Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Avignon (Vaucluse). 4, rue Armand de Pontmartin

Responsable d’opération : Guilhem Baro
p. 216-217

Texte intégral

1Une opération d’archéologie du bâti a été réalisée, en septembre et octobre 2018, sur une façade du centre-ville d’Avignon située dans l’emprise de la première enceinte (xiiie s.) de la ville, à proximité de l’église Saint-Pierre. La façade, construite en pierre de taille, présente des dispositions anciennes comme des baies à croisées (fig. 1). Cette parcelle est composée de trois bâtiments alignés sur rue qui ont été unis, semble-t-il à la fin du xve s. ou au xvis.

2La travée sud, Mr 3, possède les éléments les plus anciens, à savoir deux piliers en pierre (Pi 20 et 21) qui servaient de support à une construction en pan de bois sur la rue Armand de Pontmartin (fig. 2). Cette structure en pan de bois était, primitivement, en encorbellement sur la rue ; en témoignent les corbeaux bûchés (Us 12) entre le rez-de-chaussée et le premier étage ainsi que les deux grosses poutres incluses dans les piliers entre le deuxième et le troisième étage. Il est possible de restituer ici une construction en pan de bois comprise entre deux piliers en pierre qui déborde sur la rue à chaque niveau. Un autre pilier est présent au nord de la travée nord. Il semble appartenir à la parcelle voisine, mais peut aussi correspondre à un support d’encorbellement de la travée nord. Au deuxième étage, ce pilier possède un corbeau (Us 22), vestige d’une première toiture ou d’un ancien support pour encorbellement.

3La travée centrale (Mr 2), qui vient s’appuyer contre le pilier de la travée sud, a été édifiée en une seule campagne de construction, du rez-de-chaussée au quatrième étage, probablement à la fin du xve ou au début du xvie s. (fig. 2). L’appareil, hormis en rez-de-chaussée en raison des percements récents, est très soigné et présente une remarquable homogénéité. Les hauteurs d’assises sont régulières, ce qui conforte l’idée d’une seule et même campagne de construction. Le rez-de-chaussée s’ouvrait primitivement par une porte cochère avec arc en anse de panier (Arc 11). Aux premier et deuxième étages de cette travée, une grande baie à croisée de pierre est aménagée avec bandeaux régnants et larmiers avec archivoltes rectangulaires (Fe 16 et 28).

4Au troisième étage, les deux baies sont d’origine : une porte (Fe 34) possède des piédroits arrondis avec congés alors que la fenêtre (Fe 35) offre des piédroits chanfreinés avec congés. À ce niveau, le pilier nord de la travée sud connaît un décalage car ce nouveau pilier (Pi 43) s’appuie sur Mr 2 et lui est donc postérieur (reconstruction ou surélévation de Mr 3). Enfin, au dernier étage, les trois baies avec linteau en accolade typique du xvie s. sont d’origines (Fe 40, 41 et 42).

5Dans la travée nord, Mr 1, l’élément le plus ancien est le larmier présent au-dessus des fenêtres du deuxième étage (fig. 2). Il semble qu’elle ait été construite à la fin du xve ou au début du xvie s. Dans cette travée, l’appareil a été fortement impacté par la création de fenêtres récentes. Cependant, un coup de sabre présent au deuxième étage indique l’emplacement d’une fenêtre (Fe 25), certainement une grande baie à croisée de pierre identique à celles de la travée centrale. Le niveau de l’appui est également visible dans l’appareil et il se situe au même niveau que la baie de la travée centrale, ce qui confirme une volonté d’uniformité. De plus, l’emplacement du piédroit laisse à penser qu’il existait, plus au sud, et sous le larmier, une deuxième fenêtre, plus petite en largeur, formant une demi-croisée. En plus du larmier, ces deux baies étaient encadrées par le même bandeau que celui de la travée centrale car il est possible de constater que celui-ci a été scié (bandeau non retourné) et qu’il se poursuivait donc plus au nord sur Mr 1.

6Vers la fin du xvie s., le premier étage de la façade de la travée sud est reculé. La structure en pan de bois et en encorbellement a été démontée, probablement après 1562, à une date où des statuts communaux préconisent la destruction de ces avancées des rues d’Avignon. Les corbeaux supportant l’encorbellement sont bûchés et une nouvelle façade en pierre de taille est édifiée au premier étage (fig. 2). Elle est percée d’une somptueuse baie ou galerie à claire-voie (Fe 18) s’ouvrant par cinq colonnettes, élément typique du milieu du xvie s. (fig. 3). Au-dessus, un blason monolithe en pierre (Us 19) est placé dans l’axe de la travée. Il est possible de penser que, seule l’avancée du premier étage a été détruite dans un premier temps. À partir de ce niveau, la construction en pierre s’interrompt pour laisser place, au second étage, à une maçonnerie en plâtre et chaux (Mr 30). Cette partie de la façade a été reculée certainement dans un second temps, ce qui explique qu’elle ne soit pas construite en pierre contrairement au premier étage. Ce choix particulier peut, peut-être, s’expliquer par un manque de financement au moment de la reconstruction de la façade. Quoi qu’il en soit, ce niveau était éclairé par une grande baie à croisée en plâtre et chaux comportant des modénatures polylobées de grande qualité (Fe 29). Ce niveau noble possède, à l’intérieur, un remarquable plafond à la française datable du xvie s. Pour uniformiser la façade, un bandeau en plâtre et chaux est réalisé, au deuxième étage, dans la continuité de celui présent sur la travée centrale.

7Au xviiie s., la travée nord, Mr 1, fait l’objet d’une réorganisation en façade (fig. 2). Deux grandes baies cintrées sont ouvertes en rez-de-chaussée (Fe 4 et 5), aux premier (Fe 13 et 14) et deuxième étages (Fe 23 et 24). Leurs percements entraînent des modifications dans l’appareil médiéval. Les appuis des fenêtres aux premier et deuxième étages se situent plus bas que ceux des baies à croisées de la travée centrale. Les bandeaux sur cette travée sont supprimés.

8En rez-de-chaussée, deux portes cintrées sont probablement percées à cette époque, une dans la travée centrale (Pr 6) et une dans celle du sud (Pr 9) jouxtant une fenêtre cintrée de la même époque (Fe 10). Cette travée fait également l’objet d’une surélévation (Mr 31) : le troisième étage semble être une reconstruction car il se raccorde mal avec la travée centrale. La présence à ce niveau du pilier sur la parcelle voisine laisse à penser qu’un état antérieur existait à ce niveau mais il n’en demeure pas de traces.

9Au premier et deuxième étage de la travée centrale, une fenêtre est ouverte à côté de la grande baie à croisée de pierre. Celle du premier (Fe 15) a les piédroits chanfreinés alors que celle du deuxième (Fe 27) n’offre aucune caractéristique. Elles sont probablement percées pour éclairer une pièce nouvellement créée suite à un cloisonnement intérieur.

10Au xixe s., une porte (Pr 8) est percée en rez-de-chaussée. Elle présente un linteau droit.

11Probablement suite à un dégât, le troisième étage de la travée sud (Mr 36) est reconstruit en mâchefer et percé de deux fenêtres (Fe 37 et 38). La baie à claire-voie est condamnée à la fin du xviiie ou au début du xixe s. : l’encadrement de gauche et celui de droite sont remplis par des briques modernes. Entre les deux, un remplissage en pierre est réalisé ainsi qu’une nouvelle fenêtre (Fe 17) dont l’appui est situé plus bas.

Avignon, 4, rue Armand de Pontmartin, relevé pierre à pierre de la façade et phasage des élévations.

Avignon, 4, rue Armand de Pontmartin, relevé pierre à pierre de la façade et phasage des élévations.

DAO G. Baro

Haut de page

Table des illustrations

Titre Avignon, 4, rue Armand de Pontmartin, relevé pierre à pierre de la façade et phasage des élévations.
Crédits DAO G. Baro
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/24984/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guilhem Baro, « Avignon (Vaucluse). 4, rue Armand de Pontmartin »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 216-217.

Référence électronique

Guilhem Baro, « Avignon (Vaucluse). 4, rue Armand de Pontmartin » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24984

Haut de page

Auteur

Guilhem Baro

service d’archéologie du département de Vaucluse [S.A.D.V.]

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guilhem Baro

service d’archéologie du département de Vaucluse [S.A.D.V.]

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals