Vésubie ayant déjà été en grande partie étudiées par J.-P. Boyer20. Le dépouillement des archives notariales, qui font cruellement défaut en Provence orientale non littorale21, s’est focalisé sur le notariat de la petite ville de Guillaumes, qui est la seule, avec Rigaud22 et Sospel, à conserver quelques registres de notaires (six seulement pour le xve siècle). La chronologie récente des couvertures du Mercantour et de la vallée du Verdon a motivé l’extension des dépouillements au xvie siècle. Ainsi, ce sont trente-deux registres, s’étalant jusqu’en 1580, qui ont été étudiés, complétés par quatre registres des communautés voisines d’Entraunes, de Châteauneuf d’Entraunes et de Saint-Martin d’Entraunes pour les années 1570-1580. Les registres de comptes trésoraires de la ville de Guillaumes ont également été dépouillés jusqu’en 1580. Le corpus ainsi formé est constitué d’une trentaine d’actes, principalement des contrats de vente et des prix-faits de construction.

  • 23 Bernardi 2016a.

7Malgré l’asynchronie des sources écrites et des sources matérielles, leur étude croisée révèle la place et le statut des couvertures de bois aussi bien dans les régions alpines productrices que dans les centres urbains de Provence occidentale. Chaque type de source, avec son point de vue et ses limites, offre une vision partielle mais complémentaire de ces couvertures en bois. Les sources écrites, principalement composées de contrats de vente et de prix-fait, ne témoignent pas à proprement parler d’une réalité mais d’un projet23, aussi leur confrontation avec les vestiges matériels est essentielle. Le croisement des données historiques et dendroarchéologiques permet l’identification et la caractérisation des différents matériaux bois utilisés. Il restitue également la chaîne opératoire de leur production, de l’acquisition de leur matière première et leur façonnage en forêt, jusqu’à leur mise en œuvre sur les charpentes de bâtiments en ville comme sur les alpages. L’approche dendrochronologique appréhende des aspects qui échappent grandement à l’enregistrement écrit, comme les rythmes de réfection des couvertures et les phénomènes de réemploi des matériaux. Les sources historiques, quant à elles, documentent la dimension sociale et économique qui échappe à l’archéologie, telle que la circulation de ces produits au sein des marchés économiques locaux et régionaux et le profil socio-économique des acteurs (commanditaires, producteurs, couvreurs). Nous aborderons d’abord la nature des matériaux de couverture employés, puis leur place dans l’économie locale et régionale. Nous changerons ensuite d’échelle en étudiant la chaîne opératoire technique de production de ces matériaux et enfin leurs mises en œuvre sur les bâtiments, du xiie au xixe siècle.

Fig. 1 Localisation des villes et villages cités dans l’article.

Fig. 1 Localisation des villes et villages cités dans l’article.

DAO S. Burri

1. Quels matériaux ?

  • 24 Houdart 2002 ; Lebouteux 2007, p. 39-47 ; Bernardi et Nicolas 2003, p. 289, fig. 1.

8Aujourd’hui les différents types de matériaux de couvertures en bois employés dans l’architecture vernaculaire alpine se distinguent par leur nom (bardeaux, tavaillons, ancelles), leur matière première, leurs dimensions et techniques de débitage24. Aussi, afin de connaître la nature du ou des matériaux employés par le passé en Provence et dans les Alpes du Sud, ces différents éléments ont été étudiés.

1.1. Les mots pour les nommer

  • 25 Ce terme français n’apparaît que de façon marginale dans des prix-faits de couverture du xixe sièc (...)
  • 26 Pour une vue d’ensemble des termes dauphinois, se référer à Bernardi et Nicolas 2003.
  • 27 AD Bouches-du-Rhône, B 1449, fol. 103, 12 octobre 1495. Cette équivalence se retrouve également da (...)
  • 28 AD Bouches-du-Rhône, 308E 754, fol. 225v.
  • 29 Bernardi et Nicolas 2003.
  • 30 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 204v-205.
  • 31 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/288, fol. 245v-246r.
  • 32 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 137v-138r.

9Les textes provençaux et haut-dauphinois ignorent l’appellation générique « bardeau », communément employée aujourd’hui25, et utilisent différents termes pour désigner les bois de couverture. Ces mots peuvent être regroupés en deux catégories distinctes. Le premier groupe est celui des échandoles ; vocable dont la graphie varie en fonction des aires géographiques et des scribes : eysindols, eyssendols, eycendols, eiscindols, sendols, yssindols, isindols, eyscindols, eycydos chez les notaires aixois ; scandalas, scandolas, schandolas, escandolas, escandols dans les vallées du Var et de la Vésubie ; essendols, chandols dans le Gapençais et le Queyras26. Le second ensemble est composé des termes tabulas, taulas, thaulas, taulle. Cette appellation générique peut s’appliquer à n’importe quelle planche destinée à des usages variés (planchers, portes, planches à fromages, etc.) et seul le contexte permet alors de savoir si ces pièces servent ou non de matériau de couverture. Si la majorité des textes laisse donc entrevoir une distinction claire entre ces deux matériaux que sont l’échandole et la planche de couverture, deux actes semblent à première vue semer le doute. Dans un contrat aixois de 1495, le notaire emploie l’expression « tabulis sive eysindols27 ». Un autre en 1509, toujours à Aix, fait mention de « tabulis dictis eycydos28 ». Échandole, planche, sommes-nous en présence de deux matériaux différents ou bien d’un seul ? Cette question restée jusqu’alors en suspens29 mérite attention. L’acte de 1509 fait référence à des planches appelées échandoles, prouvant ainsi que les échandoles sont un type particulier de planche. Dans le contrat de 1495, plus qu’une équivalence stricte entre les deux termes, il semblerait qu’il s’agisse plutôt d’une précision ; échandole venant en quelque sorte préciser le mot planche pour signifier la fonction de couverture. Cette hypothèse est renforcée par deux actes rédigés par les notaires de Guillaumes. Le premier de 1501, concerne la fourniture de sept cannes de planches dites « tabularum de melse eyssantellados sive escayrados30 ». Ici l’utilisation probable de ces planches comme matériau de couverture est indiquée par le participe passé « eyssantellatos sive escayrados ». De même, un acte plus tardif mentionne l’achat, en 1549, de vingt-cinq cannes de « taules de mele cayrados cayrados eschandoles bonnes et receptables31 ». Un doute existe en revanche sur la fonction des planches vendues par Pierre Mondini à Claude Remusati, en 1482, ces dernières étant dites « tabularum de meleze quadratas spissitudinis unius boni pauze32 ».

  • 33 « […] trabesque, chabrionos, scandolas et tabulas ». AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 122r-123r (...)
  • 34 Le fustier doit « cubrir la eglise de Guillaumes de escandoles a raison de neuf florins par milhie (...)
  • 35 « Item fuit de pacto etc. quod dictus Chaulerie teneatur facere las scandolos necessarios pro tect (...)
  • 36 Bernardi et Nicolas 2003, p. 291 et AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 68v-69v.
  • 37 AD Alpes-de-Haute-Provence, 2E 572, fol. 19v-20r.

10Une chose est sûre, dans les prix-faits, les artisans distinguent les échandoles et les planches de couverture des autres planches. C’est le cas dans les prix-faits successifs de couverture de l’église de Guillaumes en 148233 et en 156234 et dans celui d’une maison, toujours à Guillaumes, en 152735. Les planches sont alors utilisées afin de former un lattis sur la charpente, pour préparer la pose de la couverture. Les planches de couverture mentionnées dans les prix-faits sont distinguées des autres planches par l’emploi de qualificatifs relatifs à leur rainurage, destiné à canaliser et évacuer les eaux de pluie36. Enfin, il peut arriver que le nom du matériau ne soit pas renseigné, comme pour une maison à Faillefeu qui doit être couverte « de melze », sans autre précision en 148237.

1.2. Planches de couverture et échandoles : deux matériaux de dimensions différentes ?

  • 38 Bernardi et Nicolas 2003, p. 291.
  • 39 Pour le détail du calcul, nous renvoyons à Ibid., p. 292.
  • 40 Ibid., p. 292.

11La rareté de la mention des dimensions de ces matériaux, aussi bien dans les actes notariés que dans la documentation comptable provençale et dauphinoise, a déjà été notée38. À Aix, les textes indiquent parfois le nombre d’échandoles nécessaires, quelquefois le nombre de toises carrées de couvert, mais les deux ne figurent jamais dans un même texte. Une évaluation des dimensions des échandoles à partir de leurs prix rapportés au prix des planches de dimensions connues a été tentée. De ce calcul résultent des échandoles de 0,04 m², soit des pièces pouvant atteindre 10 cm de large sur 40 cm de long39. Une autre estimation a été proposée à partir du coût de la couverture d’échandoles à la canne carrée (environ 4 m²), en prenant en compte une pose à recouvrement des deux tiers. La surface ainsi estimée de 0,039 à 0,048 m² est assez proche de la précédente. En résumé, nous ne disposions à ce jour que d’une hypothèse selon laquelle les échandoles médiévales provenant des Alpes du Sud pourraient mesurer environ 10 cm sur 40 à 50 cm40.

  • 41 « […] longitudinis duorum palmorum cum dimidio pro qualibet scandola », AD Alpes-Maritimes, 3E 51/ (...)
  • 42 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 35v-36r.
  • 43 Ce terme n’a été trouvé dans aucun des dictionnaires et glossaires d’occitan/provençal ancien et m (...)
  • 44 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 1v-2r.
  • 45 Bernardi 2007, p. 83.
  • 46 « […] quolibet fil longitudinis duodecim palmorum ». Le fil est également appelé dans le même acte (...)
  • 47 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 1v-2r.
  • 48 Un pouce = 0,021 m dans le comté de Nice d’après le Tableau de comparaison, op. cit.
  • 49 Delsalle 2011, p. 8.
  • 50 Bernardi et Nicolas 2003, p. 291 et n. 23.
  • 51 Terme utilisé par l’auteur.
  • 52 Carrier 2003, n. 26. La valeur du pied en Savoie (Faucigny) au xive siècle varie entre 0,18 et 0,2 (...)
  • 53 Delsalle 2011, p. 8.
  • 54 Mille 2016, p. 81.
  • 55 Delsalle 2011, p. 8.
  • 56 Mille 2016, p. 81 ; 89-91. Pour la France : 50-60 cm de long pour 14-16 cm de large à Neuvy-Deux-C (...)
  • 57 Ibid., p. 85-88.
  • 58 Houdart 2002, p. 26-33 : essente (6-15 × 30-33 cm) ; tavillon dit de Fribourg (10-15 × 40 cm) ; ta (...)
  • 59 Cependant, les bardeaux de chêne fabriqués sur mesure à Pont-d’Ain (Ain), en 1331, sont également (...)

12Les commandes d’échandoles conclues devant les notaires de Guillaumes à la fin du xve siècle fournissent de nouveaux éléments. Contrairement à leurs confrères aixois, ces derniers précisent parfois les dimensions des pièces désirées par les commanditaires. Ainsi les 1 500 échandoles, commandées par Mathieu Dominici et réalisées par Louis Bareti, en 1483, devront mesurer 2 pans et demi de long, soit environ 65,5 cm41. La largeur et l’épaisseur de ces pièces ne sont quant à elles pas indiquées. La commande passée cette même année par Louis Jusberti à Jacques Chaberti est plus précise : « ad rationem duorum palmorum cum dimidio pro qualibet petia dictarum scandalarum sufficienter de spissitudine, et de des pals de lonc la plena pro qualibet earundem plenarum, et de cinquanto plenas sive tieras a quolibet latere de milhier42 ». Les échandoles présentent ainsi la même longueur que celles fabriquées par Louis Bareti, soit 2 pans et demi, et l’épaisseur devra être suffisante. Il semble que la seconde partie de la phrase ne peut concerner que la largeur des planches qui est la seule dimension non exprimée clairement. Si l’on accepte cette hypothèse de départ, il semble que la plena43, qu’un autre contrat donne également comme synonyme de la tiera44, puisse correspondre à ce que l’on désigne ensuite ou ailleurs comme le « fil » de planches, c’est-à-dire la largeur cumulée de plusieurs planches (12 pour le xviiie siècle)45. La dernière partie du texte semble indiquer que 50 plenas font 1 000 échandoles, donc 20 échandoles par plena. En suivant cette hypothèse, 20 échandoles mesureraient en largeur 10 pans, soit 13,1 cm par planche en moyenne. Un acte concernant la construction et l’exploitation d’une scie hydraulique à Sauze renseigne la valeur du fil de planche, qui sert de base à la rémunération du scieur, en 149346. Celle-ci est fixée à 12 pans, soit de deux pans supérieurs à celui en vigueur pour les échandoles à Guillaumes, une dizaine d’années auparavant. Ce mode d’expression de la mesure est de nouveau utilisé dans la commande de 4 000 échandoles faite par Louis Jusberti auprès de Louis et Nicolas Bareti, père et fils, en 1483 : « quatuor milia sive milhiers de scandolas dun bon gros pauze spissitudinis pro qualibet scandola de des pals de lonc la plena pro qualibet eorum plenarum et de cinquanto plenas sive tieras a quolibet latere de milhier47 ». Ces échandoles auraient ainsi la même largeur que les précédentes. La longueur des pièces n’est en revanche pas précisée, contrairement à leur épaisseur qui doit être d’un peu plus de 2 cm48. Contrairement à ce que nous venons de voir pour les commandes, les dimensions des échandoles ne sont pas précisées dans les prix-faits. De même, aucune réglementation municipale de la taille des échandoles équivalente à celle des « esselles » de la ville de Besançon au début du xvie siècle49 n’est connue pour les Alpes méridionales. D’après ces quelques textes, les échandoles fabriquées à Guillaumes mesurent environ 65,5 cm de longueur et, si bien sûr notre hypothèse de calcul de la largeur est correcte, environ 13 cm de large en moyenne, pour une épaisseur entre 2 et 3 cm. Ces échandoles seraient un peu plus grandes et larges que celles des estimations calculées d’après les prix-faits aixois (10 × 40 cm) et que celles fabriquées en chêne de la tour du château de Saint-Georges d’Espéranche, en Isère (largeur inconnue × 51 cm)50. Elles correspondent au standard des grosses « ancelles51 » (grossorum scindulorum), mesurant 2 pieds et demi de long pour 1 pied de large, qui couvrent les toits du château de Montjoie (Savoie) au milieu du xive siècle52, ou de celles de Monbéliard au début du xvie siècle (58 cm de longueur)53. Les seuls exemplaires découverts pour les Alpes du Nord françaises proviennent de Besançon (Doubs, xiiie-xive siècles) et mesurent 40 cm de long pour 10-15 cm de large54. Leur gabarit les place entre la petite (36 cm de long) et la grande taille (45 cm de long) telles qu’elles sont réglementées par les autorités municipales au xvie siècle55. Les exemplaires documentés par l’archéologie en France du Nord et de l’Ouest, et en Europe du Nord et de l’Est appuient également la validité de nos estimations : entre 40-62 cm de long pour 8,5 à 25 cm de large et une épaisseur de 0,9-1,5 cm56. Seuls les « bardeaux » découverts sur le site de Pineuilh (Gironde, fin xe-xie siècles) présentent des calibres plus importants, mesurant 60 à 80 cm de long pour 17 à 27 cm de large et 1,5 à 3,7 cm de large57. Enfin, ces dimensions se rapprochent de celles des ancelles, essentes, tavillons et autres tavaillons actuels de France et de Suisse58, excepté pour leur épaisseur, deux fois plus importante59.

  • 60 AD Bouches-du-Rhône, B 1450, fol. 158r (1516) ; AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 68v-69v (1499) ; (...)
  • 61 « […] de uno canno ou de douze pals per taulo », AD Alpes-Maritimes, 3E 004/169, fol. 196v-197r.

13Contrairement aux échandoles, les ventes de planches se font pour une longueur totale, et non au nombre de pièces. Aussi, les dimensions ne sont généralement pas précisées par écrit ni dans les contrats de vente ni dans les prix-faits de construction60. Un seul contrat relatif aux planches de toiture renseigne leur longueur : une canne ou 12 pans en 154961, soit 2 mètres environ. Il s’agit donc bien d’un matériau différent de l’échandole.

  • 62 « […] septem centum palmos scandolarum », AD Alpes-Maritimes, 3E 004/291, fol. 187v-188v.
  • 63 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 204v-205.
  • 64 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/288, fol. 245v-246r.

14En raison de cette différence dans le mode de comptage et de commercialisation des échandoles et des planches de couverture, une commande de 700 pans d’échandoles, en 1538 à Guillaumes, est problématique62. Ne s’agirait-il pas ici d’un lot de ces planches de couverture parfois appelées « eyssantellatos sive escayrados63 » ou « cayrados cayrados eschandoles64 » ?

  • 65 Édouard 2010b.
  • 66 Labbas 2016, Grange 400 du site de Bousieyas.
  • 67 Commune de Saint-Étienne-de-Tinée.

15L’étude des bois archéologiques livre des informations certaines sur l’épaisseur, la largeur et la longueur des planches. Les planches de toiture médiévales, réemployées dans le clocher de l’église Saint-Romain de Puy-Saint-Vincent65, ont toutes été recoupées, nous privant de l’observation de leur longueur complète. Les éléments les plus longs mesurent 108 cm, indiquant une dimension initiale supérieure sans pour autant pouvoir aller plus loin dans la restitution. Les planches de toiture de la seconde moitié du xviie siècle à la fin du xixe siècle sont en revanche relativement similaires de la vallée de l’Ubaye jusqu’à celle de la Tinée. Sur l’ensemble des planches de couverture modernes analysées, soit 37 bois, 34 ont, en effet, des longueurs comprises entre 197 cm et 202 cm, soit deux mètres en moyenne (fig. 2a-b). Trois bois, provenant d’une grange du site de Bousieyas à Saint-Dalmas-le-Selvage66, mesurent 1,30 m de long. Les toitures observées sur les granges et les maisons dans le massif du Mercantour indiquent en grande majorité l’emploi de planches de deux mètres de long. Il existe néanmoins quelques exceptions. Dans le Haut-Verdon, dans les hameaux de Champrichard (xviie-xixe siècles) et de Bouchier (xvie-xviie siècles), tous les deux sur la commune d’Allos, 90 % des planches mesurent deux mètres, et 10 % un mètre de long. Dans la haute vallée de la Tinée, sur le site de Bousieyas, la grange 400 (xve-xixe siècles), déjà mentionnée, est couverte pour moitié de planches d’1,30 m et l’autre moitié de planches de 0,70 m. Au lieu-dit Rio-Bas, à Bousieyas également, l’unique grange qui occupe les lieux (xiie-xviiie siècle) est couverte de planches de 2 m et d’1,50 m, dans des proportions équivalentes. Plus au sud, dans le vallon de Roya67, la grange 100 du site de Russienigous (xviie-xviiie siècles), est couverte aux trois quarts de planches d’1,50 m, les planches du dernier quart mesurant deux mètres de long. Sur le site de Blainon, également dans le vallon de Roya, la grange 1100 est couverte à 70 % de planches de deux mètres, 20 % de planches d’un mètre et 10 % d’un demi-mètre. Les largeurs des planches aussi bien médiévales que modernes varient de 160 mm à 235 mm, ce qui pourrait apparaître important. Cependant, la moyenne se confond avec la médiane soit 199 mm (20 cm), mettant ainsi en évidence la cohérence de l’échantillon. Les largeurs sont ainsi, d’une manière générale et sur une longue durée, relativement stables. L’épaisseur des planches étudiées s’avère substantiellement similaire entre le corpus médiéval et celui des époques moderne et contemporaine. Avec une moyenne de 27 mm et un écart type de 3,5 mm, cette épaisseur varie peu au cours du temps et suivant les bâtiments et les lieux. Sur 52 échantillons mesurés, 38 ont des dimensions proches indiquant une faible dispersion de l’échantillon. Parmi les 14 individus « marginaux », cinq ont une surface dégradée sur laquelle il faut restituer une épaisseur initiale plus importante.

Fig. 2 a. Dimensions des planches de toiture préservées (xiie-xixe siècles) ; de haut en bas : Grand Rue (Colmars, 04), La Roche (La Lauzet-Ubaye, 04), Fouani (Saint-Dalmas-le-Selvage, 06), Église Saint-Romain (Puy-Saint-Vincent, 05) ; b. Photographie de deux planches (xviiie-xixe siècles) provenant d’un grenier et réemployés dans des cloisons du 4, Grand Rue à Colmars (04).

Fig. 2 a. Dimensions des planches de toiture préservées (xiie-xixe siècles) ; de haut en bas : Grand Rue (Colmars, 04), La Roche (La Lauzet-Ubaye, 04), Fouani (Saint-Dalmas-le-Selvage, 06), Église Saint-Romain (Puy-Saint-Vincent, 05) ; b. Photographie de deux planches (xviiie-xixe siècles) provenant d’un grenier et réemployés dans des cloisons du 4, Grand Rue à Colmars (04).

DAO V. Labbas

  • 68 Rostolland 1930, p. 55 ; Raulin 1977, p. 232-233 ; Bromberger et al. 1980, p. 346 ; Raybaut et Per (...)
  • 69 AD Alpes-Maritimes, E 096/013, DD26 (1789).
  • 70 AC Roure, 01D001 (12 août 1810). Labbas 2016, vol. 4.
  • 71 AD Alpes-de-Haute-Provence, E dépôt 19/4 N2 (1871).
  • 72 Faure-Vincent 2004, t. II, p. 69.

16Ce corpus entre dans la norme des planches de couverture utilisées dans l’ensemble des Alpes provençales, dauphinoises et piémontaises68. Quelques textes tardifs font état des mêmes dimensions. Ainsi, la cabane pastorale de Castiglion, à Isola, doit être couverte de planches de 6 pans de long, soit un peu plus de 1,50 m, en 178969. Celles de la vacherie de Longon doivent mesurer 2 m en 181070. La cabane de Costebelle doit être couverte de planches plus longues : environ 3 m71. La longueur et la largeur de celles de la toiture de la sacristie de l’église du hameau de Barels, à Guillaumes, est inconnue mais leur épaisseur doit être de 2,5 cm en 186172.

  • 73 Généralement les dimensions des planches vendues à la longueur ne sont pas précisées : AD Alpes-Ma (...)
  • 74 « […] tabularum sufficienter de meleze quadratas spissitudinis unius boni pauze a quolibet latere.(...)
  • 75 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 99r (72 planches de mélèze, le 23 octobre 1481).
  • 76 Bernardi 1995, p. 138.
  • 77 Labouteux 2001, p. 44 ; Houdart 2002, p. 96.
  • 78 « Item se fara lo cubert de thaula de melse a trosses a forma d’agullier » AD Bouches-du-Rhône, B  (...)

17Les mesures effectuées sur le corpus archéologique provenant du Mercantour, et la seule mention textuelle de dimension, correspondent aux dimensions des planches d’usage indéterminé, lorsqu’elles sont connues73 : d’une canne de long, soit environ 2 m en 148274, une canne de long pour un pan de large, soit environ 2 m par 26 cm, et une épaisseur d’un bon pouce, soit entre 2 et 3 cm, en 148475. Le gabarit des planches de couverture et des planches à usage indéterminé est donc le même. Notons cependant l’importation de planches de mélèze de plus grande taille à Aix : 3 m de long pour 35 cm de large76. Des planches de couverture de telles dimensions ont été recensées dans les Alpes du Sud77. L’étude des dimensions des pièces mentionnées dans les textes et de celles préservées archéologiquement fait clairement apparaître une distinction entre le groupe des échandoles et le groupe des planches. Malheureusement aucun vestige archéologique ne représente à ce jour le premier groupe. Enfin, la différenciation des planches de couverture des autres planches semble, quant à elle, plus d’ordre technique que morphologique, à savoir la présence systématique de rainures latérales sur les premières (fig. 2b). Ces rainures sont également mentionnées sur les planches de toitures dans les prix-faits78.

2. Entre autoconsommation et marché

2.1. Droit d’usage et commercialisation

  • 79 Burri 2012, p. 32-48 ; 2014.
  • 80 Sclafert 1959, p. 28 ; Royer 1968 ; Leroy 2007 ; Burri 2012, p. 35.
  • 81 Id. 1959, p. 36, 40-41 ; Boyer 1990a ; Burri 2012, p. 32-145.
  • 82 C’est le cas par exemple à Colmars, conformément aux statuts de 1296. Sclafert 1959, p. 40-41.
  • 83 Grume ou portion de grume ébranchée et écorcée, voir Gili 2017.
  • 84 Royer 1968, p. 167, p. 176-177 ; Boyer 1990a, p. 282.
  • 85 Par exemple : chevrons et autres fustes à Utelle en 1359, voir Hildesheimer 1952, p. 16.

18Le prélèvement de bois d’œuvre (fusta, lignamina) s’effectue selon des modalités légales qui sont fonction de sa destination, domestique ou commerciale, et du statut juridique des terres sur lesquelles il s’effectue (propriété seigneuriale, commune ou privée)79. Dans les terres communes, si le matériau revêt un usage strictement domestique, alors son acquisition est libre, dans le cadre des droits d’usage. Cette faculté peut néanmoins être réglementée en fonction des essences végétales exploitées, circonscrite dans le temps et/ou dans l’espace, et limitée en quantité, voire à des pièces de certaines dimensions80. Dans les terres seigneuriales, le prélèvement s’effectue le plus souvent selon les termes de l’accord passé entre le seigneur et les usagers. La réglementation de la coupe usagère de bois d’œuvre apparaît dès la fin du xiie siècle dans la documentation et se généralise durant la phase de fixation par écrit des coutumes, aux xiiie et xive siècles, aussi bien dans le bas que le haut Pays provençal81. Les habitants jouissent du droit de couper des fustes pour la construction et la réparation de leur maison, et parfois de bâtiments agro-pastoraux tels que les granges82. Il est souvent difficile d’apprécier toute la latitude du « ius fusteiandi ». Les pièces de bois auxquelles se réfère le terme générique de « fuste » sont rarement nommées dans les règlements. À Roquebillière, par exemple, les habitants sont autorisés à couper six billes de bois (bilhonus)83 par famille, dans les bois de conifères de la communauté, excepté dans deux d’entre eux où la coupe de billons et de poutres (trabs) est strictement interdite. Ils jouissent également de la faculté de couper des lattes, dans le bois de La Malva, destinées aux « féniers », granges et maisons, mais en aucun cas des bois de charpente84. À côté des poutres et billons des chevrons sont plus rarement mentionnés85.

  • 86 Bernardi et Nicolas 2003, p. 294-295.
  • 87 Royer 1968 ; Boyer 1990a, p. 282.
  • 88 AD Alpes-Maritimes, E 013/023, FF1 (21 décembre 1440).
  • 89 Ibid. : « homines dicti loci Lantusce habeant eorum usum et jusque et servitatem boscandi pro usib (...)
  • 90 Ligurie, Italie.
  • 91 « Rubrica de boscare vel facere scandolas. Item statuerunt quod aliqua persona non audeat vel prae (...)
  • 92 Statuti municipali della Magnifica Comunità di Tenda prima latini hora volgarizzati…, in Torino, a (...)
  • 93 La vocation de ces planches est encore une fois non spécifiée.
  • 94 « Capitulo 79 – Delli boschi conservandi all uso di tavole, e simili. Piu hanno statuito, che niun (...)
  • 95 « Capitulo 65 – Che li forastieri non estriano scandole, doghe, & altri legnami. Piu hanno statuit (...)
  • 96 Allix 1929, p. 177 ; Bernardi et Nicolas 2003, p. 295.
  • 97 Hildesheimer 1952, p. 16.
  • 98 « lesdits manans et habitans ne poyssent couper boys tant pour bastir maysons et ediffices, fere q (...)
  • 99 Aucune mention dans la Charte d’Entraunes de 1388. Canestrier 1922-1923. Les publications concerna (...)
  • 100 AD Alpes-Maritimes, E 071/007/01, DD5 (1493) ; E 071/007/01, DD7 (1496).

19S’il est de bon sens que la confection des matériaux de couverture fasse partie des droits d’usage des communautés86, il faut néanmoins noter leur rareté dans les statuts et règlements provençaux de la fin du Moyen Âge. Ce droit d’usage n’est explicité que dans la vallée de la Vésubie et dans le comté de Tende (Haute-Roya). Les témoignages recueillis lors de procédures judiciaires attestent bien la coupe d’échandoles dans les forêts communes de La Bollène et de Belvédère (Vésubie) au cours du xive siècle87. Ces témoignages ayant pour objectif de prouver la propriété de la communauté sur ces bois, il semblerait bien que ces coupes aient été réalisées dans le cadre de droits d’usage. Plus tard, en 1440, ce droit est clairement mentionné dans une procédure judiciaire intentée par la communauté de Lantosque contre celle de La Bollène à propos de leurs droits d’usage dans le bois de la Scaleta88. Consécutivement à l’essartage d’une grande partie de ce bois par les gens de La Bollène, les Lantosquois portent l’affaire devant le baile pour faire valoir leurs droits d’usage immémoriaux sur ce bois, parmi lesquels figure l’abattage de bois pour fabriquer des poutres, des gouttières, des échandoles et tout autre bois nécessaire à la construction de leurs maisons89. La fabrication d’échandoles est également réglementée dans le comté de Tende voisin. Des statuts sont édictés à l’occasion d’un procès intenté en 1474 par le procureur fiscal, les syndics et les collecteurs de Tende à l’encontre de divers particuliers de Mendatica et de Montegrosso90, à propos de coupes et d’exportation illégales de bois d’œuvre. Parmi les articles figure l’interdiction, entre autres, de faire des échandoles « in larzetis Tendae » sous peine d’une amende de 20 sous91. Il faut attendre la compilation des statuts du Comté de Tende en 162192 pour voir apparaître clairement la mention de la coupe des échandoles et des planches93 dans les bois communs. Ce droit s’exerce à la condition que ces matériaux servent exclusivement aux maisons et autres édifices de la communauté94. D’ailleurs, il est rappelé qu’il est interdit à toute personne étrangère de couper des planches et échandoles sur le territoire de Tende et de les exporter, sauf pour le compte d’un tendasque95. Cette interdiction rappelle celle promulguée en Dauphiné lorsqu’est prohibée l’exportation, hors du mandement d’Oisans, de diverses pièces de bois, dont des échandoles (eysandolas) en 135996. L’absence du droit de confectionner des échandoles dans les statuts et autres conventions conservées pour les vallées voisines ne signifie pas pour autant que cet usage n’y existait pas. Il est possible que ce dernier soit passé sous silence comme nombre d’exploits mineurs. Ainsi, les habitants d’Utelle sont reconnus en 1359 dans leur droit de « facere cabrionos et alia quecumque pro fustando hospicia » dans la forêt de Manoinas, sans que l’on puisse connaître la nature de ces autres pièces de bois97. Même chose à propos des droits d’usage des Guillaumois dans la terre gaste royale en 154598. Seule la poursuite des recherches dans les fonds communaux d’archives pourrait enrichir la connaissance de cette pratique coutumière99. A contrario, si la fabrication de planches est parfois mentionnée, leur usage n’est jamais explicité. Aussi, il est impossible de savoir si ces planches sont produites pour servir comme matériau de couverture. Tel est le cas des planches qui sont débitées dans les scies hydrauliques de la communauté de Sauze à la fin du xve siècle100.

  • 101 Fossier 2000, p. 15-16.
  • 102 Certains grands seigneurs tirent des profits substantiels des ressources forestières à l’instar de (...)
  • 103 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 23v, le 14 novembre 1473.

20Si, au contraire, le matériau est destiné à être commercialisé, son prélèvement requiert l’autorisation des autorités seigneuriales ou communales, qui s’accompagne souvent de l’acquittement d’une redevance, reflet de la conscience de la valeur marchande de ces produits de la part des autorités. Ce contrôle se présente alors plus comme la marque d’un « intéressement101 » que comme celle d’une volonté de se réserver l’usage exclusif d’un matériau102. Si les échandoles et autres planches de couverture n’apparaissent pas, à l’heure actuelle, dans les transactions passées entre seigneurs et communautés, une commande de 1 500 échandoles, faite à un fustier (fusterius) de Jausiers par un notaire de Guillaumes, en 1473, révèle une telle pratique puisque la commande est suspendue à l’obtention préalable, par ce dernier, de la licence (licencia) du seigneur de Beuil103.

  • 104 Lassalle 2003.
  • 105 Bernardi 1998 ; Burri 2012, p. 31-48.
  • 106 Lassalle 2003, p. 28.
  • 107 Smith 1991, L. 3. p. 475-487.
  • 108 Statuti municipali, op. cit., p. 77.

21Les coupes commerciales peuvent également avoir lieu dans les terres communes, où les habitants ont parfois, en plus de l’usage domestique, le droit de couper du bois destiné à la commercialisation. Le litige qui opposa au milieu du xve siècle les communautés de Breil-sur-Roya et de Dolceacqua sur l’usage du bois de Iou en est un exemple104 parmi beaucoup d’autres105. Il se solda, en 1455, par la confirmation du ius fustezandi des hommes de Breil leur permettant de « donner, vendre, porter, transporter ou faire transporter le bois », tant pour un « usage personnel que dans le cadre d’une exploitation commerciale106 ». La concurrence entre, d’une part, les coupes usagères et, d’autre part, des coupes à visée commerciale, est souvent source de conflit, d’autant plus lorsque ces dernières sont le fait d’étrangers. D’autre part, la « prohibition d’exporter » qui, à la suite d’Adam Smith107, a souvent été présentée comme propre à décourager le commerce rural n’a rien d’une entrave totale à l’exportation. La mesure ne peut, en effet, s’adresser qu’à une catégorie d’individus ou ne prendre effet que durant une période donnée. Ainsi, il est bien précisé dans les statuts de Tende de 1621 que l’interdiction d’exporter les échandoles et autres bois d’œuvre est limitée aux seuls étrangers et non aux Tendasques : « se non à nome d’alcuno di Tenda108 ». La documentation judiciaire et réglementaire peine à renseigner le marché des matériaux ligneux de couverture, aussi il convient d’examiner les actes notariés.

2.2. Un marché local : les hautes vallées du Var et du Verdon

  • 109 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 18v-19r ; 23v-24r ; fol. 136r ; 3E51/1, fol. 1v-2 ; fol. 19v-20 (...)
  • 110 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 23v-24r, le 14 novembre 1473.
  • 111 Fontaine 2014, p. 8.
  • 112 Dyer 2013, p. 44.
  • 113 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 204v-205 ; 3E 004/288, fol. 245v-246r.

22Le dépouillement du notariat de Guillaumes a permis de collecter une demi-douzaine de conventions, passées entre 1473 et 1483, qui envisagent la production et/ou le transport de milliers de pièces d’échandoles destinées à des habitants de ce village109. Ces actes ne représentent, bien sûr, qu’une partie, difficile à évaluer, des échanges ; nos fonds étant lacunaires et un certain nombre de transactions prenant sans doute la forme d’un simple engagement oral. Le trafic ainsi mis au jour témoigne d’échanges locaux réguliers sur plusieurs années. Les quantités et les prix mentionnés (entre 1 500 et 4 000 pièces pour 5 à 24 florins) n’ont toutefois rien d’anecdotique, et si l’on considère que les délais de livraison prévus peuvent atteindre plusieurs mois, il est impossible de voir dans ces transactions le mode d’écoulement des excédents d’une autoproduction. La convention de 1473 est révélatrice à plus d’un titre110. Elle montre que la possibilité de se fournir dans la forêt du seigneur de Beuil, à Péone, existait pour un non-habitant du lieu. Nous y constatons que la production des échandoles peut être indirecte, c’est-à-dire confiée à une tierce personne (le fustier) qui n’est ni le détenteur du droit ni le récipiendaire final des matériaux. La diversité des acteurs impliqués (le fustier-producteur, maître Isnard Arreati, de Jausiers ; le notaire-commanditaire maître Bertrand Guiberti, de Guillaumes ; le seigneur de Beuil, possesseur de droits sur la forêt de Péone) et la distinction faite, dans le texte lui-même, entre la licence d’une part et la fabrication de l’autre, dégage pour partie l’organisation de la production d’une structure seigneuriale qui apparaît plus comme le cadre juridique ou fiscal d’un accès à la matière première que comme celui de sa transformation en matériau de construction. L’accord conclu entre le notaire et le charpentier pour une livraison de 1 500 échandoles au prix de 12 florins payables à réception des planches enregistre un échange de biens, c’est-à-dire un marché si l’on considère, avec Laurence Fontaine que le mot « marché » est « une modalité des échanges caractérisée par le fait que les biens échangés font l’objet d’une discussion sur l’estimation de leur valeur, suivie d’un accord111 ». Les échanges, étant donné la nature du produit, revêtaient sans doute un caractère temporaire, lié aux besoins ponctuels d’un habitat limité ; même si celui-ci était nourri de la nécessité de rénover périodiquement ces couvertures. Ils n’en traduisent pas moins l’existence d’un marché local fonctionnant sous la forme de commandes passées à des producteurs indépendants s’engageant, pour un prix fixé à l’avance, à fournir à un terme convenu un nombre précis de pièces. Il semble bien que nous ne soyons pas, ici, dans le cas de figure d’une diversification des revenus d’une exploitation agricole, mais plus dans celui d’une production industrielle rurale. Ce constat contribuerait à « écarter l’idée fausse et largement répandue selon laquelle l’autosuffisance des paysans supposait aussi […] la construction des bâtiments sans l’aide de professionnels » dénoncée par Chris Dyer112. Il est plus difficile de le savoir pour les planches de toiture pour lesquelles nous n’avons retrouvé que deux actes certains113.

  • 114 AD Alpes-Maritimes, 3E 128, fol. 122r-123r.
  • 115 AD Alpes-de-Haute-Provence, 2E 273, fol. 46r-46v.
  • 116 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/287, 16 août 1527 : « Item fuit de pacto etc quod dictus Chaulerie tene (...)

23Les prix-faits de construction apportent un éclairage complémentaire et reflètent une réalité faite de contrastes. Ils confirment que la confection des échandoles et des planches de couverture fait partie du savoir-faire des fustiers, comme le prouve la convention passée, le 11 août 1482, avec maître Louis Jusberti, fustier de Guillaumes, pour la couverture de la nef (nau) de l’église Saint-Étienne de ce même village114. Le fustier s’engage à produire les poutres, les chevrons, les planches qu’il doit scier ou faire scier et faire les échandoles destinées à couvrir la charpente. Tel est le cas aussi dans le contrat conclut par Pierre Chieuse, de Thorame-Basse avec maître Claude Peyroni, fustier d’Allos, pour la construction d’une maison à Thorame-Basse le 22 juin 1488115. La maison (domus) sera couverte de « taula torada », des planches sciées. Claude Peyroni s’engage à couper toutes les fustes et planches nécessaires au chantier, à les transporter et les mettre en œuvre. Tel est également le cas de maître Durand Chaulerie, fustier de Guillaumes, qui s’engage à fournir toutes les fustes nécessaires à la construction d’une maison ainsi qu’à faire les échandoles nécessaires à la couverture du toit, en 1527116. Peut-on pour autant généraliser cette image du fustier comme seul fabricant et poseur de couverture de bois ?

  • 117 AD Alpes-Maritimes, 351E 3, fol. 68v-69v.
  • 118 Nom de famille illisible.
  • 119 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/298, fol. 127r-127v.
  • 120 « […] lesqueles excandoles ledit Mati sera tenu fornir », AD Alpes-Maritimes, 3E 004/300, fol. 387 (...)
  • 121 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/292, fol. 212v-213v.
  • 122 AD Hautes-Alpes, 1E 3994, fol. 23r-23v.
  • 123 Ibid., « Item fuit de pacto quod dicti heredi teneantur providere omnes et quascumque fustas et es (...)
  • 124 Boyer 1990a, p. 282.
  • 125 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 122r-123r.
  • 126 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 68v-69v.
  • 127 « chacun cap dostal apportera une taule bone et receptable pour couvrir la tourre courrade de cast (...)
  • 128 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/301, fol. 507r-508v.

24Plusieurs prix-faits montrent une réalité plus complexe dans laquelle le fustier n’est pas chargé de l’approvisionnement des matériaux de couverture. C’est le cas pour les travaux de couverture de l’église de Péone pour laquelle la communauté du lieu passe une convention avec maître Honoré Chauliere, fustier de Guillaumes, le 10 mars 1499117. Le fustier s’engage à couvrir correctement l’église de planches rainurées (taula trossada) d’ici la fin du mois de mai suivant. L’approvisionnement en matériaux est divisé entre, d’une part, le fustier qui fournit les chevrons (traveta) et les lattes, et, d’autre part, la communauté qui délivre les planches (tabula), les poutres (trabs) et les autres fustes ainsi que les clous (clavus et senepa) nécessaires. Le fustier et ses ouvriers (operarios) doivent poser des planches déjà fabriquées par d’autres. Cet approvisionnement différentiel n’est pas un cas isolé. Le 13 septembre 1562, maître Andrieu C.118, fustier de Pierlas, est engagé par monseigneur Honnorat Domenge, prieur de Guillaumes et Antoine Mati, fermier des droits domaniaux de la maison des Glandevès, pour couvrir d’échandoles l’église de Guillaumes119. Le contrat stipule que les commanditaires fourniront l’ensemble des matériaux nécessaires : échandoles, planches et toutes autres fustes et pièces métalliques nécessaires. L’approvisionnement en échandoles par les commanditaires se retrouve dans un prix-fait de réparation du château de Guillaumes du 14 novembre 1571 conclu avec les maîtres Antoine Gineys, Pierre, Honorat et Estienne Rancurel, fustiers du lieu120. Il en est de même des planches destinées à couvrir une maison à Guillaumes en 1542, l’artisan s’engage à fournir le bois d’œuvre (poutres, solives, lattes et chevrons) mais ce sont les commanditaires qui fournissent les planches121. Ce texte fait écho à un autre prix-fait de maison dans le Gapençais. En effet, le 17 janvier 1488, noble Olivier Martini, en son nom et en celui des héritiers de feu noble Jean Martini, de Montorcier, engage un fustier de Saint-Julien pour édifier et couvrir d’échandoles (essendols) la toiture de leur maison122. Les commanditaires promettent de fournir toutes les fustes, échandoles et clous nécessaires, à leurs propres frais123. Deux hypothèses peuvent être formulées pour expliquer la fourniture des matériaux de couverture (échandoles et planches) par les commanditaires. La première serait que les commanditaires ne passent pas par l’artisan chargé de la pose et se fournissent ailleurs, qu’ils empruntent un autre circuit commercial qui échappe à notre documentation. La seconde serait que ces matériaux peuvent échapper à tout circuit commercial. En effet, il est possible que l’approvisionnement en échandoles soit effectué par la communauté pour certains chantiers d’églises, de châteaux ou de bâtiments communs. Le témoignage d’un habitant de Belvédère (Vésubie), faisant part de la fabrication des échandoles nécessaires à la couverture de l’église du village au début du xive siècle, irait en ce sens124. En tout cas, ce n’est pas systématique, puisque l’approvisionnement des chantiers de couverture de l’église de Guillaumes en 1482125 et de celle de Péone en 1499126 est réalisé par les fustiers eux-mêmes. Ce sont en revanche bien les habitants qui fournissent les échandoles nécessaires à la réparation de la couverture de la tour carrée du château de Guillaumes en 1592. Chaque chef de famille doit contribuer à hauteur d’une planche127. En ce qui concerne les maisons particulières, une autoconsommation d’échandoles ou de planches serait envisageable au titre des droits d’usage, mais, une nouvelle fois, cette pratique n’est en tout cas pas systématique, comme en témoignent les prix-faits dans lesquels les matériaux de couverture sont fournis par l’artisan. Bien que la question ne puisse être tranchée pour l’heure, la preuve d’un savoir-faire paysan est apportée, du moins pour les planches de couverture, par un contrat d’arrentement d’une propriété, composée de terres et d’une grange, à Guillaumes, en 1576128. Le rentier s’engage à cultiver ces terres durant quatre ans mais également à effectuer plusieurs travaux de rénovation de la grange, désormais qualifiée d’« hostal » : réparer le cellier, fabriquer deux portes et « couvrir lhostal […] de taules de melle neves » d’ici la fête de la Noël prochaine. Ces travaux seront rémunérés 12 florins, dont 4 sont versés par le bailleur comme avance. Le bailleur fournira uniquement les clous.

25Les données récoltées dans les contrats de vente et dans les prix-faits questionnent ainsi la nature et l’importance du marché des planches de couvertures et échandoles dans les hautes vallées du Var et du Verdon. Le profil socio-économique des acteurs du marché des matériaux de couverture en bois identifiés est intéressant. On retrouve logiquement une majorité d’artisans du bois avec 10 maîtres fustiers, 1 maître forgeron et son fils, 4 maîtres dont la profession n’est pas spécifiée, 1 laboureur et 2 personnes dont le statut social n’est pas renseigné (fig. 3).

Fig. 3 Statut socio-professionnel des acteurs du marché des bois de couverture.

Fig. 3 Statut socio-professionnel des acteurs du marché des bois de couverture.

DAO S. Burri

  • 129 Bernardi 2004 ; Burri 2018a.
  • 130 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/298, fol. 507r-508v.
  • 131 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/300, fol. 55r-56r.
  • 132 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/300, fol. 507r-508v.
  • 133 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/308, fol. 82r.-83r.
  • 134 Bernardi 1995, p. 26-27 ; 2015 ; Burri 2012, p. 1143-1244.
  • 135 Par exemple : AD Alpes-Maritimes, 3E 004/287, 16 août 1527.

26La présence de personnes au statut indéterminé ou seulement qualifiées de maître n’est pas étonnante. L’emploi d’épithètes professionnelles est fluctuant sous la plume des notaires provençaux, en fonction des espaces, de la chronologie et du modus operandi de chaque notaire129. Aussi, Étienne Rancurel ne fait l’objet d’aucun qualificatif lorsqu’il est engagé pour recouvrir de planches le four du Saint-Sperit en 1569130, alors qu’il est ensuite qualifié de maître fustier à l’occasion d’une commande de vase vinaire quelques mois plus tard131, puis des réparations du château de Guillaumes en 1571132 et enfin d’une vente de poutres et billons de mélèze en 1579133. Il se peut également que le maître Antoine Gineys, connu en 1549, soit la même personne que le maître fustier agissant en 1571. De plus, la confection de ces matériaux n’intervient sans doute que comme une des facettes d’une pluriactivité courante dans les villes et campagnes provençales au Moyen Âge134, comme le montre l’exemple d’Étienne Rancurel, maîtrisant autant l’abattage et l’équarrissage de poutres, la pose de couverture que la fabrication de vaisselle de bois. D’ailleurs, lorsque dans les prix-faits, l’artisan fait les planches de couverture ou les échandoles, il se charge également de tous les bois d’œuvre, comme les poutres, les solives et planches non destinées à la couverture135.

  • 136 AD Alpes-Maritimes, 351E 1, fol. 1v-2r ; 19v-20r ; 39v.
  • 137 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 18v-19r.
  • 138 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 23v-24r.
  • 139 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/301, fol. 507r-508v.
  • 140 Ou « Alaysii » : le contrat faisant état des deux graphies.
  • 141 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 136r.

27Cette pluriactivité s’exprime encore plus fortement dans le cas du maître forgeron Louis Bareti et de son fils. Ils produisent et livrent 4 500 échandoles en 1484136, montrant ainsi qu’ils sont à même de rivaliser avec un spécialiste du bois comme maître Isnard Arreati, qui s’engage le 14 octobre 1473 à en livrer 2 000 à noble Erigio Mundini pour la Saint-Martin (11 novembre)137, puis un mois après 1 500 autres pour la Saint-Jean-Baptiste suivante (24 juin) à un autre client138. De plus, l’exemple du laboureur Antoine Gineys, rénovant et couvrant de planches la grange qu’il tient à rente, rappelle non seulement que les paysans ne sont pas limités à l’autoconsommation mais qu’ils peuvent également entrer dans le marché, puisque ledit Antoine touche une rémunération pour cette tâche139. D’autres paysans y entrent par le biais de convention de transport, tel Jean Assalaysii140, de Péone, qui s’engage à transporter 1 000 échandoles pour le compte de noble Erigio Mundini en 1474141.

28L’étude de la répartition des tâches entre les différentes catégories socio-professionnelles ne montre pas de différences significatives entre ces dernières (fig. 4). Elles sont toutes impliquées aussi bien dans la fabrication que dans la pose des matériaux de couverture. À noter cependant la prédominance des maîtres fustiers et maîtres indéterminés dans la pose. La faiblesse de l’échantillon ne permet malheureusement pas d’aller plus loin dans l’interprétation.

Fig. 4 Répartition des opérations techniques en fonction du statut socio-professionnel.

Fig. 4 Répartition des opérations techniques en fonction du statut socio-professionnel.

DAO S. Burri

  • 142 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 18v-19r.
  • 143 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 136r.
  • 144 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 19v-20r.
  • 145 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 103v-105r.
  • 146 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 23v-24r.
  • 147 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 1v-2r ;35v-36r ; 39v.
  • 148 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/291, fol. 187v-188v.
  • 149 AD Alpes-de-Haute-Provence, 2E 572, fol. 19v-20r.
  • 150 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/287, 16 août 1527.

29De l’autre côté se trouvent les commanditaires dont le profil socio-économique paraît révélateur : deux d’entre eux sont qualifiés de « noble » ; Erigio Mundini, de Guillaumes, en 1473142 et 1474143 et Mathieu Dominici, du même lieu en 1483144. Ce dernier est par ailleurs un membre actif de la filière bois puisqu’il s’est associé deux ans auparavant à d’autres habitants pour la construction et l’exploitation d’une scie hydraulique à Guillaumes145. Viennent ensuite un notaire (maître Bertrand Guiberti, de Guillaumes, en 1473146) et un maître fustier (maître Louis Jusberti, de Guillaumes, en 1483147). La question d’une activité de revente se pose pour ce dernier en raison de sa profession. Une seule personne est dénuée de qualificatif (Sébastien Leonci, de Guillaumes, en 1538148). L’achat du matériau prêt à l’emploi serait-il en grande partie réservé à une classe aisée de la société villageoise ? Il est difficile d’y répondre sans connaître le patrimoine de Sébastien Leonci, ou encore celui de Pierre Chieuse149, de Thorame-Basse, et de Lazare Genesii150, de Guillaumes, qui font appel à un artisan pour la fourniture et la pose des matériaux de couverture de leurs maisons.

  • 151 Bien que ce soit mal approprié pour les milieux de montagnes, les distances sont exprimées à vol d (...)
  • 152 Ce n’est pas propre aux fustiers, c’est ainsi un maçon de Colmars qui se charge des autres travaux (...)

30Le savoir-faire des couvertures de bois est diffus dans les campagnes des hautes vallées du Var et du Verdon : Pierlas, Auvare, Guillaumes, Villeneuve d’Entraunes, Châteauneuf d’Entraunes, Allos. Il n’en reste pas moins que les commanditaires pouvaient faire appel à des acteurs extérieurs à leur communauté. Ainsi les consommateurs guillaumois d’échandoles font appel à des producteurs provenant de villages plus ou moins voisins, comme Châteauneuf d’Entraunes (c. 4,8 km151) et Auvare (c. 12 km), ou bien plus éloignés, comme Jausiers dans la vallée de l’Ubaye (c. 37,4 km), pour venir faire des échandoles à Guillaumes et à Péone. C’est aussi vrai pour la provenance des couvreurs, tel ce fustier de Guillaumes couvrant l’église de Péone (c. 5,2 km), ou celui de Pierlas pour l’église de Guillaumes (c. 15,9 km), ou encore ces fustiers allossards qui se déplacent sur des chantiers à Faillefeu (c. 12,5 km) et à Thorame-Basse (c. 19,5 km)152. Ces données posent la question de la mobilité de ces artisans, qui se déplaceraient au gré des chantiers, à moins qu’ils n’aient migré d’une vallée à l’autre indépendamment, pour d’autres raisons.

  • 153 « […] serrare et serrari facere debeat bilhonos, tabulas et alias fustes necessarias pro hedificat (...)
  • 154 Boyer 1990a, p. 282-283.
  • 155 Ibid., p. 282-283.
  • 156 « Item supplicaverunt dicti homines predictis nominibus antedictis eidem domino ut dignetur et vel (...)
  • 157 AD Alpes-Maritimes, E 071/007/01, DD5 (1493) ; E 071/007/01, DD7 (1496).
  • 158 Trois scies hydrauliques différentes apparaissent dans la documentation notariale : AD Alpes-Marit (...)
  • 159 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/089, fol. 288r-289v (1574).
  • 160 Par exemple : Alpes-Maritimes, 358E 1, fol. 80v (1484) ; 358E 3, fol. 353v-354r (1502) ; fol. 204v (...)
  • 161 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/2, cahier 2, fol. 32v.
  • 162 Boyer 1990a, p. 284-290.
  • 163 Les coupes concernent de grandes quantités de fustes de mélèze (jaynes et billes) qui vont de 30 à (...)
  • 164 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/305, fol. 439v-440v (1561) ; 3E 004/298, fol. 351v-352v (1564).
  • 165 Ortolani 1997 ; Gili 2017.

31Aussi partielles qu’elles soient, ces données donnent à voir l’existence d’un véritable marché des matériaux de couverture en bois, bien ancré dans les villages de ces vallées, du moins pour ce qui est des échandoles. Ce marché se développe à l’échelle d’une ou plusieurs vallées voisines. Ces produits s’intègrent à un marché local de fustes dont le dynamisme est marqué par le fonctionnement de plusieurs scies hydrauliques. En 1493, Raymond Girardi, seigneur de Sauze, concède son jus serrandi sur une scie hydraulique pour servir à produire les fustes nécessaires à la reconstruction et à la réparation de leurs maisons détruites153. À La Bollène, les syndics louent, en 1439, pour dix ans, un bois à un entrepreneur qui s’engage à construire une scie et à fournir les villageois à prix convenu154. Dans d’autres cas, les communautés se dotent de leur propre scie hydraulique. De telles scies communes existaient aussi à Belvédère, en 1473155. De même, après s’être contenté de tarifer l’activité de « ceux qui scient des billes pour les hommes du lieu » en 1476, la communauté de Roquebillière envisage la construction d’une scierie. La construction d’une autre scie commune est concédée à la communauté de Sauze par le baron de Beuil au quartier appelé « Les Quartiers » en 1496156. Les scies hydrauliques communes servent à débiter les grumes en billons, chevrons, planches et autres fustes pour la construction et la réparation des maisons de la communauté157. À ces scies destinées à approvisionner les habitants à prix convenu, plusieurs scies hydrauliques privées voient le jour aux xve et xvie siècles à Guillaumes158 et à Saint-Martin-d’Entraunes159. Quelques ventes de planches de mélèze témoignent de ce marché local160. D’autres fustes produites alimentent un marché régional. Pour le xve siècle, un seul acte mentionne l’exportation commerciale de bois d’œuvre du Val d’Entraunes : la commande de trois douzaines de billes de mélèze, livrables sur les rives du Var à Villeneuve d’Entraunes, par un habitant de Puget-Théniers en 1477161. Pourtant, la documentation normative et judiciaire de la vallée voisine de la Vésubie atteste bien la connexion des forêts alpines par voie terrestre et par flottage avec leur principal débouché commercial, Nice, aux xive et xve siècles162. Il peut s’agir là d’un effet de source, ou du reflet du plus grand éloignement de ces forêts qui sont fortement sollicitées pour la production de fustes (poutres « jayna » et de billes) de mélèze163, et dans une moindre mesure de bois de marine164, par les entrepreneurs niçois à partir de la seconde moitié du xvie siècle. Les matériaux de couvertures (échandoles et planches) ne semblent pas prendre part à ce marché régional, pas plus au xvie siècle que durant les deux siècles suivants165.

  • 166 Acte signalé dans Lacroix 2006, n. 79. AD Alpes-Maritimes, 3E 79/59, 25 février 1435.
  • 167 Malausséna 1969 ; Grasse 2005 ; Blanc et al. 2014.
  • 168 AD Alpes-Maritimes, 3E 79/59, 25 février 1435 : « quod cum tectum ecclesie conventum fratrum minor (...)
  • 169 Lebouteux 2007, p. 38, n. 45.

32Un document vient semer le trouble dans ce tableau : la commande de 12 000 échandoles (eyssandolorum) par les frères mineurs de Grasse auprès d’un certain Jean Bosqui de Barcelonnette pour la réparation de la toiture de leur couvent166. L’acte en question n’est pas une commande, mais une vente de cens sur plusieurs propriétés cédées par les frères mineurs à Jean Achardi, marchand grassois, pour financer ces travaux, et notamment le versement de 100 florins, à la fête de l’Ascension prochaine, dus à Jean Bosqui. Aussi l’acte est dépourvu d’informations précises concernant le fournisseur : est-il producteur et marchand ou uniquement marchand ? Il n’y a pas plus d’informations sur l’essence de bois utilisée, sur les dimensions des pièces, ni sur leur provenance. Seul le nom du fournisseur laisserait penser à une provenance de la vallée de l’Ubaye, à condition que ce dernier ne soit pas un marchand immigré implanté à Grasse. Quoi qu’il en soit, ce document questionne sur l’aire de diffusion des échandoles en Provence littorale orientale, où domine un paysage de toitures de tuiles parsemé de quelques lauzes167. Serait-il le témoin d’un marché plus large de l’échandole alpine, qui transiterait peut-être de l’Ubaye, via le Col d’Allos et la vallée du Var ? À moins qu’elles n’empruntent les eaux de la Durance jusqu’à la Méditerranée pour rejoindre Grasse via cabotage et transport terrestre ? Autant d’hypothèses qui ne sont pour l’heure pas vérifiables. L’examen du contexte de cette commande laisse penser à une tout autre hypothèse. Le toit du couvent, endommagé en plusieurs endroits par des fuites d’eau pluviale, nécessite de grosses réparations168. Le toit menaçant de s’effondrer, ces travaux doivent être réalisés « pro urgente necessitate », comme le rappellent par deux fois les frères mineurs. Il s’agit donc là d’une situation d’urgence qui nécessite une solution rapide. En raison de sa légèreté, la couverture d’échandoles pourrait être une solution d’attente pour mettre le bâtiment hors d’eau. Une telle pratique est documentée pour le palais du duc Jean de Berry à Poitiers, où la pose d’essentes permit de mettre hors d’eau le palais durant l’hiver 1386, en attendant des ardoises169. Malheureusement, le texte grassois n’indique pas quels étaient les matériaux de l’ancienne couverture. Seule la découverte de nouveaux textes pourrait confirmer ou infirmer cette hypothèse.

2.3. L’échandole du Pays dignois et du Gapençais : produit d’un marché régional

  • 170 Bernardi 1995, p. 127 ; Burri 2012, p. 43.
  • 171 Deux actes, de 1492 et 1509 (AD Bouches-du-Rhône, 309E 523, fol. 85r et 308E 754, fol. 255v) font (...)
  • 172 AD Bouches-du-Rhône, 309E 225, fol. 8v, le 11 avril 1455 (fourniture de 12 000 échandoles) ; 309E  (...)
  • 173 AD Bouches-du-Rhône, 309E 277, fol. 146v, le 4 octobre 1508.
  • 174 Billioud 1960 ; Boyer 1984.
  • 175 AD Bouches-du-Rhône, 309E 523, fol. 85r.
  • 176 Sur cette notion, voir Kowaleski 1995, Britnell 1996 et la récente thèse de Camille Fabre (Fabre 2 (...)
  • 177 AD Bouches-du-Rhône, B 1450, fol. 273r.
  • 178 Baratier 1969, p. 346.
  • 179 AD Bouches-du-Rhône, B 1449, fol. 142v.

33Les sources écrites lèvent ainsi le voile sur un marché local auquel les villageois peuvent s’adresser pour leur approvisionnement en échandoles, mais elles montrent que les échandoles ne connurent pas qu’un circuit court. Il convient, pour cela, de changer de point de vue et d’abandonner temporairement le monde alpin pour solliciter les sources urbaines provençales. Nous nous appuierons ici sur les dépouillements effectués dans les fonds d’Aix-en-Provence. Entre 1369 et 1528, une quinzaine de textes attestent de l’achat et de l’emploi d’échandoles dans une capitale de la Provence où domine incontestablement l’usage de la tuile. La région d’Aix et, plus largement, la Basse-Provence occidentale, se trouvent dépourvues de forêts susceptibles de fournir les grandes pièces de bois nécessaires aux constructions urbaines. Une production de planches est toutefois attestée dans les environs, qui alimente la ville à partir, notamment, de la chaîne de l’Étoile ou du Lubéron170, sans que celles-ci paraissent utilisées en couverture. Ce matériau échandole se trouve mentionné dans des prix-faits et dans des ventes qui révèlent un trafic sur une grande distance de lots qui peuvent être comparables à ceux évoqués pour la localité de Guillaumes171 ou beaucoup plus importants puisqu’ils atteignent jusqu’à 12 000 ou 25 000 pièces172. Ces documents ne précisent jamais la provenance exacte des « tuiles de bois » mais fournissent néanmoins des indications précieuses sur leur acheminement. Prenons, à titre d’exemple, la convention passée en 1508 entre un certain Claude Piconcelli, radelier de Tallard, et les franciscains d’Aix. La fourniture de 15 000 échandoles prend place au sein d’un contrat envisageant la vente et le transport de diverses pièces de bois d’œuvre173. Le conducteur de radeaux s’engage alors à porter ou à faire porter depuis la ville de Gap jusqu’à celle de Tallard (qui se présente comme son port sur la Durance) les 15 000 échandoles « que le couvent a dans cette ville ». Conduites à Tallard, les échandoles y sont embarquées sur des radeaux jusqu’aux abords d’Aix, où elles parviendront sans doute portées sur des charrettes ou à dos de mulets, suivant ainsi le circuit bien connu qui, par la Durance, alimenta la Basse-Provence en grandes pièces de bois d’œuvre pendant des siècles174. Les échandoles se présentent, à ce titre, comme une composante d’un commerce d’exportation extrêmement actif à la fin du Moyen Âge autour de places comme Gap et Sisteron. Ce dernier lieu, évoqué dans une vente d’échandoles datée de 1492175, apparaît comme une véritable plaque tournante où les lots de bois venus des vallées de la Durance, d’Ubaye et du Buëch sont assemblés en radeaux composites au gré des besoins des commanditaires provençaux. Nous constatons alors une véritable « commercialisation176 » des échandoles, considérées comme des marchandises. Un contrat de vente de 1528, passé entre un habitant de Gap et la cour royale d’Aix porte ainsi sur 20 000 échandoles « bonnes, suffisantes et marchandes » à conduire sur le port de Tallard177. L’absence totale d’indications de dimensions dans les contrats retrouvés (contrairement à ce que l’on peut observer pour ceux de la région de Guillaumes) ne doit-elle pas s’interpréter, en outre, comme la marque d’une relative standardisation de ces produits d’exportation ? En tant que produits de commerce, nous les voyons soumis à des taxes, et ceci dès le xiiie siècle, comme l’atteste un tarif applicable aux bois (fustes) descendant par la Bléone, dans la région de Digne178, et encore en 1503, quand le prix-fait de la couverture d’une des tours de l’ancien palais comtal mentionne les péages à acquitter pour les radeaux d’échandoles179.

  • 180 AD Bouches-du-Rhône, B 1449, fol. 103 ; B 1450, fol. 273r.

34Il est assez difficile de qualifier ce type de produit qui, au total, peut atteindre des sommes conséquentes (pas moins de 100 florins en 1495, et 140 en 1528180) mais dont le prix unitaire (il est vrai rarement précisé) reste modeste. De 6 à 7 florins le millier, ces tarifs correspondent grosso modo à la moyenne de ceux pratiqués dans les mêmes années à Guillaumes, alors que nous observons un rapport de 1 à 13 entre les tarifs grenoblois et ceux pratiqués à Aix. Mais les comparaisons s’avèrent difficiles en l’absence d’indications sur les mesures et les essences de toutes les pièces.

  • 181 AD Bouches-du-Rhône, 309E 523, fol. 85r.
  • 182 AD Bouches-du-Rhône, 307E 315, fol. 110v et B 1450, fol. 273r.
  • 183 Bibl. Inguimbertine, CC 151, fol. 184v. Voir Bernardi et Nicolas 2003.

35C’est sous l’angle de ses acteurs que ce commerce semble plus à même de révéler certaines de ses particularités. Plusieurs conventions aixoises mettent en effet en scène des habitants de Tallard (un fustier, en 1492181) ou de Gap (sans qualificatif, en 1498 et 1528182), désignant le Gapençais comme une zone, sinon de production, au moins de commercialisation de ces pièces (comme un marché). Mais ce que révèle l’attention portée aux chantiers urbains est une relative spécialisation des poseurs d’échandoles. Malgré l’état fragmentaire de la documentation rassemblée, plusieurs personnalités émergent en effet, telle celle du charpentier Pierre Michaelis, très actif dans le commerce du bois de charpente, qui arrente le péage de Meyrargues sur les radeaux de bois, en 1464, et que l’on retrouve impliqué en 1455, 1495, 1498 et 1499 dans la pose ou la revente d’échandoles. Un Vital Blanditi, fustier d’Aix originaire du diocèse de Die, apparaît également participant tant au commerce qu’à la pose des échandoles, deux fois en 1492 et encore en 1509. Nous ignorons le lieu d’origine de Michaelis mais, pour les autres poseurs d’échandoles, les Aixois ont recours à des charpentiers originaires de Seyne-les-Alpes et de Digne. Une majorité de ces techniciens provient, on le voit, des zones potentielles de production même des échandoles. Le cas de maître Bertrand Isnard, fustier de Digne, mérite que l’on s’y arrête un instant. Ce charpentier est sollicité par les franciscains d’Aix pour couvrir leur église d’échandoles en 1369, comme le sera ensuite son concitoyen Guillaume Gaudemaris, soit juste dix ans après que les autorités de Carpentras soient allées le chercher à Digne pour qu’il couvre d’échandoles, avec deux collègues, le clocher de la cathédrale Saint-Siffrein183. Or, le compte détaillé de ce chantier permet de voir que l’on ne se contenta pas alors d’aller chercher à Digne des maîtres capables de poser ces « tuiles de bois », mais que l’on y acheta également les échandoles elles-mêmes ainsi que les clous pour les fixer. C’est, selon toute vraisemblance, sur un marché de consommation actif que se rendit l’envoyé de la ville de Carpentras pour s’assurer de l’approvisionnement du chantier, avant d’organiser un transport complexe à dos de bêtes. Ce détail laisse entrevoir un lien entre les différents marchés envisagés, la vitalité du marché local de production et de consommation, nourrissant en matériaux et en hommes un commerce plus large. Plus encore, nous pouvons nous interroger sur les rôles d’intermédiaires ou de promoteurs tenus par les spécialistes, immigrés temporairement ou non en Basse-Provence.

  • 184 Sur cette notion, voir Arnoux 2013.

36L’exemple de Carpentras, particulièrement détaillé, invite à reconsidérer les diverses mentions de poseurs d’échandoles de la région dignoise rencontrés à Aix au xive siècle et au début du xve siècle et à se demander si, à cette époque, Digne et ses environs ne jouaient pas le rôle de place commerciale et, peut-être, de district industriel184, que semble tenir ensuite Gap dans le domaine qui nous intéresse.

3. De l’arbre au produit fini

3.1. Choix de la matière première

  • 185 Bernardi et Nicolas 2003, p. 289-290. Ailleurs en France, l’emploi du chêne domine (Mille 2016, p. (...)

37Un recensement des essences botaniques exploitées pour la fabrication des planches de toiture à l’échelle des Alpes du Sud a révélé une certaine diversité : mélèze, châtaignier, sapin et chêne185. Cette variété est relative puisqu’elle correspond en fait à des pratiques différentes en fonction des zones biogéographiques avec, d’une part, un large éventail d’essences utilisées dans la partie septentrionale (Isère, Ain, Drôme) telles que le chêne, le sapin et le châtaignier, et, d’autre part, l’emploi exclusif du mélèze pour le Haut-Dauphiné (Gapençais, Champsaur, Queyras) et les Alpes provençales (Digne, Seyne). Le corpus nourri des nouveaux dépouillements d’archives renforce cette image, puisque le mélèze (melo, mele, melle, melse, melze, meleze rage) est la seule essence spécifiée dans les textes pour cette dernière aire géographique, aussi bien pour les échandoles que pour les planches de toiture. Il faut noter néanmoins que la précision de l’essence botanique est loin d’être systématique, puisqu’elle ne concerne que 11 textes sur 39 répartis du xive au xvie siècles (fig. 5).

Fig. 5 Proportion de textes spécifiant l’essence ligneuse utilisée (xive-xvie s.).

Fig. 5 Proportion de textes spécifiant l’essence ligneuse utilisée (xive-xvie s.).

DAO S. Burri

  • 186 Houdart 2002, p. 61.
  • 187 Édouard, Tessier et Thomas 1991 ; Guibal 1998.
  • 188 Édouard et al. 2002 ; Édouard 2007, p. 14-15 ; 2010a ; Saulnier et al. 2015.
  • 189 Douguedroit 1976, p. 102.
  • 190 Bouticourt 2016, p. 50-51.
  • 191 Dubois 1933 ; Chevalier et Couilhac 1991.
  • 192 Villeneuve-Bargemont 1815, p. 8-10.

38L’emploi exclusif du mélèze (Larix Decidua Mill.) est confirmé par l’identification dendrologique du corpus de planches de toiture étudié dans le massif des Écrins (Puy-Saint-Vincent), pour le xiie siècle, et le massif du Mercantour (Colmars, Allos, Saint-Étienne-de-Tinée et Saint-Dalmas-le-Salvage), entre le xviie et le xixe siècle. Ainsi, le manque de précision des textes concernant l’essence pourrait venir du fait qu’il est évident pour les commanditaires que ces matériaux soient en mélèze, et non d’une autre essence ligneuse. Cette essence a donc été privilégiée pour cet usage par les communautés des Alpes provençales et du Haut-Dauphiné, au détriment du sapin, qui n’est jamais employé, et ce de la fin du Moyen Âge jusqu’à un passé récent186. En France, le mélèze, seul conifère à feuilles caduques, pousse dans l’étage subalpin, qui s’étend jusqu’à des altitudes de 2 200 à 2 400 m, marquant également la limite supérieure de la forêt187. Les activités agro-pastorales ont par ailleurs provoqué un abaissement de cette limite supérieure d’environ 500 m durant l’holocène. Il peut cependant coloniser également le haut de l’étage montagnard. Les analyses palynologiques, pédoanthracologiques et dendrochonologiques d’arbres subfossiles piégés dans les lacs et les tourbières des Alpes révèlent la présence du mélèze depuis 7050-6050 avant notre ère188. Les Alpes-Maritimes, le versant sud du Mercantour en particulier, correspondent à l’extrémité méridionale de son aire de répartition189. Il peut atteindre 50 m, mais sa taille se situe généralement autour de 30 à 35 m et dépasse communément les 3 mètres de circonférence. Il se retrouve souvent aujourd’hui sous forme d’individus isolés ou regroupés en futaies bien aérées. Le bois de mélèze se caractérise par une forte densité, plus ou moins importante en fonction de ses conditions de croissance. Sa densité un tiers plus importante que celle du bois de sapin pourrait expliquer l’usage préférentiel de la première essence au détriment de la seconde dans le secteur d’étude. Son bois est ainsi réputé être un excellent matériau de construction, dont le bois fin et serré se façonne et se fend aisément190. Cette bonne réputation remonte au moins au xviiie siècle. L’Intendant Fontanieu décrit les mélèzes du Dauphiné comme « des espèces de sapins dont le bois est rouge en dedans presque comme le cèdre, beaucoup plus dur que le sapin, et non susceptible des injures d’air191 ». Ces qualités sont connues des montagnards. En témoigne le récit d’un habitant de la vallée de Barcelonnette recueilli par Christophe de Villeneuve lors de son voyage, publié en 1815 : « Le mélèze […] est environ quarante ans à croître ; mais il s’élève de vingt à trente mètres, et en a communément deux de tour : il est extrêmement droit, et ce n’est guère que vers le sommet, que les branches commencent à naître. […]. Son bois, qui renferme peu d’aubier, est dur, très-résineux et de couleur rougeâtre : il est excellent pour toutes les espèces de constructions ; et sur les lieux, on l’emploie, de préférence, pour la charpente des maisons ; réduit en planches, il sert pour tous les ouvrages de menuiserie ; on en fait même de petites plaques dont on couvre les maisons en guise d’ardoise ; la plupart des canaux pour les gouttières, des tuyaux pour les eaux des fontaines, se font de tronçons de mélèze grossièrement perforés192 ».

  • 193 Pichard 2013.
  • 194 AD Bouches-du-Rhône, B 6166 Visite générale des bois de Provence (1720-1725).
  • 195 Ainsi sont nommés les bois aptes à la construction navale.
  • 196 Extrait ou Table générale des bois et forests de Provence divisée en 23 vigueries, Terres adjacent (...)
  • 197 200 arbres de nulle valeur à Boule, 100 autres à Chanolles et Blégiers, 4 000 à Champourcin et 300 (...)
  • 198 3 000 à Guillaumes, 200 à Daluis et 600 à La Valette.
  • 199 Gadoud 1917 ; Pichard 1984 ; Chevalier et Couaillac 1991.

39L’étude des planches archéologiques ne permet pas d’appréhender la question des lieux d’approvisionnement en matière première. Seul l’emploi exclusif du mélèze reflète un approvisionnement majoritairement dans l’étage subalpin. Les contrats d’importation des bois de couverture à destination de la Basse-Provence ne mentionnent jamais le lieu de leur coupe et de leur façonnage, mais uniquement celui de leur commercialisation, contrairement à certains contrats passés à Guillaumes. Il est difficile d’apprécier la répartition et l’état du mélézin pour la zone géographique considérée avant les grandes enquêtes forestières du xixe siècle. Une approche régressive permet néanmoins de délimiter grossièrement son aire de distribution, ou du moins celle des peuplements présentant de beaux spécimens aptes à produire du bois de Marine193. L’enquête réalisée à l’initiative de Chabert de l’Isle, commissaire de la Marine de l’Arsenal de Toulon, entre 1720 et 1725, offre une première vision du mélézin pour cette époque194. Les enquêteurs recensent 4 000 mélèzes de service195 à Colmars (viguerie de Colmars), 1 000 à Faillefeu (viguerie de Digne), 400 à Auron (viguerie de Guillaumes) et 500 au Fugeret et à Argenton (viguerie d’Annot). Les enquêteurs notent également la présence de mélèzes dans la viguerie de Seyne, mais propres à faire uniquement des ponts et, dans la vallée de Barcelonnette, des arbres propres à la réparation des maisons uniquement. Les apports de cette enquête sont ainsi limités puisqu’elle ne concerne que les arbres en état d’être exploités pour la construction navale. Une enquête antérieure menée par Habert de Montmor, intendant des galères à Marseille, dans les années 1682-1683196 fait état de 800 mélèzes utiles et 4 600 de nulle valeur, c’est-à-dire impropres à servir de bois de marine, dans la viguerie de Digne197, et de 3 800 mélèzes utiles dans celle de Guillaumes198. C’est sans surprise que la carte des lieux de production des bois de couverture en mélèze se surimpose à la carte de distribution historique du mélèze. Dans le Haut-Dauphiné, la distribution du mélèze peut être restituée à partir des enquêtes et procès-verbaux des réformations des Eaux et forêts, notamment de 1669 et de 1725-1731, ou encore de la Carte générale de la quantité et qualité des bois, réalisée sous l’égide de Chabert de l’Isle de 1731. Le mélèze est également présent, de façon plus ou moins abondante, dans l’Embrunais, le Briançonnais, le Valgaudemar, le Champsaur, le Gapençais et le Queyras199. Pour les époques antérieures, les données éparses fournies par les sources écrites, aussi bien pour les Alpes provençales que dauphinoises, n’autorisent pas une cartographie du mélézin.

  • 200 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 1v-2r.
  • 201 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 35v-36r.
  • 202 « in loco ubi animalia possint onerari », AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 19v-20r.
  • 203 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/287, 16 août 1527.
  • 204 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 18v-19r.
  • 205 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 23v-24r.
  • 206 AD Alpes-Maritimes, E 008/001, AA1 (1291) ; AA9 (1421) ; E 007/025, FF6 (1291 et 1421).
  • 207 « in cabanna veteri de l’Alp », AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 136r.
  • 208 AD Alpes-de-Haute-Provence, 2E 572, fol. 19v-20r.
  • 209 Ibid. : « Item fuit de pacto inter dictas partes quod dictus magister Peyroni teneatur facere omne (...)

40En revanche, elles permettent de changer d’échelle et d’étudier l’approvisionnement en matière première au niveau d’une vallée ou d’un territoire villageois. À Guillaumes, lorsque les coupes ont lieu sur le territoire même de la communauté, elles sont réalisées dans les terres communes : « in terra communi gasta200 » et « in terra gasta de Mele Vermelh201 » en 1483. Il est parfois simplement mentionné que la coupe doit être effectuée en un lieu accessible aux animaux202 ou juste sur le territoire de Guillaumes203. Certaines coupes ont lieu hors du territoire communal, notamment à l’Alp de Péone en 1473204 et 1474205 ; territoire, limitrophe à celui de Guillaumes206, appartenant au seigneur de Beuil. Ces deux actes ne précisent pas l’essence exploitée mais l’Alp de Péone se situe en grande partie à l’étage subalpin, favorable au mélèze. Cette forêt de l’Alp de Péone apparaît indirectement dans une convention de transport de 1474 puisque des échandoles doivent être récupérées à la vieille cabane de l’Alp207. À Thorame-Basse, un prix-fait établi pour la construction d’une maison en 1488 est de loin l’acte le plus précis208. Claude Peyroni, le fustier en charge du chantier, aura le droit de couper tout le bois nécessaire à la construction, dont les planches de couverture, sur le territoire de Thorame-Haute et de Thorame-Basse. Il devra ensuite les livrer soit sur la rive du Verdon, soit sur celle de l’Issole, en fonction du lieu d’abattage choisi209.

  • 210 Houdart 2002, p. 63-64.
  • 211 La réalisation d’enquêtes orales chez les derniers détenteurs du savoir-faire pourrait donner mati (...)
  • 212 Bernardi 2016a.

41Les textes ne fournissent aucune information sur les critères guidant le choix des arbres aptes à faire les échandoles et les planches de toiture. Pourtant, le choix du bois est essentiel pour la qualité du produit fini et sa longévité. Le savoir traditionnel rapporte que le choix des arbres à abattre repose sur plusieurs critères210. L’âge de l’arbre est un facteur important, puisqu’il est nécessaire qu’il ait un bois de cœur suffisamment duraminisé. Les conditions de croissance entrent également en jeu puisque, chez les résineux comme le mélèze, plus le bois présente un rapport bois final/bois initial important, plus le bois sera durable et facile à fendre. Pour la même raison, les arbres au fût propre et sans nœuds sont privilégiés. Enfin, le producteur sélectionne un bois dont la fibre est la plus rectiligne possible, bien alignée dans l’axe de l’arbre car il se fendra facilement et restera stable lors du séchage. Les bois à fibre torse, c’est-à-dire qui s’enroulent en spirale en tournant d’un côté ou de l’autre, se déforment de façon plus importante au séchage et leur retrait axial est élevé. Autant de critères qui s’évaluent en observant l’arbre et parfois en retirant une partie de l’écorce pour voir le sens de la fibre. Ces aspects intangibles211 font partie du savoir-faire des artisans qui n’ont pas lieu d’être mis par écrit dans les contrats notariés. Ils font partie des « à-côtés » de l’écrit212.

3.2. Les temps de la production : saison, durée, moment

  • 213 Burri 2018b.
  • 214 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 136r.
  • 215 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 204v-205r.
  • 216 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/169, fol. 196v-197r.
  • 217 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 137v-138r.
  • 218 Par exemple : livraison de la moitié des planches à Carême et l’autre à Pâques (18 avril) en 1484 (...)

42La saisonnalité est un facteur essentiel pour les activités de transformation de ressources naturelles, en particulier pour celles d’origine végétale213. Afin de savoir si la production des échandoles et des planches de couverture est dictée par le rythme des saisons, une étude de saisonnalité a été réalisée à partir du corpus de ventes anticipées (fig. 6). Si les livraisons de produits finis se concentrent aux mois de juin et juillet, puis de septembre à décembre, la répartition des durées de contrats depuis la conclusion de l’acte jusqu’à la livraison ne met pas en évidence de saison privilégiée de production. Ces matériaux semblent être fabriqués durant l’automne et l’hiver, mais aussi au printemps et en été. L’abattage automnal est confirmé dans la convention par laquelle Jean Assalaysii s’engage à transporter des échandoles de la vieille cabane de l’Alp de Péone jusqu’à son domicile, entre la date de conclusion du contrat (21 octobre 1474) et la Saint-Martin (11 novembre)214. Les données concernant les planches de couverture présumées sont encore plus minces. Les deux commandes retrouvées font état d’une livraison à la mi-novembre en 1501215 et fin mai en 1549216. Les planches « quadratas » vendues en 1482 sont également à livrer à la mi-novembre217. Ces dates sont en accord avec celles des planches ordinaires218.

Fig. 6 Calendrier de livraison des bois de couverture à Guillaumes (xve-xvie s.).

Fig. 6 Calendrier de livraison des bois de couverture à Guillaumes (xve-xvie s.).

DAO S. Burri

  • 219 Sur un total de 541 bois datés, huit poutres et pannes, étudiées sur les sites de Bousieyas (Saint (...)
  • 220 Par exemple, AD Alpes-Maritimes, 3E 004/169, non folioté (6 septembre 1579) ; non folioté (22 janv (...)
  • 221 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/2, cahier 2, fol. 32v (18 juin 1477).
  • 222 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/169, non folioté (27 octobre 1580).
  • 223 Bernardi 1995, p. 130.
  • 224 L’étude dendrochronologique des bois d’étayage en mélèze des travaux miniers de Fangeas, dans le m (...)
  • 225 Bernardi 2007, p. 87 ; Burri 2012, p. 185-194.
  • 226 Crescenzi 1521, livre I, chap. X, fol. 7r.
  • 227 Épaud 2007, p. 44.
  • 228 Chapelot 2003, p. 80.
  • 229 Alberti 1553, fol. 23v-25r.
  • 230 Bernardi 1995, n. 39, p. 173.

43L’étude dendrologique des planches de couverture archéologiques n’a pas pu compléter ces données, l’identification de la saison d’abattage étant impossible dans la mesure où aucune planche n’a livré un aubier complet. Les bois architecturaux étudiés dans les granges du massif du Mercantour, qui ont livré des aubiers complets, témoignent d’un abattage à partir de la fin de l’été (fin septembre)219. Pour ce même bois d’œuvre de mélèze, les textes attestent un abattage automnal et hivernal largement pratiqué à Guillaumes et dans le Val d’Entraunes, où les livraisons de fustes se font principalement au mois de mars220, parfois aux mois d’avril221 et de novembre222. L’abattage automnal et hivernal de billes de mélèze est également pratiqué dans le pays dignois et dans le Dauphiné, comme le montrent les sources écrites223 et les études dendrochronologiques224. Ainsi, l’accessibilité des forêts de l’étage subalpin en hiver ne paraît pas avoir été un frein à l’exploitation des bois d’œuvre. Ces données sont en grande partie en accord avec la pratique d’abattage du bois en période de repos végétatif, généralisée en Provence médiévale225 et ailleurs, en accord avec les traités savants. Ainsi, Pietro de Crescenzi recommande d’abattre les arbres destinés à la construction des maisons durant les mois de novembre et de décembre226. Ce type de coupe respecte le cycle biologique de l’arbre et de la circulation de la sève. Il présente plusieurs avantages. Durant les saisons froides, la circulation de la sève est réduite au minimum dans les vaisseaux ligneux, ce qui se traduit par une diminution conséquente du poids de l’arbre et de sa teneur en eau. Ainsi, le transport des grumes par terre, et surtout par eau, est facilité. De plus, un bois à faible teneur en eau présente une meilleure résistance mécanique qu’un bois abattu en été227. Cette règle est encore celle recommandée dans les traités de charpenterie du xixe et du début du xxe siècle228. Que certains mélèzes soient abattus en marge de cette période (printemps/début d’été) n’est pas anormal pour autant. En effet, L. B. Alberti distingue deux saisons d’abattage en fonction des familles d’arbres : un abattage automnal et hivernal des feuillus, d’une part, et un abattage printanier des conifères (sapin et pin), d’autre part229. Cet abattage de l’arbre en montée de sève favoriserait l’écorçage. La pratique d’abattre les résineux en « période de sève » s’est d’ailleurs perpétuée jusqu’à nos jours230.

  • 231 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/288, fol. 196v-197r.
  • 232 Bernardi 2007, p. 87.
  • 233 Houdart 2002, p. 68-69 ; Duhamel du Monceau 1764.
  • 234 Bernardi 2007.

44Un autre facteur semble jouer dans le choix du moment auquel les arbres doivent être abattus : le cycle de la lune. En 1549, un contrat stipule en effet que le bois doit être « de bona luna a la coustumado231 ». La prise en compte de ce facteur n’est pas propre aux bois de couverture et est parfois même inscrite dans les législations communales232. Elle est reprise plus tard dans les Ordonnances des Eaux et forêts. La croyance en l’influence de la lune sur la qualité du bois servant à la confection des planchettes de toiture, bien que remise en cause au xviiie siècle par des savants tels que H.-L. Duhamel du Monceau, a perduré jusqu’à nos jours233. Certains textes indiquent que les chênes devraient être coupés à la vieille lune, tandis que le pin et les genévriers, donc les résineux, doivent l’être à la nouvelle lune ou lune jeune234. Aucune précision n’est donnée pour le mélèze en particulier. Selon les convictions de l’époque, l’abattage en phase décroissante, durant laquelle l’arbre se purgerait, limiterait la quantité de sève contenue dans le bois et permettrait d’obtenir des pièces de bois moins sujettes au pourrissement et à l’attaque des vers saproxyliques.

  • 235 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 18v-19r.
  • 236 « Item fuit de pacto inter dictas partes quod si dictus magister Bertrandus Guiberti non possit ob (...)
  • 237 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 35v-36r.
  • 238 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 1v-2r.

45La durée des quelques contrats recueillis est très variable, de moins d’un mois à neuf mois (fig. 7). Utiliser ces durées nécessite d’être certain qu’il s’agisse bien de commandes anticipées et non de ventes sur stock, comme pourrait le faire penser le contrat du 14 octobre 1473, en raison de sa courte durée235. Il n’en est rien, puisqu’il est bel et bien spécifié que le producteur fera les échandoles à l’Alp de Péone et ne recevra par ailleurs le reste dû qu’à leur livraison. Il en est de même pour toutes les autres commandes. Évidemment, la durée des contrats ne correspond pas exactement à la durée de la production en forêt, cette dernière pouvant commencer n’importe quand après la conclusion du contrat. Cette anticipation est visible dans la commande d’échandoles faite par Bertrand Guiberti en 1473, dans laquelle une clause précise qu’en cas de la non-obtention de la licence du seigneur de Beuil, le contrat devient caduc. Le cas échéant, le producteur doit rendre l’avance qui lui a été faite236. La commande de 2 000 échandoles passée le 16 octobre 1483 livre des éléments permettant d’appréhender la durée de la production en forêt : le fustier promet de faire un millier d’échandoles d’ici à la Saint-Martin (11 novembre) et un autre d’ici la fête de la Nativité237. Ainsi, il faudrait entre 27 et 44 jours pour produire 1 000 échandoles. Dans le cas présent, la production semble débuter peu de temps après la conclusion du contrat et s’échelonner sur un peu moins de deux mois et demi. L’échelonnement de la rétribution du producteur reflète bien un travail continu : celui-ci reçoit une avance de 3 florins à conclusion du contrat, puis il percevra la somme de 3 florins une fois les 1 000 premières échandoles produites, 3 autres lorsqu’il en aura fait 500 de plus et enfin les 3 florins restant en fin de production. Le même type de paiement échelonné se retrouve dans une commande de 4 000 échandoles conclue le 31 mars 1483, mais sans mention des termes calendaires238 : les producteurs touchent une avance de 5 florins pour débuter la production, puis recevront 5 florins supplémentaires lorsqu’ils auront confectionné 2 000 pièces, 5 autres arrivés à 3 000 et les 9 restants à la livraison.

Fig. 7 Répartition saisonnière et durée des contrats de vente d’échandoles et de planches de couverture passés à Guillaumes (xve-xvie s.).

Fig. 7 Répartition saisonnière et durée des contrats de vente d’échandoles et de planches de couverture passés à Guillaumes (xve-xvie s.).

DAO S. Burri

  • 239 « Item fuit de pacto inter dictas partes quod dictus Chieuse eumdem magistrum Claudium nutrire ope (...)

46Un seul acte renseigne indirectement la vie des producteurs dans les bois. En effet, parmi les clauses de la convention passée entre Pierre Chieuse et Claude Peyroni figure l’obligation du commanditaire de nourrir Claude pendant la durée du chantier de construction mais pas pendant la phase de production durant laquelle il semble s’implanter dans les bois239.

3.3. Débitage et façonnage des pièces

  • 240 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 18v-19r ; 23v-24r ; 3E 004/287, 16 août 1527 ; 3E 004/291, fol. (...)
  • 241 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 1v-2r.
  • 242 Ibid., fol. 35v-36r.
  • 243 Ibid., fol. 19v-20r.
  • 244 Bernardi 1995, p. 130 ; Burri et al. 2013, p. 400-403.
  • 245 Py 2010, p. 307-310 ; Burri et al. 2013, p. 407-408.
  • 246 Les deux types de scies sont attestés dans la haute vallée du Verdon depuis la fin du xiiie siècle (...)

47Comme cela a été constaté ailleurs en Provence et en Dauphiné, les contrats sont silencieux quant aux opérations techniques et à l’outillage employé lors de la phase d’abattage. Les verbes utilisés dans les contrats guillaumois (facere240, facere seu conficere241, facere et conficere242, conficere243) embrassent toute la chaîne opératoire de production, de l’abattage de l’arbre au façonnage du matériau. Les textes ne fournissent aucun élément relatif à l’abattage des arbres, sans doute réalisé à la hache ou à la cognée, comme ailleurs dans le comté de Provence244. Nous ne disposons pas de plus d’informations sur le débitage des grumes en billots aux dimensions désirées. Plusieurs techniques peuvent être mises en œuvre pour produire de la planche au Moyen Âge : le débitage de long aux coins et à la masse par fendage en section radiale245, à la scie de long ou encore à la scie hydraulique246.

  • 247 Mille 2016, p. 92.
  • 248 Houdart 2002, p. 50-58.
  • 249 Duhamel du Monceau 1764, livre IV, chap. 3, p. 577-584.

48Les textes relatifs à la confection des échandoles sont muets quant au débitage des planchettes. En l’absence d’exemplaires bas-alpins ou provençaux, on peut se référer à ceux découverts dans le reste de France, qui ont tous été produits par fendage en section radiale, probablement au coin, puis affinés à la hache247. Aucun ne présente des traces de sciage. Les enquêtes patrimoniales et ethnographiques rapportent également la pratique exclusive du débitage par fendage pour les petites pièces (tavaillons, tavillons, etc.), dont les dimensions sont peu ou prou comparables aux échandoles médiévales248. Dans les Alpes du Nord françaises et suisses, les bûches d’un diamètre inférieur à 20 cm environ sont fendues directement, tandis que les diamètres plus importants sont d’abord fendus en 4 ou 8 quartiers. Avant fendage, la bûche est écorcée et parfois purgée de son aubier lorsqu’il est distinct du duramen. Les premiers cernes du cœur sont parfois également éliminés. Le fendage peut s’effectuer par percussion avec un départoir ou « fer à bardeaux » et un maillet ou un coin métallique et une masse. Départoir et coin servent non pas à trancher le bois, mais à départir, c’est-à-dire séparer les fibres du bois en exerçant une torsion qui provoque un écartement des fibres. La planchette obtenue est ensuite affinée. Cette opération peut se faire à l’aide d’un coutre, d’une doloire ou bien d’une plane, long fer muni de deux poignées, s’utilisant en tirant. Cette technique de fendage est déjà décrite avec précision par H.-L. Duhamel du Monceau dans le chapitre consacré à l’art du fendeur de son traité De l’exploitation des bois, dans la seconde moitié du xviiie siècle249. Le fendage s’effectue d’abord avec des coins pour l’amorçage, puis à l’aide d’un coutre en fer à deux biseaux. Ces planchettes sont ensuite affinées sur une selle à planer (fig. 8).

Fig. 8 Fendage et aplanage des planches d’après Duhamel du Monceau (1764, pl. 5 et pl. 28).

Fig. 8 Fendage et aplanage des planches d’après Duhamel du Monceau (1764, pl. 5 et pl. 28).
  • 250 « On fend du Chêne de la même façon, pour en faire du bardeau qui sert à couvrir des moulins ou d’ (...)
  • 251 « J’ajoute qu’ils sont beaucoup meilleurs ; ce qui deviendra sensible si l’on fait attention que l (...)
  • 252 Bouras 2018, p. 204-210.
  • 253 Houdart 2002, p. 94-95.

49Cette technique n’est pas propre à la production de planchettes de toiture, mais l’auteur précise qu’elle est utilisée pour la fabrication de bardeaux de chêne250. Elle a la réputation fondée de préserver la fibre ligneuse et, par extension, d’accroître la résistance du matériau dans le temps251. L’ethnographie renseigne d’autres techniques possibles comme le tranchage : celui à la hache pour le fendage des şindrile en Roumanie252 ou celui mécanisé dans les pays scandinaves253. Le tranchage, à la différence du fendage, vient sectionner les fibres suivant le plan désiré, qui est proche du fil du bois. Une chose est néanmoins certaine : les échandoles étaient confectionnées en forêt puisque les livraisons concernent bien les pièces mises en forme et non des billots de bois. Le fendage est donc effectué sur du bois vert et non sur du bois sec.

  • 254 « […] et quod teneatur ipsam coperire de taula torada », AD Alpes-de-Haute-Provence, 2E 273, fol.  (...)
  • 255 Voir Gaubèrt et Gonin 2012.
  • 256 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/288, fol. 196v-197r.
  • 257 Les planches « quadratas » vendues par Pierre Mondini en 1482 sont également sciées mécaniquement (...)

50La fabrication des planches de couverture est, en revanche, réalisée par sciage, comme en attestent les textes et comme le confirme l’étude tracéologique des pièces conservées. Les textes semblent indiquer deux pratiques concomitantes. En premier lieu, les planches destinées à couvrir la maison de Pierre Chieuse, en 1488, sont qualifiées de « torada »254. Ce terme serait un participe passé formé sur le verbe « torar » signifiant « scier avec une tora » ; la « tora » étant elle-même définie comme une scie de scieurs de long255. L’emploi d’une scie de long est tout à fait adapté puisque la fabrication a lieu en forêt, les planches devant être livrées sur les rives du Verdon ou de l’Issole pour être ensuite transportées sur le chantier. En revanche, les planches dites « cayrados cayrados eschandoles », fabriquées par François Sauze en 1549, sont sciées mécaniquement256. En effet, une clause du contrat prévoit qu’en cas de manque d’eau durant les mois d’avril et de mai, qui empêcherait la scie hydraulique (la serro) de fonctionner, l’acheteur devra attendre jusqu’au jour où il y aura suffisamment d’eau pour que la scie puisse être remise en service. Dans le cas présent, les grumes, entières ou débitées en billots d’une canne de long, sont transportées du lieu d’abattage à la scie hydraulique pour être découpées en planches. Ainsi, deux modes de sciage, l’un manuel, l’autre mécanique257, seraient pratiqués pour la fabrication des planches de toiture.

  • 258 Bouticourt 2016 p. 75.
  • 259 L’utilisation de l’herminette et de la doloire est très répandue en charpenterie (voir notamment É (...)
  • 260 Py 2010, p. 307-310 ; Burri et al. 2013, p. 407-408.
  • 261 Bouticourt 2016, p. 77-78.

51L’observation des planches de couverture révèle l’usage de bois comportant des nœuds et, dans de nombreux cas, de l’aubier. Le sens des cernes de croissance indique que les grumes ont été débitées sur dosse (fig. 9a). En raison de leur forte dégradation, l’observation de la surface des planches médiévales a pu être réalisée sur seulement trois individus. Ces derniers présentent des traces obliques, en partie oblitérées par d’autres marques liées à la recoupe des planches lors de leur recyclage dans le coffrage de la flèche de l’église (fig. 9b). Sur les planches modernes, l’observation a pu être menée sur la quasi-totalité de l’échantillon, soit 30 bois. On constate des traces obliques aux fibres du bois sur l’ensemble des planches (fig. 9c-e). L’éventail des outils possibles invite à considérer trois techniques : le fendage radial au coin, le fendage radial à la masse et le sciage. Le débitage à la hache peut en effet être écarté car il ne laisse pas ce type de traces258 et ne permet pas d’obtenir plusieurs planches dans une bille. Le fendage au coin produit des planches d’une épaisseur parfaitement régulière lorsqu’elles sont dépourvues de nœuds. L’épaisseur peut être rectifiée à l’aide d’une herminette259 ou d’une plane. Cette technique est celle employée pour produire les planches en mélèze ayant servi à la confection des planchers de mines médiévales de Freissinières (Hautes-Alpes)260. L’étude tracéologique des planches de toiture n’a pas mis en évidence de traces caractéristiques d’une telle technique de fendage. La relative régularité des traces et l’oblicité des angles par rapport à l’axe des planches invitent à proposer un débitage à la scie de long. Cet outil laisse parfois une marque oblique caractéristique du retournement de la bille sur la chèvre, mais n’a pas été observée ici. Un sciage alternatif mécanisé à la scie hydraulique aurait laissé, en revanche, de fins sillons parallèles et espacés régulièrement sur toute la longueur de la planche261.

Fig. 9 Le débitage et le façonnage des planches de couverture.

Fig. 9 Le débitage et le façonnage des planches de couverture.

a. Schéma d’une grume et position d’une planche en coupe. b. Traces de scie sur la surface d’une planche médiévale de la fin du xiie siècle (clocher de l’église Saint-Romain à Puy-Saint-Vincent, Hautes-Alpes). c. Traces de scie sur un fragment de planche datée du xviiie s. et provenant d’un grenier du 4, Grand Rue à Colmars (Alpes-de-Haute-Provence). d et e : détail d’une rainure sur une planche (milieu du xviie s.), provenant du site de Fouani à Saint-Étienne-de-Tinée (Alpes-Maritimes)

DAO V. Labbas

  • 262 Payette et Filion 2010, p. 120.
  • 263 Labbas 2016, p. 440
  • 264 Gili 2018, p. 24, AD Alpes-Maritimes, E 102/034, DD24.

52Dans quelle partie de l’arbre les planches sont-elles produites ? Dans la production du bois d’œuvre, le tronc monopodial du mélèze est débité dans sa hauteur, en plusieurs parties, pour en extraire les pièces de bois262. Un arbre sur pied, de 25 m en moyenne, est débité en plusieurs grumes. Les grumes sont débitées en bille et en surbille à environ 1 m ou 1,30 m au-dessus de la base du tronc. La bille correspond à la partie la plus large de la grume (25 à 50 cm de diamètre), dont on extrait la plupart des pièces de bois de construction ; la surbille étant plus fine (15 à 25 cm de diamètre) car extraite plus haut dans l’arbre. L’observation des séries de cernes des arbres montre que les planches proviennent de troncs de mélèze dont les diamètres varient de 25 à 50 cm, qui correspondent à des billes et aux surbilles les plus larges263. La destination des arbres est parfois mentionnée dans certains textes. Une adjudication du 16 juillet 1730 à Belvédère précise ainsi qu’un « arbre facturable doit faire 4 biglioni, le premier de planches264 ». La partie basse (entre le pied de l’arbre et cette hauteur de 1 m à 1,30 m), ainsi que la tête de l’arbre (le houppier), ne seraient donc pas exploitées pour produire des planches de couverture. Ces parties sont, dans les secteurs subalpins, ponctuellement employées pour extraire des sablières fines ou certaines pièces d’élévation dans les pans-de-bois.

  • 265 Selon Menini, 2012 (p. 162), les bardeaux sont également sciés dans la région de Chisone et Sestri (...)
  • 266 Duhamel du Monceau 1764, p. 549-550 ; Houdart 2002, p. 50-58.
  • 267 La même raison est invoquée par Lebouteux 2007, p. 44.
  • 268 Houdart 2002, p. 50-58.

53La pratique du sciage, propre à la fabrication des planches de toiture en mélèze des Alpes du Sud françaises et italiennes265, questionne. En effet, le sciage ne respecte pas le fil du bois ; or ce respect est primordial pour garantir l’étanchéité et la longévité266. Thierry Houdart explique cette « anomalie historique » par la difficulté de fendre du mélèze de montagne en longueur supérieure à un mètre267, en raison de sa conformation assez conique et la présence fréquente de nœuds268. Au vu des données textuelles et archéologiques disponibles, le débitage des planches de toiture semble avoir été fait à la fois par sciage manuel et mécanique. La raison de ces choix techniques est inconnue à ce jour. Peut-être est-elle à aller chercher du côté du statut des bâtiments à couvrir (bâtiment religieux, élitaire, maison ou structure agropastorale) et/ou de leur localisation sur le territoire ?

  • 269 Bernardi et Nicolas 2003, p. 291.
  • 270 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 68v-69v.
  • 271 AD Alpes-Maritimes, fonds Préfecture, 2O 538, Barels - Église, presbytère et cimetière du hameau d (...)
  • 272 AD Alpes-de-Haute-Provence, E dépôt 19/4 N2 (1846).
  • 273 Lebouteux 2007, p. 44-45 ; Houdart 2002, p. 96-98. Cette technique est également pratiquée en Euro (...)
  • 274 Houdart 2002, p. 96. Selon Faure-Vincent 2004, p. 62, les rainures sont appelées localement (pays (...)
  • 275 Ces deux bois n’ont pas livré de date, ils sont cependant issus de toitures de bâtiments agro-past (...)
  • 276 Hucholot ou herminette à taillant gouge.
  • 277 Pillonel 2007 ; Py 2010.

54Comme cela a été mentionné précédemment, les planches de toitures se caractérisent par leur rainurage. Le couvert de la cour royale de Seyne-les-Alpes est ainsi fait de planches à rebords en forme de chéneau en 1516269. C’est très probablement en ce sens qu’il faut également considérer la « taula trossada » dont l’église de Guillaumes est couverte en 1499270. Cette pratique perdure dans le temps, puisque le prix-fait de couverture de l’agrandissement de la sacristie de l’église du hameau de Barels (Guillaumes), en 1861, prévoit que « les planches devront avoir deux sillons vers leurs extrémités271 ». De même, la cabane pastorale de Costebelle doit être couverte de planches de mélèze, « dressées et corroyés à la varlope » ; la varlope étant un rabot à semelle allongée272. Il est pour l’instant impossible de savoir où ces rainures étaient réalisées (en forêt, à la scierie, sur le chantier ?). Ces rainures, creusées sur la face apparente de chaque planche, à 2 cm des bords, sont typiques des planches de toiture des Alpes du Sud273. Ce rainurage (parfois appelé gallonage ou gréolage274), réalisé après sciage, facilite l’écoulement des eaux pluviales et améliore ainsi l’étanchéité de la couverture. Le rainurage pallierait ainsi le défaut d’étanchéité dû au sciage. L’étude tracéologique des rainures révèle deux manières de creuser les rainurages latéraux : au ciseau ou à la gouge. Un premier ensemble est caractérisé par des rainures rectangulaires creusées au ciseau (fig. 2). Il regroupe trois planches médiévales de Puy-Saint-Vincent, mais aussi deux pièces d’époque contemporaine, l’une provenant de Saint-Dalmas-le-Selvage (Alpes-Maritimes) et la seconde du Lauzet-Ubaye (Alpes-de-Haute-Provence)275. Les cinq rainures préservées sur les planches médiévales mesurent toutes 25 mm de large, 4 mm de profondeur et sont distantes de 20 mm du bord des planches. Les rainures rectangulaires des deux planches modernes mesurent 24 mm de large pour celle provenant du Lauzet-Ubaye et 15 mm pour la planche provenant de Saint-Dalmas-le-Selvage. Un second lot regroupe les planches, toutes d’époque moderne, caractérisées par des rainures semi-circulaires. Ces rainures présentent un arrondi, caractéristique du passage d’une gouge (fig. 9d-e). Si la gouge se comprend comme une forme particulière de ciseau, elle existe également dans la famille des herminettes276. Nonobstant la question de son existence à l’époque considérée et dans ce secteur géographique, l’utilisation de l’herminette à gouge peut être écartée au regard de la rectitude des rainures tant dans l’axe longitudinal des planches, que dans la profondeur des rainures. L’emploi d’un ciseau à gouge ressort comme l’outil le plus probable pour façonner ces éléments caractéristiques. Il est toutefois délicat d’échafauder plus avant une hypothèse sur un éventuel montage de la gouge sur un rabot à feuillure ou bien une utilisation de l’outil par simple percussion. Les largeurs des rainures varient de 14 à 18 mm, et 16,4 mm en moyenne (écart type de 2 mm). Les profondeurs varient de 2 à 6 mm, soit 4,2 mm en moyenne (écart type de 1,48 mm). Si ces deux mesures indiquent une certaine cohérence, traduisant l’emploi d’un outil standardisé durant l’époque moderne et contemporaine, la distance de la rainure par rapport au bord de la planche varie de 15 à 44 mm avec une forte dispersion des valeurs. Ces dimensions révèleraient en outre une individualisation dans le geste, dès lors que les dimensions des gouges s’avèrent similaires dans plusieurs secteurs des Alpes du Sud et au cours des xviie-xixe siècles. L’analyse technique de ces rainures ne peut aller plus loin, en l’absence de déchets de taille et des chutes, qui livreraient des informations supplémentaires sur les outils utilisés et le mode de façonnage277.

4. Sur le chantier : usage, pose, réfection des couvertures en bois

4.1. Mise en œuvre des échandoles et des planches de couverture

55Les contrats de construction médiévaux livrent peu d’éléments relatifs à la pose des échandoles et des planches rainurées. Cette dernière est souvent induite par la fourniture des différentes pièces de bois composant la charpente destinée à soutenir la couverture. Cette documentation peut être croisée avec l’étude des couvertures encore en élévation ou effondrées sur place des granges du Mercantour.

4.1.1. Couvrir d’échandoles

  • 278 AD Bouches-du-Rhône, 308E 11, fol. 54v.
  • 279 AD Bouches-du-Rhône, fol. 122r-123r : « ad conficiendum sive confici faciendum copertum del nau di (...)
  • 280 AD Bouches-du-Rhône, fol. 122r-123r : « Quod dictus magister Ludovicus Jusberti teneatur et debeat (...)
  • 281 AD Bouches-du-Rhône, fol. 122r-123r : « dum ipse magister Ludovicus incipiet scandolas dicti operi (...)
  • 282 AD Bouches-du-Rhône, fol. 122r-123r : « Item quod dictus magister Ludovicus faciat cabrionos plano (...)
  • 283 AD Bouches-du-Rhône, fol. 122r-123r : « Item quod dictus magister teneatur et debeat habere et eme (...)
  • 284 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/298, fol. 127r-v.
  • 285 AD Alpes-Maritimes, fol. 127r-v : « Lesquels prieur et Mati sera tengus provesir descandoles, taul (...)

56Plusieurs prix-faits de construction ou de réparation de bâtiments tant civils, élitaires (châteaux) ou non (maisons), que religieux (cathédrales, églises) documentent la mise en œuvre des couvertures d’échandoles. Celle de l’église des Franciscains d’Aix, en 1369, paraît être posée sur un couchis de planches278. Cette même technique semble mise en œuvre pour la couverture de l’église Saint-Étienne de Guillaumes selon le prix-fait du 11 août 1482279. Louis Jusberti, fustier de Guillaumes en charge du chantier, doit fournir l’ensemble du bois d’œuvre et de couverture à ses frais : poutres, chevrons, planches et échandoles280. Il gère toute la chaîne opératoire, comme le montre l’échelonnement de sa rétribution, de la coupe des échandoles à la livraison de la nouvelle couverture. Il sera rémunéré 120 florins échelonnés en six versements tout au long de la chaîne opératoire : la première au commencement de la confection des échandoles, la deuxième au début de l’abattage des fustes, la troisième au commencement des travaux de couverture, la quatrième à réalisation de la moitié de celle-ci et la dernière à livraison finale, prévue l’année suivante, à la Saint-Michel281. Le contrat spécifie que les chevrons doivent être planos et bordonatos et la poutre aplanie/équarrie282. Selon les matériaux mentionnés, la charpente est constituée de pannes sur lesquelles reposent des chevrons, qui doivent supporter un lattis de planches. En l’absence d’informations quant au nombre de pièces, il est difficile de restituer cette charpente. Les échandoles sont vraisemblablement posées et clouées sur le lattis de planches. Pour ce faire, le fustier s’engage à fournir toutes les pièces métalliques et les clous nécessaires. Il peut également récupérer et réemployer les anciens clous et autres pièces métalliques283. Quatre-vingts ans plus tard, le 13 septembre 1562, un prix-fait concerne le renouvellement de la couverture de cette même église284. Les commanditaires s’engagent à fournir les échandoles, mais aussi les planches destinées au voligeage et toutes les fustes qui porteront la couverture285. Ce second prix-fait confirme donc la mise en œuvre des échandoles sur un voligeage de planches pour cette église.

  • 286 « Item fuit de pacto etc. quod dictus Lazarus Genesii teneatur eidem Chaulerie expedire tabulas ca (...)
  • 287 « Item fuit de pacto etc. quod dictus Chaulerie teneatur facere los scandolos necessarios pro tect (...)
  • 288 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/300, fol. 387r-388v. Lacroix 2003, p. 9.
  • 289 « […] premierement faire le couvert del corpz dudit chateau jusques a la torre carrado avec les go (...)
  • 290 Le texte ne précise cependant pas s’il s’agit de gouttière en bois. AD Alpes-Maritimes, 3E51/3, fo (...)
  • 291 Faure-Vincent 2004.
  • 292 Bernardi et Nicolas 2003, p. 293 et note 31.
  • 293 Houdart 2002, p. 82-85.
  • 294 Mille 2016, p. 91.
  • 295 Houdart 2002, p. 88-89.
  • 296 Sur les techniques connues dans l’architecture traditionnelle en Europe, voir Ibid., p. 90-91.

57Cette technique de pose n’est pas propre aux édifices religieux, elle est également pratiquée dans la construction civile. Dans un prix-fait pour la construction d’une maison à Guillaumes, conclu le 16 août 1527, le fustier s’engage à couper et fournir les poutres (jaynos), les solives ou les chevrons (travetes) et toutes autres fustes nécessaires, ainsi que les échandoles (scandolos) qui couvriront la maison. Les commanditaires fournissent les planches servant à ungetar le toit286. Ainsi, la charpente est constituée de pannes sur lesquelles sont posés des chevrons. Ces derniers reçoivent un voligeage de planches sur lequel les échandoles sont clouées287. Le prix-fait, passé le 14 novembre 1571 pour la réparation de la couverture du corps du château de Guillaumes jusqu’à la tour carrée, ne donne aucune information sur la technique de pose des échandoles288. En revanche, il renseigne sur l’équipement de la toiture avec un dispositif de récupération des eaux pluviales, composé de gouttières et de déversoir, qui conduit l’eau dans la citerne du château289. Des gouttières pouvaient être communes à deux toits de maisons, comme à Guillaumes290. L’étude dendroarchéologique du hameau de Barels a montré que tous les toits étaient équipés de gouttières creusées dans du bois de mélèze291. Ces quelques prix-faits révèlent un modus operandi assez similaire, qui consiste à poser et clouer les échandoles sur un lattis ou voligeage de planches reposant sur les chevrons de la charpente. Ce mode de pose est également documenté pour le Dauphiné292. Il est systématique pour les planchettes de petites dimensions, de type tavaillon293. L’espacement des voliges dépend de la longueur des planchettes et du mode de pose. Les lattes, de largeur et épaisseur régulières, doivent être posées à une distance égale, correspondant au pureau, c’est-à-dire la partie de la planchette non recouverte et exposée aux intempéries. Elles ne doivent pas être posées en continu mais à claire-voie, en laissant un espace de ventilation entre elles (2 cm minimum). Le taux de recouvrement des échandoles médiévales n’est pas renseigné par les prix-faits. Cependant, seule la pose avec recouvrement latéral et longitudinal, à joints « décalés » ou « croisés », garantit l’étanchéité du toit. L’étude des traces d’usure des exemplaires médiévaux découverts ailleurs en France montre un recouvrement allant d’un tiers ou de moitié294. Aujourd’hui, un recouvrement minimum du joint de 4 cm est préconisé295. La technique de faîtage des toits médiévaux est également inconnue296.

  • 297 Houdart 2002, p. 75 ; Bernardi et Nicolas 2003, p. 293 ; Mille 2016, p. 92-93.
  • 298 Mille 2016, p. 91-93. Le passage à la fixation à l’aide de clou est également documenté à Neuchâte (...)
  • 299 Bernardi et Nicolas 2003, p. 293. Sur la pratique du clouage, voir Houdart 2002, p. 78-79.
  • 300 Bernardi et Nicolas 2003, p. 294.
  • 301 Houdart 2002, p. 82. Les sindrile font également l’objet d’un trempage avant leur pose dans les Ma (...)

58La fixation des échandoles est une étape essentielle pour l’étanchéité, la résistance au vent et la longévité de la couverture. Plusieurs techniques ont été employées au Moyen Âge : le chargement de pierre, la fixation avec des chevilles en bois et celle à l’aide de clous métalliques297. L’étude des exemplaires archéologiques français révèle l’usage dominant de chevilles en bois jusqu’au xive siècle, concurrencé ensuite par celui des clous298. En Provence et dans les Alpes du Sud, les échandoles sont clouées au moins dès le xive siècle. Les commandes faisant état à la fois du nombre d’échandoles et du nombre de clous nécessaires montrent que l’on employait de un à trois clous par échandole ; la règle étant généralement d’utiliser un clou par échandole, voire deux lorsque les échandoles se chevauchent299. Un compte de 1369 concernant la couverture de la cathédrale Saint-Siffrein de Carpentras (Vaucluse) documente la pratique de ramollir les échandoles par aspersion avant leur pose300. Une telle pratique pourrait servir à assouplir les échandoles pour faciliter leur fixation ou bien aussi à les gorger d’eau de manière à ce que, une fois posées, elles assurent une étanchéité maximale sans risque de déformation de la toiture sous la pluie. Ce mouillage est rapporté par les poseurs actuels et vise à éviter l’éclatement de la planchette lors de sa fixation301.

4.1.2. Poser les planches rainurées

  • 302 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 68v-69r.
  • 303 Correspondent aux pannes sablières, aux entraits et aux chevrons, voir notamment : Raybaut et Pérr (...)
  • 304 « […] quod ipse Chaulerie non debeat movere aliquas fustes dicti tecti […] in eodem existentes sed (...)
  • 305 AD Bouches-du-Rhône, B 1450, fol. 158r.
  • 306 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/298, fol. 507r-508v.
  • 307 AD Alpes-de-Haute-Provence, 2E 273, fol. 46v.

59Les grandes dimensions des planches de couverture rainurées questionnent leur technique de mise en œuvre. Est-elle la même que celle des échandoles ou, au contraire, diffère-t-elle ? Le prix-fait de couverture de l’église de Péone du 10 mars 1499 fournit de premiers éléments de réponse302. L’approvisionnement du chantier en matériaux est partagé entre Honoré Chauliere, fustier de Guillaumes, et la communauté de Péone. Le premier doit couper, équarrir et aplanir 12 chevrons (travetas) de 2 cannes de long (environ 4 m) pour la charpente de la nef (corridor), ainsi que toutes les lattes nécessaires qui doivent aussi être équarries. Les commanditaires apportent les poutres et d’autres fustes, ainsi que les planches de couverture rainurées (taula trossada) et les clous (senepas, clavos). La fourniture du chantier consiste ainsi en poutres, en chevrons, en lattes équarries, en planches de couverture rainurées et en clous. Il est convenu que le fustier ne doit pas retirer certains bois préexistants, tels que « dormans, tirans et chabrionos303 », mais poser le toit de taulo trossado sur cette charpente304. Les lattes équarries forment ainsi le voligeage sur lequel seront clouées les planches de couverture. Ce voligeage est lui-même cloué aux chevrons de la charpente. La même mise en œuvre est attestée pour la couverture de la cour royale de Seyne-les-Alpes en 1516305. Le prix-fait de couverture du four du Saint-Sperit, à Guillaumes en 1569, précise que les planches doivent être bien clouées306. Un prix-fait de construction d’une maison à Thorame-Basse mentionne en 1488 l’emploi de clous tant gros que petits307.

  • 308 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/292, fol. 212v-213v.
  • 309 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/288, fol. 245v-246r.

60Deux prix-faits documentent la technique de pose à joints décalés. Le premier, passé le 29 mai 1542 pour la construction d’une maison à Guillaumes, est particulièrement précis308. La maison à deux étages fera 3,5 cannes de long (environ 7 m) sur 2,5 cannes de large (environ 5 m), dans-œuvre ; l’épaisseur des murs étant fixée à deux pans (environ 52 cm). L’approvisionnement du chantier en matériaux est partagé entre l’artisan et le commanditaire. Le premier fournit les quatre poutres (jaynos), les solives (travetes), les lattes (lates) et les chevrons (chabrions) et toutes autres fustes ainsi que les pierres. Le second apporte le plâtre, les clous, les ferramenta, et les planches de couverture (taulos). Une charpente, composée de quatre pannes sur lesquelles reposent une série de chevrons recouverts d’un lattis, peut être restituée. Il est convenu que les planches de couverture doivent être posées à « mejo taulo », c’est-à-dire avec un recouvrement d’une moitié de planche, et clouées. Ce mode de recouvrement à joints décalés est de nouveau mis en œuvre pour la construction d’une maison dans le hameau des Roberts, à Guillaumes, en 1545309. Parmi les tâches à effectuer, les artisans doivent édifier les murs, poser les poutres et les solives (jaynar, travetar), faire le sol de plâtre, mettre les chevrons (chabrionar) et poser les planches de couverture avec un recouvrement d’une demi-planche (cubere de miejo taulo).

  • 310 Six maisons, aux fonctions agricoles et domestiques, des anciens hameaux de Bouchier et Champricha (...)

61À Allos et Colmars (Haut-Verdon), les charpentes de maisons bâties au-dessus de 1 600 m sont principalement caractérisées par l’emploi de chevrons-arbalétriers, qui ont majoritairement de petites sections rectangulaires ou carrées (jusqu’à 10 cm × 12 cm)310. Ces charpentes forment des structures relativement légères, tant pour être contreventées par les murs sous-jacents que pour supporter la couverture de planches. Dans ces cas précis, celles-ci sont clouées sur un voligeage de planches fixées perpendiculairement aux chevrons. Les exemples de ce type de charpentes qui nous sont parvenus sont principalement datés entre la fin du xviiie siècle et le milieu du xixe siècle.

  • 311 Rostolland 1930, p. 55 ; Lebouteux 2007, p. 44-45 ; Houdart 2002, p. 96-97.
  • 312 Ibid., 2002, p. 96-97.
  • 313 Ibid., p. 96 fig. 7.
  • 314 Ibid., p. 97.
  • 315 Raybaut et Perréard 1982, p. 228-233 et Labbas 2016, p. 258.
  • 316 Raulin 1977, p. 232-233.
  • 317 Bromberger et al. 1980, p. 349-349. Ici, le recouvrement des planches est de moitié.
  • 318 Raybaut et Perréard 1982, p. 240-247. Ici, la couverture est constituée d’une double épaisseur de (...)

62Ces résultats sont en accord avec ce qui a été observé sur d’autres bâtiments des Alpes du Sud311. Les planches rainurées couvrent, en règle générale, des toitures de pente moyenne à forte entre 30 et 60 degrés. Elles sont posées à joints décalés et fixées sur des voliges horizontales de 8 à 10 cm d’épaisseur, espacées d’un mètre environ, elles-mêmes posées sur des chevrons distants d’environ 50 cm312. La plupart du temps, leur recouvrement est triple sur une vingtaine de centimètres et double sur le reste de leur longueur313. Le recouvrement est d’une moitié de planche. Chaque planche est clouée au niveau de chaque panne par deux pointes, soit entre 4 à 6 pointes par planche selon le nombre de pannes314. La grande entreprise d’inventaire, effectuée dans le cadre de la série encyclopédique L’Architecture rurale française, livre quelques exemples de ce type de couverture de planches rainurées de mélèze, clouées directement sur panne : une maison et sa grange à Saint-Dalmas-le-Salvage (Haute-Tinée)315 et une autre maison à Saint-Véran dans le Queyras (Dauphiné)316. D’autres couvertures de planches rainurées reposent, non pas directement sur les pannes, mais sur des lattes espacées, comme celle d’une maison à Allos317 et d’une autre à Sauze318. La mise en œuvre des planches de couverture sur lattis était encore pratiquée au début du xxe siècle pour la couverture de maisons en Isère (fig. 10).

Fig. 10 Couverture de planches lors du rehaussement d’une maison (lieu inconnu). Photographie d’Hippolyte Muller, début du xxe siècle, no inventaire 55.10.854.

Fig. 10 Couverture de planches lors du rehaussement d’une maison (lieu inconnu). Photographie d’Hippolyte Muller, début du xxe siècle, no inventaire 55.10.854.

Cl. Musée dauphinois, Grenoble

  • 319 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/301, fol. 507r-508v.
  • 320 Labbas 2016, p. 368.

63Bien que les textes mentionnent la couverture en planches de granges de la haute vallée du Var319, aucun prix-fait n’explicite leur technique de pose. En revanche, de nombreuses granges des Alpes méridionales conservent encore leur charpente et leur toiture couverte de planches rainurées. Dans la haute vallée de la Tinée, les charpentes des granges sont constituées de pannes de 8 à 12 cm de diamètre, simplement écorcées, espacées les unes des autres de 30 cm à 60 cm, et maintenues par les bois des pignons. Dans certains cas, l’emploi de bois non écorcés reflète l’utilisation opportuniste du houppier des arbres. Les planches de toiture, placées les unes à côté des autres, sont clouées sur les pannes (fig. 11a). Ce dispositif s’affranchit du lattis de planches utilisé pour couvrir les maisons (fig. 11b). Une seconde couche de planches se surimpose à la première, en veillant à bien décaler les joints, de sorte que les planches de la seconde recouvrent bien les joints de la première. Chaque planche recouvre entre un tiers et deux tiers de la longueur de la planche sous-jacente. Une grange dans la vallée de la Tinée présente une mise en œuvre particulière320. Les deux versants de la moitié nord de la grange sont couverts différemment (fig. 11c-d). La pente ouest comporte jusqu’à quatre épaisseurs de planches (dans la partie supérieure du pan de toiture) tandis que le pan oriental est formé de deux épaisseurs. Cette différence traduirait des réfections successives de la toiture.

Fig. 11 La mise en œuvre des planches rainurées.

Fig. 11 La mise en œuvre des planches rainurées.

a. Schéma de l’articulation pannes-planches dans les granges de la Haute-Tinée ; b. Schéma d’une mise en œuvre de planches clouées sur un voligeage (lattis) de planches (d’après Viollet-le-Duc 1854, vol. 2, p. 117) ; c. Coupe de la couverture d’une grange du site de Blainon, Saint-Étienne-de-Tinée ; d. Vue de la même grange depuis le nord ; e. Une maison du hameau de Champrichard, commune d’Allos ; f. Pannes de la charpente soutenant la couverture dans une grange du hameau de Bousieyas à Saint-Étienne-de-Tinée.

DAO V. Labbas

  • 321 Cette cabane se situe soit sur la montagne pastorale de Costebelle, soit sur celle de Faissal.
  • 322 « […] lesquels lont toute faicte couvrir de taules », AD Bouches-du-Rhône, B 1667, fol. 68r.
  • 323 Royer 1988 ; Burri et al. 2018, p. 144-145.
  • 324 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/291, fol. 454r-455r (1540) ; 3E 004/290, fol. 482v-483r (1554).
  • 325 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/288, fol. 245v-246r (1551) ; 3E 004/298, fol. 73r-74v (1562) ; 3E 004/0 (...)

64Un dernier type de bâtiment est couvert de planches : les cabanes pastorales. Les comptes d’Alzéas Raouls, maître berger du comte de Provence à Saint-Cannat, font état d’une dépense relative à la réparation d’une cabane pastorale dans le pays Dignois321 construite en pierre et couverte de planches au mois de mai 1479322. Les contrats de location d’alpages mentionnent souvent l’obligation du bailleur de fournir une cabane bien couverte, et de la réparer si elle est endommagée323. Certains mentionnent en plus la fourniture de planches pour la cabane324. Ces planches servent-elles à rénover la couverture des cabanes ? Rien n’est moins sûr, ou du moins pas systématiquement. En effet, d’autres contrats d’arrentement précisent l’usage des planches fournies par le bailleur. Elles sont alors destinées à aménager la celle pour y entreposer les fromages durant leur affinage325.

  • 326 Gili 2017, p. 39.
  • 327 AD Alpes-Maritimes, E 096/013, DD26 (1725). Gourdon et Gourdon 2014, p. 238-239.
  • 328 AD Alpes-Maritimes, E 096/013, DD26 (16 août 1786). Ibid., p. 238.
  • 329 AD Alpes-Maritimes, E 096/013, DD26 (1789). Ibid., p. 238.
  • 330 AC Roure, 01D 001 (12 août 1810). Labbas 2016, vol. 4. Le texte précise que « pour construire le c (...)
  • 331 AD Alpes-de-Haute-Provence, E dépôt 19/4 N2 (1846).
  • 332 Pour une première fois appelées « bardeaux », puis planches.
  • 333 AD Alpes-de-Haute-Provence, E dépôt 19/4 N2 (1849).
  • 334 AD Alpes-de-Haute-Provence, E dépôt 19/4 N2 (1871).
  • 335 Photographie de Victor de Cessole, plaque 463 : Cabane de Peirastreccia (notre bivouac), 12 juin 1 (...)

65L’obligation de couvrir les cabanes de planches figure, par exemple, dans les nouveaux Statuti campestri de Saint-Martin de Vésubie en 1772326. Des prix-faits et comptes de construction ou de réparation de cabanes pastorales témoignent aussi de leur couverture en planches à l’époque moderne et contemporaine. Ainsi, en 1725, Antonio Malletto, en charge du chantier de restauration de la cabane de Galestrières, à Isola (Haute-Tinée), achète 60 planches (tavole) pour réparer le couvert de la cabane327. Le 16 août 1786, la construction d’une nouvelle cabane pastorale, qui remplacera la précédente, est envisagée sur la même montagne. Elle sera couverte de planches de mélèze (tavoli), dont une partie sera récupérée de la vieille cabane, les autres coupées autour du site en accord avec l’administration328. De même, en juin 1789, les bergers transhumants demandent à la communauté d’Isola de procéder à la réparation de la cabane de Castiglion, qui menace de s’écrouler, avant leur retour au mois de juin suivant, lors de la prochaine saison d’estivage329. Après observation in situ de l’état de la cabane, un devis est établi. Il prévoit le remplacement des poutres, des chevrons et autres bois nécessaires à la charpente, ainsi que 10 douzaines de lattes (assi) de 12 pans de long (2,40 m) qui servent probablement à soutenir la couverture de planches. La pose des planches sera ainsi faite : la première rangée sera composée de planches de 3 pans de long (environ 60 cm), puis le reste de la couverture sera fait de planches de 6 pans de long. Toutes seront clouées. Le mode de pose des planches, les unes par rapport aux autres, n’est pas précisé, le devis spécifiant que cela se fera dans les règles de l’art. Cette cabane est réparée à l’arrivée des transhumants en juin 1790. La restauration de la vacherie de la montagne de Longon, à Roure, en 1810, nécessite le remplacement de 4 poutres et 16 solives brisées et la pose de 30 m de planches pour sa couverture. Ces planches, sciées d’une longueur de 2 m, seront clouées sur les solives330. Un devis pour la construction d’une cabane sur la montagne pastorale de Costebelle en 1846331 est très précis : le couvert en planches332 sera supporté par des chevrons en bois de mélèze de 0,13 m sur 0,09 m d’équarrissage, espacés de 0,80 m d’axe en axe. Les chevrons seront cloués sur le faîtage en bois de mélèze et reçus par le bas dans des pans taillés dans les semelles en bois de mélèze sur lesquelles ils seront en outre fixés au moyen d’une cheville de fer de 0,18 m de long. Les planches, également en bois de mélèze, dressées et corroyées à la varlope, seront posées et clouées suivant les règles de l’art. Le couvert de planches prévu est de 7 m de long pour 5 m de large, soit une superficie de 35 m². Un autre devis concerne, en 1849, la reconstruction de la cabane de la Gayolle, située sur la commune de Fours, mais appartenant à la commune de Barcelonnette333. La cabane de plan rectangulaire de 5 m de long pour 4 m de large sera fermée par une voûte et couverte en « bardeaux » de mélèze. Une cave à fromage, voûtée et recouverte de terre, sera également construite. La charpente du toit sera faite de 4 perches, 10 chevrons et 6 lattes. Le toit formera deux pans, il sera fait en « bardeaux ». La couverture fera en tout 30 m². La fourniture de clous indique que les planches étaient bien clouées aux lattes. En 1871, c’est la cabane de Costebelle qui doit être à nouveau reconstruite à la suite de sa destruction par un incendie334. La charpente se composera de deux sablières, deux pannes secondaires et une panne faîtière, reposant sur les maçonneries. La toiture sera construite en planches de mélèze, dont la longueur correspond à celle du versant de la toiture, c’est-à-dire 3 m selon le plan technique joint au devis (fig. 12a). Les planches seront clouées aux sablières, aux pannes et à la faîtière. Une seconde couche de planches, couvrant la première, sera posée comme d’usage, de manière à couvrir tous les vides par le milieu. Il est prévu de poser les planches à joints décalés et qu’elles ne se recouvrent que latéralement. Une clause précise néanmoins que, par mesure d’économie, le couvert de planches pourrait être remplacé par des dalles extraites localement. Ce type de couverture avec de très longues planches était encore observable au début du xxe siècle sur la cabane de Peirastreccia, dans le Haut-Boréon (1897)335 et sur des cabanes pastorales au Col de la Moutière, à Faucon-de-Barcelonnette (fig. 12b).

Fig. 12 Exemples de couverture de cabanes pastorales à grandes planches (xixe-début xxe siècles).

Fig. 12 Exemples de couverture de cabanes pastorales à grandes planches (xixe-début xxe siècles).

a. Plan joint au devis estimatif de la construction de la nouvelle cabane de Costebelle (Barcelonnette), 1871 (cabanes pastorales, restauration des cabanes de la Cayolle, de la Gimette et de Costebelle : acte administratif, projet des réparations, devis, cahier des charges, plan, correspondance. 1846-1871, cote archives : AD04_E Dep 019/4N2) ; b. Cabane pastorale, col de la Moutière, Faucon-de-Barcelonnette. Photographie sur plaque de verre d’Hippolyte Muller, début du xxe siècle, n° 55.10.394 (© Musée dauphinois, Grenoble).

4.2. Réfection des couvertures et réemploi des matériaux

4.2.1. La réfection des toitures en planches

  • 336 Lacroix 2003.
  • 337 Quenet 2005, p. 22.
  • 338 « A 20 de juillet post ave grand vent et tremblament de la terre et environ la demye nuyt autre tr (...)
  • 339 Quenet 2005, p. 22.

66Parce qu’il s’agit de matériaux périssables, les échandoles et les planches rainurées ont une durée de vie plus limitée que les matériaux de couverture d’origine minérale (tuile, lauze, ardoise). De même, contrairement aux poutres et aux autres bois constituant l’armature principale, les planches de couverture sont des pièces plus fines qui s’érodent plus rapidement sous l’action répétée de la pluie, du vent et de la neige. Leur durée de vie varie en fonction des qualités intrinsèques du bois (essence, conditions de croissance). Ainsi, le bois résineux du mélèze renferme des acides résiniques qui le protègent naturellement des attaques des insectes et des champignons saproxyliques. La fréquence de remplacement varie ensuite en fonction de la situation biogéographique, des aléas météorologiques et même de l’orientation de la toiture. Il ne faut cependant pas oublier les réparations nécessitées par des évènements anthropiques, comme les incendies auxquels la tradition attribue le passage à des couvertures non inflammables. De même, les faits d’armes liés au contrôle des territoires dans la zone frontalière que constituait le massif du Mercantour, ou ceux des guerres de Religion, ont nécessité de nombreuses reconstructions ; en témoignent celles du château de Guillaumes336. Enfin, les aléas sismiques semblent avoir eu un impact non négligeable sur le bâti des vallées alpines de Provence orientale. La région de Roquebillière a subi deux tremblements de terre de magnitude 8 aux xve et xvie siècles, le 23 juin 1494 puis le 20 juillet 1564337. François Arnulfy, notaire du Broc, a consigné ce dernier et ses répliques dans son livre de raison. Il témoigne, entre autres, de la destruction du village de La Bollène338. Un nouveau séisme destructeur (intensité 8) en 1618, dont l’épicentre se situe à Coarraze, a été suivi d’un autre de même intensité, le 15 février 1644, près de Roquebillière, causant de nombreux dégâts et faisant beaucoup de morts, ce dont témoignent les registres paroissiaux de Belvédère et de Saint-Martin de Vésubie339, pour ne citer que les plus anciens. Tous ces facteurs contribuent donc à la réfection plus ou moins régulière des couvertures de bois.

  • 340 AD Bouches-du-Rhône, 308E 11, fol. 54v ; 309E 83, fol. 151v ; 309E 225, fol. 8v. Ces quelques ment (...)
  • 341 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 122r-123r.
  • 342 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/298, fol. 127r-v.
  • 343 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/298, fol. 218r-220v.
  • 344 AD Bouches-du-Rhône, 308E 11, fol. 54v.
  • 345 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 122r-123r.

67Les sources écrites médiévales livrent quelques éléments relatifs à la fréquence des réfections des couvertures d’églises en échandoles. Celle de l’église des Franciscains d’Aix fait l’objet de réfection partielle ou totale en 1369, 1405 et 1455 au moins340, soit à des intervalles de 35 à 50 ans. Celle de l’église paroissiale de Guillaumes est rénovée en 1482341 et 1562342 soit a priori à un intervalle de 80 ans. La faible conservation des registres de notaire de Guillaumes pour le xve siècle et même pour le xvie siècle incite à la prudence ; d’autres contrats de réfection ont pu être consignés dans des registres disparus ou avoir été passés chez d’autres notaires dont les archives n’ont pas été conservées. Une dizaine d’années plus tard, le 11 novembre 1578, les consuls somment le prieur de contribuer à la facture du « couvert du presbytère de ladite esglise fort ruynee et rompu » tant et si bien que le service divin ne peut plus être fait343. Malgré le dépouillement des registres suivants, aucun prix-fait relatif à ces travaux n’a été retrouvé. Les textes médiévaux ne mentionnent pas le réemploi d’anciennes échandoles non endommagées, ce qui laisserait penser qu’il est d’usage de renouveler l’ensemble de la couverture. En revanche, ils précisent le réemploi d’un autre matériau essentiel : les clous. C’est le cas pour la réfection de la toiture de l’église des Franciscains à Aix en 1369344, et de celle de l’église de Guillaumes en 1482345.

  • 346 AD Alpes-Maritimes, E 096/013, DD28 (22 avril 1776).
  • 347 AD Alpes-Maritimes, E 096/013, DD28 (17 mai 1779).

68Les textes médiévaux ne renseignent pas en revanche la fréquence de réfection des toits de planches, quel que soit le type de bâtiment (église, maison, grange, cabane). Le dépouillement de la série GG des archives communales des communautés des hautes vallées du Var et de la Tinée s’est avéré décevant. Seule une série de devis pour des travaux à effectuer sur l’église d’Isola et son presbytère fournissent des informations pour la fin du xviiie siècle. Un devis de restauration de la maison claustrale, établi le 22 avril 1776, mentionne le réemploi d’anciens bois en bon état de la charpente et de la couverture346. Un autre, réalisé le 17 mai 1779, mentionne la nécessité, pour restaurer le toit de cette maison claustrale, d’acheter 27 douzaines de planches de mélèze de bonne qualité, qui compléteront les anciennes planches, dont un quart sont encore en état d’être réutilisées347.

  • 348 Labbas 2016, vol. 3. Grange 100, Salso-Moreno, Saint-Étienne-de-Tinée.
  • 349 Mallé 1999, p. 160.

69Aussi, l’analyse dendroarchéologique s’avère ici être d’un apport majeur. L’étude d’une première grange, située sur le site de Salso-Moreno à 2 150 m d’altitude, révèle deux phases de remplacement des planches de la toiture348. La plus récente datée du milieu du xixe siècle constitue la dernière réfection. La seconde est datée du dernier tiers du xviiie siècle, soit un intervalle d’environ 70 ans entre deux réparations de la couverture en bois. Cette observation s’accorde avec les intervalles de rénovation des couvertures de planches de mélèze dans les Hautes-Alpes aux xviiie et xixe siècles, à savoir tous les 70 à 100 ans349. Tout en illustrant également la maintenance fréquente des granges agropastorales, un second cas apparaît plus complexe. Il s’agit d’une grange en ruine implantée à 1 900 m d’altitude, sur le site de Blainon dans le vallon de Roya, également à Saint-Étienne-de-Tinée (fig. 13). L’analyse dendrochronologique des bois d’œuvre (bois de charpente, de couverture, de plancher et les chambranles des ouvertures) du bâtiment livre sept phases durant lesquelles des arbres ont été abattus : 1537, 1637 (date post quem), 1832, 1854, 1871, 1889 et 1896. Les deux premières phases (1537 et 1637) représentent des réemplois de poutres dans la réfection des planchers du xixe siècle. C’est justement au xixe siècle que l’on peut lire plus précisément l’histoire des chantiers de réfection de l’édifice. Le chantier de 1832, au cours duquel les pannes secondaires sont changées, concerne uniquement la charpente de la grange. Vingt-deux ans plus tard, on constate une intervention sur la toiture durant laquelle les planches de couverture sont remplacées. Dix-sept ans plus tard, en 1871, celles-ci sont à nouveau changées. Lors du chantier de 1889, ce sont de nouveau des pannes qui sont remplacées, soit 67 ans après la dernière intervention sur cette partie de l’édifice. Sept ans plus tard, en 1896, le dernier chantier d’ampleur voit le remplacement d’une partie des planches de couverture ainsi que d’un plancher. Cette dernière réfection est marquée par la récupération de plusieurs planches ou parties de planches saines issues des chantiers de 1871 (25 ans avant) et de 1854 (42 ans avant). Les planches peuvent ainsi être récupérées sur des chantiers successifs qui alternent des réfections de la structure, notamment la charpente, et des maintenances de la couverture en bois.

Fig. 13 La récupération des planches au cours des chantiers de maintenance, le cas de la grange 400, Blainon (vallon de Roya, Saint-Étienne-de-Tinée).

Fig. 13 La récupération des planches au cours des chantiers de maintenance, le cas de la grange 400, Blainon (vallon de Roya, Saint-Étienne-de-Tinée).

DAO V. Labbas

  • 350 AD Bouches-du-Rhône, B 1667, fol. 32r ; fol. 47r ; fol. 68r.
  • 351 AD Alpes-Maritimes, E 096/013, DD26 (1725 ; 1786). Gourdon et Gourdon 2014, p. 238-239.
  • 352 AD Alpes-de-Haute-Provence, E dépôt 19/4 N2 (1846 ; 1871).
  • 353 AD Alpes-Maritimes, E 096/013, DD26 (16 août 1786). Gourdon et Gourdon 2014, p. 238.
  • 354 Gili 2017, p. 39.

70La réfection des couvertures des cabanes pastorales est, quant à elle, un souci permanent, comme en atteste l’obligation de fournir une cabane bien couverte dans les contrats d’arrentement d’alpage. La fréquence de réfection, totale ou partielle, de ces couvertures semble bien plus élevée que pour les autres édifices, puisqu’elles sont plus ou moins réparées tous les ans avant la saison d’estivage. Les conditions extrêmes (gel, dégel, poids de la neige) régnant sur les alpages l’hiver expliquent très probablement une dégradation plus rapide des couvertures, en témoignent les dépenses faites presque annuellement par Alzéas Raouls pour le salaire d’hommes envoyés sur les alpages pour « aboubar la cabana350 ». Et quand l’entretien annuel ne suffit plus, une reconstruction est envisagée, après 61 ans de service pour la cabane de Galestrières au xviiie siècle351, 25 ans pour celle de Costebelle en raison de son incendie au xixe siècle352. Lorsque les anciennes planches sont encore en état de servir, elles sont récupérées et réemployées, comme à la cabane pastorale de Galestrières, à Isola (Haute-Tinée), en 1786353. Une nouvelle fois, les clous sont également récupérés et réutilisés. En 1772, la communauté de Saint-Martin-de-Vésubie trouve une parade à la dégradation des toitures des cabanes l’hiver, en enjoignant les bergers à retirer les planches de couvertures l’hiver et à les replacer au printemps354.

4.2.2. Le recyclage des planches de toitures

71Lorsque les planches de couverture ne peuvent plus être réutilisées comme matériaux de couverture, elles sont parfois recyclées pour d’autres usages, principalement en tant que simples planches. Dès lors que la planche est un matériau à valeur ajoutée, son recyclage permet une substantielle économie dans des secteurs ruraux où les moyens financiers se révèlent limités.

  • 355 Édouard 2010b.

72Le recyclage de planches de couverture le plus ancien que l’on constate dans les Alpes méridionales est, dans l’état de nos connaissances, celui du coffrage de la flèche de l’église Saint-Romain à Puy-Saint-Vincent355. Un ensemble d’anciennes planches rainurées de toiture ayant déjà servi dans la seconde moitié du xiie siècle – ce que l’on perçoit grâce à l’usure différentielle de la surface des planches – est réadapté pour une nouvelle fonction. Les planches sont ainsi recoupées en biseau à leurs extrémités pour prendre la forme en pointe du coffrage de la flèche de l’église.

73Le recyclage de planches de couverture dans des constructions civiles se rencontre aussi dans des édifices plus récents. Les greniers des maisons du village de Colmars, reconstruits pour l’essentiel au cours du xixe siècle, présentent de nombreuses planches de couverture usagées datées des xviie et xviiie siècles et réemployées à de nouveaux usages. S’il arrive que ces planches soient valorisées intégralement, en cloison ou en chambranle de porte par exemple (fig. 14a-c), dans la plupart des cas observés, leur retraitement se traduit par une élimination de la partie usée, laissant une planche exploitable sur 1 m, voire 1,50 m selon le degré de recouvrement de la planche supérieure (la moitié ou un tiers). Certains planchers sont ainsi recouverts d’anciennes planches de toiture, retaillées et réadaptées à cette nouvelle destination (fig. 14d-e).

Fig. 14 Exemples de planches de couverture recyclées.

Fig. 14 Exemples de planches de couverture recyclées.

a. Planche rainurée réemployée en chambranle de porte (maison Rebattu, hameau de Champrichard, Allos). b et c. Planches recyclées en cloisons dans des greniers à Colmars. d. Fragment de planche recoupé et réutilisé en panneau de porte puis en latte de plancher à Colmars. e. Planches recoupées et recyclées en lattes de plancher à Colmars.

DAO V. Labbas

Conclusion et perspectives

74L’approche interdisciplinaire, croisant données historiques, archéologiques et dendrochronologiques, apporte un nouvel éclairage sur un aspect méconnu de la construction médiévale dans le midi de la France : les couvertures de bois. Malgré leur asynchronie, les sources textuelles et matérielles offrent une vision, certes partielle, mais complémentaire d’une pratique à géométrie variable en fonction des secteurs géographiques. L’étude attentive des textes et des bois révèle l’existence de deux matériaux de couverture en bois distincts : les échandoles, des petites planchettes probablement fendues, et les planches de grandes dimensions, sciées et rainurées. La frontière entre ces deux matériaux n’est pas rigide ; aussi trouve-t-on sur le terrain des planches rainurées de petites dimensions qui s’adaptent à la couverture. Cela explique peut-être la terminologie parfois imprécise employée par les notaires pour désigner ces deux matériaux. Dans l’aire géographique considérée, ces matériaux sont exclusivement façonnés en bois de mélèze ; un choix qui découle sans doute de la qualité de cette essence, de ses propriétés mécaniques et de sa longévité. Le mélèze n’est pas exclusif aux matériaux de couverture ; cette espèce est majoritairement employée dans la construction de montagne des Alpes du Sud. L’étude des actes notariés (transactions et prix-faits), couplée à celle des traces d’outils laissés sur les bois archéologiques et leur assemblage au sein des charpentes, restitue pro parte les chaînes opératoires techniques de l’acquisition de la matière première forestière et le façonnage des produits, à leur mise en œuvre sur les chantiers, voire leur réemploi. Si une partie de la production relève de l’autoconsommation, au titre des droits d’usages sur les ressources ligneuses forestières, un véritable marché se développe avec des intensités et des aires de distribution plus ou moins étendues autour des zones productrices. Dans la partie orientale des Alpes du Sud, le marché semble être local, circonscrit aux zones montagnardes, sans prendre place dans le marché régional du bois d’œuvre, exporté vers Nice et les côtes provençales et ligures. À l’opposé, c’est via un marché d’échelle régionale, actif dès les xive et xve siècles, voire le xiiie siècle, que les échandoles du Gapençais et du pays Dignois arrivent sur les couvertures urbaines de Basse-Provence occidentale. Ce marché se structure autour de zones productrices qui, au vu des quantités produites pour l’exportation, peuvent être qualifiées de districts industriels, et des voies de flottage reliant le Dauphiné et la Haute-Provence aux centres urbains de la basse vallée du Rhône.

  • 356 Aucun acte concernant des couvertures en bois n’a été découvert lors d’un dépouillement exhaustif (...)
  • 357 Nous n’en avons trouvé que deux, l’une en 1389 (AD Bouches-du-Rhône, 309 E43, le 23 avril 1389) et (...)
  • 358 « Coperire galariam domus habitationis ipsius Jacobi […] eisindolis sive de eiscindols », AD Bouch (...)
  • 359 AD Bouches-du-Rhône, B 1449, fol. 124r et 142v.
  • 360 AD Bouches-du-Rhône, 307E 1053, fol. 17r.
  • 361 Bibl. Inguimbertine, Carpentras, CC151, fol 184v.
  • 362 AD Bouches-du-Rhône, B 1449, fol. 103 ; B 1450, fol. 273r.

75Pointer, comme nous l’avons fait, le recours aux échandoles dans les villes de Basse-Provence au Moyen Âge ne doit pas conduire à le banaliser. Dans ces cités, la tuile règne, entre les xive et xvie siècles, tandis que l’usage de l’échandole reste ponctuel356. Au vu de ce que les textes nous permettent d’appréhender des pratiques médiévales, le savoir-faire demeure limité à quelques spécialistes que l’on va parfois chercher, comme les matériaux eux-mêmes, dans les zones montagnardes. La couverture de bois conserve, en ce sens, un caractère marginal. Les habitants d’Aix comme de Carpentras la connaissent suffisamment pour penser à l’employer, certains artisans aixois semblent s’en faire une spécialité, mais sans que l’échandole en vienne à concurrencer la terre cuite. En ce sens, matériau et savoir-faire alpins ne s’acclimatent pas vraiment aux plaines de Basse-Provence dans lesquelles leur usage apparaît circonscrit à quelques types de bâtiments. De rares habitations aixoises semblent, sans plus de précisions, couvertes d’échandoles357 ; ces dernières se trouvant parfois utilisées pour « couvrir la galerie d’une maison358 ». Mais nous retrouvons celles-ci, en premier lieu, en couverture de tours : au palais comtal d’Aix (Tour de l’Horloge, 1499 ; Tour du Trésor, 1503)359, sur la tour d’escalier du beffroi de cette ville (1510)360 comme sur le clocher de la cathédrale de Carpentras (1359)361. Elles apparaissent aussi, sans que leur destination précise soit donnée, au Palais comtal d’Aix (1495 et 1528)362 et sur l’église des Franciscains de cette ville.

  • 363 Voir sur ce point Bernardi 2016b.
  • 364 Bernardi 1995, p. 310-313. Situation opposée à ce qui est observé en Normandie au xive siècle. Boü (...)

76Les applications relevées sont relativement diverses et ne doivent probablement pas toutes avoir les mêmes raisons. Dans certains cas, les raisons du recours aux échandoles peuvent être d’ordre technique. Il peut s’agir, alors, de mettre en œuvre un matériau de couverture moins lourd que la terre cuite, par exemple dans le cas de la galerie mentionnée en 1492. On a pu également chercher à répondre à une pente plus forte qu’à l’ordinaire, en ce qui concerne les tours mais aussi certains bâtiments du Palais comtal363 ou l’église des Franciscains. Mais ces critères ne sont pas nécessairement les seuls à devoir être pris en compte. Que savons-nous, en effet, du rendu esthétique de ces couvertures que leur couleur grisée rapproche de celle de l’ardoise ? Le fait que nous les trouvions sur des bâtiments aussi importants que l’ancien Palais comtal d’Aix ou la cathédrale de Carpentras engage à ne pas négliger cette hypothèse. Mais il faut également s’interroger sur le caractère somptueux que peut revêtir ce type de couverture du fait d’un coût relatif plus élevé que celui de la tuile364.

77Avec une sorte d’inversion par rapport au milieu alpin dont elle est issue, la couverture d’échandoles paraît, dans la Basse-Provence des derniers siècles du Moyen Âge, réservée à des usages particuliers. Les raisons techniques, esthétiques et/ou économiques qui justifièrent de l’employer, limitèrent probablement par ailleurs sa large diffusion et l’échandole demeura, hors des Alpes, un matériau hors du commun.

  • 365 Aucune transaction ni prix-fait ne mentionne l’usage de la tuile.
  • 366 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 122r-123r.
  • 367 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/298, 127r-v.
  • 368 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/300, fol. 387r-388v.
  • 369 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/287, 16 août 1527.
  • 370 AD Alpes-Maritimes, 351E 3, fol. 68v-69v. L’église du hameau de Barels est également couverte de p (...)
  • 371 Lacroix 2003, p. 27.
  • 372 Pièces servant de postes d’observation.
  • 373 En témoignent les dépenses faites le 14 mars 1580 pour l’achat de deux cannes de planches de mélèz (...)
  • 374 Boüard 1965, p. 432-432 ; Bernardi et Nicolas 2003. Voir également les nombreux châteaux couverts (...)
  • 375 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/292, fol. 212v-213v.
  • 376 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/288, fol. 245v-246r.
  • 377 AD Alpes-de-Haute-Provence, 2E 273, fol. 46r-46v.
  • 378 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/298, fol. 507r-508v. Le toit à deux pans du four à pain collectif du ha (...)
  • 379 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/301, fol. 507r-508v.
  • 380 Des cabanes pastorales couvertes de planches sont également représentées sur les fresques du cycle (...)

78À l’opposé, les couvertures de bois sont la règle dans la petite ville de Guillaumes et les villages voisins, où la tuile semble totalement absente aux xve et xvie siècles365. Le bois de couverture est un matériau commun, qui couvre tous les types d’édifices, des plus prestigieux aux plus modestes : châteaux, églises, maisons, granges, cabanes, fours… Le façonnage et la mise en œuvre des bois de couverture font partie des savoirs tacites des communautés alpines ; en témoigne leur maîtrise par des personnes aux profils aussi variés que des fustiers, des forgerons et des paysans. La localisation des chantiers et surtout la provenance des personnes détentrices de savoir-faire montrent une diffusion des pratiques dans l’ensemble des communautés des hautes vallées du Var et du Verdon. Cette uniformité apparente cache une réalité plus complexe où coexistent deux matériaux différents : les échandoles de petites dimensions (environ 65 cm de long) et les planches rainurées de grandes dimensions (2 m de long en moyenne). Cette coexistence questionne l’emploi différencié de ces deux matériaux. La réflexion se heurte, d’une part, à la nature de la documentation écrite et à ses non-dits et, d’autre part, à la conservation des couvertures de bois. On ignore ainsi la destination de plusieurs milliers d’échandoles produites et commercialisées en 1473 et en 1483. Néanmoins, les prix-faits témoignent de leur mise en place pour couvrir des édifices religieux, comme l’église paroissiale de Guillaumes en 1482366 et en 1562367, mais aussi le corps du château en 1571368. L’échandole serait-elle réservée à un usage prestigieux, ostentatoire, comme cela a pu être le cas à Aix ? Un prix-fait de 1527 vient contraster ce constat, puisqu’une maison au moins est couverte d’échandoles à Guillaumes369. Le statut socio-économique de son propriétaire étant inconnu, il est difficile d’aller plus loin dans l’interprétation. Les planches, quant à elles, couvrent, selon la documentation recueillie, un éventail plus large de bâtiments. Celles-ci concurrencent parfois l’échandole sur les toits d’édifices religieux, comme l’église paroissiale de Péone370. Les planches servent également à couvrir certains ouvrages défensifs tels que la tour carrée du château de Guillaumes en 1592371 et les gabions372 de la ville, comme celui de la Carriero drecho en 1580373. L’emploi d’un matériau inflammable pour couvrir des dispositifs défensifs peut surprendre, mais il est somme toute assez commun au Moyen Âge, et se constate aussi bien dans Alpes du Nord qu’en d’autres régions374. Les planches couvrent également des maisons à Guillaumes en 1542375, au hameau des Roberts en 1564376 et à Thorame-Basse en 1488377. Elles couvrent aussi certains équipements collectifs, comme le four du Saint-Sperit de Guillaumes, en 1569378. Hors des agglomérations, aussi modestes soient-elles, la planche sert à couvrir des cabanes d’alpages et des granges379, dont l’étude dendroarchéologique et dendrochronologique révèle les rythmes de réfections et les pratiques de réemploi. Dans cette microrégion, l’usage des grandes planches de toiture semblerait donc plus large que celui des échandoles, que l’on perçoit, pour l’instant, confinées au centre urbain de Guillaumes. Dans ce dernier, planches et échandoles coexistent et se partagent parfois les couvertures d’un même édifice, comme c’est le cas pour le château. Ce paysage bâti fait écho à celui du Val Varaita (Dauphiné) peint en 1422, où château, églises, maisons et granges sont couverts en grande partie de bois (fig. 15)380.

Fig. 15 Usage des couvertures de bois dans le Val Varaita.

Fig. 15 Usage des couvertures de bois dans le Val Varaita.

a. Détail de l’adret ; b. Détail de l’ubac. Vues figurées de la vallée de Château-Dauphin, 1422.

Archives départementales de l’Isère, B 3710 (Adret) et B 4496 (Ubac).

  • 381 Par exemple : Musset 1979, p. 88 ; Raybaut et Perréard 1982, p. 49.
  • 382 Felicelli 2002 ; Lebouteux 2007, p. 38, n. 43 ; Leguay 2008, chap. 14.
  • 383 Magalon 1954, p. 105. Les consuls firent vœu, au nom de la population, d’aller tous les ans, le 24 (...)

79La chronologie du corpus de bois étudiés interroge sur la place des couvertures de bois et son évolution dans la zone alpine au cours des époques modernes et contemporaines. Il est courant de lire que l’emploi des couvertures de bois serait l’usage le plus répandu, sinon exclusif, dans les Alpes du Sud au Moyen Âge, et que l’époque moderne voit son remplacement progressif par d’autres matériaux (tuiles, ardoises, lauzes). Les raisons invoquées sont généralement : le risque d’incendie et la carence en bois sous la pression croissante de la demande en bois d’œuvre, notamment pour la marine381. Les incendies de bâtiments, notamment d’églises couvertes de bois, sont bel et bien une réalité ici comme ailleurs382. La ville de Guillaumes est victime d’un grand incendie dans la nuit du 22 août 1682. Quelques jours après, le 8 septembre 1682, les consuls de la ville commandent à Jean Ardisson, peintre du Puget, un ex-voto représentant cet évènement. Le retable a été peint peu de temps après et exposé dans l’église Notre-Dame-du-Buey383. Il est fort probable que le peintre se soit rendu à Guillaumes pour réaliser son œuvre. L’observation des couvertures des édifices de la ville montre clairement l’usage de deux matériaux de couverture différents : le bois et la tuile (fig. 16).

Fig. 16 Couvertures de bois, couvertures de tuiles à Guillaumes, d’après l’ex-voto de 1682.

Fig. 16 Couvertures de bois, couvertures de tuiles à Guillaumes, d’après l’ex-voto de 1682.

DAO Commune de Guillaumes ; DAO V. Labbas

  • 384 Lacroix 2003.
  • 385 Ibid., p. 27.
  • 386 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/088 ; 3E004/089.
  • 387 AD Alpes-Maritimes, 3E 040/001 (1580).
  • 388 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/169 (1579-1580).
  • 389 Le mémoire rédigé en 1700 par Vauban, qui s’est rendu à Guillaumes en 1682 et 1692, fait état du m (...)
  • 390 Magalon 1954, p. 97, n. 4. L’auteur rapporte que l’ancienne toiture était couverte de mélèze et de (...)
  • 391 Faure-Vincent 2004, p. 69.
  • 392 Tels que celui de l’emploi exclusif de la tuile en Provence orientale littorale et restituer à leu (...)

80L’église Saint-Étienne est, encore à cette époque-là, couverte de bois. Les toitures des maisons sont soit en tuiles, soit en bois. La couverture du château embrasé n’est pas représentée. Cette œuvre soulève la question de la diversification des matériaux de couverture à l’époque moderne à Guillaumes. Les dépouillements des registres de notaires effectués jusqu’en 1580 n’ont jamais révélé l’emploi de tuiles. On note la même absence dans les comptes trésoraires de la communauté tout au long du xvie siècle, et cela même pour les couvertures du château384. Lorsque la couverture de la tour carrée du château est changée à la fin du mois de juillet 1592, la nouvelle est de nouveau réalisée en planches385. Il semblerait que le bois ait été le matériau exclusif de couverture à Guillaumes durant le xvie siècle. Les quelques registres dépouillés pour les communautés voisines d’Entraunes386, Châteauneuf d’Entraunes387 et Saint-Martin d’Entraunes388 pour les années 1570-1580 vont dans le même sens. Ainsi, la diversification des matériaux de couverture se ferait au cours du xviie siècle. L’ex-voto de 1682 montre bien qu’il ne s’agit pas d’un remplacement systématique des planches par les tuiles, les deux matériaux pouvant coexister au sein d’une même ville, d’un même quartier. Il est impossible d’évaluer la part de chacun de ces matériaux en l’absence d’étude sur le xviie siècle et les siècles suivants389. L’emploi du bois comme matériau de couverture persisterait, du moins pour l’église paroissiale, jusqu’en 1899, date de son remplacement par une toiture de tuiles plates390. De même, les études dendroarchéologiques ont démontré que l’usage de planches de couverture rainurées est encore commun pour couvrir les maisons et granges dans les hautes vallées du Verdon et de la Tinée du xviie au xixe siècle, attestant ainsi la persistance de ce mode de couverture et des savoirs associés. Il en est de même pour le hameau de Barels et son église391. Cette diversification peut avoir des causes différentes en fonction de l’époque et des secteurs : durabilité des matériaux, disponibilité des ressources végétales et minérales dans le territoire, coût d’extraction et de transport et, par conséquent, signe de distinction sociale, etc. Pour répondre à ces questions, il serait nécessaire d’ouvrir un vaste chantier, à la fois historique et archéologique, dédié aux divers matériaux de couvertures employées en Provence afin de tenter de délimiter les aires de répartition de chaque matériau, remettre en cause les présupposés392, et saisir les circulations des matériaux et des savoirs dans le temps et l’espace. Autant de questions ouvertes et de perspectives qu’il faudra explorer à l’avenir.

81Au-delà de ses apports pour l’histoire et l’archéologie des techniques de couverture, et plus généralement de la construction, cette étude contribue au renouvellement des connaissances de l’économie de la montagne qui apparaît de plus en plus active et diversifiée, en connexion avec les marchés urbains et ruraux des bas-pays qu’elle domine. De même, elle attire l’attention sur la nécessité, d’une part, de prendre plus en compte l’histoire des couvertures dans l’étude du patrimoine bâti, laquelle pourrait aider à définir les états auquel se référer lors des restaurations et, d’autre part, de considérer le bâti agropastoral comme patrimoine culturel à part entière et comme archive des interactions entre l’homme et son environnement.

Haut de page

Bibliographie

Sources éditées

Alberti L. B.

1553, L’architecture et art de bien bastir du seigneur Leon Baptiste Albert, gentilhomme florentin, divisé en dix livres, traduicts de latin en françois, par deffunct Ian Martin, parisien, nagueres secretaire du reverendissime cardinal de Lenoncourt, Paris, Jacques Kerver libraire.

Baratier É. (éd.)

1969, Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 et 1278), Paris, Bibliothèque nationale.

Crescenzi P. de

1521, Le Livre des prouffitz champestres et ruraulx, touchant le labour des champs, vignes et jardins, pour faire puys, fontaines, citernes, maisons et aultres édiffices, lequel a esté extraict du jardin de santé du grant propriétaire de Virgile et de plusieurs aultres docteurs auctentiques, et fut jadis composé par maistre Pierre Des Crescens, Paris, Enseigne de la Roze blanche couronnee.

Duhamel du Monceau H.-L.

1764, De l’exploitation des bois, ou moyens de tirer un parti avantageux des taillis, demi-futaies, et d’en faire une juste estimation : avec ma description des arts qui se pratiquent dans les forêts : faisant partie du traité complet des Bois et des forêts, première partie, Paris, H.-L. Guérin et L.-F. Delatour.

Emy A. R.

1878, Traité de l’Art de la charpenterie, Paris, Dunod Éditeur.

Royer J.-Y. (éd.)

1988, « Le journal de Noé de Barras, un entrepreneur de transhumance au xve siècle. Texte provençal inédit de 1480 », Alpes de lumière, no 98.

Villeneuve-Bargemont C. de

1815, Voyage dans la vallée de Barcelonnette, département des Basses-Alpes, Agen, R. Noubel imprimeur-libraire.

Bibliographie

Alix C. et Épaud F. (dir.)

2013, La construction en pan-de-bois au Moyen Âge et à la Renaissance, Tours, Presses universitaires François-Rabelais ; Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Allix A.

1929, L’Oisans au Moyen Âge. Essai de géographie historique en haute montagne, Paris, H. Champion.

Arnoux M.

2013, « Districts industriels, régions de production, marchés (Europe, xiie-xve siècle). Quelques pistes de réflexion », dans Minovez J.-M., Verna C. et Hilaire-Pérez L. (dir.), Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des XXXIIIe Journées internationales d’histoire de Flaran, 7-8 octobre 2011, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 13-28.

Aumard S.

2008, « Les “Toits de l’Europe II” (2008-2009). Mise en œuvre d’une méthodologie partagée pour l’étude, la conservation et la mise en valeur des toitures historiques », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA, no 12, 6 p. [en ligne], DOI : 10.4000/cem.7422.

2016, « De l’étude archéologique au projet », Charpentes et couvertures, dans Monumental, no 1, p. 12-17.

Bernardi P.

1995, Métiers du bâtiment et techniques de construction à Aix-en-Provence à la fin de l’époque gothique (1400-1550), Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence.

1998, « Construction et politique en Provence. L’approvisionnement en matériaux : une affaire publique ? », dans Coulet N. et Guyotjeannin O. (dir.), La ville au Moyen Âge, Sociétés et pouvoirs dans la ville, Actes du 120e congrès national des Sociétés historiques et scientifiques, Aix-en-Provence, 1995, Paris, CTHS, vol. II, p. 9-20.

2004, « Le métier : réflexions sur un mode d’identification », dans Arnoux M. et Monnet P. (dir.), Le technicien dans la cité en Europe occidentale, 1250-1650, Rome, École française de Rome, Collection de l’École française de Rome, 325, p. 93-107.

2007, « De l’influence de la lune : note sur l’abattage des arbres à la fin du Moyen Âge », dans Durand A. (dir.), Plantes exploitées, plantes cultivées : culture, techniques et discours, études offertes à Georges Comet, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, p. 23-32.

2015, « Quand le bâtiment va… Une facette des rapports ville-campagne : le marché des matériaux », dans Drendel J. (dir.), Crisis in the Later Middle Ages. Beyond the Postan-Duby Paradigm, Turnhout, Brepols, p. 273-296.

2016a, « Les à-côtés de l’écrit. Réflexions sur les modalités de la commande artisanale », dans Grévin B. et Mairey A. (dir.), Le Moyen Âge dans le texte : cinq ans d’histoire textuelle au Lamop, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 229-240.

2016b, « Transfert et hybridation : réflexions sur la délicate question de la circulation des techniques à partir du cas de la charpente du Parlement de Provence commandée en 1559 », dans Nobile M. R. et Scibilia F. (dir.), Tecniche costruttive nel Mediterraneo. Dalla stereotomia ai criteri antisismici, Palerme, Caracol, p. 9-28.

Bernardi P. (dir.)

2007, Forêts alpines et charpentes de Méditerranée, L’Argentière-la-Bessée, Éditions du Fournel.

Bernardi P. et Nicolas N.

2003, « Les échandoles : applications et rayonnement d’un matériau et d’un savoir-faire montagnard, à la fin du Moyen Âge », dans Ortega Santos A. et Vignet Zunz J. (dir.), Las montañas del Mediterraneo, Grenade, Diputació de Granada-Centro de investigaciones etnológicas Ángel Ganivet, p. 287-304.

Billioud J.

1960, « Les bois des Hautes-Alpes en Provence », Bulletin de la Société d’études des Hautes-Alpes, no 52, p. 106-112.

Blanc F., Wicha S., Édouard J.-L. et Suméra F.

2014, « Le bois de construction à Grasse (Alpes-Maritimes, France) du Moyen Âge à l’époque moderne : apports récents de l’archéologie préventive », communication au colloque de l’European association of urban archaeology [en ligne], DOI : 10.13140/2.1.3469.6649.

Boüard M. de

1965, « Note sur les matériaux de couverture utilisés en Normandie au Moyen Âge », Annales de Normandie, no 15-3, p. 415-436.

Bouras A.

2018, La civilisation des clairières. Enquête sur la civilisation de l’arbre en Roumanie. Ethnoécologie, technique et symbolique dans les forêts des Carpates, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Bouticourt E.

2016, Charpentes méridionales. Construire autrement : le Midi rhodanien à la fin du Moyen Âge, Arles, Honoré Clair.

Boyer J.

1984, « Le commerce des bois de charpente et menuiserie à Aix-en-Provence aux xve, xvie et xviie siècles », dans Économies et sociétés dans le Dauphiné médiéval, Actes du 108e congrès des sociétés savantes, Grenoble, 1983, Paris, CTHS, p. 121-138.

Boyer J.-P.

1990a, « Pour une étude des forêts de haute Provence (xiiie-xve s.) », Provence historique, t. 40, fasc. 161, p. 267-290.

1990b, Hommes et communautés du haut-pays niçois médiéval : la Vésubie (xiie-xve siècles), Nice, Centre d’études médiévales.

Britnell R. H.

1996, The Commercialisation of English society 1000-1500, Manchester, Manchester University Press.

Bromberger C., Lacroix J. et Raulin H.

1980, L’architecture rurale française. Corpus des genres, des types et des variantes. Provence, Paris, Berger-Levrault.

Burri S.

2012, Vivre de l’inculte, vivre dans l’inculte en Basse Provence centrale à la fin du Moyen Âge: histoire, archéologie et ethnoarchéologie d’un mode de vie itinérant, thèse de doctorat en Histoire et Archéologie, Aix Marseille Université, sous la direction d’Aline Durand.

2014, « Reflections on the Concept of Marginal Landscape through a Study of Late Medieval incultum in Provence (South-Eastern France) », European Journal of Post-Classical Archaeologies, no 4, p. 7-38.

2018a, « Être charbonnier en Provence à la fin du Moyen Âge (France) », dans Paradis-Grenouillet S., Burri S. et Rouaud R. (dir.), Charbonnage, charbonniers, charbonnières. Confluence de regards sur un artisanat méconnu, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, p. 203-214.

2018b, « La saisonnalité des techniques. L’exemple de la levée du liège dans le massif des Maures à la fin du Moyen Âge », dans Burri S. et Ouerfelli M. (dir.), Artisanat et métiers en Méditerranée médiévale et moderne, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, p. 137-166.

Burri S., Durand A., Py V. et Vaschalde C.

2013, « Les outils pour acquérir et transformer la matière ligneuse dans les chaînes opératoires techniques des artisanats forestiers en Provence et Haut-Dauphiné au Moyen Âge », dans Anderson P. C., Cheval C. et Durand A. (dir.), Regards croisés sur les outils liés au travail des végétaux, Actes des XXXIIIe Journées internationales d’histoire et d’archéologie d’Antibes, Antibes, 23-25 octobre 2012, Antibes, APDCA, p. 397-414.

Burri S., Py-Saragaglia V. et Cesarini R.

2018, « Moving Up and Down throughout the Seasons: Winter and Summer Grazing between Provence and Southern Alps (France) AD 1100-1500 », dans Costello E. et Svensson E. (ed.), Historical Archaeologies of Transhumance across Europe, Abingdon, Routledge, p. 135-153.

Campbell D.

2007, Le bois dans l’architecture traditionnelle, Aix-en-Provence, Édisud.

Canestrier P.

1922-1923, « La charte communale des Entraunes », Annales de la Société des lettres, sciences et arts des Alpes Maritimes, t. XXIV, p. 95-113.

1954, « Historique de la ville de Guillaumes », Nice Historique, no 2, p. 61-82.

Carrier N.

2003, « De la maison au “village”. Les origines de la morphologie de l’habitat dispersé dans les montagnes de la Savoie du Nord », dans Antoine A. (dir.), La maison rurale en pays d’habitat dispersé : de l’Antiquité au xxe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 279-289 [en ligne], DOI : 10.4000/books.pur.11718.

Carrier N. et Mouthon F.

2010, Paysans des Alpes : les communautés montagnardes au Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Chalmin-Sirot E. et Poisson J.-M.

2003, « Le bois dans les châteaux et maisons nobles de Savoie et de Bresse d’après les comptes de châtellenies », dans Poisson J.-M. et Schwien J.-J. (dir.), Le bois dans le château de pierre au Moyen Âge, Actes du colloque de Lons-le-Saunier, 23-25 octobre 1997, Besançon, Presses universitaires Franc-Comtoises, p. 171-185.

Chapelot O.

2003, « Bois sec, bois vert. Vraie ou fausse question ? », dans Poisson J.-M. et Schwien J.-J. (dir.), Le bois dans le château de pierre au Moyen Âge, Actes du colloque de Lons-le-Saunier, 23-25 octobre 1997, Besançon, Presses universitaires Franc-Comtoises, p. 79-89.

Chevalier P. et Couailhac M.-J.

1991, Les Dauphinois et leurs forêts aux xviiie et xixe siècles, Grenoble, CRHESI.

Codou Y. et Pécout T. (dir.)

2015, Cathédrales de Provence, Strasbourg, La Nuée Bleue / Place des victoires, collection La grâce d’une cathédrale.

Coulet N.

1973, « Circulation et échanges en Ubaye au bas Moyen Âge », Provence historique, t. 23, fasc. 93-94, p. 146-164.

Delsalle P.

2011, « Ancelles et tavaillons du xive au xviie siècle dans les villages du massif du Jura : un artisanat proto-industriel ou pré-industriel ? », dans Aspects de l’artisanat et de l’industrie en Franche-Comté du Moyen Âge à nos jours, Actes du colloque de la Fédération des sociétés savantes de Franche-Comté, Montbéliard, 3-4 avril 2009, Montbéliard, Fédération des sociétés savantes de Franche-Comté, Société d’émulation de Montbéliard, p. 129-146.

Douguedroit A.

1976, Les paysages forestiers de Haute-Provence et des Alpes-Maritimes, Aix-en-Provence, Édisud.

Dubois G.

1933, « Un Manuscrit de l’Intendant Dauphinois Fontanieu, Mémoires généraux sur les productions et le commerce du Dauphiné », Bulletin de la Société scientifique du Dauphiné, t. XII, p. 173.

Duperroy F. et Desmet Y. (dir.)

2016, Les couvertures médiévales : images et techniques, Actes du 2e colloque scientifique autour de la cathédrale Notre-Dame de Tournai, Tournai, 22 et 23 avril 2015, Namur, Ministère de la région wallonne, Division du patrimoine, collection Études et Documents, série Monuments et sites, no 14.

Dyer C.

2013, « L’industrie rurale en Angleterre des années 1200 à 1550 : géographie, sociologie et organisation de la production et des marchés », dans Minovez J.-M., Verna C. et Hilaire-Pérez L. (dir.), Les industries rurales dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des XXXIIIe Journées internationales d’histoire de Flaran, 7-8 octobre 2011, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 43-61.

Édouard J.-L.

2004, « Histoire des hameaux de Barels. Approche dendrochronologique », dans Faure-Vincent D., Étude pluridisciplinaire du site de Barels (commune de Guillaumes, Alpes-Maritimes), t. 2, 3e partie.

2007, « Les très vieux arbres, témoins et vestiges des forêts du passé dans les Alpes du Sud », dans Bernardi P. (dir.), Forêts alpines et charpentes de Méditerranée, L’Argentière-la-Bessée, Éditions du Fournel, p. 9-16.

2010a, « Longue chronologie de cernes du mélèze et occupation humaine depuis plus de mille ans dans la vallée de la Clarée (Briançonnais, Alpes françaises) », dans Tzortzis S. et Delestre X. (dir.), Archéologie de la montagne européenne, Actes de la table ronde internationale de Gap, 29 septembre-1er octobre 2008, Paris, Errance, BIAMA, vol. 4, p. 325-333.

2010b, « Datation dendrochronologique du bâti traditionnel et occupation humaine dans les Alpes françaises du sud au cours du dernier millénaire », dans Astrade L. et Miramont C. (dir.), Panorama de la dendrochronologie en France, Actes du colloque de Digne-les-Bains, Alpes-de-Haute-Provence, 8-10 octobre 2009, Le Bourget-du-Lac, collection Edytem, vol. 11, p. 169-176.

Édouard J.-L., Tessier L. et Thomas A.

1991, « Limite supérieure de la forêt au cours de l’Holocène dans les Alpes françaises », Dendrochronologia, vol. 9, p. 125-142.

Édouard J.-L., Guibal F., Nicault A., Rathgeber C., Tessier L., Thomas A. et Wicha S.

2002, « Arbres subfossiles (Pinus cembra, Pinus uncinata et Larix decidua) et évolution des forêts d’altitude dans les Alpes françaises au cours de l’Holocène. Approche dendrochronologique », dans Richard H. et Vignot A. (éds.), Équilibre et rupture dans les écosystèmes depuis 20 000 ans en Europe de l’Ouest : durabilité et mutation, Actes du colloque international de Besançon, Besançon, 18-22 septembre 2000, Besançon, Presses universitaires Franc-Comtoises, collection Annales Littéraires, série Environnement, Sociétés et archéologie, no 3, p. 403-411.

Épaud F.

2007, De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie. Évolution des techniques et des structures de charpenterie aux xiie-xiiie siècles, Caen, Publications du Crahm.

Fabre C.

2017, « Pour hediffier ou pour ardoir ». Le bois à Toulouse à la fin du Moyen Âge, Thèse de doctorat d’Histoire médiévale, Université Paris-Sorbonne, sous la direction d’Élisabeth Crouzet-Pavan.

Falque-Vert H.

1997, Les hommes et la montagne en Dauphiné au xiiie siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, collection La pierre et l’écrit.

Faure-Vincent D.

2004, « Habiter à Barels », dans Étude pluridisciplinaire des hameaux de Barels, t. II, Architecture et aménagements, Puget-Rostang, Écomusée du Pays de La Roudoule, p. 10-80.

Felicelli C.

2002, « Le feu, la ville et le roi : l’incendie de la ville de Bourges en 1252 », Formes et usages de l’espace urbain dans la France des Lumières, dans Histoire urbaine, no 5, vol. 1, p. 105-134.

Fontaine L.

2014, Le marché. Histoire et usages d’une conquête sociale, Paris, Gallimard, collection NRF Essais.

Fossier R.

2001, « L’artisanat rural au Moyen Âge : bilans et problèmes », dans Mousnier M. (dir.), L’artisan au village dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des XIXe Journées internationales d’Histoire de l’Abbaye de Flaran, 5-7 septembre 1997, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, collection Flaran, p. 7-32.

Gadoud M.

1917, « Les forêts du Haut-Dauphiné à la fin du xviie siècle et de nos jours », Recueil des travaux de l’institut de géographie alpine, t. 5, no 1, p. 1-113

Galleani S. de

1998, « Chronique d’un notaire du Broc, 1543-1572 », Recherches régionales, Alpes-Maritimes et contrées limitrophes, no 146, p. 83-96.

Gaubèrt L. et Gonin M.

2012, Diccionari d’arquitectura, IEO ed. [en ligne], URL : https://ideco-dif.com/lyber_pdf/lyber_6.pdf.

Gaziello F.

1944, « De quelques règlements insérés dans les Statuts Municipaux de Saorge (1610) », Nice historique, 47e année, nos 1-2, p. 20-30 ; p. 57-66.

Gili E.

2018, « Des arbres et des hommes (II). Propriétés, limites et usages de la forêt en Vésubie (xve-xxe s.) », Des arbres et des hommes dans le haut pays niçois (partie II), Patrimoine du Haut Pays, no 17, p. 9-49.

Gourdon M. et Gourdon M.-L.

2003, Mémoire d’en haut. Architecture et objets de la vie quotidienne dans les vallées du Mercantour, Nice, Parc national du Mercantour, Breil-sur-Roya, Les Éditions du Cabri.

2014, Nos bergers. Histoire du pastoralisme dans les Alpes-Maritimes, Breil-sur-Roya, Éditions du Cabri.

Grasse M.-C.

2005, Vivre en Provence à la fin du Moyen Âge : l’habitat urbain médiéval en Provence orientale 1250-1525, Nice, ASPEAM.

Grasse M.-C., Luciani P., Perez F. et Pasnot J.-J.

1988, « Nice, fouille d’une maison du xive siècle (Alpes-Maritimes) », Archéologie du Midi médiéval, t. 6, p. 153-160.

Guibal F.

1998, « Les méthodes de la dendrochronologie : son application au domaine alpin », dans Histoire et Anthropologie des populations de l’Arc Alpins, Université d’été 1998, L’Argentière-la-Bessée, Éditions du Fournel, collection Histoire et patrimoine, p. 21-27.

Hildesheimer E.

1952, « Utelle d’après ses anciennes chartes », Nice Historique, 55e année, nos 1-2, p. 7-34.

Hoffsummer P.

1991, « La dendrochronologie au service de la datation des monuments », Bulletin de la Fondation Julien et Laure Vanhove-Vonnêche, no 3, 1991, p. 41-48.

1995, Les charpentes de toitures en Wallonie : typologie et dendrochronologie (xie-xixe siècle), Namur, Ministère de la région wallonne, Division du patrimoine, collection Études et Documents, série Monuments et sites, no 1.

2016, « Du programme d’origine à la restauration des charpentes et couvertures », Charpentes et couvertures, Monumental, no 1, p. 6-11.

Houdart T.

2002, Toits de bois en Europe : du Limousin aux Carpathes, Lamazière-Basse, Maïde.

Kowaleski M.

1995, Local Markets and Regional Trade in Medieval Exeter, Cambridge, Cambridge University Press.

Labbas V.

2016, Archéologie et dendrochronologie du bâti dans le massif du Mercantour durant le deuxième millénaire de notre ère, Thèse de doctorat d’Archéologie, Université d’Aix-Marseille, sous la direction de Philippe Pergola et Jean-Louis Édouard.

Labbas V. et Shindo L.

2018, « Using a Dendrochronological and Archaeological Approach to Understand Timber USes and Ancient Forest Management in the Southern French Alps over the Last Millennium », dans Paradis-Grenouillet S., Aspe C. et Burri S. (dir.), Into the Woods. Overlapping perspectives on the history of ancient forests, Versailles, Éditions Quae, collection Update Sciences & technologies [en ligne], URL : https://www.quae.com/produit/1539/9782759229079/into-the-woods

Lacroix J.-B.

2003, « Le château et la défense de Guillaumes pendant les guerres de Religion », Recherches Régionales. Alpes-Maritimes et contrées limitrophes, no 166, p. 1-41.

2006a, « Les archives médiévales des notaires des Alpes-Maritimes (1ere partie : le xive siècle) », Recherches régionales. Alpes-Maritimes et contrées limitrophes, no183, p. 101-130.

2006b, « Les archives médiévales des notaires des Alpes-Maritimes (2e partie : la 1re moitié du xve siècle) », Recherches régionales. Alpes-Maritimes et contrées limitrophes, no184, non paginé.

2007, « Les archives médiévales des notaires des Alpes-Maritimes (3e partie : la 2nde moitié du xve siècle) », Recherches régionales. Alpes-Maritimes et contrées limitrophes, no186, p. 1-38.

Lambert G.-N.

2011, « Dendrochronology, Archaeology and Sciences », dans Fraiture P. (dir.), Tree Rings, Art, Archaeology, Proceedings of an International Conference, Bruxelles, Institut royal du patrimoine artistique, 10-12 février 2010, Bruxelles, Scientia Artis, vol. 7, p. 19-29.

Lambert G.-N., Lavier C., Perrier P. et Vincenot S.

1988, « Pratique de la dendrochronologie », Histoire & mesure, vol. 3, no 3, p. 279-308.

Lambert G.-N. et Lavier C.

1992, « L’étalon de datation dendrochronologique Bourgogne 29 », dans Les veines du temps. Lecture du bois en Bourgogne, catalogue d’exposition, Autun, Musée Rolin, p. 123-156.

Lambert G.-N., Bernard V., Dupouey J.-L., Fraiture P., Gassman P., Girardclos O., Lebourgeois F., Ledigol Y., Perrault C. et Tegel W.

2010, « Dendrochronologie et dendroclimatologie du chêne en France. Questions posées par le transfert de données de bois historiques vers la dendroclimatologie », dans Astrade L. et Miramont C. (dir.), Panorama de la dendrochronologie en France, Actes du colloque de Digne-les-Bains, Alpes-de-Haute-Provence, 8-10 octobre 2009, Le Bourget-du-Lac, collection Edytem, vol. 11, p. 205-216.

Lassalle J.

2003, « Entre usages et commercialisation des ressources forestières, le bois de Iou : un enjeu dans les relations entre Breil-sur-Roya et Dolceacqua (Alpes-Maritimes-Ligurie) au milieu du xve siècle », dans La forêt et le bois en Provence, Actes des 11e Journées d’étude de l’espace provençal, Mouans-Sartoux, 13 et 14 mai 2000, Mouans-Sartoux, Centre régional de documentation occitane, p. 25-41.

Lavier C., Locatelli C. et Pousset D.

2004, « De l’artefact en bois à la nature forestière : quelques histoires parlantes », Le bois dans son futur, numéro spécial de Revue forestière française, p. 17-29.

Lebouteux P.

2007, Traité de couverture traditionnelle, Paris, H. Vial.

Leguay J.-P.

2008, Le feu au Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes [en ligne], mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 18 novembre 2018, DOI : 10.4000/books.pur.3742.

Leloup D.

2012, « Les essentes de châtaignier en Bretagne et en Normandie et les toitures en lauzes chevillées en Trégor et en Léon », dans Hoffsummer P. (dir.), Les charpentes du xie au xixe siècle, Grand Ouest de la France : typologie et évolution, analyse de la documentation de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Turnhout, Brepols, collection Architectura Medii Aevi, no 5, p. 208-213.

Leroy N.

2007, « Réglementation et ressources naturelles : l’exemple de la forêt en Comtat Venaissin », dans Bernardi P. et Boisseuil D. (dir.), La nature en partage : Connaître et exploiter les ressources naturelles, dans Médiévales [en ligne], no 53, mis en ligne le 17 décembre 2009, DOI : 10.4000/medievales.3763.

Magalon L.

1954, « Antiquités civiles et religieuses de Guillaumes », Nice historique, 57e année, no 2, p. 96-108.

Malausséna P.-L.

1969, La vie en Provence orientale aux xive et xve siècles. Un exemple : Grasse à travers les actes notariés, Paris, Pichon et Durand-Augias.

Mallé M.-P.

1999, L’habitat du Nord des Hautes Alpes : Patrimoine architectural et mobilier, Aix-en-Provence, Patrimoine de Provence.

Menini G.

2012, Costruire in cielo. L’architettura di montagna. Storie, visioni, controverse. Thèse de doctorat d’architecture, Milan, Politecnico di Milano, sous la direction de Daniele Vitale.

Mille P.

2016, « Wood Shingles of Medieval Roofs: a First Approach in France », dans Fraiture P., Charruadas P., Gautier P., Piavaux M. et Sosnowska P. (dir.), Between Carpentry and Joinery. Wood Finishing Work in European Medieval and Modern Architecture, Brussels, Royal Institute for cultural heritage, p. 128-147.

Mortet V., Deschamps P.

1995, Recueil des textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condition des architectes en France, au Moyen Âge, xie-xiiie siècles (1res éditions : Paris, Picard, 1911 et 1929), Paris, Éditions du CTHS.

Mouthon F.

2001, « L’habitat montagnard à la fin du xve et au début du xvie siècle dans la vallée de Ceillac (Hautes-Alpes) », Le Monde alpin et rhodanien. Revue régionale d’ethnologie, no 29-4, p. 45-70.

2008, « La maison des Alpes françaises du village médiéval à l’habitat “traditionnel” », dans Trochet J.-R. (dir.), Maisons paysannes en Europe occidentale (xve-xxie siècles), Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, p. 103-112.

2009, « Approvisionnement et ville de montagne à la fin du Moyen Âge à partir du cas de Guillestre et d’autres villes des Hautes-Alpes », dans Bolumburu B. A. et Solorzano Telechea J. A. (dir.), Alimentar la ciudad en la Edad Media, Actes des Ve Rencontres internationales du Moyen Âge, Nájera, 22-25 juillet 2008, Logroño, Istituto de Estudios Riojanos, p. 253-272.

Musset D.

1979, « Étude d’un ensemble de “granges” situées dans le vallon du Cairos. Commune de Saorge, Alpes-Maritimes », Ethnologie française, N.S., t. 9, no 3, p. 281-288

Orcel A. et Orcel C.

1992, « La dendrochronologie : un potentiel de mise en valeur de notre patrimoine », L’Anthropologie, t. 96, no 1, p. 187-198.

Orcel A., Orcel C. et Dormoy C.

1993, « La dendrochronologie en archéologie du bâti en milieu urbain », Les Nouvelles de l’Archéologie, no 53-54, p. 29-32.

Ortolani M.

1997, « Un aspect de la vie économique au xviiie siècle. L’exploitation des forêts de Tende », Nice historique, 100e année, no 2, p. 59-73.

Pastoris J.

1938, « Étude sur les anciens règlements de Sospel », Nice historique, 41e année, no 5-6, p. 174-180.

1940, « Étude sur les anciens règlements de Sospel (suite) », Nice historique, 43e année, no 2, p. 41-56.

1942, « Étude sur les anciens règlements de Sospel (suite) », Nice historique, 43e année, no 3, p. 98-111.

1944, « Étude sur les anciens règlements de Sospel (suite) », Nice historique, 47e année, no 3, p. 73-85.

1945, « Étude sur les anciens règlements de Sospel (suite et fin) », Nice historique, 48e année, no 1, p. 1-11.

Payette S. et Filion L. (dir.)

2010, La dendroécologie. Principes, méthodes et applications, Québec, Presses de l’Université Laval.

Pichard G.

1984, « Arbres et forêts des Alpes à l’époque des premiers inventaires statistiques (Haut-Dauphiné, Haute Provence, 1689-1732) », Économies et sociétés des pays de montagne, Actes du 108e Congrès national des Sociétés savantes, Grenoble, 5-9 avril 1983, Paris, CTHS, t. 1, p. 9-34.

2013, « Le couvert végétal, du sud-est provençalo-alpin à l’époque moderne. Sources et traces d’une ressource naturelle majeure », Provence historique, t. 63, fasc. 251, p. 3-18.

Pillonel D.

2007, Hauterive-Champréveyres, 14. Technologie et usage du bois au Bronze final, Neuchâtel, Musée cantonal d’archéologie de Neuchâtel, collection Archéologie neuchâteloise, no 37.

Poisson J.-M. et Schwien J.-J. (dir.)

2003, Le bois dans le château de pierre au Moyen Âge, Actes du colloque de Lons-le-Saunier, 23-25 octobre 1997, Besançon, Presses universitaires Franc-Comtoises.

Prodéo F., Marembert F. et Massan P.

2006, « Pineuilh, La Mothe (Gironde) : une résidence aristocratique à la charnière de l’An Mil », dans Barraud D., Hautefeuille F. et Rémy C. (dir.), Résidences aristocratiques, résidences du pouvoir entre Loire et Pyrénées, xe-xve siècles, Actes du colloque de Pau, 3-5 octobre 2002, 4e supplément d’Archéologie du Midi médiéval, p. 419-424.

Py V.

2010, « Techniques et usages du bois des mineurs à Faravellum aux aux xie-xiiie siècles (Freissinières, Hautes-Alpes) » dans Delhon C., Théry-Parisot I. et Thiébault S. (dir), Des hommes et des plantes. Exploitation du milieu et des ressources végétales de la Préhistoire à nos jours, Actes des xxxe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 22-24 octobre 2009, Juan-les-Pins, Antibes, APDCA, p. 293-321.

Quenet G.

2005, Les tremblements de terre aux xviie et xviiie siècles. La naissance d’un risque, Seyssel, Champ Vallon.

Raulin H.

1977, L’architecture rurale française. Corpus des genres, des types et des variantes. Dauphiné, Paris, Berger-Levrault.

Raybaut P. et Perreard M.

1982, L’architecture rurale française. Corpus des genres, des types et des variantes. Comté de Nice, Paris, Berger-Levrault.

Rostolland H.

1930, Névache et la vallée de la haute Clarée, Gap, Laffite, réed. 1998.

Royer A.

1965, « Un village de l’arrière-pays niçois : Roquebillière à la fin du Moyen Âge », Bulletin philologique et historique du CTHS (jusqu’en 1610), année 1965, p. 151-182.

Saulnier M., Talon B. et Édouard J.-L.

2015, « New Pedoanthracological Data for the Long-Term History of Forest Species at Mid-High Altitudes in the Queyras Valley (Inner Alps) », dans Robin V., Talon B. et Nelle O. (dir.), Charcoal: Resource and Ubiquitous Proxy, dans Quaternary international, vol. 366, p. 15-24.

Sclafert T.

1926, Le Haut-Dauphiné au Moyen Âge, Paris, Recueil Sirey.

1959, Cultures en Haute-Provence : déboisements et pâturages au Moyen Âge, Paris, SEVPEN.

Shindo L.

2016, Bois de construction et ressources forestières dans les Alpes du Sud au iie millénaire : dendrochrono-écologie et archéologie, thèse de doctorat en Archéologie, Aix-Marseille Université, sous la direction de Jean-Louis Édouard et Frédéric Guibal.

Shindo L., Py-Saragaglia V., Ancel B., Édouard J.-L., Burri S. et Corona C.

2019, « New Insights on the Chronology of Medieval Mining Activity in the Small Polymetallic District of Faravel (Massif des Écrins, Southern French Alps) Derived from Dendrochronological and Archaeological Approaches », Journal of Archaeological Science: Reports, vol. 23, p. 451-463.

Smith A.

1991, Richesse sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, Flammarion, réed. (1776).

Teston A.

1953, « L’organisation réglementaire d’un terroir niçois au xvie siècle », Provence historique, fasc. 14, p. 77-84.

Thiery D.

2002, « Le patrimoine religieux de la commune de Saint-Vallier-de-Thiey », Recherches régionales, Alpes-Maritimes et contrées limitrophes, no 164, non paginé.

Viollet-le-Duc E.

1854-1875, article « Bardeau », Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, Paris, B. Bance, t. 2, p. 117-118.

Haut de page

Notes

1 Boüard 1965.

2 Duperroy et Esmet (dir.) 2016 et voir le numéro 2016-1 de la revue Monumental, et en particulier Aumard 2016. On peut également mentionner le workshop « Toitures et matériaux de couverture au Moyen Âge et à l’époque moderne dans l’ouest de la France : état de la question » organisé à Caen les 22-23 juin 2018.

3 Épaud 2007 ; Aumard 2008, p. 1 ; Alix et Épaud (dir.) 2013 ; Bouticourt 2016.

4 Notamment Lambert et al. 1988 ; Lambert et Lavier 1992 ; Hoffsummer 1991, 1995 ; Orcel et Orcel 1992 ; Orcel, Orcel et Dormoy 1993.

5 Les fouilles archéologiques attestent l’existence des couvertures en bois au Moyen Âge dès les x-xie siècles, voir Prodéo, Marembert et Massan, 2006, p. 419-424 ; Leloup 2011 ; Mille 2016.

6 Par exemple, voir les nombreuses mentions de couverture de bois dans les châteaux et les édifices religieux médiévaux dans Mortet et Deschamps 1995 (1911-1929) ; Poisson et Schwien (dir.) 2003.

7 Nous pouvons encore lire en 2016 : « Le sud de la France demeure très lié au monde méditerranéen, fidèle aux lourdes couvertures de tuiles posées sur des pentes douces », Hoffsummer 2016.

8 Avec peu d’attention portée aux couvertures, comme c’est le cas pour les cathédrales provençales dans Codou et Pécout (dir.) 2015.

9 Sclafert 1926 ; Falque-Vert 1997 ; Mouthon 2001, 2008, 2009 ; Carrier 2003 ; Carrier et Mouthon 2010.

10 Sclafert 1959 ; Coulet 1973 ; Boyer 1990b.

11 Bernardi et Nicolas 2003.

12 Labbas 2016.

13 Ce lot de bois a été analysé par Jean-Louis Édouard, voir Édouard 2010b, p. 169.

14 Le débitage du bois traduit une perte de cernes, et par extension, de précision sur la date d’abattage de l’arbre. Lorsque la pièce de bois conserve son écorce, l’aubier est complet et la date d’abattage est connue à l’année près. Quand la pièce de bois n’a plus d’aubier, la date du dernier cerne obtenue est une date post quem. Quand la pièce de bois a encore de l’aubier, mais que le dernier cerne ou les derniers cernes de l’arbre n’est (ne sont) pas présent(s), la date de mort n’est donc pas connue à l’année près. La méthode de l’aubier maximum proposée par Lisa Shindo permet d’estimer la date d’abattage pour le mélèze dans les Alpes du Sud. L’aubier du mélèze compte 32 cernes plus ou moins 18 cernes (2σ), donc dans 95% des cas, le mélèze compte 14 cernes d’aubier minimum et 50 cernes d’aubier maximum, voir Shindo 2016, p. 105-110. L’intervalle calendaire probable dans lequel la date d’abattage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, entre la date du dernier cerne d’aubier de la pièce de bois analysée et la date du cerne d’aubier maximum. Il est possible de faire intervenir d’autres paramètres afin d’affiner cette estimation, suivant la conservation du bois, la courbure et la surface régulière de la pièce, épaisseur de l’aubier associée au nombre de cernes d’aubier et l’importance de l’équarrissage.

15 Les mesures des épaisseurs des cernes ont été réalisées sous loupe binoculaire Leica® avec la table de mesure Lintab® couplée au logiciel TSAP® (Rinntech Heidelberg, Allemagne). Les analyses dendrochronologiques ont été réalisées avec le logiciel « Dendron IV », de G.-N. Lambert (développé avec RunRev LiveCode, Édimbourg, par Georges Lambert, CNRS, Université de Franche-Comté, Besançon, France et Université de Liège, Belgique). Les valeurs brutes des épaisseurs des cernes, mesurées en 1/100 mm, sont standardisées selon la méthode du Corridor (Lambert et al. 2010, Lambert 2011), du E de Besançon (Lambert et al. 1992) ou en appliquant une transformation logarithmique, afin d’en extraire le signal climatique commun.

16 Édouard 2010b, p. 169.

17 Labbas et Shindo 2016, p. 43.

18 Fonds déposés aux archives départementales des Alpes-Maritimes et des Alpes-de-Haute-Provence.

19 Archives communales de Daluis, de Guillaumes, de Sauze, de Péone, de Beuil, de Villeneuve d’Entraunes, d’Entraunes, Châteauneuf d’Entraunes, Saint-Dalmas-le-Salvage, Isola, Saint-Étienne-de-Tinée, et de Roubion, déposées aux AD Alpes-Maritimes.

20 Boyer 1990a ; 1990b.

21 Lacroix 2006a ; 2006b ; 2007.

22 Les deux registres conservés pour la fin du xve siècle ont été dépouillés sans succès. AD Alpes-Maritimes 01NUM0056/001 ; 01NUM0056/002.

23 Bernardi 2016a.

24 Houdart 2002 ; Lebouteux 2007, p. 39-47 ; Bernardi et Nicolas 2003, p. 289, fig. 1.

25 Ce terme français n’apparaît que de façon marginale dans des prix-faits de couverture du xixe siècle, aussi il a été décidé, par souci de clarté, de ne pas l’employer dans cet article au profit des termes historiques.

26 Pour une vue d’ensemble des termes dauphinois, se référer à Bernardi et Nicolas 2003.

27 AD Bouches-du-Rhône, B 1449, fol. 103, 12 octobre 1495. Cette équivalence se retrouve également dans un prix-fait à Toulon en 1474 : « tabule sive eyssendols » employé non pas pour une couverture, mais pour la réparation d’une terrasse de maison. Il semblerait qu’ici ce terme soit employé à tort par le notaire pour désigner de simples planches posées sur les solives et recouvertes ensuite de terre. AD Var, E 626, fol. 138v-139v.

28 AD Bouches-du-Rhône, 308E 754, fol. 225v.

29 Bernardi et Nicolas 2003.

30 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 204v-205.

31 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/288, fol. 245v-246r.

32 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 137v-138r.

33 « […] trabesque, chabrionos, scandolas et tabulas ». AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 122r-123r (23 octobre 1482).

34 Le fustier doit « cubrir la eglise de Guillaumes de escandoles a raison de neuf florins par milhier de sa facture ». Les commanditaires seront tenus de fournir « descandoles, taulas pour fulhar et touto fustalho que y fara besoing ». AD Alpes-Maritimes, 3E 004/298, 127r-v. Le terme « fustier » désigne assez largement, en Provence, les artisans travaillant le bois. Bernardi 1995.

35 « Item fuit de pacto etc. quod dictus Chaulerie teneatur facere las scandolos necessarios pro tecto ipsius domus suis propriis sumptibus et expensis, et ungetar ante tectum lactitudinis quatuor palmorum et fulhar, et ipsum coperire. […] Item fuit de pacto etc. quod dictus Lazarus Genesii teneatur eidem Chaulerie expedire tabulas causa ungetandi ipsum tectum ». AD Alpes-Maritimes, 3E 004/287, 16 août 1527.

36 Bernardi et Nicolas 2003, p. 291 et AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 68v-69v.

37 AD Alpes-de-Haute-Provence, 2E 572, fol. 19v-20r.

38 Bernardi et Nicolas 2003, p. 291.

39 Pour le détail du calcul, nous renvoyons à Ibid., p. 292.

40 Ibid., p. 292.

41 « […] longitudinis duorum palmorum cum dimidio pro qualibet scandola », AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 19v-20r. Cette équivalence est proposée sur la base d’un pan de 0,262 m et d’un pouce de 0,021 m en vigueur dans le comté de Nice d’après le Tableau de comparaison entre les mesures anciennes usitées dans le département des Alpes-Maritimes et celles qui les remplacent édité en l’an IX à Nice chez Canis & Cie.

42 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 35v-36r.

43 Ce terme n’a été trouvé dans aucun des dictionnaires et glossaires d’occitan/provençal ancien et moderne consultés.

44 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 1v-2r.

45 Bernardi 2007, p. 83.

46 « […] quolibet fil longitudinis duodecim palmorum ». Le fil est également appelé dans le même acte « fillo ». AD Alpes-Maritimes, E 071/007/001, DD5.

47 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 1v-2r.

48 Un pouce = 0,021 m dans le comté de Nice d’après le Tableau de comparaison, op. cit.

49 Delsalle 2011, p. 8.

50 Bernardi et Nicolas 2003, p. 291 et n. 23.

51 Terme utilisé par l’auteur.

52 Carrier 2003, n. 26. La valeur du pied en Savoie (Faucigny) au xive siècle varie entre 0,18 et 0,27 m.

53 Delsalle 2011, p. 8.

54 Mille 2016, p. 81.

55 Delsalle 2011, p. 8.

56 Mille 2016, p. 81 ; 89-91. Pour la France : 50-60 cm de long pour 14-16 cm de large à Neuvy-Deux-Clochers (Cher, fin xiie s.) ; 43,5-62 cm de long pour 8,5-25 cm et 1-2,5 cm d’épaisseur à l’Abbaye de Landevennec (Finistère, fin xie s.) ; 50-60 cm de long pour 15 cm de large à Strasbourg (Bas-Rhin, xie-xiie s.) ; 47-50 cm de long pour 14-21 cm de large et 1-1,5 cm d’épaisseur à Chevagnes (Allier, milieu xive s.) ; 51-52 cm de long pour 9-13 cm de large et 0,9-1,5 cm d’épaisseur à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis, xiie s.) et 40 cm de long pour une largeur inconnue et 1 cm d’épaisseur toujours à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis, xive s.).

57 Ibid., p. 85-88.

58 Houdart 2002, p. 26-33 : essente (6-15 × 30-33 cm) ; tavillon dit de Fribourg (10-15 × 40 cm) ; tavaillon (10-14 × 40-45 cm) et l’ancelle (20 × 60-80 cm) ; Bernardi et Nicolas 2003, p. 289-292.

59 Cependant, les bardeaux de chêne fabriqués sur mesure à Pont-d’Ain (Ain), en 1331, sont également plus épais (2 doigts d’épaisseur). Chalmin-Sirot et Poisson 2003, p. 177.

60 AD Bouches-du-Rhône, B 1450, fol. 158r (1516) ; AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 68v-69v (1499) ; 3E 004/292, fol. 212v-213v (1542) ; 3E 004/288, fol. 245v-246r (1549) ; 3E 004/298, fol. 507r-508v (1569) ; 3E 004/301, fol. 507r-508v (1576).

61 « […] de uno canno ou de douze pals per taulo », AD Alpes-Maritimes, 3E 004/169, fol. 196v-197r.

62 « […] septem centum palmos scandolarum », AD Alpes-Maritimes, 3E 004/291, fol. 187v-188v.

63 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 204v-205.

64 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/288, fol. 245v-246r.

65 Édouard 2010b.

66 Labbas 2016, Grange 400 du site de Bousieyas.

67 Commune de Saint-Étienne-de-Tinée.

68 Rostolland 1930, p. 55 ; Raulin 1977, p. 232-233 ; Bromberger et al. 1980, p. 346 ; Raybaut et Perréard 1982, p. 63 ; 240-247 ; d’1,50 à 3 m selon Lebouteux 2007, p. 44 ; Houdart 2002, p. 96 : « Ces planches […] ont de 27 à 30 mm d’épaisseur, de 13 à 22 cm de large, de 0,80 à 3 m de long ». Les scandole qui recouvrent les granges du versant piémontais, dans la région de Sestriere et Chisone, mesurent majoritairement 2 m de long et 20 cm de large selon Menini 2012, p. 162.

69 AD Alpes-Maritimes, E 096/013, DD26 (1789).

70 AC Roure, 01D001 (12 août 1810). Labbas 2016, vol. 4.

71 AD Alpes-de-Haute-Provence, E dépôt 19/4 N2 (1871).

72 Faure-Vincent 2004, t. II, p. 69.

73 Généralement les dimensions des planches vendues à la longueur ne sont pas précisées : AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 80v (1484) ; 3E 51/3, fol. 353v-354r (1502) ; 3E 004/169, 23 octobre 1580.

74 « […] tabularum sufficienter de meleze quadratas spissitudinis unius boni pauze a quolibet latere. […] Item quod omnes tabule sunt longitudinis unius canne que mensurentur in costa cuiuslibet videlicet in medio non computantur reugeria quecumque ». AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 137v-138r (30 cannes de planches de mélèze, soit 30 planches, le 23 octobre 1482).

75 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 99r (72 planches de mélèze, le 23 octobre 1481).

76 Bernardi 1995, p. 138.

77 Labouteux 2001, p. 44 ; Houdart 2002, p. 96.

78 « Item se fara lo cubert de thaula de melse a trosses a forma d’agullier » AD Bouches-du-Rhône, B 1450, fol. 1450. Bernardi et Nicolas 2003, p. 291 ; « taula trossada », AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 68v-69v.

79 Burri 2012, p. 32-48 ; 2014.

80 Sclafert 1959, p. 28 ; Royer 1968 ; Leroy 2007 ; Burri 2012, p. 35.

81 Id. 1959, p. 36, 40-41 ; Boyer 1990a ; Burri 2012, p. 32-145.

82 C’est le cas par exemple à Colmars, conformément aux statuts de 1296. Sclafert 1959, p. 40-41.

83 Grume ou portion de grume ébranchée et écorcée, voir Gili 2017.

84 Royer 1968, p. 167, p. 176-177 ; Boyer 1990a, p. 282.

85 Par exemple : chevrons et autres fustes à Utelle en 1359, voir Hildesheimer 1952, p. 16.

86 Bernardi et Nicolas 2003, p. 294-295.

87 Royer 1968 ; Boyer 1990a, p. 282.

88 AD Alpes-Maritimes, E 013/023, FF1 (21 décembre 1440).

89 Ibid. : « homines dicti loci Lantusce habeant eorum usum et jusque et servitatem boscandi pro usibus domorum dicti loci de Lantusca faciendi et extrahendi ex dicto nemore jaynas, gorgias, scandola et alia lignamina necessaria pro domibus scitis in dicto loco Lantusce. »

90 Ligurie, Italie.

91 « Rubrica de boscare vel facere scandolas. Item statuerunt quod aliqua persona non audeat vel praesumat boscare nec salmolas facere, vel scandolas facere in larzetis Tendae, seu canales et traves, et quod qui fecerit sit in paena pro quolibet et qualibet vice solidorum viginti et quilibet possit accusare et credatur ejus accusis, et habeat medietatem banni suo juramento ». AC Tende, Registre « Litiges A », Procès de 1474-1475, fol. 253r-297v (copie xviiie siècle).

92 Statuti municipali della Magnifica Comunità di Tenda prima latini hora volgarizzati…, in Torino, appresso Gio. Antonio Seghino, 1621. Ces statuts enregistrent une réalité antérieure mais qu’il est actuellement difficile à dater.

93 La vocation de ces planches est encore une fois non spécifiée.

94 « Capitulo 79 – Delli boschi conservandi all uso di tavole, e simili. Piu hanno statuito, che niuno possa, debba, ò in chiunche modo pesuma tagliar, ò far tagliar alcuni arbori, atti, e sufficienti, e necessarii, & Verdi à fare poste, tavole, scandole dentro li boschi seguenti oltra l’uso necessario di case, & edifficii, ò vero arbineri di Tenda, cioè nel bosco di Campilerio, Pinetto, Albaretto, Mediano, Beloetto, Value, Valfredo, ò Caudemarmo, Cairuns, Pelloneque, Caramagna, Doloque, Scandoletto, Gabiol, Dentis, Orsalis, Scabrie, Monte Santo Pietro, Maime, Canarezze, Pinetis, Colle Beott. Sino alrino di Canaresse, Marchete, Pieans, Pineto dovesi dalla Colla di Maimo fino al Valone di rivocanda veghe, fonde, bevere, grandevesii, e li boschi delli Pineti, che sono essistenti dentro la bandita di Gragato salvi però le beole per fare le barle, vasi, e cerchi ottenuta debita licenza dalli Sindici, ò deffensori, ò comprati dalla Communita al publico incanto per far le serre comprate dalla Communità. Nondimeno niuno presuma faren el bosco di Larzeto travi, e simili cose sotto la pena di grossi vinti per diascuna volta, e persona applicata per la metà alla corte e l’altra all’accusatore degno di fede mediante giuramento, & emendar il danno alla Communità », Statuti municipali, op. cit., p. 82.

95 « Capitulo 65 – Che li forastieri non estriano scandole, doghe, & altri legnami. Piu hanno statuito, che niuna persona forastiera, possa, debba, ò presuma fare scandole, doghe, tavole, ò poste, & altri de qualsi vogliano sorte sorte di legname sopra li confini, e territorio di Tenda, se non à nome d’alcuno di Tenda, e transportar, ò far transportar sotto pena d’uno scuto per ciascaduna volta, e persona come sopra, e della emenda delli danni al doppio, e della presa luoro », Statuti municipali, op. cit., p. 77.

96 Allix 1929, p. 177 ; Bernardi et Nicolas 2003, p. 295.

97 Hildesheimer 1952, p. 16.

98 « lesdits manans et habitans ne poyssent couper boys tant pour bastir maysons et ediffices, fere quenes, tines, vaysseux et autres choses à eulx necceres ». AD Alpes-Maritimes, E 007/056, FF1, sentence du 5 janvier 1515.

99 Aucune mention dans la Charte d’Entraunes de 1388. Canestrier 1922-1923. Les publications concernant d’autres statuts que ceux de La Bollène (1564), comme ceux de Saorge (1610) et de Sospel (1553) ne sont pas assez précises pour être certain de l’absence de réglementation concernant ces matériaux (Pastoris 1938 ; 1940 ; 1942 ; 1944 ; 1945 ; Gaziello 1944 ; Teston 1953). Seule l’étude des statuts originaux pourrait clarifier la question.

100 AD Alpes-Maritimes, E 071/007/01, DD5 (1493) ; E 071/007/01, DD7 (1496).

101 Fossier 2000, p. 15-16.

102 Certains grands seigneurs tirent des profits substantiels des ressources forestières à l’instar de l’évêque de Fréjus aux xive et xve siècles, voir Burri 2012, p. 38-42 ; p. 51-52 ; p. 123 ; Burri 2018b.

103 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 23v, le 14 novembre 1473.

104 Lassalle 2003.

105 Bernardi 1998 ; Burri 2012, p. 31-48.

106 Lassalle 2003, p. 28.

107 Smith 1991, L. 3. p. 475-487.

108 Statuti municipali, op. cit., p. 77.

109 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 18v-19r ; 23v-24r ; fol. 136r ; 3E51/1, fol. 1v-2 ; fol. 19v-20r ; fol. 35v-36r ; fol. 39v.

110 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 23v-24r, le 14 novembre 1473.

111 Fontaine 2014, p. 8.

112 Dyer 2013, p. 44.

113 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 204v-205 ; 3E 004/288, fol. 245v-246r.

114 AD Alpes-Maritimes, 3E 128, fol. 122r-123r.

115 AD Alpes-de-Haute-Provence, 2E 273, fol. 46r-46v.

116 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/287, 16 août 1527 : « Item fuit de pacto etc quod dictus Chaulerie teneatur fustes necessarias in eodem opere prout sunt jaynos, travetes, et alias fustes necessarias scindere seu scindi facere suis propriis sumptibus in territorio presentis ville. […] Item fuit de pacto etc quod dictus Chaulerie teneatur facere las scandolos necessarios pro tecto ipsius domus suis propriis sumptibus et expensis. »

117 AD Alpes-Maritimes, 351E 3, fol. 68v-69v.

118 Nom de famille illisible.

119 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/298, fol. 127r-127v.

120 « […] lesqueles excandoles ledit Mati sera tenu fornir », AD Alpes-Maritimes, 3E 004/300, fol. 387r-388v.

121 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/292, fol. 212v-213v.

122 AD Hautes-Alpes, 1E 3994, fol. 23r-23v.

123 Ibid., « Item fuit de pacto quod dicti heredi teneantur providere omnes et quascumque fustas et esendols. »

124 Boyer 1990a, p. 282.

125 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 122r-123r.

126 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 68v-69v.

127 « chacun cap dostal apportera une taule bone et receptable pour couvrir la tourre courrade de casteau », Lacroix 2003, p. 27.

128 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/301, fol. 507r-508v.

129 Bernardi 2004 ; Burri 2018a.

130 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/298, fol. 507r-508v.

131 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/300, fol. 55r-56r.

132 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/300, fol. 507r-508v.

133 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/308, fol. 82r.-83r.

134 Bernardi 1995, p. 26-27 ; 2015 ; Burri 2012, p. 1143-1244.

135 Par exemple : AD Alpes-Maritimes, 3E 004/287, 16 août 1527.

136 AD Alpes-Maritimes, 351E 1, fol. 1v-2r ; 19v-20r ; 39v.

137 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 18v-19r.

138 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 23v-24r.

139 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/301, fol. 507r-508v.

140 Ou « Alaysii » : le contrat faisant état des deux graphies.

141 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 136r.

142 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 18v-19r.

143 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 136r.

144 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 19v-20r.

145 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 103v-105r.

146 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 23v-24r.

147 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 1v-2r ;35v-36r ; 39v.

148 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/291, fol. 187v-188v.

149 AD Alpes-de-Haute-Provence, 2E 572, fol. 19v-20r.

150 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/287, 16 août 1527.

151 Bien que ce soit mal approprié pour les milieux de montagnes, les distances sont exprimées à vol d’oiseau en l’absence d’information sur les routes empruntées.

152 Ce n’est pas propre aux fustiers, c’est ainsi un maçon de Colmars qui se charge des autres travaux de réparation du château de Guillaumes en 1571. AD Alpes-Maritimes, 3E 004/300, fol. 391r-392v.

153 « […] serrare et serrari facere debeat bilhonos, tabulas et alias fustes necessarias pro hedificatione et reparatione domorum et habitationum ipsorum homini », AD Alpes-Maritimes, E 071/007/01, DD 5.

154 Boyer 1990a, p. 282-283.

155 Ibid., p. 282-283.

156 « Item supplicaverunt dicti homines predictis nominibus antedictis eidem domino ut dignetur et vellit in privilegium dare, consentire eisdem hominibus de Salice ex ipsi possint et valeant facere construere seu edifficari vel fieri constructum et edifficari facere una serra aque actam ad serrandi bilhonos pro tabulis, chabrionis et cetera necessaria faciendi. Responcio. Placet eidem domino […] », AD Alpes-Maritimes, E 071/007/01, DD 7.

157 AD Alpes-Maritimes, E 071/007/01, DD5 (1493) ; E 071/007/01, DD7 (1496).

158 Trois scies hydrauliques différentes apparaissent dans la documentation notariale : AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 103v-105r (1481) ; 3E 51/3, fol. 134v-135 (1500) ; 3E 004/288, fol. 196v-197r (1549).

159 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/089, fol. 288r-289v (1574).

160 Par exemple : Alpes-Maritimes, 358E 1, fol. 80v (1484) ; 358E 3, fol. 353v-354r (1502) ; fol. 204v-205r (1500).

161 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/2, cahier 2, fol. 32v.

162 Boyer 1990a, p. 284-290.

163 Les coupes concernent de grandes quantités de fustes de mélèze (jaynes et billes) qui vont de 30 à 312 pièces par contrat. Parfois les communautés cèdent à l’entrepreneur le droit de procéder à l’abattage du nombre d’arbres qu’ils souhaitent, sans restriction. AD Alpes-Maritimes, 3E 004/307, fol. 70r-71v ; 3E 004/308, fol. 82r-83r ; 88r-90r ; 91r-92v ; 177v-178v ; 185r-186v ; 240r-241v ; 3E 004/309, fol. 196v-197v ; 3E 004/169, 6 septembre 1579 ; 7 septembre 1579 ; 22 janvier 1580 ; 27 octobre 1580 ; 3E 004/167, fol. 118r-119r ; 127r-129r ; 128v-129r ; 131v-132r ; 133r.

164 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/305, fol. 439v-440v (1561) ; 3E 004/298, fol. 351v-352v (1564).

165 Ortolani 1997 ; Gili 2017.

166 Acte signalé dans Lacroix 2006, n. 79. AD Alpes-Maritimes, 3E 79/59, 25 février 1435.

167 Malausséna 1969 ; Grasse 2005 ; Blanc et al. 2014.

168 AD Alpes-Maritimes, 3E 79/59, 25 février 1435 : « quod cum tectum ecclesie conventum fratrum minorum civitatis Grasse reparatione maxima egeat pro presenti, ipsium tectum minetur rugna, cum aqua pluvialis ecclesiam predictam per diversas partes ingrediatur, prout apparere potest cuilibet intuenti, maxime tempore pluviali propter quod frates ipsius conventus pro urgente necessitate et eiudenti utilitate eiusdem conventus. »

169 Lebouteux 2007, p. 38, n. 45.

170 Bernardi 1995, p. 127 ; Burri 2012, p. 43.

171 Deux actes, de 1492 et 1509 (AD Bouches-du-Rhône, 309E 523, fol. 85r et 308E 754, fol. 255v) font état chacun de 2500 pièces.

172 AD Bouches-du-Rhône, 309E 225, fol. 8v, le 11 avril 1455 (fourniture de 12 000 échandoles) ; 309E 277, fol. 146v, le 4 octobre 1508 (vente de 15 000 échandoles) ; B 1450, fol. 273r, le 15 janvier 1528 (vente de 20 000 échandoles).

173 AD Bouches-du-Rhône, 309E 277, fol. 146v, le 4 octobre 1508.

174 Billioud 1960 ; Boyer 1984.

175 AD Bouches-du-Rhône, 309E 523, fol. 85r.

176 Sur cette notion, voir Kowaleski 1995, Britnell 1996 et la récente thèse de Camille Fabre (Fabre 2017).

177 AD Bouches-du-Rhône, B 1450, fol. 273r.

178 Baratier 1969, p. 346.

179 AD Bouches-du-Rhône, B 1449, fol. 142v.

180 AD Bouches-du-Rhône, B 1449, fol. 103 ; B 1450, fol. 273r.

181 AD Bouches-du-Rhône, 309E 523, fol. 85r.

182 AD Bouches-du-Rhône, 307E 315, fol. 110v et B 1450, fol. 273r.

183 Bibl. Inguimbertine, CC 151, fol. 184v. Voir Bernardi et Nicolas 2003.

184 Sur cette notion, voir Arnoux 2013.

185 Bernardi et Nicolas 2003, p. 289-290. Ailleurs en France, l’emploi du chêne domine (Mille 2016, p. 91).

186 Houdart 2002, p. 61.

187 Édouard, Tessier et Thomas 1991 ; Guibal 1998.

188 Édouard et al. 2002 ; Édouard 2007, p. 14-15 ; 2010a ; Saulnier et al. 2015.

189 Douguedroit 1976, p. 102.

190 Bouticourt 2016, p. 50-51.

191 Dubois 1933 ; Chevalier et Couilhac 1991.

192 Villeneuve-Bargemont 1815, p. 8-10.

193 Pichard 2013.

194 AD Bouches-du-Rhône, B 6166 Visite générale des bois de Provence (1720-1725).

195 Ainsi sont nommés les bois aptes à la construction navale.

196 Extrait ou Table générale des bois et forests de Provence divisée en 23 vigueries, Terres adjacentes et terroir de Marseille. Archives privées Guy Jourdan-Barry, Marseille. Nous remercions chaleureusement Georges Pichard pour nous avoir transmis une reproduction de ce document exceptionnel. Il s’agit d’une copie intégrale des registres de 1683-87 de la Marine de Toulon, disparus depuis longtemps.

197 200 arbres de nulle valeur à Boule, 100 autres à Chanolles et Blégiers, 4 000 à Champourcin et 300 à Failleufeu. Seuls 800 arbres de qualité sont recensés à Prads.

198 3 000 à Guillaumes, 200 à Daluis et 600 à La Valette.

199 Gadoud 1917 ; Pichard 1984 ; Chevalier et Couaillac 1991.

200 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 1v-2r.

201 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 35v-36r.

202 « in loco ubi animalia possint onerari », AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 19v-20r.

203 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/287, 16 août 1527.

204 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 18v-19r.

205 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 23v-24r.

206 AD Alpes-Maritimes, E 008/001, AA1 (1291) ; AA9 (1421) ; E 007/025, FF6 (1291 et 1421).

207 « in cabanna veteri de l’Alp », AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 136r.

208 AD Alpes-de-Haute-Provence, 2E 572, fol. 19v-20r.

209 Ibid. : « Item fuit de pacto inter dictas partes quod dictus magister Peyroni teneatur facere omnes fustes et tabulas coperti et conducere suis sumptibus in riperia Verdoni seu Yssole. […] Item plus fuit de pacto quod dictus Chieuse sibi teneatur quod dictus magister Claudius possit facere fustes et tabulas in territorio de Thorama Superiori aut in territorio de Thorama Inferiori. »

210 Houdart 2002, p. 63-64.

211 La réalisation d’enquêtes orales chez les derniers détenteurs du savoir-faire pourrait donner matière à réflexion sur cet aspect intangible de la production. Par exemple, dans les Maramureș (Roumanie), les sapins (Abies alba) sont testés vivants, sur pied, en taillant des entailles à la hache afin d’évaluer la qualité du bois destiné à la fabrication des tuiles de bois. Observation personnelle de S. Burri.

212 Bernardi 2016a.

213 Burri 2018b.

214 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 136r.

215 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 204v-205r.

216 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/169, fol. 196v-197r.

217 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 137v-138r.

218 Par exemple : livraison de la moitié des planches à Carême et l’autre à Pâques (18 avril) en 1484 (AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 80v).

219 Sur un total de 541 bois datés, huit poutres et pannes, étudiées sur les sites de Bousieyas (Saint-Dalmas-le-Selvage) et de Blainon (Saint-Étienne-de-Tinée), ont un aubier complet.

220 Par exemple, AD Alpes-Maritimes, 3E 004/169, non folioté (6 septembre 1579) ; non folioté (22 janvier 1580) ; 3E 004/307, fol. 70r-71v (18 juin 1578) ; 3E 004/308, fol. 88r-90r (13 mai 1579) ; fol. 91r-92v (13 mai 1579) ; fol. 177v-178v (8 septembre 1579).

221 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/2, cahier 2, fol. 32v (18 juin 1477).

222 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/169, non folioté (27 octobre 1580).

223 Bernardi 1995, p. 130.

224 L’étude dendrochronologique des bois d’étayage en mélèze des travaux miniers de Fangeas, dans le massif des Écrins (Hautes-Alpes) a révélé un abattage préférentiel en automne-hiver (Shindo et al. 2019).

225 Bernardi 2007, p. 87 ; Burri 2012, p. 185-194.

226 Crescenzi 1521, livre I, chap. X, fol. 7r.

227 Épaud 2007, p. 44.

228 Chapelot 2003, p. 80.

229 Alberti 1553, fol. 23v-25r.

230 Bernardi 1995, n. 39, p. 173.

231 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/288, fol. 196v-197r.

232 Bernardi 2007, p. 87.

233 Houdart 2002, p. 68-69 ; Duhamel du Monceau 1764.

234 Bernardi 2007.

235 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 18v-19r.

236 « Item fuit de pacto inter dictas partes quod si dictus magister Bertrandus Guiberti non possit obtinere licentiam a domino de Boleo faciendi sive fieri faciendi dictas scandalas quod contractus presens sit anullus », AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 23v-24r.

237 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 35v-36r.

238 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 1v-2r.

239 « Item fuit de pacto inter dictas partes quod dictus Chieuse eumdem magistrum Claudium nutrire operando iuxta dictam domum et non in nemore », AD Alpes-de-Haute-Provence, 2E 273, fol. 46r-v. Cette pratique est courante chez les artisans du bois à la fin du Moyen Âge : Burri 2012 ; 2014, p. 23-29.

240 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/1, fol. 18v-19r ; 23v-24r ; 3E 004/287, 16 août 1527 ; 3E 004/291, fol. 187v-188r. AD Alpes-de-Haute-Provence, 2E 273, fol. 46r-v.

241 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/1, fol. 1v-2r.

242 Ibid., fol. 35v-36r.

243 Ibid., fol. 19v-20r.

244 Bernardi 1995, p. 130 ; Burri et al. 2013, p. 400-403.

245 Py 2010, p. 307-310 ; Burri et al. 2013, p. 407-408.

246 Les deux types de scies sont attestés dans la haute vallée du Verdon depuis la fin du xiiie siècle. Sclafert 1959, p. 40, n. 33 et 34 ; Burri et al. 2013, p. 402.

247 Mille 2016, p. 92.

248 Houdart 2002, p. 50-58.

249 Duhamel du Monceau 1764, livre IV, chap. 3, p. 577-584.

250 « On fend du Chêne de la même façon, pour en faire du bardeau qui sert à couvrir des moulins ou d’autres bâtiments : on donne assez communément à ce bardeau 10 pouces de longueur sur 5 de largeur on le dresse avec la doloire on l’attache sur les couvertures avec des clous comme les ardoises », Ibid., p. 563.

251 « J’ajoute qu’ils sont beaucoup meilleurs ; ce qui deviendra sensible si l’on fait attention que la scie ne suivant point régulièrement les inflexions des fibres, elle les coupe, & ne fait que du bois tranché ; au lieu que par la méchanique du Fendeur, ces fibres restent dans leur entier, & les ouvrages en ont beaucoup plus de solidité. Joignons à cela qu’en fendant le bois, on épargne ce que le trait de scie emporte, ce qui ne laisse pas d’être considérable ; car ce trait ne pouvant être moindre que 2 à 3 lignes, cela fait l’épaisseur d’une latte & presque d’une douve qui a au plus 3 lignes : il est bien vrai que le bois refendu à la scie est mieux dressé que celui qu’on fend, & qu’on ne peut rendre droit qu’en retranchant du bois. », Ibid., p. 549-550.

252 Bouras 2018, p. 204-210.

253 Houdart 2002, p. 94-95.

254 « […] et quod teneatur ipsam coperire de taula torada », AD Alpes-de-Haute-Provence, 2E 273, fol. 46r-v.

255 Voir Gaubèrt et Gonin 2012.

256 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/288, fol. 196v-197r.

257 Les planches « quadratas » vendues par Pierre Mondini en 1482 sont également sciées mécaniquement puisque la livraison a lieu « in sua serra de Puata ». AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 137v-138r.

258 Bouticourt 2016 p. 75.

259 L’utilisation de l’herminette et de la doloire est très répandue en charpenterie (voir notamment Émy 1878, p. 89). L’herminette laisse des traces bosselées et arrondies de faible largeur (voir par exemple Lavier, Locatelli et Pousset 2004). Certaines herminettes présentent une forme en gouge, laissant alors une trace circulaire en creux (voir notamment Burri et al. 2013, p. 406).

260 Py 2010, p. 307-310 ; Burri et al. 2013, p. 407-408.

261 Bouticourt 2016, p. 77-78.

262 Payette et Filion 2010, p. 120.

263 Labbas 2016, p. 440

264 Gili 2018, p. 24, AD Alpes-Maritimes, E 102/034, DD24.

265 Selon Menini, 2012 (p. 162), les bardeaux sont également sciés dans la région de Chisone et Sestriere (Piémont).

266 Duhamel du Monceau 1764, p. 549-550 ; Houdart 2002, p. 50-58.

267 La même raison est invoquée par Lebouteux 2007, p. 44.

268 Houdart 2002, p. 50-58.

269 Bernardi et Nicolas 2003, p. 291.

270 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 68v-69v.

271 AD Alpes-Maritimes, fonds Préfecture, 2O 538, Barels - Église, presbytère et cimetière du hameau de Barels (1862-1906). Faure-Vincent 2004, p. 69.

272 AD Alpes-de-Haute-Provence, E dépôt 19/4 N2 (1846).

273 Lebouteux 2007, p. 44-45 ; Houdart 2002, p. 96-98. Cette technique est également pratiquée en Europe du Nord-Ouest où l’on trouve des planches rainurées superposées à des planches incurvées et creusées avec une plane (Campbell 2007, p. 145).

274 Houdart 2002, p. 96. Selon Faure-Vincent 2004, p. 62, les rainures sont appelées localement (pays niçois) griulatge ou encore triulatge.

275 Ces deux bois n’ont pas livré de date, ils sont cependant issus de toitures de bâtiments agro-pastoraux dont la dernière phase de construction se situe au cours du xixe siècle pour la ferme de la Roche au Lauzet-Ubaye (Labbas et Shindo, p. 14) et à la fin du xixe siècle pour la grange 8 de Bousieyas à Saint-Dalmas-le-Selvage (Labbas 2016, vol. 3, p. 203-214).

276 Hucholot ou herminette à taillant gouge.

277 Pillonel 2007 ; Py 2010.

278 AD Bouches-du-Rhône, 308E 11, fol. 54v.

279 AD Bouches-du-Rhône, fol. 122r-123r : « ad conficiendum sive confici faciendum copertum del nau dicte ecclesie Sancti Stephani dicti loci Guillemni totum excepto coperto crote Sancti Anthoni et ad ipsum copertum de fustibus bonis et sufficenter fustandi et de scandolis coperiendi », AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 122r-123r.

280 AD Bouches-du-Rhône, fol. 122r-123r : « Quod dictus magister Ludovicus Jusberti teneatur et debeat dictum copertum de subtus sapare de sapo trabesque chabrionos scandolas et tabulas et omnes fustas dicti operis necessarias suis sumptibus et expensis ».

281 AD Bouches-du-Rhône, fol. 122r-123r : « dum ipse magister Ludovicus incipiet scandolas dicti operis facere florenos viginti et alios florenos viginti dum omnis fuste erunt facte sive scisse, et alios florenos viginti dum incipiet coperire dictum copertum et florenos viginti dum coperierit medietatem dicti coperti et totam summam restantem facto et complecto toto opere predicto. »

282 AD Bouches-du-Rhône, fol. 122r-123r : « Item quod dictus magister Ludovicus faciat cabrionos planos et bordonatos et lo sapum aplanare celesteque eiusdem coperti .»

283 AD Bouches-du-Rhône, fol. 122r-123r : « Item quod dictus magister teneatur et debeat habere et emere suis sumptibus totum lo clavum et omnia ferramenta ipsi coperto necessaria et propterea ipse Jusberti habeat et capiat in quibuscumque usibus suis aut aliis quibus volint quecumque sibi placuint omnia et quecumque ferramenta clavum et senepas et alia quecumque qui et que colleti fuere de destrutione et construtione veteri dicte ecclesia et quid quit sibi placuint facere hoc addicto quod dictum consules teneantur exhigere quecumque ferramenta ipsius ecclesie ab illis qui eadem habuerunt et ceperunt .»

284 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/298, fol. 127r-v.

285 AD Alpes-Maritimes, fol. 127r-v : « Lesquels prieur et Mati sera tengus provesir descandoles, taules per fulhar et touto fustalho que y fara besoing portado subre ledit cubert et de tout clavum et feramento necessario. »

286 « Item fuit de pacto etc. quod dictus Lazarus Genesii teneatur eidem Chaulerie expedire tabulas causa ungetandi ipsum tectum ». AD Alpes-Maritimes, 3E 004/287, 16 août 1527.

287 « Item fuit de pacto etc. quod dictus Chaulerie teneatur facere los scandolos necessarios pro tecto ipsius domus suis propriis sumptibus et expensis et ungetar ante tectum lactitudinis quatuor palmorum et fulhar, et ipsum coperire. »

288 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/300, fol. 387r-388v. Lacroix 2003, p. 9.

289 « […] premierement faire le couvert del corpz dudit chateau jusques a la torre carrado avec les gorjes et bocques y neccesseres pour lescroiement dudit château que tombe dans la sisterne dudit chateau et y metre et procurer de fustailho que y sera neccessere audit couvert y compris la fustalho que est a present que sera sufficient et de recepte et metre le couvert tout a ung esgout devers ladite sisterno que l’aiguo tombe dedans ladite sisterno abaten de la paret devers la presente ville ce que sera neccessaire et ce de excandoles bones et de recepte lesqueles excandoles ledit Mati sera tenu fornir dintre letit chateau a ses coustz et despens et aussi fornir a tout clavy et feramento neccessaire a ladite facturo et ce pour le pris de six vingtz florins », AD Alpes-Maritimes, 3E 004/300, fol. 387r-388v. Lacroix 2003, p. 9.

290 Le texte ne précise cependant pas s’il s’agit de gouttière en bois. AD Alpes-Maritimes, 3E51/3, fol. 123v-124r (5 février 1498).

291 Faure-Vincent 2004.

292 Bernardi et Nicolas 2003, p. 293 et note 31.

293 Houdart 2002, p. 82-85.

294 Mille 2016, p. 91.

295 Houdart 2002, p. 88-89.

296 Sur les techniques connues dans l’architecture traditionnelle en Europe, voir Ibid., p. 90-91.

297 Houdart 2002, p. 75 ; Bernardi et Nicolas 2003, p. 293 ; Mille 2016, p. 92-93.

298 Mille 2016, p. 91-93. Le passage à la fixation à l’aide de clou est également documenté à Neuchâtel (Suisse), où une ordonnance de 1450 oblige les habitants à enlever les pierres qui maintenaient les tavaillons sur le toit, et à les clouer « ad clavyn ». Houdart 2002, p. 75

299 Bernardi et Nicolas 2003, p. 293. Sur la pratique du clouage, voir Houdart 2002, p. 78-79.

300 Bernardi et Nicolas 2003, p. 294.

301 Houdart 2002, p. 82. Les sindrile font également l’objet d’un trempage avant leur pose dans les Maramureș (Roumanie). Observation personnelle de S. Burri.

302 AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 68v-69r.

303 Correspondent aux pannes sablières, aux entraits et aux chevrons, voir notamment : Raybaut et Pérréart 1980 ; Gourdon et Gourdon 2003, p. 10-13 ; Faure-Vincent 2004, p. 63.

304 « […] quod ipse Chaulerie non debeat movere aliquas fustes dicti tecti […] in eodem existentes sed illas relinquat medio quo sunt videlicet dormans, tiras et chabrionos et de supra eisdem fustibus ponat tecti de taulo tossado », AD Alpes-Maritimes, 3E 51/3, fol. 68v-69r.

305 AD Bouches-du-Rhône, B 1450, fol. 158r.

306 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/298, fol. 507r-508v.

307 AD Alpes-de-Haute-Provence, 2E 273, fol. 46v.

308 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/292, fol. 212v-213v.

309 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/288, fol. 245v-246r.

310 Six maisons, aux fonctions agricoles et domestiques, des anciens hameaux de Bouchier et Champrichard (Allos), ont fait l’objet d’étude dendroarchéologique, révélant leur mise en place au cours du xviie siècle. Labbas 2016, p. 415-422.

311 Rostolland 1930, p. 55 ; Lebouteux 2007, p. 44-45 ; Houdart 2002, p. 96-97.

312 Ibid., 2002, p. 96-97.

313 Ibid., p. 96 fig. 7.

314 Ibid., p. 97.

315 Raybaut et Perréard 1982, p. 228-233 et Labbas 2016, p. 258.

316 Raulin 1977, p. 232-233.

317 Bromberger et al. 1980, p. 349-349. Ici, le recouvrement des planches est de moitié.

318 Raybaut et Perréard 1982, p. 240-247. Ici, la couverture est constituée d’une double épaisseur de planches de mélèze d’une longueur de 1,5 à 1,70 m, clouées sur des lattes espacées de 75 à 80 cm. Les planches débordent des murs, et l’écoulement des eaux pluviales se fait dans des gouttières creusées dans une pièce de mélèze.

319 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/301, fol. 507r-508v.

320 Labbas 2016, p. 368.

321 Cette cabane se situe soit sur la montagne pastorale de Costebelle, soit sur celle de Faissal.

322 « […] lesquels lont toute faicte couvrir de taules », AD Bouches-du-Rhône, B 1667, fol. 68r.

323 Royer 1988 ; Burri et al. 2018, p. 144-145.

324 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/291, fol. 454r-455r (1540) ; 3E 004/290, fol. 482v-483r (1554).

325 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/288, fol. 245v-246r (1551) ; 3E 004/298, fol. 73r-74v (1562) ; 3E 004/089, fol. 349r-50v (1575) ; 3E 004/301, fol. 340r-342v (1575) ; E 007/025, CC30, 26 avril 1580.

326 Gili 2017, p. 39.

327 AD Alpes-Maritimes, E 096/013, DD26 (1725). Gourdon et Gourdon 2014, p. 238-239.

328 AD Alpes-Maritimes, E 096/013, DD26 (16 août 1786). Ibid., p. 238.

329 AD Alpes-Maritimes, E 096/013, DD26 (1789). Ibid., p. 238.

330 AC Roure, 01D 001 (12 août 1810). Labbas 2016, vol. 4. Le texte précise que « pour construire le couvert de la vacherie, employer les poutres, y mètre les solives, et ensuite les planches, lequel est de la longueur de quarante huit mètres… ». Les solives doivent ici s’entendre en tant que chevrons.

331 AD Alpes-de-Haute-Provence, E dépôt 19/4 N2 (1846).

332 Pour une première fois appelées « bardeaux », puis planches.

333 AD Alpes-de-Haute-Provence, E dépôt 19/4 N2 (1849).

334 AD Alpes-de-Haute-Provence, E dépôt 19/4 N2 (1871).

335 Photographie de Victor de Cessole, plaque 463 : Cabane de Peirastreccia (notre bivouac), 12 juin 1897, Bibliothèque Cessole, Nice.

336 Lacroix 2003.

337 Quenet 2005, p. 22.

338 « A 20 de juillet post ave grand vent et tremblament de la terre et environ la demye nuyt autre tremblament de terre que a mys par terre toutes les maysons de la Bolène et dez autres lieux en terre neufve et y sont mortz beaucoup de gens » cité dans Galleani 1998.

339 Quenet 2005, p. 22.

340 AD Bouches-du-Rhône, 308E 11, fol. 54v ; 309E 83, fol. 151v ; 309E 225, fol. 8v. Ces quelques mentions ne représentent, bien sûr, que de données partielles sur l’entretien de ce bâtiment.

341 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 122r-123r.

342 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/298, fol. 127r-v.

343 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/298, fol. 218r-220v.

344 AD Bouches-du-Rhône, 308E 11, fol. 54v.

345 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 122r-123r.

346 AD Alpes-Maritimes, E 096/013, DD28 (22 avril 1776).

347 AD Alpes-Maritimes, E 096/013, DD28 (17 mai 1779).

348 Labbas 2016, vol. 3. Grange 100, Salso-Moreno, Saint-Étienne-de-Tinée.

349 Mallé 1999, p. 160.

350 AD Bouches-du-Rhône, B 1667, fol. 32r ; fol. 47r ; fol. 68r.

351 AD Alpes-Maritimes, E 096/013, DD26 (1725 ; 1786). Gourdon et Gourdon 2014, p. 238-239.

352 AD Alpes-de-Haute-Provence, E dépôt 19/4 N2 (1846 ; 1871).

353 AD Alpes-Maritimes, E 096/013, DD26 (16 août 1786). Gourdon et Gourdon 2014, p. 238.

354 Gili 2017, p. 39.

355 Édouard 2010b.

356 Aucun acte concernant des couvertures en bois n’a été découvert lors d’un dépouillement exhaustif des registres de notaires des villes et village de basse-Provence centrale (Burri 2012). De nouveaux dépouillements attestent cette même absence à Moustiers, où même les granges sont couvertes de tuile ; ce qui n’est pas étonnant puisqu’il s’agit d’une région riche en argile.

357 Nous n’en avons trouvé que deux, l’une en 1389 (AD Bouches-du-Rhône, 309 E43, le 23 avril 1389) et l’autre en 1520 (AD Bouches-du-Rhône, 308E 969, fol. 346r) sur plusieurs milliers de prix-faits consultés.

358 « Coperire galariam domus habitationis ipsius Jacobi […] eisindolis sive de eiscindols », AD Bouches-du-Rhône, 309E 286, fol. 356, le 12 janvier 1492.

359 AD Bouches-du-Rhône, B 1449, fol. 124r et 142v.

360 AD Bouches-du-Rhône, 307E 1053, fol. 17r.

361 Bibl. Inguimbertine, Carpentras, CC151, fol 184v.

362 AD Bouches-du-Rhône, B 1449, fol. 103 ; B 1450, fol. 273r.

363 Voir sur ce point Bernardi 2016b.

364 Bernardi 1995, p. 310-313. Situation opposée à ce qui est observé en Normandie au xive siècle. Boüard 1968, p. 428-429.

365 Aucune transaction ni prix-fait ne mentionne l’usage de la tuile.

366 AD Alpes-Maritimes, 3E 128/3, fol. 122r-123r.

367 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/298, 127r-v.

368 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/300, fol. 387r-388v.

369 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/287, 16 août 1527.

370 AD Alpes-Maritimes, 351E 3, fol. 68v-69v. L’église du hameau de Barels est également couverte de planches, mais celle-ci est probablement le vestige de la ou les dernières réfections de la couverture, notamment celle de 1861 (Faure-Vincent 2004).

371 Lacroix 2003, p. 27.

372 Pièces servant de postes d’observation.

373 En témoignent les dépenses faites le 14 mars 1580 pour l’achat de deux cannes de planches de mélèze (taulles de melle) pour mettre au gabion de Carriero drecho, puis le 29 mars suivant pour un salaire pour une journée de travail, passée à couvrir ce dernier. AD Alpes-Maritimes, E 007/025, CC30.

374 Boüard 1965, p. 432-432 ; Bernardi et Nicolas 2003. Voir également les nombreux châteaux couverts de bois dans Poisson, Schwien (dir.) 2003.

375 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/292, fol. 212v-213v.

376 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/288, fol. 245v-246r.

377 AD Alpes-de-Haute-Provence, 2E 273, fol. 46r-46v.

378 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/298, fol. 507r-508v. Le toit à deux pans du four à pain collectif du hameau des Laves est encore aujourd’hui couvert de planches (Faure-Vincent 2004, p. 38). L’une de ces poutres a été datée par dendrochronologie de la première moitié du xviiie siècle, mais la datation des planches de couverture est inconnue (Édouard 2004, p. 18).

379 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/301, fol. 507r-508v.

380 Des cabanes pastorales couvertes de planches sont également représentées sur les fresques du cycle des mois de la Torre Aquila (1390-1400), Trento (Italie).

381 Par exemple : Musset 1979, p. 88 ; Raybaut et Perréard 1982, p. 49.

382 Felicelli 2002 ; Lebouteux 2007, p. 38, n. 43 ; Leguay 2008, chap. 14.

383 Magalon 1954, p. 105. Les consuls firent vœu, au nom de la population, d’aller tous les ans, le 24 août, en procession d’actions de grâces au sanctuaire de Notre-Dame de Buey, pour la remercier d’avoir épargné une partie de la ville (Canestrier 1954, p. 71).

384 Lacroix 2003.

385 Ibid., p. 27.

386 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/088 ; 3E004/089.

387 AD Alpes-Maritimes, 3E 040/001 (1580).

388 AD Alpes-Maritimes, 3E 004/169 (1579-1580).

389 Le mémoire rédigé en 1700 par Vauban, qui s’est rendu à Guillaumes en 1682 et 1692, fait état du mauvais état des maisons dont certaines sont ruinées, de l’église paroissiale et de l’hôpital partiellement découvert. Canestrier 1954, p. 77.

390 Magalon 1954, p. 97, n. 4. L’auteur rapporte que l’ancienne toiture était couverte de mélèze et de tuiles creuses, mais ne cite aucun document auquel se référer.

391 Faure-Vincent 2004, p. 69.

392 Tels que celui de l’emploi exclusif de la tuile en Provence orientale littorale et restituer à leur juste place les couvertures de pierre attestées aussi bien par l’archéologie à Nice au xive siècle (Grasse et al. 1988) ou à Saint-Vallier-de-Thiey au xve siècle (Thiery 2002).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Localisation des villes et villages cités dans l’article.
Crédits DAO S. Burri
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Titre Fig. 2 a. Dimensions des planches de toiture préservées (xiie-xixe siècles) ; de haut en bas : Grand Rue (Colmars, 04), La Roche (La Lauzet-Ubaye, 04), Fouani (Saint-Dalmas-le-Selvage, 06), Église Saint-Romain (Puy-Saint-Vincent, 05) ; b. Photographie de deux planches (xviiie-xixe siècles) provenant d’un grenier et réemployés dans des cloisons du 4, Grand Rue à Colmars (04).
Crédits DAO V. Labbas
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Titre Fig. 3 Statut socio-professionnel des acteurs du marché des bois de couverture.
Crédits DAO S. Burri
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24750/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Fig. 4 Répartition des opérations techniques en fonction du statut socio-professionnel.
Crédits DAO S. Burri
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24750/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 5 Proportion de textes spécifiant l’essence ligneuse utilisée (xive-xvie s.).
Crédits DAO S. Burri
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24750/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 6 Calendrier de livraison des bois de couverture à Guillaumes (xve-xvie s.).
Crédits DAO S. Burri
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24750/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Fig. 7 Répartition saisonnière et durée des contrats de vente d’échandoles et de planches de couverture passés à Guillaumes (xve-xvie s.).
Crédits DAO S. Burri
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24750/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Fig. 8 Fendage et aplanage des planches d’après Duhamel du Monceau (1764, pl. 5 et pl. 28).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24750/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 9 Le débitage et le façonnage des planches de couverture.
Légende a. Schéma d’une grume et position d’une planche en coupe. b. Traces de scie sur la surface d’une planche médiévale de la fin du xiie siècle (clocher de l’église Saint-Romain à Puy-Saint-Vincent, Hautes-Alpes). c. Traces de scie sur un fragment de planche datée du xviiie s. et provenant d’un grenier du 4, Grand Rue à Colmars (Alpes-de-Haute-Provence). d et e : détail d’une rainure sur une planche (milieu du xviie s.), provenant du site de Fouani à Saint-Étienne-de-Tinée (Alpes-Maritimes)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24750/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 10 Couverture de planches lors du rehaussement d’une maison (lieu inconnu). Photographie d’Hippolyte Muller, début du xxe siècle, no inventaire 55.10.854.
Crédits Cl. Musée dauphinois, Grenoble
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24750/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre Fig. 11 La mise en œuvre des planches rainurées.
Légende a. Schéma de l’articulation pannes-planches dans les granges de la Haute-Tinée ; b. Schéma d’une mise en œuvre de planches clouées sur un voligeage (lattis) de planches (d’après Viollet-le-Duc 1854, vol. 2, p. 117) ; c. Coupe de la couverture d’une grange du site de Blainon, Saint-Étienne-de-Tinée ; d. Vue de la même grange depuis le nord ; e. Une maison du hameau de Champrichard, commune d’Allos ; f. Pannes de la charpente soutenant la couverture dans une grange du hameau de Bousieyas à Saint-Étienne-de-Tinée.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24750/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Titre Fig. 12 Exemples de couverture de cabanes pastorales à grandes planches (xixe-début xxe siècles).
Légende a. Plan joint au devis estimatif de la construction de la nouvelle cabane de Costebelle (Barcelonnette), 1871 (cabanes pastorales, restauration des cabanes de la Cayolle, de la Gimette et de Costebelle : acte administratif, projet des réparations, devis, cahier des charges, plan, correspondance. 1846-1871, cote archives : AD04_E Dep 019/4N2) ; b. Cabane pastorale, col de la Moutière, Faucon-de-Barcelonnette. Photographie sur plaque de verre d’Hippolyte Muller, début du xxe siècle, n° 55.10.394 (© Musée dauphinois, Grenoble).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24750/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Titre Fig. 13 La récupération des planches au cours des chantiers de maintenance, le cas de la grange 400, Blainon (vallon de Roya, Saint-Étienne-de-Tinée).
Crédits DAO V. Labbas
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24750/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Titre Fig. 14 Exemples de planches de couverture recyclées.
Légende a. Planche rainurée réemployée en chambranle de porte (maison Rebattu, hameau de Champrichard, Allos). b et c. Planches recyclées en cloisons dans des greniers à Colmars. d. Fragment de planche recoupé et réutilisé en panneau de porte puis en latte de plancher à Colmars. e. Planches recoupées et recyclées en lattes de plancher à Colmars.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24750/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Fig. 15 Usage des couvertures de bois dans le Val Varaita.
Légende a. Détail de l’adret ; b. Détail de l’ubac. Vues figurées de la vallée de Château-Dauphin, 1422.
Crédits Archives départementales de l’Isère, B 3710 (Adret) et B 4496 (Ubac).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24750/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 16 Couvertures de bois, couvertures de tuiles à Guillaumes, d’après l’ex-voto de 1682.
Crédits DAO Commune de Guillaumes ; DAO V. Labbas
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24750/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 515k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Burri, Vincent Labbas et Philippe Bernardi, « De la forêt au bâtiment. Approche pluridisciplinaire des couvertures de bois dans le sud-est de la France (xiie-xixe siècles) »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 133-170.

Référence électronique

Sylvain Burri, Vincent Labbas et Philippe Bernardi, « De la forêt au bâtiment. Approche pluridisciplinaire des couvertures de bois dans le sud-est de la France (xiie-xixe siècles) »Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24750 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.24750

Haut de page

Auteurs

Sylvain Burri

Chargé de recherches CNRS, Traces UMR 5608, CNRS, Université Toulouse Jean Jaurès

Articles du même auteur

Vincent Labbas

Post-doctorant, Chaire Idex Gragson, Traces UMR 5608, CNRS-Université Toulouse Jean Jaurès

Philippe Bernardi

Directeur de recherches CNRS, LAMOP UMR 8589, CNRS, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search