Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Gémozac (Charente-Maritime). Les abords de l’église Saint-Pierre et de la mairie

Responsable d’opération : Céline Trézéguet
p. 226

Texte intégral

1Le diagnostic réalisé dans le cadre du projet d’aménagement des abords de l’église Saint-Pierre de la commune de Gémozac, couplé à celui de restauration de cette dernière, a mis en évidence la permanence de l’occupation de ce secteur depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours.

2Une occupation gallo-romaine, une villa ou peut-être un établissement plus vaste, est identifiable à travers plusieurs fondations maçonnées, des niveaux de sol parfois encore intacts, des sols en béton de tuileau, du mobilier (balsamaire en verre, céramique) et des éléments architectoniques (base de colonne) remployés dans des constructions modernes (fig.). L’Antiquité tardive est quant à elle représentée par du mobilier céramique découvert dans les tranchées ouvertes au-devant de la mairie, notamment un tesson de dérivé de sigillé paléochrétienne à figure de cerf.

3À partir de l’implantation des vestiges maçonnés antiques a pu être retracé un quadrillage urbain régulier, correspondant vraisemblablement à la planification urbaine. Ce maillage orthonormé semble avoir perduré jusqu’à aujourd’hui, car l’église elle-même a suivi, tout comme les bâtiments médiévaux et modernes dégagés au pied de la mairie, une orientation similaire, à peine modifiée par un léger glissement d’axe.

4Alors que les aménagements gallo-romains étaient pour certains encore visibles, une occupation alto-médiévale, allant probablement de pair avec l’installation d’une nécropole, s’est développée dans le secteur. Des niveaux de terres noires, contenant de la céramique attribuée à une période comprise entre le haut Moyen Âge et le Moyen Âge, ont ponctuellement été identifiés. L’espace funéraire alto-médiéval associait sépultures en sarcophage et en fosse. Les premières sont composées de cuves et couvercles monolithes, parfois scellés par du mortier, et taillés dans du calcaire local ; les secondes sont clairement identifiées malgré leur mauvais état de conservation. Cette nécropole s’est probablement agrégée autour d’un établissement de culte préexistant, dévolu dans un second temps à la religion chrétienne, et sur lequel a été érigée plus tard l’église Saint-Pierre.

5Cette dernière est érigée entre la fin du xie s. et le siècle suivant. Des modifications sont par la suite apportées, de nouveaux éléments sont construits puis détruits, le toit est rehaussé et le bâtiment est fortifié, la façade est reconstruite… Des travaux majeurs sont menés jusqu’à la fin du xixe siècle. Simultanément, le cimetière continue d’être utilisé, les traces d’une accumulation d’enfouissements sépulcraux sont conservées au chevet, où des niveaux de sépultures en fosses et des niveaux de terre de cimetière sont conservés jusqu’au substrat calcaire, atteint à près d’1,75 m de profondeur.

6Le sous-sol de l’actuelle place de la mairie est occupé par des bâtiments, de nombreux murs y ont été découverts ; certains d’entre eux, de fondation médiévale, succèdent à des maçonneries antiques, et ont été remployés pour servir de base à des constructions modernes. La construction de l’hôtel de ville actuel a conduit à la destruction des bâtiments subsistants dans la seconde moitié du xixe s. Néanmoins, une stratigraphie puissante riche d’informations est conservée. Les niveaux liés à la construction (probables niveaux de chantier), à l’occupation, à l’abandon et à la démolition s’y succèdent en effet de façon chronologique, sans perturbation extérieure, depuis au moins le haut Moyen Âge.

Gémozac, les abords de l’église Saint-Pierre et de la mairie, Tr. 01 – vue zénithale sur laquelle apparaissent les aménagements antiques (maçonnerie et sol), les sarcophages mérovingiens et un mur moderne doté de remplois antiques.

Gémozac, les abords de l’église Saint-Pierre et de la mairie, Tr. 01 – vue zénithale sur laquelle apparaissent les aménagements antiques (maçonnerie et sol), les sarcophages mérovingiens et un mur moderne doté de remplois antiques.

Cl. C. Trézéguet, SAD 17

Haut de page

Table des illustrations

Titre Gémozac, les abords de l’église Saint-Pierre et de la mairie, Tr. 01 – vue zénithale sur laquelle apparaissent les aménagements antiques (maçonnerie et sol), les sarcophages mérovingiens et un mur moderne doté de remplois antiques.
Crédits Cl. C. Trézéguet, SAD 17
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Trézéguet, « Gémozac (Charente-Maritime). Les abords de l’église Saint-Pierre et de la mairie »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 226.

Référence électronique

Céline Trézéguet, « Gémozac (Charente-Maritime). Les abords de l’église Saint-Pierre et de la mairie » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25002

Haut de page

Auteur

Céline Trézéguet

département de la Charente-Maritime – service départemental d’archéologie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Céline Trézéguet

département de la Charente-Maritime – service départemental d’archéologie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals