Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I. 2. – Prospections

Orléans (Loiret). Caves, « intra-muros »

Responsable d’opération : Clément Alix
p. 250-251

Texte intégral

1Débutée en 2015, cette prospection pluriannuelle s’inscrit dans le cadre du programme de recherche d’intérêt régional Sicavor (Système d’Information Contextuel sur les Caves d’Orléans). Son but est d’inventorier et d’étudier l’habitat et les trames urbaines anciennes grâce à une analyse historique, archéologique, architecturale et géologique des sous-sols de la ville d’Orléans. L’objectif est également de mettre en place des protocoles d’étude et une chronotypologie des cavités, en définissant des méthodologies d’analyse pluridisciplinaire transposables à d’autres villes. Dans cette perspective ont été conjointement menés une étude documentaire et un travail de terrain, conduits à deux échelles respectives de la ville. L’espace concerné par la prospection thématique correspond à la ville d’Orléans « intra-muros », secteur qui était clos par la dernière enceinte urbaine édifiée à la fin xve s., soit environ 140 hectares. De plus, à l’intérieur de cette zone, une étude d’inventaire systématique a été conduite sur le quartier Saint-Aignan. L’étude historique consacrée à ce quartier, menée par Caroline Barray et Michel Philippe sur les archives médiévales, modernes et contemporaines, s’est accompagnée d’une intégration de l’ensemble des ressources documentaires dans un SIG (base SpatiaLite) permettant une consultation facile des données, une spatialisation des informations et une association des mentions aux entités spatiales (cave, parcelle, rue, quartier ou paroisse). Le travail sur la base conduit par Daniel Morleghem (UMR 7324 Citeres-LAT) comportait également l’intégration des données sur les caves issues de la direction de l’environnement et de la prévention des risques de la ville d’Orléans ; le traitement de la documentation archéologique existante constituée par les rapports d’opérations (diagnostics et fouilles), les publications et les travaux universitaires sur les caves, l’inventaire et l’enregistrement de caves visitées au cours des quatre dernières années. Des sondages au pénétromètre dynamique (Panda) ainsi que des carottages géotechniques ont été menés dans des jardins et des caves de cinq parcelles du quartier Saint-Aignan. Conduits sous la direction d’Amélie Laurent (service archéologique du département du Loiret) et d’Anaëlle Simonneau (ISTO, CNRS UMR 7327, Université d’Orléans), ils ont apporté de nouveaux éléments concernant les hypothèses d’aménagement de terrasses du coteau dans le quartier. Depuis le début du programme, 802 cavités ont fait l’objet d’un enregistrement, partiel ou complet (renseignées par des visites et/ou des sources documentaires), dans la base de données Sicavor. Plusieurs caves ont fait l’objet d’une étude de bâti, avec Emeline Marot (UMR 7324 Citeres-LAT) et D. Morleghem. Depuis 2016, 32 caves intra-muros ont fait l’objet d’un relevé au scanner 3D, essentiellement à l’aide du Faro Focus 3D de la MSH Centre-Val de Loire, mais aussi avec le scanner portatif Zeb-Revo du BRGM. Cet outil s’est révélé particulièrement adapté pour ces espaces excavés dont les volumes sont parfois complexes et imbriqués. Il constitue un gain de temps pouvant être consacré à l’étude du bâti. Des datations par dendrochronologie ont permis de dater les plafonds de celliers excavés reconstruits après la guerre de Cent Ans (9 Cloître Saint-Aignan, milieu xve s. ; 6 place du Cardinal-Touchet/21 rue Saint-Étienne, 1514). La datation seconde moitié du xiiiexive s. des caves-carrières à galeries couvertes de voûtes d’ogives et à cellules, type maintenant bien documenté à Orléans, a été confortée par plusieurs datations par 14C (52 rue Saint-Euverte ; 103 rue de Bourgogne ; cave usine Dessaux rue de la Tour-Neuve). La méthodologie développée, bien qu’encore largement perfectible, a permis de systématiser l’acquisition des données, ainsi que leur traitement, notamment cartographique. L’expérience a confirmé que ce type d’étude urbaine, portant sur un inventaire à grande échelle et une étude en série d’espaces difficiles d’accès, ne peut s’effectuer que sur un temps nécessairement long. Sur l’ensemble de la ville, les résultats permettent d’amplifier considérablement nos connaissances des cavités, de l’Antiquité au xixe s. Quelques maçonneries antiques ont été découvertes à la faveur de visites de caves plus tardives, notamment celles adossées à l’enceinte urbaine du Bas-Empire. Aucune cavité du premier Moyen Âge n’a été recensée, à l’exception des cryptes d’édifices religieux construites autour de l’an Mil, déjà connues, comme celles de Saint-Aignan ou de Saint-Avit. L’accent a porté particulièrement sur les cavités du second Moyen Âge, où se distinguent deux grandes phases de développement urbain, entre la fin du xiie et la fin du xive s., puis entre la seconde moitié du xve et la fin du xvie s. L’une des caractéristiques de la ville est la présence de nombreuses carrières souterraines, aménagées dans le but conjoint d’extraire du matériau et de servir de caves (caves-carrières), usage qui perdure jusque vers 1900.

Orléans, caves intra-muros, vue 3D vers le N.-O. de la cave à trois niveaux sous la maison canoniale no 21 rue Saint-Étienne / 6 place du Cardinal-Touchet (Sicavor no 130) : cellier à plafond, cave à voûtes d’arêtes, cave-carrière à pilier tourné et voûtes en berceau (xiie-xvie s.).

Orléans, caves intra-muros, vue 3D vers le N.-O. de la cave à trois niveaux sous la maison canoniale no 21 rue Saint-Étienne / 6 place du Cardinal-Touchet (Sicavor no 130) : cellier à plafond, cave à voûtes d’arêtes, cave-carrière à pilier tourné et voûtes en berceau (xiie-xvie s.).

Relevé et DAO D. Morleghem, LAT–programme Sicavor

Haut de page

Table des illustrations

Titre Orléans, caves intra-muros, vue 3D vers le N.-O. de la cave à trois niveaux sous la maison canoniale no 21 rue Saint-Étienne / 6 place du Cardinal-Touchet (Sicavor no 130) : cellier à plafond, cave à voûtes d’arêtes, cave-carrière à pilier tourné et voûtes en berceau (xiie-xvie s.).
Crédits Relevé et DAO D. Morleghem, LAT–programme Sicavor
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25047/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1023k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Alix, « Orléans (Loiret). Caves, « intra-muros » »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 250-251.

Référence électronique

Clément Alix, « Orléans (Loiret). Caves, « intra-muros » » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 25 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25047

Haut de page

Auteur

Clément Alix

pôle d’archéologie, ville d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Clément Alix

pôle d’archéologie, ville d’Orléans

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals