Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainMontrond-les-Bains (Loire). Les B...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Montrond-les-Bains (Loire). Les Bergères

Responsable d’opération : Agata Poirot
Notice rédigée avec Clément Tournier
p. 235

Texte intégral

1Le site des Bergères à Montrond-les-Bains, fouillé sur une surface de 6 800 m², est situé dans la plaine du Forez, à environ 1 200 m au nord du bourg. Le substrat sableux, argileux et chargé de galets correspond à l’accumulation de sédiments lacustres puis alluviaux du Cénozoïque. Leur nature peu discriminante et l’arasement important du terrain ont grandement complexifié le repérage des structures en creux, générant de fait des plans de bâtiments sur poteaux parfois incomplets.

2L’essentiel de l’occupation remonte à la fin de l’époque mérovingienne et/ou au début de l’époque carolingienne ; la céramique ainsi que les analyses radiocarbone ont révélés des datations similaires situées entre 650 et 800 ap. J.-C. L’anthropisation se caractérise par deux édifices excavés sur solins, 16 bâtiments sur poteaux, un petit ensemble à architecture mixte (solins et poteaux), cinq probables alignements de poteaux, une structure excavée, quatre fossés et plusieurs fosses de fonctions indéterminées.

3La distribution des implantations sur le site permet de relever quelques lignes directrices quant à son organisation. Plusieurs parcelles à destinations variables, définies par des fossés, sont identifiées, parmi lesquelles, au centre, une zone dense en vestiges a été repérée. Celle-ci est marquée par l’existence des grandes constructions sur solins de 250 et 196 m² d’emprise au sol. Le premier se compose de trois pièces excavées constituant une surface habitable de 60 m² et d’une cour orientale de 190 m². Le second, en revanche, est entièrement installé dans un creusement, sa fonction demeure indéterminée à ce stade de l’étude, mais l’hypothèse d’une grange est sans doute à rejeter en raison de la présence d’un reliquat de plancher caractérisé par l’analyse micromorphologique. Cet ensemble correspond à un habitat comportant deux états, à en juger par la disparité des constructions. Ces deux états présentent chacun trois phases d’aménagement qui traduisent des extensions ou des installations liées à la nature hydromorphe du terrain. Un système de clôture complète ces observations avec plusieurs alignements définissant ainsi des espaces de circulation autant que des accès à ces unités.

4Cet espace médian est bordé par deux fossés parcellaires, à l’est et au nord ; les structures de stockage sont rejetées en limite orientale. Plusieurs zones sont probablement liées à des épandages organiques, au vu des résultats de l’analyse micromorphologique. Ces niveaux, vraisemblablement destinés à fertiliser le sol (culture vivrière ?), complètent les activités agricoles auxquelles les parcelles nord et sud sont vouées. Les rares ensembles sur poteaux qui ont été repérés dans ces dernières sont sans doute en lien avec le pastoralisme qui peut y être pratiqué ou destinés à un stockage temporaire des denrées récoltées, avant leur entreposage dans les greniers et gerbiers orientaux. C’est certainement pour favoriser cette conservation qu’un séchoir à grain a été installé ; de forme oblongue et doté de surcreusement, il est identifié grâce à la forte concentration de carporestes carbonisés conservés dans son comblement.

5La faible quantité de mobilier découvert ne permet cependant pas de préciser la chronologie des vestiges ni d’évaluer les différentes implantations, leur évolution et leur densité en dehors des grands édifices sur solins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agata Poirot et Clément Tournier, « Montrond-les-Bains (Loire). Les Bergères »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 235.

Référence électronique

Agata Poirot, Clément Tournier, « Montrond-les-Bains (Loire). Les Bergères » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 18 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25019 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.25019

Haut de page

Auteurs

Agata Poirot

Archéodunum

Articles du même auteur

Clément Tournier

Archéodunum

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Agata Poirot

Archéodunum

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search