Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Moissac (Tarn-et-Garonne). Parking de la rue des Mazels

Responsable d’opération : Bastien Lefebvre
p. 233

Texte intégral

1La fouille réalisée en juillet 2018 correspond au quatrième et dernier volet des investigations menées dans le sous-sol du parking de la rue des Mazels à Moissac. L’enjeu de cette recherche est à la fois de renseigner finement les transformations et la nature de l’habitat urbain dans une agglomération moyenne, et de travailler sur le processus de formation de la ville de Moissac. L’opération a été effectuée à environ 100 mètres au sud de l’abbaye Saint-Pierre, au sein d’un îlot où plusieurs maisons ont été détruites et remplacées en 2000 par un parking. Contrairement aux années précédentes, la fouille a été menée sous la forme de deux secteurs distincts, placés de part et d’autre d’un gros mur parcellaire, afin de pouvoir documenter l’occupation de deux parcelles et faciliter les mises en perspectives. Au sud, le secteur 5 a été ouvert sur 32 m2 tandis qu’au nord, le secteur 6 correspond à une fouille de 35 m2 réalisée au plus près de la rue, dans la continuité des interventions précédentes. De manière attendue, l’opération a permis d’étudier une stratification complexe sur près de 3,50 mètres qui fournit de riches informations sur l’occupation des parcelles, principalement pour les xiiie et xive s.

2Au terme de cette opération, il est possible de retenir l’idée qu’entre l’an Mil et le milieu du xiie s. le site est une zone humide, c’est-à-dire des terrains saturés d’eau. Si la nature de l’occupation est difficile à déterminer avec précision compte tenu des faibles surfaces explorées, les données de fouille permettent néanmoins de reconnaître plusieurs séries d’aménagements (sols, fosses, etc.) et les indices d’un milieu proche d’activités domestiques (matériaux, rejets de combustion, etc.). Pour cette période, le mobilier est discret. Un important remblaiement de l’ordre de 0,80 m scelle cette occupation et vise manifestement une mise en valeur du site dont la nature est difficile à reconnaître. Dès lors, les espaces accueillent de nombreux aménagements en bois et des niveaux de rejets datables d’entre la fin du xiie et le xiiie s. La fouille menée en 2018 a permis de préciser les connaissances sur de nombreux points, notamment en ce qui concerne l’organisation spatiale. L’occupation n’est pas homogène entre le secteur 5, où un probable bâtiment, peut-être une bergerie, est à restituer, et le secteur 6 qui accueillait des espaces ouverts structurés (palissade, piquets) et peut-être une construction sur poteaux. Manifestement, les deux secteurs relevaient de deux unités distinctes. La construction, au xiiie s., d’un bâtiment maçonné ou sur solin de brique (Bât. A) constitue un changement important au sein du secteur 5. Son usage reste toutefois difficile à préciser : la nature de la structure en bois installée dans une fosse au sein de ce bâtiment n’est pas connue. Chose rare, une balle de cuir a été mise au jour dans une fosse associée à cette construction. Au nord, l’aménagement majeur est celui d’un grand pressoir à levier, à taissons enterrés, dont les fondations en bois sont très bien conservées. Malgré l’usage de nombreuses pièces de bois en remploi, la vingtaine de datations dendrochronologiques permet d’attribuer cet aménagement remarquable à la fin du xiiie s. ou au début du xive s. Quelques décennies plus tard, ce pressoir est détruit et l’emprise de la parcelle nord est exhaussée. Puis, à la fin du xive s., les aménagements présents dans les deux secteurs sont démolis et récupérés simultanément : dans la foulée, un gros mur est bâti entre les deux parcelles et le site est remblayé. Ces travaux marquent une recomposition importante : peut-être une opération immobilière ? Enfin, ce qui avait été constaté lors des campagnes précédentes est confirmé : l’occupation de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne est mal conservée et de fait plus difficile à cerner. Les aménagements les plus récents correspondent à la construction, au xixe s., des dernières maisons qui occupaient les parcelles jusqu’à leur démolition en 2000.

Moissac, parking de la rue des Mazels, la balle de cuir, rembourrée de tiges de lin (objet 513).

Moissac, parking de la rue des Mazels, la balle de cuir, rembourrée de tiges de lin (objet 513).

Cl. B. Lefebvre

Haut de page

Table des illustrations

Titre Moissac, parking de la rue des Mazels, la balle de cuir, rembourrée de tiges de lin (objet 513).
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25016/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 945k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bastien Lefebvre, « Moissac (Tarn-et-Garonne). Parking de la rue des Mazels »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 233.

Référence électronique

Bastien Lefebvre, « Moissac (Tarn-et-Garonne). Parking de la rue des Mazels » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25016

Haut de page

Auteur

Bastien Lefebvre

Université Toulouse – Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bastien Lefebvre

Université Toulouse – Jean Jaurès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals