Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Orthez (Pyrénées Atlantiques). Rue du Bourg-Vieux, rue Roarie

Responsable d’opération : Nadine Béague
p. 238

Texte intégral

1L’emprise concernée par le diagnostic est située dans la partie médiévale la plus ancienne d’Orthez, dite le Bourg-Vieux. Le xiiie s. semble marquer un tournant dans la physionomie de la ville puisque le rempart du Bourg-Neuf semble construit en se greffant sur celui du Bourg-Vieux (avant 1270). Bien qu’aucune preuve archéologique ne l’étaye, il est probable que le fossé de l’ancienne enceinte soit alors comblé et l’enceinte primitive démolie pour laisser place au bâti particulier en expansion, notamment l’aile ouest de la Maison Jeanne d’Albret.

2L’ensemble immobilier connu sous le nom de « Maison Jeanne d’Albret », constitué de plusieurs unités bâties en forme de « L » autour d’une cour-jardin, est issu de plusieurs remaniements successifs, relativement complexes inscrits dans un angle droit délimité par le rempart du Bourg-Vieux. L’étude des plans de relevés et l’observation in situ, ainsi que les diverses études historiques menées sur l’édifice permettent une première lecture qui nécessitera d’être confirmée par une étude archéologique du bâti :

  • la « partie noble » qui forme l’angle d’îlot, comporte les caractéristiques de composition et les motifs propres à l’architecture du xvie s ;
  • l’ancienne auberge au sud dispose de moins de documentation permettant de retracer son histoire, et surtout, a été totalement remaniée au cours du siècle dernier ;
  • l’aile ouest de la Maison Jeanne d’Albret : une maison est probablement construite avant le xve s. sur le front nord de l’îlot (Rue Roarie) à l’emplacement de l’ancienne courtine du Bourg-Vieux. C’est à partir de ce bâtiment primitif aux murs en appareil calcaire irrégulier que se serait développée la maison au xve s ;
  • le « kiosque » du jardin, actuellement occupé par un minuscule salon de coiffure, pose question quant à son rôle à l’origine dans l’ensemble bâti, certains ayant cru y voir une tour d’angle, d’autres un pigeonnier.

3L’opération de diagnostic archéologique de la maison Jeanne d’Albret a mis au jour des structures qui témoignent de la continuité d’occupation d’une demeure urbaine et de nombreux remaniements dont la maison a fait l’objet.

4Une étude d’archéologie du bâti pourra mettre en évidence les ouvertures, portes et circulations entre Moyen Âge et époque moderne et aboutir à une restitution du plan et de l’évolution de la maison.

5L’ensemble du bâtiment est constitué de plusieurs corps de logis acquis ou détenus par le même propriétaire, ouverts sur la rue par plusieurs portes, mais dépourvus à l’origine de communication à tous les niveaux. La juxtaposition des volumes s’effectue simplement en accolant les murs, ce que l’on peut observer par endroits dans le décrochement d’alignement. L’examen sommaire des deux façades de la Maison Jeanne d’Albret permet d’observer peu d’ouvertures en rez-de-chaussée et une grande variété des fenêtres à l’étage. Des réaménagements se perçoivent dans la mise au goût du jour des ouvertures, l’agrandissement des pièces ou dans l’ajout de niveaux. L’examen du bâti intérieur côté rue permet cependant de constater qu’une (ou des) ouverture(s) conçue(s) dès l’origine a (ont) été rebouchée(s).

6Le croisement des données archéologiques avec les sources documentaires (par exemple le compoix) nous offre la possibilité de reconstituer, pour une période comprise entre la fin du Moyen Âge et l’époque moderne, l’état et le plan de la demeure d’un puissant personnage. La Maison Jeanne d’Albret fait en effet partie des maisons les plus anciennes du Bourg-Vieux d’Orthez et du foncier de l’abbaye laïque qui occupait le « moulon » du Bourg-Neuf, de la rue de l’Horloge à la Place Saint-Pierre. La première mention d’un abbé laïc date de 1327, lorsque Gaston II de Foix-Béarn accorde un bénéfice à « Guilhamet, senher de l’abbadie d’Ortes ». Elle occupait une position stratégique entre le Bourg-Vieux, le Bourg-Neuf et l’enceinte du cimetière. Elle a appartenu à la même famille pendant des décennies et des travaux importants ont été réalisés pour en faire une maison digne de recevoir la famille royale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadine Béague, « Orthez (Pyrénées Atlantiques). Rue du Bourg-Vieux, rue Roarie »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 238.

Référence électronique

Nadine Béague, « Orthez (Pyrénées Atlantiques). Rue du Bourg-Vieux, rue Roarie » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25024

Haut de page

Auteur

Nadine Béague

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nadine Béague

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals