Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainLaval (Mayenne). Les Poiriers

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Laval (Mayenne). Les Poiriers

Responsable d’opération : Marie Queru
p. 228-229

Texte intégral

1En amont d’un projet de lotissement localisé dans le quartier de Grenoux, au N.-O. de la commune de Laval, le service archéologique municipal de Laval a réalisé une opération de fouille préventive du 15 septembre au 27 octobre 2016.

2La prescription portait sur une emprise de 5 000 m² marquée par la présence d’un enclos fossoyé subcirculaire médiéval, associé à un ensemble de structures en creux (trous de poteau, fosses et fossés), ainsi que d’un tronçon de voirie pouvant être rattaché à un axe antique reliant Tours à Corseul. La fouille était motivée, d’une part, par le faible nombre d’enclos fossoyés de ce type et de cette période étudiée régionalement et, d’autre part, par l’importance de la voie Tours-Corseul, considérée comme l’un des éléments structurants de la morphogenèse lavalloise mais dont le tracé précis reste à établir.

3Les indices d’occupation mis en évidence au cours de la fouille du site des Poiriers s’échelonnent depuis la Protohistoire jusqu’à la période contemporaine, sans continuité attestée d’une phase à la suivante.

4Les vestiges les plus importants se rapportent à un établissement médiéval dont l’occupation a été datée de la fin du haut Moyen Âge et du Moyen Âge central.

Les occupations protohistorique et antique

5Les occupations antérieures à l’établissement médiéval n’ont laissé que des traces ténues difficilement exploitables et caractérisables. Leurs vestiges sont en effet très peu lisibles et mal conservés. Ils prennent la forme de réseaux fossoyés qui se recoupent et dessinent plusieurs trames parcellaires. Aucune trace d’activité intensive ou d’habitat antérieurs à l’établissement médiéval n’a été mise en évidence et il est probable que les occupations principales associées à ces réseaux parcellaires soient à rechercher en dehors de l’emprise, sur la partie haute du relief.

L’établissement médiéval (fin du xe s. – fin du xiie s.)

6C’est au cours de la période médiévale que le site connaît son occupation principale. Celle-ci correspond à un établissement relativement atypique caractérisé par la présence d’un enclos sub-circulaire, d’une aire interne d’environ 1 045 m², associé à un petit enclos secondaire au NE ainsi qu’à plusieurs fosses et trous de poteau situés aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’espace fossoyé. Ceux-ci ont donné lieu à cinq propositions de restitution de bâtiment. Deux phases de fonctionnement ont pu être proposées, la première attribuée à la fin du xe s. et la seconde aux xie-xiie s.

7Si cet établissement présente des caractéristiques le rapprochant d’habitats ruraux relativement aisés (enceinte fossoyée, bâtiment important…), il en diffère également sur de nombreux points (précocité, superficie enclose, absence de certaines structures…), ce qui a amené à envisager d’autres interprétations. Ainsi, du fait de la présence d’une importante structure de combustion, assimilée à un four à sécher le grain, c’est finalement une identification en tant qu’établissement agricole, peut-être voué au traitement des récoltes et occupé de façon saisonnière, qui est privilégiée.

8En l’absence d’un caractère résidentiel pérenne attesté, il est possible que cet établissement ne forme pas une entité autonome et se rattache à un domaine agricole d’une relative importance mais dont la nature précise n’a pu être déterminée.

Les occupations moderne et contemporaine

9Après l’abandon de l’établissement médiéval, aucune trace d’occupation intensive n’a été perçue dans l’emprise prescrite. La majorité des structures postérieures à l’enclos témoignent ainsi de sa mise en culture (fossé, drain…) certainement au cours de l’époque moderne. Une structure viaire est mise en place dans ce contexte. Ce tronçon, fréquemment identifié par l’historiographie lavalloise comme étant emprunté par un axe antique reliant Tours à Corseul, s’avère ne pas être antérieur à l’époque moderne d’après ses relations stratigraphiques.

Laval, Les Poiriers, proposition d’organisation spatiale de l’établissement médiéval.

Laval, Les Poiriers, proposition d’organisation spatiale de l’établissement médiéval.

M. Queru

Haut de page

Table des illustrations

Titre Laval, Les Poiriers, proposition d’organisation spatiale de l’établissement médiéval.
Crédits M. Queru
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25006/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Queru, « Laval (Mayenne). Les Poiriers »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 228-229.

Référence électronique

Marie Queru, « Laval (Mayenne). Les Poiriers » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25006 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.25006

Haut de page

Auteur

Marie Queru

service archéologique municipal de Laval

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie Queru

service archéologique municipal de Laval

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search