Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Dijon (Côte-d’Or). Musée des Beaux-Arts

Responsable d’opération : Benjamin Saint-Jean Vitus
p. 222-223

Texte intégral

1Le musée des Beaux-Arts de Dijon occupe le site du palais des ducs de Bourgogne de la fin du Moyen Âge, devenu « logis du roi » au xvie s., puis « palais des états » à la fin du xviie. L’aile principale du musée a été construite de 1852 à 1856 sur l’emprise de la Sainte-Chapelle des xiie-xvie s., démolie après la Révolution.

2De 2016 à 2019, la rénovation du musée s’est accompagnée d’une étude archéologique combinant zones de fouilles et relevés d’élévations. Les fouilles ont concerné principalement les caves de l’aile du xixe s., ainsi qu’une tranchée dans la cour voisine. Dominant la même cour, la restauration de la tour « de Bar », construite au xive s. et qui constitue le plus ancien bâtiment conservé du palais médiéval, a motivé un examen de ses murs sur toute sa hauteur ; ses transformations intérieures ont conduit à fouiller les sols de ses deux premiers étages. Enfin, la réfection des enduits du pignon des cuisines du xve s. a suscité d’ultimes observations.

3À -5 m de profondeur, les caves de l’aile du xixe s. ont surtout livré des vestiges en creux de la période antique, perforant le substrat sédimentaire. Après un premier ensemble de tradition gauloise détruit vers 15 après J.-C., plusieurs constructions juxtaposées, de type habitat ou caves, se succèdent jusqu’au iiie s. à peu près, révélant pour la première fois une continuité d’habitat assez dense à l’intérieur du noyau urbain du castrum tardo-antique à l’origine de Dijon.

4Dans la cour, la tranchée longeant la façade du même bâtiment n’a pas atteint les niveaux de voirie des ive-ve s. (intérieures à ce castrum), repérés entre 2,50 et 1,30 m de profondeur dans le sondage du diagnostic de 2007 (conduit par Claudine Munier). En revanche, les sols empierrés, les dépôts d’occupation finement lités et les maçonneries arasées qui s’y succèdent entre -1,60 et -0,70 m de profondeur, repérés sur des emprises très réduites, appartiennent aux xe-xiie s. Les premiers offrent une concentration notable de déchets alimentaires. Il faut rappeler que c’est après 1017 que Dijon conquiert sa place éminente dans le duché nouvellement constitué en faveur de son fils par le roi Robert le Pieux, justifiant désormais une résidence ducale à l’intérieur du castrum. Dans la même tranchée, parmi quelques témoins de constructions des xiiie-xive s, on retiendra un petit puits à belles parois de pierre de taille. Un autre puits plus large, ou une citerne des mêmes périodes, a été reconnu dans les caves.

5Édifiée par le duc Philippe le Hardi à partir de 1367 sous le nom de « tour neuve » et maintes fois réaménagée dès les années 1370, notamment pour héberger la famille ducale, l’actuelle « tour de Bar » a bénéficié d’une étude détaillée de ses maçonneries sur plus de 20 m de haut, confirmant de nombreuses phases de constructions dès la fin du xive s. Au nord, les démolitions ponctuelles des travaux de 2017-2018 ont dégagé les traces du bâti qui s’y appuyait jusqu’au xviiie s. Dans la tour, la fouille du premier étage, au-dessus des voûtements de la salle basse, a livré des témoins étonnants de la vie du chantier de la fin des années 1370. Les sols de terre provisoires avaient piégé des déchets organiques, conservés grâce à un milieu sec : fragments de cuir, épis de céréales, copeaux de bois et chevilles de charpente… Le tout était scellé par le mortier de pose du pavement d’origine de la pièce, dans lequel se lisait l’empreinte des carreaux et donc le schéma d’agencement de l’ensemble, intégrant l’âtre d’une première cheminée. Au deuxième étage, le mortier d’un sol équivalent, mais largement écrêté, était posé sur un lit de torchis recouvrant un plancher structurel en chêne, daté de 1377 par la dendrochronologie.

6Les caves du xixe s. ont encore livré quelques fonds de fondation des tours de façade, également construite au xive s., de la chapelle du palais, la « Sainte-Chapelle » détruite après la Révolution. Enfin, le pignon de la partie conservée des cuisines édifiées de 1436 à 1439 (sous le duc Philippe le Bon) intégrait les traces d’arrachements de la paneterie contiguë, démolie au xixe s. Son entrée était précédée d’une courette fermée, dans l’angle de laquelle s’insérait le puits toujours en place, surmonté d’une sculpture en relief de lion porte-poulie. Quant au « logis du roy » de l’époque moderne, on en retiendra surtout une fosse de latrines fouillée dans les caves, qui a livré, parmi de nombreux déchets osseux révélateurs de l’alimentation des occupants, de beaux fragments de vaisselle de terre et de verre de la fin du xvie ou du début du xviiie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Saint-Jean Vitus, « Dijon (Côte-d’Or). Musée des Beaux-Arts »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 222-223.

Référence électronique

Benjamin Saint-Jean Vitus, « Dijon (Côte-d’Or). Musée des Beaux-Arts » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/24993

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals