Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Gruissan (Aude). Saint-Martin-le-Bas

Responsable d’opération : Guillaume Duperron
Notice rédigée avec Fabrice Bigot et Christophe Vaschalde
p. 227-228

Texte intégral

1L’établissement littoral de Saint-Martin-le-Bas à Gruissan (Aude) fait l’objet depuis 2011 d’une fouille programmée conduite dans le cadre du PCR « Les ports antiques de Narbonne » (dir. C. Sanchez, UMR 5140 ASM). Le site est tout d’abord occupé de l’époque tardo-républicaine à la fin de l’Antiquité, puis connaît une nouvelle occupation à partir des environs de l’an Mil jusqu’au bas Moyen Âge. Lors de la campagne 2018, les recherches se sont poursuivies sur la parcelle WE42, située au sud du site, au plus près du littoral. Les investigations conduites dans ce secteur en 2015 et 2016 avaient mis en évidence une conservation remarquable des niveaux médiévaux. Une extension de la zone de fouille d’environ 200 m² a permis cette année d’explorer la partie orientale de la parcelle, livrant de nouveaux éléments sur l’établissement médiéval qui se développe dans l’emprise d’un vaste bâtiment antique autour d’une imposante tour quadrangulaire.

2Cette nouvelle occupation se manifeste par la construction de plusieurs bâtiments, qui réutilisent en partie les structures préexistantes, et la mise en place de nombreux foyers associés à plusieurs dépotoirs de grandes dimensions. Lors de la campagne 2018, l’étude de cette phase a concerné toute la périphérie de l’édifice central, dans lequel une importante stratigraphie médiévale a été fouillée en 2016. À l’est de celui-ci, la réoccupation d’un espace quadrangulaire d’une surface de 30 m², édifié au ier s. ap. J.-C., débute par un déblaiement complet qui permet une réinstallation sur les structures maçonnées préexistantes. La phase médiévale se matérialise uniquement par un fin niveau argileux, daté par radiocarbone entre la fin du xiiie et la fin du xive s., sur lequel repose une toiture effondrée constituée exclusivement de tuiles courbes. À l’ouest, l’achèvement de la fouille du vaste dépotoir FS5250 a livré de riches données matérielles (en particulier de nombreuses céramiques) et archéobotaniques. Au nord, la réalisation de deux sondages a permis d’identifier un bâtiment quadrangulaire daté des xie-xiie s., autour duquel se développe une autre zone de rejets ainsi qu’une série de foyers à vocation probablement culinaire (fig.). Enfin, au sud, un autre foyer, dont la sole est constituée d’une meule complète, est utilisé durant la même période.

3Ainsi, bien que l’exploration de cette zone soit encore partielle, ces nouvelles observations confirment la densité des vestiges médiévaux dans ce secteur et la très bonne conservation de la stratigraphie associée. Les dernières datations de laboratoire montrent désormais que cette occupation ne concerne pas seulement le Moyen Âge central mais qu’elle perdure jusqu’au bas Moyen Âge. Les nombreux prélèvements sédimentaires réalisés dans les sols et les dépotoirs de cette phase ont permis de collecter d’abondants restes anthracologiques, carpologiques et ichtyologiques ; on dispose également d’une riche documentation céramologique et archéozoologique. On soulignera en outre la découverte d’une nouvelle obole féodale, frappée à Barcelone. La présence de ce type de monnaie, dont on compte désormais cinq exemplaires sur le site, est tout à fait inhabituelle en contexte rural, tout comme celle de trompes d’appel en céramique (4 ex. mis au jour jusqu’à présent), généralement attestées en contexte castral. Ces éléments pourraient révéler la présence sur le site de soldats, vraisemblablement chargés de surveiller le trafic maritime et l’exploitation des ressources locales. En effet, dès l’époque carolingienne, les archevêques de Narbonne possèdent des droits de tonlieu et de péage sur le commerce terrestre et maritime ainsi que sur le produit des salines, ce qui suggère leur forte implantation sur le littoral et en particulier dans le secteur de Gruissan. Toutefois, l’absence de découverte de militaria jusqu’à présent ne permet pas de valider formellement cette hypothèse.

Gruissan. Saint-Martin-le-Bas, foyer culinaire avec sole en terre composée d’une meule complète.

Gruissan. Saint-Martin-le-Bas, foyer culinaire avec sole en terre composée d’une meule complète.

Cl. G. Duperron

Haut de page

Table des illustrations

Titre Gruissan. Saint-Martin-le-Bas, foyer culinaire avec sole en terre composée d’une meule complète.
Crédits Cl. G. Duperron
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25005/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Duperron, Fabrice Bigot et Christophe Vaschalde, « Gruissan (Aude). Saint-Martin-le-Bas »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 227-228.

Référence électronique

Guillaume Duperron, Fabrice Bigot et Christophe Vaschalde, « Gruissan (Aude). Saint-Martin-le-Bas » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25005

Haut de page

Auteurs

Guillaume Duperron

service archéologie préventive de Sète agglopôle Méditerranée

Articles du même auteur

Fabrice Bigot

chercheurs associés « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » [UMR 5140, Montpellier]

Articles du même auteur

Christophe Vaschalde

chercheurs associés « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » [UMR 5140, Montpellier]

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guillaume Duperron

service archéologie préventive de Sète agglopôle Méditerranée

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals