Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainMaxe (La) (Moselle). 2 rue de la ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Maxe (La) (Moselle). 2 rue de la Grange aux Dames

Responsable d’opération : Marianne Escoffier
p. 232

Texte intégral

1L’opération réalisée à La Maxe, au 2 rue de la Grange aux Dames, s’est déroulée du 16 mai au 11 juin 2018, en prévision de la construction de silos à grain au Nouveau Port de Metz. Cette fouille archéologique, prescrite sur une surface de 600 m², intervient à l’emplacement d’une ferme détruite en 1975 et dont une grande partie a déjà fait l’objet d’une opération archéologique (« Projet Ikéa – Site 2 », dirigée en 1999 par A. Masquilier).

2Les textes évoquent pour les viiie et xiie s. l’installation de communautés monastiques successives en un lieu, qui pourrait être la Grange aux Dames. Ce toponyme par ailleurs, apparaissant au xiiie s., évoque lui aussi une présence monastique, suggérant là une unité agricole du domaine temporel d’une maison de femmes. À partir du xive s., la Grange aux Dames est aux mains de laïcs, appartenant à des familles de notables messins. La documentation iconographique et les témoignages récents montrent que, jusqu’à leur destruction, les bâtiments de la ferme étaient dominés par un édifice rectangulaire à deux étages, desservi par un escalier en vis hors œuvre. Ce dernier était pourvu d’un tympan de porte, aujourd’hui conservé au Musée de la Cour d’Or à Metz, sculpté aux armes de Jacques Desch (1371-1455) un riche patricien messin.

3La destruction de la ferme a grandement impacté l’état de conservation des vestiges et a occasionné la disparition d’une très grande partie de la stratigraphie.

4Un groupe isolé de trois petites structures, mal conservé, témoigne d’une première phase d’occupation durant la Tène. Il s’agit d’une fosse associée à une incinération et à un petit fossé.

5Aucun vestige attestant une fondation monastique médiévale n’a été découvert.

6La base d’un bâtiment rectangulaire, de 5 m par 6 m, a été mise au jour, flanquée d’un imposant massif de fondation. Ces vestiges sont ceux de la tour et de son escalier. Autour de cet ensemble, et au-delà de l’emprise fouillée, se développe l’aile SE de la ferme moderne et contemporaine. Seuls des niveaux de fondation arasés, ainsi qu’un puits, deux canalisations et des latrines en sont conservés.

7Cette opération archéologique, en complément de celle de 1999, permet de saisir le développement d’un site occupé sans interruption du xve s. au xxe s., et ainsi le glissement d’une petite demeure élitaire de la fin du Moyen Âge à un grand établissement agricole contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Escoffier, « Maxe (La) (Moselle). 2 rue de la Grange aux Dames »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 232.

Référence électronique

Marianne Escoffier, « Maxe (La) (Moselle). 2 rue de la Grange aux Dames » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25013 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.25013

Haut de page

Auteur

Marianne Escoffier

service archéologie préventive de Metz Métropole

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marianne Escoffier

service archéologie préventive de Metz Métropole

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search