Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainRémire-Montjoly (Guyane française...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Rémire-Montjoly (Guyane française). Habitation Loyola

Responsable d’opération : Jean-François Guay
Notice rédigée avec Antoine Suarez
p. 241

Texte intégral

1La campagne de fouilles archéologiques menée par l’Université Laval (Québec) et l’Association pour la protection du patrimoine archéologique et architectural de la Guyane (APPAAG) au cours du mois d’août 2018 constituait la deuxième étape du projet triennal de fouilles programmées à l’habitation Loyola (2017 à 2019).

2C’est vers la fin du xviie s. que les jésuites aménagent en terrasse cette zone du versant nord de la montagne, sur un terrain qu’ils ont acquis en 1668, pour construire leur quatrième habitation. En plus de remplir une mission religieuse dans la colonie, les jésuites et leurs esclaves produisaient et transformaient la canne à sucre. Cette production sucrière a ensuite été diversifiée avec la culture du cacao, de l’indigo, du café et du coton. Un cartouche réalisé par Hébert sur la carte du gouvernement en 1730 représente vraisemblablement la construction terminée de l’habitation, qui comprend une maison de maître entourée d’une chapelle, d’un cimetière, d’une cuisine, d’un hôpital, d’un magasin, d’une forge et d’une purgerie (bâtiment qui servait à l’affinage du sucre). Ce complexe plurifonctionnel est abandonné vers 1768 après l’expulsion des jésuites.

3Divers vestiges et aménagements, dont les assises des murs de la chapelle et le passage dallé en pierre situé entre la cour de la chapelle et le cimetière, ont été mis en évidence dans le premier secteur (fig.). Les constructions réalisées dans le premier quart du xviiie s. ont pu être identifiées. D’abord, les assises les plus anciennes du mur de terrasse de la maison de maître, qui délimite l’ouest de la cour, ont pu être documentées. Le mur qui ferme la cour au nord et son entrée ont été identifiés. Quelques assises de ce mur à double parement et à blocage interne sont encore en place. Par la suite, le travail de terrain a mis en évidence une seconde phase de construction. Le prolongement du mur de la cour de la chapelle a été constaté par une technique de construction et de chaînage différente. Cette section rejoint le mur ouest de la purgerie, qui a été accolée à la cour de la chapelle. Un passage maçonné a aussi été identifié au niveau des premières assises de ce mur. Un système d’évacuation d’eau aménagé entre la cour et la purgerie a été mis en évidence. De plus, une quantité importante de mobilier archéologique (céramique, verre, métal, etc.) a été mise au jour. Outre les céramiques produites localement, les céramiques importées (faïence, porcelaine, grès) sont bien représentées. Plusieurs fragments de pipes à fumer le tabac, objets personnels associés aux esclaves, ont également été découverts dans la cour de la chapelle (étude Antoine Suarez). Parmi le mobilier métallique, un petit vase en alliage cuivreux a été découvert. Ce dernier pourrait être un ciboire de malade, un objet à usage religieux.

4La fouille du second secteur visait à documenter le chemin d’accès principal à l’habitation. Le sondage réalisé en contrebas du complexe résidentiel et à proximité d’une portion connue du sentier a permis d’identifier une unité stratigraphie d’une épaisseur de 9 à 24 cm par endroit. Le mobilier suggère la présence d’une aire de circulation ancienne. De plus, une seule substructure de trente centimètres de diamètre (trou de poteau) a été découverte, mais peu d’informations permettent de déterminer sa fonction.

Rémire-Montjoly, habitation Loyola, photogrammétrie de la fouille de la cour de la chapelle.

Rémire-Montjoly, habitation Loyola, photogrammétrie de la fouille de la cour de la chapelle.

Cl. Aeroprod Amazonie

Haut de page

Table des illustrations

Titre Rémire-Montjoly, habitation Loyola, photogrammétrie de la fouille de la cour de la chapelle.
Crédits Cl. Aeroprod Amazonie
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25028/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 998k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Guay et Antoine Suarez, « Rémire-Montjoly (Guyane française). Habitation Loyola »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 241.

Référence électronique

Jean-François Guay, Antoine Suarez, « Rémire-Montjoly (Guyane française). Habitation Loyola » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25028 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.25028

Haut de page

Auteurs

Jean-François Guay

Université Laval, Québec, Canada

Antoine Suarez

Université Laval, Québec, Canada.)

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-François Guay

Université Laval, Québec, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search