Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainOrléans (Loiret). Enceinte du Bas...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Orléans (Loiret). Enceinte du Bas-Empire et médiévale, Vinaigrerie Dessaux, rue de la Tour-Neuve

Responsable d’opération : Clément Alix
p. 236-238

Texte intégral

1Dans le cadre du réaménagement de l’ancienne usine de vinaigre Dessaux, la fouille a consisté en une étude archéologique du bâti d’une partie de la courtine du front oriental de l’enceinte urbaine élevée au Bas-Empire (ive s.). Si cette opération a renforcé nos connaissances des techniques de construction de l’enceinte antique, elle a aussi mis en évidence ses multiples transformations jusqu’à l’époque contemporaine. Ces maçonneries conservées de manière inégale se développent sur 67,20 m. de longueur et une dizaine de mètres de hauteur par endroits. Elles constituent les plus importants vestiges de cette fortification à Orléans. La courtine se compose de deux tronçons séparés par une interruption du mur, longue de 9,30 m., correspondant à l’emplacement supposé d’une tour de flanquement. 89 échantillons de mortiers de chaux, toutes périodes confondues, ont fait l’objet d’une étude pétrographique, permettant de distinguer 15 types différents. Elle s’est accompagnée de datations par 14C effectuées sur des charbons de bois contenus dans ces mortiers. Au sud, le parement externe de la courtine a fait l’objet d’une importante campagne de réparation au haut Moyen Âge. Des moellons, des briques, des tegulae et des imbrices ont été utilisés pour combler des trous ou former un placage au-devant des zones érodées du parement antique. Les terre-cuites provenant des ateliers de Saran correspondent à des productions des viieviiie s., ce que confirment des charbons de bois contenus dans le mortier datés par 14C du viie s. Au cours du Moyen Âge, une grande brèche sur le tronçon nord (1,92 m de large à sa base) est réparée à l’aide d’un petit appareil de moellons, au sein duquel est reconstruit un cordon de brique de manière à conserver une continuité visuelle avec les parements antiques. Cet effondrement pourrait être lié à une instabilité du terrain comme le suggère la mise en œuvre d’un arc de fondation à la base de la réparation. Au nord, après un désépaississement du parement externe, une porte est percée dans l’épaisseur du mur, comme en témoignent les vestiges d’un seuil en grès. Elle donnait accès, depuis la ville, à l’église Saint-Flou, édifice attesté par une mention de 1120 rappelant sa construction au début du xie s. Elle s’appuyait contre le parement externe de l’enceinte et s’élevait sur la lice (8 m de large), comme l’évoque son ancien vocable « Notre-Dame entre murs et fossés ». Dans le tronçon sud, le mur se trouve désépaissi à cause de la suppression de son parement interne, à la suite d’une dégradation importante et/ou de la construction de bâtiments s’appuyant contre lui. Le chemin de ronde est alors reconstruit quasiment à l’emplacement de celui de la période antique ; le parapet est réédifié avec des moellons et doté de créneaux. Dans un second temps, la défense du parapet est renforcée par le percement d’au moins deux arbalétrières en sifflet, à fente rectangulaire chanfreinée (70 cm de hauteur et 7 cm de largeur d’ouverture), qui pourraient dater du xive s. À la fin du xiiie s. ou au xive s. (datation par 14C : entre 1243-1284), une cave-carrière à galerie couverte de voûtes d’ogives et à cellules latérales a été creusée sous l’emprise de la lice. Son sol se situe à 8 m sous celui du parking (environ 94,10 m NGF). Sa présence permet de restituer à l’aplomb un bâtiment appuyé contre le parement externe de la courtine (habitation ?). Pour des raisons défensives, ce bâtiment a été détruit avant le siège d’Orléans de 1428-1429.

2En 1467, débute la construction de la deuxième accrue de l’enceinte urbaine d’Orléans, venant enclore la partie orientale de la ville. Le front est de l’ancienne fortification antique devient inutile. L’église Saint-Flou est alors reconstruite avec une nef à trois vaisseaux et une abside polygonale empiétant sur le comblement du fossé. Entre les xvie et xviie s. (datations par thermoluminescence), son portail dans la courtine est agrandi et couvert d’un arc en plein cintre, construit en chantignoles. Une porte similaire est percée plus au sud au travers de la courtine afin de desservir le cimetière de la paroisse Saint-Flou, mentionné à cet endroit jusqu’à la fin du xviiie s. Les parcelles laniérées implantées à l’emplacement de l’ancien fossé sont loties dès la fin du xve s., comme l’attestent les caves conservées sous les anciennes maisons no 15-17 rue de la Tour-Neuve. En fond de cour, ces habitations comportent des bâtiments appuyés contre l’enceinte, dont les pièces furent agrandies par plusieurs grandes niches ou alcôves aménagées dans le parement et une partie du blocage. À l’époque contemporaine, la construction des ateliers et des bâtiments de l’usine Dessaux nécessite le percement de nombreuses ouvertures jusqu’à l’abandon du site dans les années 1980.

Orléans, enceinte du Bas-Empire (vinaigrerie Dessaux), tronçon sud (zone 2), détail de la partie supérieure de la face externe, avec vestiges du parapet du chemin de ronde.

Orléans, enceinte du Bas-Empire (vinaigrerie Dessaux), tronçon sud (zone 2), détail de la partie supérieure de la face externe, avec vestiges du parapet du chemin de ronde.

Relevé et DAO C. Alix, I. Najera-Marcos, pôle d’archéologie, Ville d’Orléans

Orléans, enceinte du Bas-Empire (vinaigrerie Dessaux), tronçon sud (zone 2), face externe, reconstruction du parement érodé à l’aide d’un placage de briques et de tegulae (viieviiie s.) au-devant des assises de briques antiques.

Orléans, enceinte du Bas-Empire (vinaigrerie Dessaux), tronçon sud (zone 2), face externe, reconstruction du parement érodé à l’aide d’un placage de briques et de tegulae (viie–viiie s.) au-devant des assises de briques antiques.

Cl. C. Alix, pôle d’archéologie, Ville d’Orléans

Haut de page

Table des illustrations

Titre Orléans, enceinte du Bas-Empire (vinaigrerie Dessaux), tronçon sud (zone 2), détail de la partie supérieure de la face externe, avec vestiges du parapet du chemin de ronde.
Crédits Relevé et DAO C. Alix, I. Najera-Marcos, pôle d’archéologie, Ville d’Orléans
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25023/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 909k
Titre Orléans, enceinte du Bas-Empire (vinaigrerie Dessaux), tronçon sud (zone 2), face externe, reconstruction du parement érodé à l’aide d’un placage de briques et de tegulae (viie–viiie s.) au-devant des assises de briques antiques.
Crédits Cl. C. Alix, pôle d’archéologie, Ville d’Orléans
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25023/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Alix, « Orléans (Loiret). Enceinte du Bas-Empire et médiévale, Vinaigrerie Dessaux, rue de la Tour-Neuve »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 236-238.

Référence électronique

Clément Alix, « Orléans (Loiret). Enceinte du Bas-Empire et médiévale, Vinaigrerie Dessaux, rue de la Tour-Neuve » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25023 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.25023

Haut de page

Auteur

Clément Alix

pôle d’archéologie, ville d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Clément Alix

pôle d’archéologie, ville d’Orléans

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search