Skip to navigation – Site map

HomeNuméros49Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainArnouville ; Garges-lès-Gonesse (...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Arnouville ; Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise). Château d’Arnouville

Archaeological project director: Jean-Gabriel Pariat
Note written with Aurélia Alligri and Pierrick Tigreat
p. 213-215

Full text

1Un diagnostic archéologique a livré des vestiges liés au parc du château d’Arnouville-Lès-Gonesse (Val-d’Oise). Sur une emprise d’environ 2,2 ha, l’opération a apporté les premiers éléments de compréhension sur l’évolution du parc conditionnée par la maîtrise des eaux. Au xviie s., la demeure de l’ancienne seigneurie d’Ermenouville est implantée dans une vallée fluviale caractérisée par des résurgences de sources. Un nouveau projet architectural est entrepris dans les années 1740 par Jean-Baptiste Machault, contrôleur général des finances, garde des Sceaux de France et secrétaire d’État de la Marine. Son programme inclut la création ex nihilo de nouvelles maisons autour d’un réseau de circulation en étoile. L’ancien village est rasé. L’église est déplacée et reconstruite. Le château est réédifié. Le parc est remodelé.

2Les sondages ont mis en évidence un premier déversoir probablement daté de la première moitié du xviiie s. Ce déversoir était destiné à distribuer l’eau entre un étang situé en amont et deux canaux situés en aval. Ces deux canaux ont été pour partie observés en surface. L’emprise du premier canal est toujours perceptible dans le paysage actuel et s’étend sur une surface d’environ 90 m de long sur 25 m de large. Encore en eau aujourd’hui, cette zone se distingue par une végétation caractéristique des milieux humides. Au sud de ce premier canal, un secteur hors d’eau pourrait correspondre à un bassin circulaire aménagé dans l’axe du château. Il apparaît sur les plans anciens. Le second canal quant à lui, localisé à la suite du bassin, aurait été remanié par des aménagements contemporains.

3Plusieurs sondages effectués sur le secteur du déversoir ont permis de distinguer un deuxième état de la structure hydraulique. Les niveaux de fondation s’observent sur 0,80 m d’épaisseur. Ils se matérialisent par des niveaux de terre sablo-limoneuse, puis par un niveau de plaquettes calcaires liées par un mortier de chaux sableux jaune, et enfin par un troisième niveau de plaquettes calcaires liées au mortier rose. Sur ces niveaux de fondation est coulée une chape de mortier hydraulique composé de chaux et de tuileau concassé garantissant l’étanchéité de l’ouvrage. Des pavés de grès quadrangulaires sont scellés par cette chape de mortier. Plusieurs d’entre eux ont été récupérés laissant simplement leurs empreintes dans le mortier hydraulique. Ce sol pavé présente un pendage en pente douce axé NO/SE et constitue le déversoir qui permettait l’écoulement de l’eau.

4Ce déversoir vient s’appuyer contre un mur dont les assises inférieures sont conservées. Elles sont constituées de pierres parementées en grès de forme rectangulaire de 0,80 m de long par 0,40 m de large. Le reste du parement du mur a disparu. Seul le blocage interne, constitué d’assises régulières de moellons calcaires grossièrement équarris et liés au mortier jaune, est conservé sur une hauteur de 1,50 m. Situé à quelques mètres du déversoir, un dispositif en métal a été mis au jour dans un sondage et pourrait appartenir à un système de vanne permettant la régulation du flux d’eau.

5À 2,80 m au NE du déversoir, les fondations des murs calcaires d’un bâtiment ont été mises au jour. Elles n’ont été que partiellement dégagées et semblent appartenir à un bâtiment quadrangulaire dont seulement deux pans ont été perçus.

6À 50 m au sud du déversoir, un mur maçonné est suivi sur une longueur de 24,30 m. Il mesure 0,60 à 0,70 m de large. Il est constitué d’une assise de moellons calcaires moyens simplement dégrossis et liés au plâtre. La mise en œuvre de ces pierres épannelées et irrégulières a nécessité beaucoup de liant. Le plâtre granuleux présente des fragments incuits de gypse, des particules de charbons de bois et des impuretés. Il a été appliqué en une seule couche et peut être qualifié de plâtre gros à maçonner. La fondation enterrée repose sur un sol homogène formé d’une semelle filante. Le mur ne semble pas jouer un rôle porteur. L’homogénéité du mur ne permet pas de distinguer de réfections ou de rejointements. L’ensemble des vestiges mobiliers associés est en position secondaire. Les éléments métalliques recueillis à proximité du mur pourraient avoir un lien avec la pratique horticole du palissage d’arbres fruitiers. Le mobilier et les plans anciens permettent de l’interpréter comme un mur de clôture du parc antérieur à 1750. Trois fosses situées à proximité ont accueilli des éléments de démolition provenant probablement de l’élévation du mur. Elles pourraient être liées à une phase d’abandon du parc et de récupération des matériaux datant du xixe s. Une portion de chemin constituée de couches de terre damées et présentant un profil bombé permettant un écoulement des eaux est reconnue à 4 m du mur de clôture et pourrait appartenir à l’allée de ceinture du parc. Une autre tranchée du diagnostic a également permis la découverte de fosses de plantation qui documentent l’aspect ornemental du parc.

7Les résultats liminaires du diagnostic ont permis d’établir un premier phasage des vestiges du parc du château d’Arnouville et de son accroissement. Il a fallu capter, canaliser et réguler l’écoulement de l’eau qui est acheminée vers les jardins et parterres pour les irriguer. Le mur d’enceinte, le chemin et un premier état du bassin répondent à une phase antérieure au milieu du xviiie s. Au milieu de ce siècle, l’agrandissement du parc est caractérisé par une zone de plantation et des réaménagements hydrauliques. Enfin, au xixe s., des fosses témoignent des phases d’abandon des jardins et de récupération des matériaux des murs parcellaires.

Arnouville ; Garges-lès-Gonesse, château d’Arnouville, secteur B, plan de distribution horizontale des vestiges de la tranchée 48.

Arnouville ; Garges-lès-Gonesse, château d’Arnouville, secteur B, plan de distribution horizontale des vestiges de la tranchée 48.

Cl. P. Tigreat, conseil départemental du Val-d’Oise / SDAVO

Top of page

List of illustrations

Title Arnouville ; Garges-lès-Gonesse, château d’Arnouville, secteur B, plan de distribution horizontale des vestiges de la tranchée 48.
Credits Cl. P. Tigreat, conseil départemental du Val-d’Oise / SDAVO
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24982/img-1.jpg
File image/jpeg, 371k
Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-Gabriel Pariat, Aurélia Alligri and Pierrick Tigreat, “Arnouville ; Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise). Château d’Arnouville”Archéologie médiévale, 49 | 2019, 213-215.

Electronic reference

Jean-Gabriel Pariat, Aurélia Alligri and Pierrick Tigreat, “Arnouville ; Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise). Château d’Arnouville” [Note of archaeological project], Archéologie médiévale [Online], 49 | 2019, Online since 03 February 2020, connection on 16 October 2021. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/24982; DOI: https://doi.org/10.4000/archeomed.24982

Top of page

About the authors

Jean-Gabriel Pariat

conseil départemental du Val d’Oise / SDAVO

By this author

Aurélia Alligri

conseil départemental du Val-d’Oise / SDAVO

Pierrick Tigreat

conseil départemental du Val-d’Oise / SDAVO

By this author

Top of page

Archaeological project director

Jean-Gabriel Pariat

conseil départemental du Val d’Oise / SDAVO

Project(s) supervised by this archaeologist

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search