Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainAvignon (Vaucluse). Îlot Saunerie...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Avignon (Vaucluse). Îlot Saunerie/Carnot

Responsable d’opération : Guilhem Baro
p. 215-216

Texte intégral

1Une opération d’archéologie du bâti a été réalisée, en août 2018, sur un îlot du centre-ville d’Avignon situé dans l’emprise de la première enceinte xiiie s. de la ville à proximité de l’église Saint-Pierre. L’îlot étudié (parcelles DK 824, 825, 458 et 459) constituait une seule demeure au xvie s., l’hôtel des Guilhen.

2Outre la présence de maçonneries datant du Moyen Âge, il a été possible de détecter, en partie, les vestiges originels de l’ancien hôtel et les modifications et transformations apportées au bâtiment.

3Il semble qu’une grande campagne d’aménagements ou de constructions ait lieu dans le premier tiers du xvie siècle, suite à l’achat de l’hôtel par Jean II de Guilhen en 1499.

4L’aile ouest, qui préexistait certainement, est réaménagée. Deux grands arcs moulurés en anse de panier sont construits en rez-de-chaussée, ouvrant sur la cour. Cet espace est couvert par un remarquable plafond à la française avec poutres et solives superposées, panneaux et couvre-joints en bois. Deux arcs en anse de panier sont également ouverts en rez-de-chaussée de la façade nord (fig.). Une fontaine d’agrément (ou puits), surmontée d’une élégante coquille Saint-Jacques, est également établie en rez-de-chaussée. Les étages sont percés de fenêtres à croisées, deux aux premier et deuxième, et une au troisième. Ces baies sont surmontées d’un larmier mouluré.

5Un escalier en vis est construit simultanément dans l’angle NO. Cet escalier est accessible par une porte en rez-de-chaussée, ouvrant sur un passage par un arc communiquant avec la parcelle plus à l’ouest (ancien hôtel de Montmorency), parcelle d’ailleurs rachetée en 1499 par Jean II de Guilhen. La construction de l’escalier n’a pu se faire qu’à partir du moment où Jean II de Guilhen eut racheté les deux parcelles car à sa mort, au début des années 1530, les deux biens sont à nouveau séparés entre ses deux fils Jean et Manauld.

6Pour faciliter la distribution et par souci d’agrément, une somptueuse galerie en encorbellement, soutenue par des consoles et des arcs moulurés, est construite le long de la façade ouest. Cet aménagement est contemporain de la construction de l’escalier en vis et des deux grands arcs en anse de panier (moulures identiques).

7Le bâtiment constituant l’aile nord est réaménagé. Le rez-de-chaussée de l’aile nord est couvert d’un plafond à la française soutenu par un arc diaphragme (DK 825). La façade nord, sur la rue Petite Saunerie, a conservé des baies du xvie s. avec bandeaux et larmiers moulurés. Elles sont conservées sur les parcelles DK 824 et 825, cinq au premier étage, quatre au second. La présence de ces cinq fenêtres au premier étage ainsi qu’une cheminée monumentale incitent à y replacer une grande salle d’apparat.

8L’accès originel de l’hôtel semble se faire d’après les textes, par le nord, sur la rue Petite Saunerie, car le côté sud est occupé par des boutiques indépendantes. Il demeure en rez-de-chaussée de la parcelle DK 824, côté intérieur, le départ d’un arc (amputé par un percement plus récent) probablement en anse de panier, qui ouvrait sur la rue et qui devait être identique à ceux présents sur la façade nord sur cour. Il est possible d’imaginer qu’un passage ou porche existait ici, permettant l’accès dans l’hôtel et sa cour avec une charrette. On peut également envisager un rez-de-chaussée ouvert par deux grands arcs pour l’aile nord et deux grands arcs pour l’aile ouest sur une grande cour, et de restituer en rez-de-chaussée des espaces couverts servant pour le stockage (pièces annexes et dépendances).

9Sur la rue Carnot, le rez-de-chaussée était occupé par des échoppes ou boutiques. Celles-ci se développaient entre le mur de façade sur la rue Carnot et une maçonnerie large et parallèle, située à environ 5 m de la précédente. Cette maçonnerie marquait initialement le mur de façade sud sur la cour : elle se retrouve sur les parcelles 824, 459 et 825 et venait se rattacher au mur séparant les parcelles 825 et 458.

10Vers le milieu du xvie s., un nouveau bâtiment est construit contre l’aile septentrionale dans la cour. Ce bâtiment, moins haut que l’aile nord, vient se coller contre celle-ci. Il en résulte le bouchage partiel, aux premier et deuxième étages, de deux baies à croisées qui sont transformées en demi-croisées, ainsi que la disparition du piédroit oriental de la fontaine ou puits surmonté d’une coquille Saint-Jacques en rez-de-chaussée.

11Le rez-de-chaussée s’ouvre sur la cour par deux grands arcs moulurés en pierre de taille en anse de panier, répondant aux deux grands arcs présents sur la façade occidentale et aux deux de la façade septentrionale. Un blason, celui de la famille des Guilhen, couronne le pilier central des deux arcs. Le premier étage est éclairé par une grande baie axée sur la façade à croisée en pierre soulignée par un bandeau et un larmier mouluré. Cette pièce est couverte par un très beau plafond en bois à la française du xvie s. Le deuxième étage était également éclairé par une grande baie à croisée de pierre, axée sur la façade. Le troisième niveau est éclairé par deux petits fenestrons qui semblent dater de la construction du bâtiment. Un troisième fenestron est présent sur la façade nord et est identique.

12Un escalier hors œuvre est construit dans l’angle SE de la cour vers la fin du xvie s. ou au début du xviie s., il vient s’appuyer contre l’aile orientale et lui est donc postérieur. Sa construction permet une meilleure circulation dans l’hôtel et met en relation l’aile orientale avec les étages de l’aile méridionale.

13Au xviiie s., l’ancien hôtel connaît d’importantes transformations. En premier, il semble que ce soit durant cette période que l’aile sud est agrandie vers le nord par la construction de petits bâtiments, englobant l’escalier primitivement hors œuvre. Différentes fenêtres sont percées sur la cour, notamment deux grandes baies au premier étage de l’aile orientale éclairant le trumeau, attribué au xviiis., de la cheminée. La façade sur la rue Carnot est réorganisée et les ouvertures du xvie s. sont modifiées. Sur la rue Petite Saunerie, c’est en rez-de-chaussée que de nouveaux percements sont opérés.

14Par la suite, probablement à la fin du xviiie ou au début du xixe s., l’ensemble est morcelé entre plusieurs propriétaires. Des cages d’escaliers sont créées, notamment deux dans l’aile nord pour desservir les différents niveaux, un autre escalier est ajouté dans l’aile orientale, condamnant en partie une baie donnant sur la cour.

Avignon, îlot Saunerie/Carnot, relevé ortho-image de la façade septentrionale sur la cour intérieure.

Avignon, îlot Saunerie/Carnot, relevé ortho-image de la façade septentrionale sur la cour intérieure.

Cabinet Adrien Brun Studio Graphique

Haut de page

Table des illustrations

Titre Avignon, îlot Saunerie/Carnot, relevé ortho-image de la façade septentrionale sur la cour intérieure.
Crédits Cabinet Adrien Brun Studio Graphique
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24983/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 999k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guilhem Baro, « Avignon (Vaucluse). Îlot Saunerie/Carnot »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 215-216.

Référence électronique

Guilhem Baro, « Avignon (Vaucluse). Îlot Saunerie/Carnot » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24983 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.24983

Haut de page

Auteur

Guilhem Baro

service d’archéologie du département de Vaucluse [S.A.D.V.]

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guilhem Baro

service d’archéologie du département de Vaucluse [S.A.D.V.]

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search