Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I. 2. – Prospections

Entremont, Petit-Bornand-Les-Glières, Thorens-Glières, La Balme-de-Thuy, Thônes (Haute-Savoie). Massif des Bornes / plateau des Glières

Responsable d’opération : Alain Mélo
p. 249-250

Texte intégral

1Le plateau des Glières occupe un espace d’environ 2 km sur 8 km (env. 16 km2). Il forme un ensemble de combes perchées à 1 400 m d’altitude moyenne entouré de crêtes culminant jusqu’à plus de 1 900 m (la Puya ; la Québlette). Il domine les vallées environnantes de près de 700 m. Il est partagé entre les communes d’Entremont, du Petit-Bornand-Les-Glières, de Thorens-Glières, de La Balme-de-Thuy et de Thônes (Haute-Savoie).

2Ce projet de prospection thématique s’inscrit dans le projet du PCR « Archéologie et environnement : l’occupation des montagnes de Haute-Savoie ». Les exemples du Salève, des Bornes et du haut Giffre sont présentés dans ce programme qui vise à croiser les résultats des recherches archéologiques, historiques et environnementales sur les espaces montagnards de Haute-Savoie. Il bénéficie du soutien actif de l’unité d’archéologie et du patrimoine bâti du département de la Haute-Savoie.

3Le plateau des Glières n’est connu que par les événements de la fin de la seconde guerre mondiale. Le reste de son histoire est totalement ignoré, notamment l’évolution de la mise en valeur par les communautés humaines de ce vaste espace d’altitude. Le site préhistorique de La Balme-de-Thuy révèle une fréquentation de ces régions dès l’Azilien. Une communauté monastique installée à Entremont vers 1150 a eu un impact certain, mais qui reste encore à définir, sur la structuration des terres d’altitude.

4Le déroulement des opérations est prévu sur trois ans (2018-2020) plus une année de valorisation des résultats vers les publics (2021). Chaque année intègre un temps de prospection, un temps de recherche en archives, et un temps de mise en forme des données acquises (réflexion sur les résultats et rapport).

5La première approche du sujet, menée en 2018, a été orientée selon deux axes de recherche destinés à mieux connaître le plateau des Glières et ses environs. Tout d’abord, il convenait de réaliser un premier bilan documentaire répertoriant la bibliographie disponible et les fonds d’archives exploitables (Denis Laissus et Alain Mélo). Cette démarche a permis de mieux comprendre l’occupation, les activités humaines et plus particulièrement, pour cette première année, les logiques et l’organisation des déplacements en montagne et entre vallées et territoires d’altitude.

6En second lieu, la réalisation d’une campagne de terrain (Alain Mélo, Liliana Ceci, Denis Laissus et bénévoles) a permis de repérer d’anciens trajets empruntés par l’homme pour accéder au plateau, de repérer des vestiges de structures de franchissement (passages naturels ou taillés, murs de soutènement, rampes…), mais aussi d’occupation (ruines, abris…). Ce travail a contribué à préciser les orientations à donner aux interventions futures, notamment l’identification de quelques secteurs plus susceptibles de faire l’objet de sondages ou d’études approfondies.

7La campagne de prospection a permis d’enregistrer 49 fiches : chemins ou passages naturels, passages aménagés, ruines de bâtiments, murs de soutènement, abris et sites divers.

8Parmi ces 49 sites, 27 correspondent à des vestiges de chemins, souvent « morts » ou « fossiles », c’est-à-dire aujourd’hui inactifs. Ces segments s’ordonnent en tracés qui permettent l’accès au plateau des Glières depuis les villages voisins : La Balme-de-Thuy, Thorens-Glières, Entremont et le Petit-Bornand-les-Glières. Quelques voies secondaires mettent en relation différents espaces montagnards voisins du massif des Bornes et quelques voies particulières desservent des espaces privés.

9La largeur des tronçons de chemins mesurables forme deux groupes : chemins larges en moyenne de 1,50 m et chemins plus larges de 2 m. Ils correspondent à deux types d’utilisations : piéton/animaux épatés pour les premiers ; véhicules modestes pour les autres (chars à essieux étroit ; traîneaux). Les segments repérés ont clairement été aménagés pour faciliter la circulation dans les pentes (entaille dans le versant, enchaînement de courbes, etc.). Ils présentent parfois des agencements spécifiques notamment dans les passages fragiles ou difficiles : pavages, murs de soutènement en aval (retenir la voie) ou en amont (retenir le versant), passages taillés dans la roche. Deux inscriptions ont été relevées : des initiales et une croix datée (1787).

10Huit témoins d’une occupation passée ont été relevés en plus des chemins inventoriés. Si la problématique de cette année (2018) s’est focalisée sur la compréhension de l’organisation des circulations permettant l’accès au plateau des Glières, il semblait important d’enregistrer quelques vestiges visibles en surface pour cerner le potentiel archéologique de certains secteurs pour les futures recherches. Ces sites ont été inventoriés de façon sommaire pour garder la mémoire de leur localisation et de leur aspect afin d’être relevés ou étudiés de manière plus approfondie dans les campagnes suivantes. Ce travail de terrain a permis d’esquisser un état des lieux des voies de circulations, anciennes et récentes, reliant ce grand territoire qu’est le plateau des Glières aux villages qui l’entourent.

Thônes, massif des Bornes / plateau des Glières, un segment du passage taillé dans le calcaire du Crêt de Fenêtre (La Balme-de-Thuy), ce tracé est déjà cadastré en 1730.

Thônes, massif des Bornes / plateau des Glières, un segment du passage taillé dans le calcaire du Crêt de Fenêtre (La Balme-de-Thuy), ce tracé est déjà cadastré en 1730.

Cl. A. Mélo

Haut de page

Table des illustrations

Titre Thônes, massif des Bornes / plateau des Glières, un segment du passage taillé dans le calcaire du Crêt de Fenêtre (La Balme-de-Thuy), ce tracé est déjà cadastré en 1730.
Crédits Cl. A. Mélo
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25045/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1003k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Mélo, « Entremont, Petit-Bornand-Les-Glières, Thorens-Glières, La Balme-de-Thuy, Thônes (Haute-Savoie). Massif des Bornes / plateau des Glières »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 249-250.

Référence électronique

Alain Mélo, « Entremont, Petit-Bornand-Les-Glières, Thorens-Glières, La Balme-de-Thuy, Thônes (Haute-Savoie). Massif des Bornes / plateau des Glières » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25045

Haut de page

Auteur

Alain Mélo

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Alain Mélo

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals