Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Alençon (Orne). 18 rue Porte de la Barre

Responsable d’opération : Maïlys Lallauret
p. 212-213

Texte intégral

1Le diagnostic, réalisé en amont d’un projet de réhabilitation, a été l’occasion de caractériser les vestiges conservés en élévation d’une porte médiévale de l’enceinte urbaine d’Alençon et d’appréhender son intégration dans un bâti civil des xviiie-xixe s. En 2000, un diagnostic avait révélé la conservation des vestiges arasés de la porte sur toute la largeur de la voirie (dir. M.-È. Scheffer, Afan). Le contexte d’intervention n’avait pas permis d’en préciser la chronologie.

2Le bâtiment actuel se situe dans l’emprise de la Porte de la Barre, dont les tours sises dans les fossés de la ville, forment une avancée sur le front SO de la courtine. De l’ouvrage médiéval, ne subsiste en élévation au nord qu’un tronçon du mur du corps central (M 103=M 107) et la partie occidentale de la tour (M 100), depuis sa base en glacis partiellement immergée par la Briante, jusqu’à la coupole couvrant son premier niveau. Les ouvertures de tir à linteau droit sur coussinets, partiellement conservées à l’ouest et au nord, sont des archères simples sans croisillon ni sifflet. Elles flanquent respectivement le côté nord de la voie et le pont-levis menant à la ville, ainsi que les fossés d’enceinte vers le château. Le mur reliant la tour à la courtine a conservé le bâti de la porte de ville : la rainure de réservation de la herse ainsi qu’un bloc taillé pour l’axe du vantail. En l’absence de sondage sédimentaire, aucun niveau de circulation simultané à l’utilisation de la tour n’a été mis en évidence. Bien que déconnectés et fragmentaires, les vestiges relatifs à la porte médiévale présentent une grande homogénéité et un bon état de conservation.

3L’étude des élévations mise en perspective avec les données issues des opérations archéologiques menées sur le tracé de l’enceinte urbaine et l’étude documentaire succincte, autorisent à proposer une période de construction de la Porte de la Barre entre le dernier quart du xive et le début du xve s. L’élévation de l’ouvrage serait simultanée à un chantier plus large, opéré sur les enceintes urbaines d’Alençon des xiiie-xive s., perçu lors des fouilles menées dans la ville et consécutif à un remaniement des dispositifs de flanquement. Si aucun vestige de la courtine n’a été identifié dans les élévations du bâtiment, des tronçons semblent conservés dans le mur de clôture de la parcelle attenante (appareil de type opus spicatum, corbeaux quart de rond). Déclassées progressivement dès le xviie s., les fortifications sont fractionnées, vendues et démontées dans le courant du xviiie s. La Porte de la Barre est partiellement arasée dans le dernier quart du xviiie s. à la suite de la publication d’un arrêté précisant sa vétusté et son délabrement. Si le mortier n’a livré aucun charbon permettant d’en resserrer la période d’édification, les prélèvements effectués sur les phases postérieures fournissent des indications sur la chronologie de destruction de l’ouvrage au cours du xviiie s. et son intégration dans un bâti civil.

4En effet, la tour constitue la partie ouest du bâtiment étudié et sert d’appui aux arcs en anse de panier des portes charretières (M 106 au sud, M 115 au nord) et au logis sur deux niveaux, installé sur l’épaisseur des anciennes maçonneries. Des fragments d’une panse de bouteille cylindrique en verre mis au jour dans le harpage des murs du logis indiquent un terminus post quem de 1760, appuyé par la datation 14C du mortier de rejointoiement de la tour (fin xviiie–début xixe s.). Des marques de tâcherons (« L ») caractérisent des pierres de taille en granit, en position secondaire, mises en œuvre dans les arcs de couvrement de la porte charretière et le parapet du mur de soutènement de la Briante (vers 1776). Une visite du logis a permis de documenter les menuiseries et papiers peints anciens, leur typologie abonde dans le sens d’un terminus ante quem durant le premier tiers du xixe s. (1815-1820).

Alençon, localisation de la Porte de la Barre sur le cadastre actuel et sur le tracé de la courtine. Proposition de mise en phase des structures : plan du premier niveau et élévation sud.

Alençon, localisation de la Porte de la Barre sur le cadastre actuel et sur le tracé de la courtine. Proposition de mise en phase des structures : plan du premier niveau et élévation sud.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Alençon, localisation de la Porte de la Barre sur le cadastre actuel et sur le tracé de la courtine. Proposition de mise en phase des structures : plan du premier niveau et élévation sud.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24981/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maïlys Lallauret, « Alençon (Orne). 18 rue Porte de la Barre »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 212-213.

Référence électronique

Maïlys Lallauret, « Alençon (Orne). 18 rue Porte de la Barre » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24981

Haut de page

Responsable d’opération

Maïlys Lallauret

Inrap

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals