Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Toul (Meurthe-et-Moselle). 20 boulevard Albert ier

Responsable d’opération : Sébastien Jeandemange
p. 245

Texte intégral

1Sur une surface de 3 377 m², le diagnostic entrepris à Toul a mis au jour des vestiges maçonnés et en creux, situés à proximité immédiate du site de l’abbaye Saint-Mansuy, déjà attestée au xe s.

2Une première occupation, circonscrite à deux tranchées archéologiques, consiste en des vestiges maçonnés localisés en bas de pente, côté rue, sous forme de murs ou solins, de tranchées de récupération de mur, de niveaux de sol et de démolition, d’empierrements, d’une fosse et d’une probable inhumation. La nature de cette implantation demeure mal qualifiée. Toutefois, la présence de 37 fragments de céramique domestique, représentée principalement par des pots, des pots ansés, des pichets, des cruches, une écuelle, un couvercle et un couvre-feu, semble bien plaider en faveur d’un habitat. D’après la céramique la plus ancienne associée à ces découvertes, l’origine des vestiges remonterait au plus tôt à la fin du Moyen Âge (xve s., terminus ante quem). Une épaisse séquence limoneuse vient sceller cette occupation. Le mobilier céramique le plus récent contenu dans cette couche de limon atteste d’un abandon du site au plus tôt à partir du xviie s. (terminus ante quem). Les plans anciens des xviiie et xixe s. ne figurent plus aucune occupation construite sur la parcelle diagnostiquée.

3Une seconde série de vestiges se matérialise par des structures en creux (une fosse « à galets », deux poteaux et un fossé) découvertes dans deux tranchées archéologiques. Le comblement d’un poteau a révélé un unique fragment céramique de panse à pâte à inclusions de calcaire coquillier pulvérisé. Toutefois, la datation de cette occupation demeure indéterminée : Protohistoire ? Moyen Âge ?

4Le reste des vestiges se compose de deux fosses de plantation d’arbre découvertes dans deux tranchées. Leur faible niveau d’apparition laisse penser qu’elles sont de datation contemporaine. Le cadastre napoléonien de 1815 et la carte d’État-major de 1866 figurent la parcelle étudiée en tant que verger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Jeandemange, « Toul (Meurthe-et-Moselle). 20 boulevard Albert ier »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 245.

Référence électronique

Sébastien Jeandemange, « Toul (Meurthe-et-Moselle). 20 boulevard Albert ier » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 30 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25036

Haut de page

Auteur

Sébastien Jeandemange

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sébastien Jeandemange

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals